Navigation – Plan du site
Dossier : Le pluralisme judiciaire dans l’Islam prémoderne
1 – Les frontières juridictionnelles

Legal Pluralism among the Court Records of Medieval Egypt

Phillip I. Ackerman-Lieberman
p. 79-112

Résumés

Résumé : Les principes du droit islamique étaient-ils reconnus par les ḏimmīs ? Les frontières entre tribunaux musulmans et ḏimmīs étaient-elles perméables, ou les dirigeants non musulmans s’efforçaient-ils de renforcer leur autorité sur leurs communautés en contrôlant l’accès de leurs ouailles aux tribunaux musulmans ? Dans quelle mesure la pression exercée par le forum-shopping des plaideurs affectait-elle les jugements des ḏimmīs ? Les documents judéo-arabes de la Geniza du Caire constituent une source inestimable pour l’étude de l’histoire judiciaire de l’Égypte médiévale. Nombre d’archives judiciaires y font allusion aux “documents arabes” acceptés par le tribunal juif. Quel rôle ces documents jouaient-ils dans les décisions prises par ce dernier ? Dans cet article, j’explore les archives de la Geniza afin de mieux comprendre le fonctionnement du pluralisme judiciaire aux périodes fatimide et ayyoubide – révélant combien les tribunaux se trouvaient au centre névralgique des relations entre ḏimmīs et musulmans entre le xe et le xiiie siècle. Tandis qu’à la fin du xiie siècle, le pluralisme bien connu de la période fatimide s’effaçait devant le soutien des Ayyoubides aux juristes šāfiʿites, les tribunaux juifs qui avaient longtemps accepté les documents composés dans les tribunaux musulmans – et qui avaient même élaboré leurs propres actes de manière à leur permettre d’être lus et reconnus comme preuves par les musulmans – tentèrent de limiter le recours des ḏimmīs aux tribunaux musulmans, et de s’arroger le pouvoir de juger seuls les affaires de la communauté juive. J’explore les usages du forum-shopping et du pluralisme judiciaire entre tribunaux musulmans et ḏimmīs, et j’analyse les fluctuations de ce pluralisme au regard de l’évolution historique de l’Égypte médiévale. Je m’attarde en particulier sur le tribunal d’Abraham Maimonide, qui réagit à un contexte de réduction du pluralisme judiciaire en s’arrogeant le pouvoir de traiter certaines affaires, ce qui se manifeste notamment par la résurgence de documents où l’hébreu remplace le judéo-arabe.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. Setting the Stage: Notarial Practice and Forum-Shopping in Medieval Egypt
1.1. “Islamic” Documents in Jewish Courts and “Jewish” Documents in Islamic Courts
1.2. The Waning of Legal Pluralism and the Jewish Response — the Case of Abraham Maimonides
1.3. The Adoption of Judeo-Arabic by the Jews of Islamic Lands
2. The Maimonidean Riposte
2.1. The Resurgence of Hebrew in the Early 13th Century
2.2. Maimonides’ Choice of Language: Communicative and Grandiloquent Functions
2.3. Hebrew as a Vehicle for Communication in 13th Century Court Records
3. Beyond Communication: Language Choice and Communal Identity
3.1. The Social and Legal Role of Jewish Legal Documents in the 13th century
3.2. The “Grandiloquent Role” and the Documents
3.3. The Role of Linguistic Code-Switching and the Historical Context of the Documents
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

From late Antiquity, Jewish legal sources accepted as legitimate documents produced by non-Jewish courts; the Mishna explains in Tractate Giṭṭin (1:5) that “all documents from the non-Jewish court are accepted except for divorce decrees and emancipation decrees, despite the fact that they are signed by non-Jews”. Although the Talmud restricts this permission further, rejecting documents bestowing a gift (Talmud Bavli Giṭṭin 10b), and this further restriction is often followed in the geonic responsa of the first few centuries of Islam the Jewish courts of medieval Egypt perpetuated the rabbinic permission accepting certain documents written in non-Jewish — in their case, Islamic — courts. The documents of the Cairo Geniza regularly attest not only to purchase and sale documents having been written in Arabic — and hence seemingly having been produced by an Islamic court, since records of the Jewish court itself are found in Hebrew, Aramaic, and Judeo-Arabic — but the Geniz...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Phillip I. Ackerman-Lieberman, « Legal Pluralism among the Court Records of Medieval Egypt », Bulletin d’études orientales, LXIII | 2015, 79-112.

Référence électronique

Phillip I. Ackerman-Lieberman, « Legal Pluralism among the Court Records of Medieval Egypt », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXIII | 2015, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://beo.revues.org/2904 ; DOI : 10.4000/beo.2904

Haut de page

Auteur

Phillip I. Ackerman-Lieberman

Vanderbilt University

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page