Navigation – Plan du site

Histoire sociale et urbaine de Damas de l'époque médiévale à l'époque moderne (début XIIe – fin XVIIIe siècle)

Revue Bulletin d'études orientales 2011
Urban and social development in Damascus from medieval to modern times (early 12th - mid 19th centuries)

Résumé

Par ce numéro thématique du Bulletin d'études orientales portant sur l'histoire sociale et urbaine de Damas du début du XIIe à la fin du XVIIIe siècle, nous nous proposons dans un premier temps de combler un vide historiographique. En effet, malgré les nombreux travaux, ouvrages et articles régulièrement publiés, entre autres à l’Institut, il n'existe pas à ce jour de publication scientifique ayant pour objectif de fournir au lecteur, spécialiste ou non, aussi bien un état de la recherche actuelle qu'une synthèse thématique, diachronique et pluridisciplinaire ayant pour objet, l'histoire de la ville de Damas et les modalités de son développement aux époques médiévale et moderne.

Haut de page

Appel à contribution

L'Institut français du Proche-Orient (ex-IFD / IFEAD), à travers ses publications, et plus particulièrement le Bulletin d'études orientales, a toujours fait montre d'un profond intérêt pour les études portant sur la ville de Damas aux époques médiévale et ottomane. Les travaux de Jean Sauvaget, Nikita Élisséeff ou André Raymond par exemple, comme ceux des chercheurs de tous horizons ayant, de près ou de loin, côtoyé ou animé l'Institut depuis sa création, sont autant d'exemples de ce soutien constant et de cet intérêt jamais démenti.

Les contributeurs, en cherchant à traiter de questions nouvelles, fonderont leurs analyses sur la pratique et la connaissance d'un corpus de textes médiévaux et ottomans (chroniques, dictionnaires biographiques, descriptions de topographie historique, récits de voyageurs, littérature, recueils de fatwa), sur la fréquentation de documents d'archives (waqf-s, registres des tribunaux, cadastres) et/ou sur l'expérience de terrain (fouilles archéologiques, relevés architecturaux, prospections) et chercheront à privilégier une ou plusieurs des thématiques suivantes :

I. La fabrique de la ville

Qui construit ? Quoi, comment et où ? L'attention se portera sur les acteurs du développement urbain de Damas tout au long de la période étudiée. Il conviendra d'analyser le rôle des groupes sociaux et des individus qui contribuèrent à doter la ville aussi bien d’infrastructures à vocation collective que de biens immobiliers privés. Il s'agira de mieux définir non seulement les moteurs du développement de la ville à partir de l'époque médiévale mais aussi la forme de ce développement et les moyens, économiques, sociaux et techniques, mis en oeuvre dans l'aménagement urbain. Par conséquent, nous nous intéressons aux fondateurs d'édifices et aux rapports qu'ils entretenaient avec leurs fondations qu'elles soient religieuses, civiles, économiques, et de manière générale à l'activité édilitaire des notables de la ville.

Les contributeurs pourront s'intéresser au rôle du pouvoir central dans la mise en place de politiques de grands travaux visant à reconfigurer l'espace urbain. On pourra étudier ainsi la mise en place des infrastructures collectives comme la modification de la voierie, l'aménagement et le déplacement des marchés, la création et l'entretien des canaux. Dans la mesure où Damas demeure tout au long de la période étudiée une ville plus ou moins étroitement soumise, selon les époques, à un pouvoir extérieur, (mais jouissant parfois d'une certaine autonomie), il conviendra de questionner le rôle et la volonté des pouvoirs centraux, du Caire à Istanbul, dans le développement de la ville et dans la nature de ce développement.

Dans la recherche d'une vision globale de la ville aux époques médiévale et moderne, les aspects architecturaux, relatifs aux techniques de construction ou à la culture matérielle ne doivent pas être négligés. Ces questions pourront être traitées à travers des études privilégiant l'aspect architectural de la fabrique de la ville et fondées sur l'analyse du plan et du décor des édifices. Pourront être abordés les choix esthétiques dont témoignent les bâtiments, choix pouvant émaner de la volonté du commanditaire, d’inspirations extérieures, de la maîtrise des artisans ou des réalités techniques et économiques de l'époque. Ainsi, des études portant sur l'architecture de Damas, pourraient nous renseigner aussi bien sur l'élaboration des « styles damascènes » successifs, que sur les influences qui ont pu les façonner progressivement.

