Navigation – Plan du site
Articles en langue française
Comptes rendus

L’arbre anthropogène du waqwaq, les femmes-fruits et les iles des femmes

Napoli, Università degli studi di Napoli « L’Orientale », Institut Français d’Études Anatoliennes Georges Dumézil, 2007, 342 pages. [ISSN 1824-6109]
Anna Caiozzo
p. 147-148
Référence(s) :

L’arbre anthropogène du waqwaq, les femmes-fruits et les iles des femmes. Napoli, Università degli studi di Napoli « L’Orientale », Institut Français d’Études Anatoliennes Georges Dumézil, 2007, 342 pages. [ISSN 1824-6109]

Texte intégral

1Dans ce réjouissant ouvrage Jean-Louis Bacqué-Grammont a réuni pour notre bonheur diverses contributions présentant outre différents mythes relatifs au wāq-wāq - mythes naguère révélés par l’un des grands précurseurs des études géographiques arabes et de l’océan indien, Gabriel Ferrand, pour ne pas le nommer - diverses interprétations de type anthropologique sur la destinée de ce fascinant hybride.

2Le wāq-wāq est un arbre anthropogène, en somme un des multiples rejetons des races monstrueuses qui peuplent l’œkoumène depuis Ctésias et Mégasthène, un de ces hybrides mi-humain mi-végétal que l’on doit à la Chine sous la forme d’une légende : « l’arbre où naissent de petits enfants ». Cette dernière légende, rapportée par les Arabes après la bataille de Talas en 751, infiltra le monde musulman et s’y développa, reconvertie de multiples façons, et trouva une seconde vie comme motif esthétique dans l’art musulman de l’Anatolie à l’Inde du XIVe au XVIIIe siècles. Il prendra des connotations plus sanguinaires dans les légendes turques, du peuplier sanglant (Altan Gokalp) jusqu’au platane des pendus des révoltes ottomanes (Faruk Bilici).

3Dans le premier tiers de l’ouvrage, - une première partie dite « introductive » - Jean-Louis Bacqué-Grammont retrace l’histoire de ce curieux végétal qui d’après la littérature nautique orientale devint un arbre où naissent, s’épanouissant, et meurent de jeunes femmes ! Le wāq-wāq est d’ailleurs représenté de cette façon dans les plus anciens manuscrits arabes. C’est d’ailleurs le principal point faible de ce recueil, l’absence d’une synthèse portant sur l’iconographie de l’arbre et son évolution, les différents aspects qu’il revêtit dans la cosmographie ou l’épopée, aspects pourtant révélateurs de la polysémie d’une « merveille » orientale et sur laquelle nous éclairent la presque totalité des contributions.

4Outre l’arbre des femmes–fruits, le wāq-wāq est également associé à la légende d’une île des femmes gouvernée par une reine - que l’on identifia longtemps avec la reine de Madagascar ou avec celle, dans la mythologie japonaise, de l’île Nyogonoshima située dans l’autre monde, thèse passionnante développée par Simone Mauclaire. Cette île des femmes qui abrite d’ailleurs un autre fantasme des hommes : des femmes émancipées de la reproduction puisque fécondées, comme dans les mythes antiques grecs ou chinois, par les éléments (Adolfo Tamburello).

5L’intérêt du recueil sur ce thème connu réside surtout ans l’analyse des diverses légendes, leurs similarité et le rôle de l’inconscient collectif dans la « fabrique des monstres ». Certes, ne rêvons pas, tout comme la plume de l’oiseau Ruḫḫ, l’origine du wāq-wāq repose de toute évidence sur une essence naturelle, sans doute la noix de coco, hypothèse intéressante proposée par Claude Allibert et analysée par Michele Bernardini.

6Le wāq-wāq est progressivement devenu un arbre polymorphe, arbres à femmes puis arbres à têtes d’humains et d’animaux consacré au XVe siècle, motif ornemental de prédilection des princes timourides (Sylvia Auld, Francis Richard).

7Soulignons parmi les plus anciennes représentations de l’arbres à femmes, celle du Kitāb al-bulhān, un compendium d’astrologie et d’astronomie, et le Livre des curiosités, une encyclopédie du XIe siècle, tous deux conservés à Oxford, et sans doute peints au XIVe siècle, l’un à Bagdad, l’autre dans l’aire syro-mésopotamienne. Les deux miniatures présentent des femmes nues, suspendues par les cheveux, alors que la cosmographie de Ṭūsī Salmānī datant du milieu du XIIe siècle (Paris, B.n.F., ms. sup. persan 332), peinte pourtant dans un atelier jalayride comme le Kitāb al-bulhān, offre une autre version du sujet, sous forme d’arbre de vie cette fois.

8La contribution de Damien Bischoff ou encore de Sima Orsini-Sadjed nous éclairent cette fois sur le wāq-wāq, arbre cosmique dans le soufisme, symbolisant ici un stade de la conscience ou de l’âme parfaite. Et l’on peut se rappeler que l’arbre à têtes est présent dans le Coran comme supplice sous le nom de zaqqūm, représenté comme un arbre de mort cette fois, dans le manuscrit timouride de l’ascension du prophète (Paris, B.n.F., ms. sup. Turc 190, Herat, milieu XVe siècle). Cet arbre infernal qui présente une analogie surprenante avec l’arbre à têtes est d’un grand intérêt visuel car il symbolise l’arbre de vie dans sa continuité « infernale », en somme une version de l’axe du monde selon Ibn ‘Arabī, tout en démontrant le rôle ambigu de l’hybride végétal ou animal dans l’imaginaire musulman. Le wāq-wāq aurait en effet pu également servir d’élément de réflexion sur le statut du « monstre », ou de l’hybride dans le monde oriental médiéval, et ce au-delà de simples fantasmes sexuels (Jean-Claude Chabrier).

9On se souvient en effet, que le wāq-wāq possède aussi la particularité d’émettre des présages selon le bruit fait par la chute de la femme-fruit, en véritable monstrum, dans le sens antique explicité par Jean Céard et analysé par Claire Kappler. Il confirme cette fonction dans le passage du Šāh Nāmeh dédié à l’épopée d’Alexandre de Firdawsî : visitant l’Inde, Alexandre le Grand apprend l’existence d’un arbre de la Lune et du Soleil dont la particularité est de prédire l’avenir. Curiosité et présage, cet arbre est une merveille au sens ‘aǧīb. Mario Casari explore d’ailleurs toutes les pistes de l’arbre à têtes dans le Roman d’Alexandre occidental et oriental

10Deux contributions (Éric Marchandet, Damien Bischoff) ouvrent une réflexion utile sur le mythe des origines car c’est bien de lui dont il s’agit, de cette image de l’île du Wāq-wāq comme microcosme et des mystères de la vie, que seules les femmes sont aptes à connaître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Caiozzo, « L’arbre anthropogène du waqwaq, les femmes-fruits et les iles des femmes  », Bulletin d’études orientales, Tome LIX | 2010, 147-148.

Référence électronique

Anna Caiozzo, « L’arbre anthropogène du waqwaq, les femmes-fruits et les iles des femmes  », Bulletin d’études orientales [En ligne], Tome LIX | octobre 2010, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 22 juin 2017. URL : http://beo.revues.org/206

Haut de page

Auteur

Anna Caiozzo

Université Paris Diderot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page