Navigation – Plan du site
In memoriam

Djamel Eddine Kouloughli (1947-2013)

Jean-Patrick Guillaume
p. 17-22

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Né le 6 décembre 1947 à Constantine, Djamel Kouloughli avait commencé par suivre une formation d’angliciste, tout d’abord à l’Université d’Alger, puis, à partir de 1971, à l’Université Paris VII (Jussieu), avant de se réorienter vers la linguistique de l’arabe. Ses premiers travaux en ce domaine, et notamment sa thèse de Doctorat, portaient sur la morphologie et la phonologie, dans le cadre de la théorie générative, qui commençait alors à se diffuser dans les études arabes ; c’est de cette époque que date le début de sa collaboration scientifique – et de son amitié – avec Georges Bohas et moi-même. Parallèlement à ces travaux scientifiques, il est aussi conduit, pour financer ses études, à enseigner le français langue étrangère, puis l’arabe, dans le secteur associatif et privé ; il aimait à souligner combien l’expérience acquise dans ce domaine, ainsi que les connaissances en didactique des langues qu’il avait eu à cœur d’assimiler à cette occasion ava...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Patrick Guillaume, « Djamel Eddine Kouloughli (1947-2013) », Bulletin d’études orientales, LXII | 2014, 17-22.

Référence électronique

Jean-Patrick Guillaume, « Djamel Eddine Kouloughli (1947-2013) », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXII | 2014, mis en ligne le 26 mai 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://beo.revues.org/1255 ; DOI : 10.4000/beo.1255

Haut de page

Auteur

Jean-Patrick Guillaume

Professeur à l’Université Paris III

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page