Navigation – Plan du site
Dossier : Le pluralisme judiciaire dans l’Islam prémoderne
3 – Les usages politiques et sociaux du pluralisme judiciaire

Judging the Judge: Judicial Competence in 19th Century Iran

Zahir Bhalloo
p. 275-293

Résumés

Résumé : Cet article examine l’impact du modèle doctrinal chiite imamite uṣūlite, dominant dans l’Iran du xixe siècle, selon lequel le juriste qualifié (muǧtahid) agissait comme arbitre (qāḍī al‑taḥkīm) dans la procédure judiciaire. M’appuyant sur des « archives de plaideur » datant de cette période, j’analyse un des problèmes posés par ce modèle. Il était possible, pour les plaideurs, de remettre en cause la validité d’un ḥukm en prétendant ne pas reconnaître comme muǧtahid, et donc comme judiciairement compétent, le savant qui l’avait prononcé. Ceci obligea les auteurs uṣūlites à développer un cadre juridique dans lequel un muǧtahid reconnu devait confirmer le statut d’un autre dans le cas où les qualifications juridiques (iǧtihād) de ce dernier se verraient contestées. Je démontre qu’en pratique, même si la compétence judiciaire d’un savant muǧtahid était confirmée par un autre muǧtahid reconnu, l’application du ḥukm prononcé par le savant n’était pas garantie.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1. The Dirāzgīsū sayyid‑s versus ʿAbbās Ḫān Qāǧār
2. The ukm of Āqā Muḥammad Mahdī
Stage 1: Šaftī’s endorsement
Stage 2: Kalbāsīʼs certification of iǧtihād
3. The ukm of Ḥāǧǧī Mullā Riḍā Astarābādī
Stage 3: Certifying Ḥāǧǧī Mullā Riḍā Astarābādīʼs iǧtihād
Conclusion

Aperçu du début du texte

N. Calder’s seminal 1980 thesis explored for the first time the distinctive Imāmī or Twelver Šīʿī conception of judicial administration. Unlike Sunnī judicial theory which stressed the necessity of judicial appointment (tawlīya) by the de facto political power, the Imāmīs from the very beginning considered judicial appointment by any authority other than the Imām or his representative illegitimate. While the Imām was present, he or his representative would directly appoint šarʿī judges (qaḍīs). During the Imām’s absence, judicial authority (wilāyat al‑qaḍāʼ) based on authoritative texts — reports narrated from the Sixth Imām Jaʿfar al‑Ṣādiq (d. 148/765) — was interpreted to have been delegated to Imāmī scholars (ʿulamāʼ) who possessed the requisite qualities (šarāʼiṭ) for judicial activity (qaḍāʼ).

Precisely what these requisite qualities were was repeatedly debated by Imāmī writers. The Uṣūlīs held that the scholar had to possess the qualities of a jurist (muǧtah...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zahir Bhalloo, « Judging the Judge: Judicial Competence in 19th Century Iran », Bulletin d’études orientales, LXIII | 2015, 275-293.

Référence électronique

Zahir Bhalloo, « Judging the Judge: Judicial Competence in 19th Century Iran », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXIII | 2015, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 28 mai 2017. URL : http://beo.revues.org/3153 ; DOI : 10.4000/beo.3153

Haut de page

Auteur

Zahir Bhalloo

University of Oxford

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page