II. Groupes et individus dans l'espace urbain

La ville est le produit des sociétés humaines et le lieu de pratiques sociales spécifiques. À travers cette thématique, nous souhaiterions susciter des articles traitant de la démographie urbaine, des groupes sociaux et ethniques ou encore des corporations de métiers ou socioprofessionnelles. Depuis l'époque médiévale, Damas a été traversée par de multiples mouvements migratoires, devenant le lieu d'établissement de groupes ethniques et religieux, qui, s'intégrant à la société damascène, contribuèrent à façonner certains quartiers.

Les contributeurs pourront proposer des études portant sur les stratégies résidentielles des individus ou des groupes, sur la présence d'un ou plusieurs groupes socio-ethniques dans la ville et sur les modalités de leur implantation. Nous aimerions également que certaines études portent sur des groupes sociofonctionnels précis, permettant de donner une image plus précise de la présence des métiers dans la ville, ou sur la façon dont des groupes d'individus relégués en marge de la société (marginaux, voleurs, prostituées, pauvres etc.) pouvaient s'approprier l'espace urbain et l'investir. Le choix de l'échelle d'analyse nous semble également important. Les études privilégiant une micro-échelle d'analyse - un quartier, une rue etc. sont également encouragées.

III. La ville en ses réseaux

On cherchera à replacer la ville de Damas dans son contexte historique en la considérant comme une partie d'un ensemble plus vaste et comme un espace de transition dont la signification et les frontières sont variables en fonction des différents groupes ou des contextes : son hinterland, les provinces voisines, les capitales de l'époque (Le Caire ou Istanbul par exemple) ou à travers les réseaux commerciaux, religieux, sociaux, ethniques, intellectuels et politiques.

Cette thématique pourra être abordée à travers l'étude des relations entre les citadins et les populations rurales, en insistant sur les conséquences sociales et politiques de l'extension de la ville en direction de sa campagne et au delà. L'étude des modes de possession et d'usufruit de la terre, des systèmes d'approvisionnement en eau, en produits agricoles, en matières premières et en produits manufacturés, ou portant sur les systèmes de dotations foncières (iqṭāʿ et plus tard du timar) pourront être privilégiées.

Nous encourageons également les contributeurs à envisager les différents modes de circulation et de communication dans la ville et en périphérie de celle-ci à travers l'étude des mouvements migratoires, des pèlerinages, de l'exode rural, de l'urbanisation ou encore du commerce international.

Cartographie

Une attention particulière sera portée à la cartographie et à l'iconographie et on recherchera une certaine uniformité graphique des cartes et des plans permettant une meilleure lisibilité du volume. À cet effet, une charte graphique sera diffusée aux contributeurs retenus. L'objectif sera également de tirer pleinement profit du support de l'édition électronique offert par les éditions de l'Ifpo.

Les propositions d’article (titre et résumé d'une page maximum), en français ou en anglais, devront parvenir avant le 1er mars 2010 aux adresses électroniques suivantes mathieu.eychenne@gmail.com et maboqvist@gmail.com.

Une réponse sera donnée aux auteurs avant le 1er avril 2010.

Les textes définitifs, en français, anglais ou arabe, devront être transmis aux coordinateurs au plus tard le 1er novembre 2010. Ils seront soumis à un comité de lecture qui pourra, le cas échéant, demander des modifications aux auteurs.

La parution de la revue est prévue pour le premier semestre 2011.

Coordinateurs

Marianne BOQVIST
Swedish Research Institute in Istanbul (SRII)
maboqvist@gmail.com

Mathieu EYCHENNE
Institut français du Proche-Orient (Damas)
mathieu.eychenne@gmail.com

Call for papers

The publications of the French institute of the Near East, the former Institut Français de Damas (IFEAD), in particular the Bulletin d'Etudes Orientales, have always encouraged studies of the city of Damascus and more generally in the field of medieval and Ottoman history. Well known examples are the works of Jean Sauvaget, Nikita Élisséeff and André Raymond, but many more scholars have been linked with the institute since its creation, and their publications manifest its continued interest in the medieval and early modern history of the Middle East.

Although there are many publications on the history of Damascus, we feel that what is needed now are more synthetic and multidisciplinary approaches, providing thematic and diachronic analysis of the modalities of the city’s development. This thematic volume of the Bulletin d'Etudes Orientales aims to fill a historiographical lacuna and provide a clear picture of the state of research on the social and urban history of Damascus from the medieval to early modern times (XIIth-XIXth century).

