Navigation – Plan du site
Articles

La diversité des organisations combattantes dans le monde arabe : de la prétendue synonymie entre tanẓīm et munaẓẓama

The diversity of fighting organizations in the Arab world: the alleged synonymy between tanẓīm and munaẓẓama
تنوع المنظمات المحاربة في العالم العربي: في الترادف المزعوم بين تنظيم ومنظمة
Marie Baize-Robache
p. 77-97

Résumés

Cet article traite des formes verbales dérivées et de l’évolution éventuelle de l’arabe moderne de presse à travers un corpus extrait du site www.aljazeera.net et constitué d’articles factuels portant sur la guerre en Irak et publiés en novembre 2005. Après une définition de l’objet (formes dérivées, bases de dérivation) et de la méthode d’analyse (syntactico-sémantique) du corpus, l’étude de quelques occurrences vise à révéler si elles sont un support privilégié d’évolution et de nouveaux usages de communication par rapport à la norme grammaticale arabe et à la norme arabisante d’enseignement des formes dérivées. C’est à partir de cette base que s’est posée la question de la synonymie tanẓīm/munaẓẓama, qui fait l’objet d’une comparaison avec les mêmes formes relevées dans un corpus papier (la guerre en Irak dans des articles factuels du quotidien al-Ḥayāt datés de novembre 2005).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2017.
Consulter cet article

Plan

Définition de l’objet
Formes dérivées ou augmentées ? Ou comment poser la question de la dérivation et de sa base
Problème méthodologique : la norme en arabe
Le maṣdar
La forme II
Tanẓīm/munaẓẓama
Le verbe II
Nom de procès et participe passif : une différence sémantique ?
Une différence grammaticale ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Ce qu’on appelle communément « formes dérivées » en France est une partie essentielle et sujette à controverses de l’apprentissage de l’arabe moderne chez les arabisants . Il suffit de considérer le nom mumarriḍ(a) « infirmier, infirmière », apparemment relié au verbe de forme I non dérivé mariḑa « être malade ». Lorsqu’un étudiant arabisant se fait expliquer le sens supposé de chaque forme dérivée, il comprend mal comment la forme notée II peut être présentée par certains de ses professeurs comme exclusivement factitive (de sens « faire faire quelque chose à quelqu’un » ou « rendre quelqu’un de telle manière », le « faire être de telle manière  »), en particulier pour ce qui concerne l’exemple donné ici.

Mais s’il est admis que la forme II a aussi un sens privatif d’origine dénominative (défini par Larcher 2003, p. 42) qui consiste à dire « faire ce que l’on fait avec N (objet désigné par le nom qui est à l’origine du verbe) » — « enlever N s’il est déjà là » —, et que la vraie base...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Baize-Robache, « La diversité des organisations combattantes dans le monde arabe : de la prétendue synonymie entre tanẓīm et munaẓẓama », Bulletin d’études orientales, LXII | 2014, 77-97.

Référence électronique

Marie Baize-Robache, « La diversité des organisations combattantes dans le monde arabe : de la prétendue synonymie entre tanẓīm et munaẓẓama », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXII | 2014, mis en ligne le 11 juin 2014, consulté le 23 juillet 2016. URL : http://beo.revues.org/1290 ; DOI : 10.4000/beo.1290

Haut de page

Auteur

Marie Baize-Robache

Écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan / Université Rennes II

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page