Navigation – Plan du site
Articles

Banāt al-barārī de Mahā Ḥasan : corps et fantastique

Mahā Ḥasan’s  Banāt al-barārī : body and fantastic
بنات البراري لمها حسن : الجسد والفنتستيك
Martina Censi
p. 171-186

Résumés

L’article analyse le roman Banāt al-barārī (2011) de l’écrivaine syrienne Mahā Ḥasan. Dans ce roman, le corps joue un rôle central en tant que lieu métaphorique de la lutte de l’individu pour s’affirmer dans une société marquée par la coutume. Le corps est le lieu de la négociation entre instances individuelle et sociale. Mahā Ḥasan s’appuie sur le crime d’honneur pour représenter les contraintes sociales auxquelles sont soumis aussi bien les femmes que les hommes à l’intérieur de leur société d’origine. L’un des aspects les plus remarquables du roman est le recours au registre fantastique pour la narration d’un phénomène aussi terrible que le crime d’honneur. L’auteure a recours au registre fantastique pour représenter le positionnement du corps entre communauté et nature. La nature devient un lieu métaphorique où le « sujet désirant » cherche à s’affirmer en refusant le rôle d’« assujetti » qui lui est imposé à l’intérieur de sa communauté.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Le corps dans le roman des écrivaines syriennes contemporaines
Entre réalisme et fantastique
Le corps entre communauté et nature
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le corps dans le roman des écrivaines syriennes contemporaines

Dans ma thèse de doctorat, intitulée Les représentations du corps dans le roman des écrivaines syriennes contemporaines, j’ai envisagé les différentes représentations du corps masculin et féminin dans une sélection de romans en langue arabe écrits entre 2004 et 2011 par des écrivaines syriennes contemporaines. L’analyse de ces romans m’a permis de mettre en évidence le fait que l’élément corporel en affectait à la fois le sujet et le langage. Je me suis alors posé la question suivante : pourquoi ces écrivaines réservent-elles un espace spécifique à la dimension corporelle ? Et quelle est sa fonction ?

L’hypothèse qui a été avancée, et que j’ai eu l’occasion de vérifier au cours de ma recherche, est qu’aujourd’hui, à travers la littérature, et notamment le roman, l’intérêt des écrivaines syriennes s’éloigne de la question de l’émancipation féminine pour se porter sur un phénomène plus général impliquant aussi bien l’homme q...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martina Censi, « Banāt al-barārī de Mahā Ḥasan : corps et fantastique », Bulletin d’études orientales, LXII | 2014, 171-186.

Référence électronique

Martina Censi, « Banāt al-barārī de Mahā Ḥasan : corps et fantastique », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXII | 2014, mis en ligne le 04 juin 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://beo.revues.org/1350 ; DOI : 10.4000/beo.1350

Haut de page

Auteur

Martina Censi

Université de Catane, CERMOM de (INALCO)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page