We expect the contributors to this volume to engage in a new research question. They may base their research either on the study of medieval and/or Ottoman texts such as chronicles, biographical dictionaries, geographical studies, maps and travel accounts, and archival documents such as waqf, legal documents, cadastres, or on the study of material culture in the fields of archaeology, architectural studies or art history, using one or more of the following themes: 

I. The Urban fabric

Who builds what, how and where? This theme focuses on the actors behind the urban development of Damascus. It seeks to analyse social groups and individuals who contributed to urban development, ranging from public infrastructure to private houses. This includes a definition of the motors behind the urban development itself, and of its nature as well as of the financial, social and technical means of its establishment. We are thus equally interested in the architectural patrons and the relation they may have had to their foundations as we are in the general building activity of the elites of the city.

As Damascus remains under the more or less explicit control of an external power throughout the period in question, it is relevant in this context to discuss the role of Cairo and Istanbul in the development of the city. Contributions can thus also deal with the influence of the centrally dictatedpolicies on major urban transformations in Damascus, such as the establishment of public infrastructure; modifications of the road system, displacement of markets, or the construction or maintenance of water works.

Aiming at a global vision of the city, material aspects of architecture, such as building techniques and other aspects of material culture are also of great importance. These topics can be dealt with through studies of architectural aspects of the urban context and on the analyses of layout and decoration of buildings. This may concern the aesthetic choices in a building, choices that might display the will of a patron or of the workmen or depend on other modalities, such as technical or economic considerations. The aim is to gain a better understanding of the successive development of the Damascene architecture as well as the influences and elements that shaped it progressively. 

II. Groups and individuals in the urban space

The urban space is a product of human society and a setting for specific social practice. Under this theme we would like to promote contributions considering issues of urban demography, social and ethnic groups, or professions or guilds. Damascus served as a magnet for migrations and was thus a place where many different ethnic and religious groups were established, integrated into local society and contributed to the development of the city.

 Under this theme, authors can suggest studies on the residential strategies of individuals or groups, on the presence of one or several socio-ethnic groups in the city and on the modalities of their establishment. We would also like to encourage analysis of one or several socio-functional groups that could provide us with a clearer picture of the presence of professions in the city or on the way excluded groups or those on the fringes of society such as, thiefs, prostitutes, the poor, slaves etc. used and invested in the urban space. Under this theme, we encourage studies both on a micro and macro level, i.e. the analysis of a particular neighbourhood or a street is just as significant as those considering the more general aspects of residential strategies of urban elites or ordinary people. 

 III. The city in its context

We would like to put Damascus in its historical context, considering it as a part of a greater whole, a space that has different meanings and boundaries for different groups of people or contexts. Some examples of these are: the hinterland, the neighbouring provinces, the capital of the period (Cairo or Istanbul), commercial, religious, social, ethnic, intellectual and political networks.

Under this theme contributors may for instance wish to consider the relations between the urban and rural populations, emphasising the social and political consequences of the extension of the city into its hinterland and beyond. This might include studies of property status and the usufruct of land, water or harvest and raw materials through time, and the analysis of the iqṭā' and timar systems. Other facets of this theme could be the supply and exchange of agricultural products, raw materials and manufactured products through trade and ownership, as well as the different methods of circulation, communication and travel, migration, pilgrimage, rural exodus/urbanisation and interregional trade.

Finally, studies considering the city seen by western and oriental travellers are also welcome. 

Cartography

Cartography and iconography will be given special attention in this volume and we aim at a graphic uniformity in the presentation of maps and drawings to ensure better readability. For this reason, a graphic map will be distributed among the selected contributors. The aim is to use the services offered by the electronic edition of the Ifpo. 

The contributors are kindly invited to submit their proposals for articles (title and maximum one page summary) in French or English by e-mail to mathieu.eychenne@gmail.com and maboqvist@gmail.com before March 1st, 2010.

They will be informed before April 1st, 2010 whether their paper is accepted. 

The contributions can be written in French, Arabic or English and must be submitted in pdf format to the coordinators on November 1st, 2010 at the latest. A committee of reviewers may then ask the authors for minor modifications before publication.

This special issue of Bulletin d'études orientales will be published in the first semester of 2011. 

Coordinators

Marianne BOQVIST
Swedish Research Institute in Istanbul (SRII)
maboqvist@gmail.com

Mathieu EYCHENNE
Institut français du Proche-Orient (Damas)
mathieu.eychenne@gmail.com