Navigation – Plan du site
Articles

Autour des Orientales : Victor Hugo, Ernest Fouinet et la poésie arabe archaïque

About the Orientales: Victor Hugo, Ernest Fouinet and ancient arabic poetry
حول الشرقيات : فيكتور هوغو، ارنست فويني والشعر العربي القديم
Pierre Larcher
p. 99-123

Résumés

Ernest Fouinet (1799-1845) n’est plus connu que pour avoir fourni à Victor Hugo (1802-1885) les fragments de poèmes orientaux cités dans une note des Orientales (1829). Les fragments arabes sont les plus nombreux. Ils constituent une véritable anthologie de la poésie arabe archaïque. Seules deux sources de Fouinet peuvent être identifiées et on ne peut exclure un recours à des manuscrits. Ses commentaires, dont beaucoup sont repris par Hugo, montrent une sympathie de poète pour d’autres poètes. Sa traduction, sans être aussi littérale que le prétend Hugo, n’en frappe pas moins par une relative concision et précision. Même s’il a, dans certains cas, un œil sur des traductions latines antérieures, il n’en a pas moins l’autre sur l’original arabe. Malgré Hugo, relayant Fouinet, la « cassideh » arabe semble avoir raté son entrée sur la scène littéraire française. Fouinet a pourtant essayé de la « naturaliser » : l’année suivante, il donnera trois pièces majeures de la poésie arabe préislamique et cette fois-ci en vers. Bien qu’il n’ait pas persévéré et n’ait pas fait école, Fouinet n’en apparaît pas moins comme un authentique pionnier de la traduction, spécialement poétique, de la poésie arabe archaïque.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2017.
Consulter cet article

Plan

Les extraits 
Quelles sont les sources de Fouinet ?
Une anthologie de la poésie arabe archaïque
Fouinet, commentateur de la poésie arabe archaïque
Fouinet, traducteur de la poésie arabe archaïque
Arabes vs Persans
Le paradoxe
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les Orientales (1829) de Victor Hugo (1802-1885) sont en quelque manière à la littérature française ce que le West-östlicher Divan (1819 pour la 1re édition, 1827 pour l’édition « élargie ») de Goethe (1749-1832) est à la littérature allemande : un chef d’œuvre de la littérature orientaliste, s’étant nourri de l’orientalisme savant et ayant inspiré à son tour la littérature ultérieure et au-delà...

Le Divan est divisé en deux parties. La première comprend les poèmes, inspirés par la poésie persane et non pas arabe, la deuxième « des notes et dissertations pour une meilleure intelligence du divan occidendal-oriental ». La seconde de la soixantaine de notices en quoi consiste cette partie est intitulée Araber. Elle traite de la seule poésie préislamique, ne nommant que les Muʿallaqāt et leurs auteurs, d’après William Jones (1746-1794). Mais elle illustre cette poésie par le célèbre « chant de vengeance » de Taʾabbaṭa Šarran, sans toutefois nommer ni le poète, ni sa source (Goethe, 1999...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Larcher, « Autour des Orientales : Victor Hugo, Ernest Fouinet et la poésie arabe archaïque », Bulletin d’études orientales, LXII | 2014, 99-123.

Référence électronique

Pierre Larcher, « Autour des Orientales : Victor Hugo, Ernest Fouinet et la poésie arabe archaïque », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXII | 2014, mis en ligne le 11 juin 2014, consulté le 29 juin 2016. URL : http://beo.revues.org/1304 ; DOI : 10.4000/beo.1304

Haut de page

Auteur

Pierre Larcher

Université d’Aix-Marseille / IREMAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page