Navigation – Plan du site
Dossier : Le pluralisme judiciaire dans l’Islam prémoderne
3 – Les usages politiques et sociaux du pluralisme judiciaire

Abbasid Maẓālim between Theory and Practice

Maaike van Berkel
p. 229-242

Résumés

Résumé : Il fait peu de doute que nombre de sujets de l’empire abbasside se trouvaient régulièrement victimes d’abus de la part des autorités. Ils pouvaient cependant soumettre des pétitions, dans lesquelles ils se plaignaient du comportement répréhensible d’agents du pouvoir et de l’injustice résultant de leurs actions, par le biais d’une institution qui est de manière générale (mais non systématique) appelée maẓālim. Cet article soutient qu’à l’époque abbasside, le fonctionnement des maẓālim était beaucoup moins défini, et probablement moins organisé aussi, que ce que des théoriciens plus tardifs comme al‑Māwardī prétendent. Surtout, sa juridiction n’était pas définie de manière claire. En pratique, l’institution consistait en un processus d’audition, par des représentants de l’État, de plaintes et de requêtes déposées par des sujets, et de réponse à celles-ci. Ainsi, elle ne servait pas seulement les personnes lésées dans leurs droits, mais fournissait aussi aux autorités un instrument de contrôle et de régulation de leurs propres agents.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1. Sources and definition
2. Three fragments
2.1. Qudāma b. Ǧaʿfar
2.2. Hilāl al‑Ṣābi’
2.3. A petition to an amīr
3. Maālim practices and procedures

Aperçu du début du texte

“It is absolutely necessary that on two days in the week the king should sit for the redress of wrongs, to extract recompense from the oppressor, to give justice and to listen to the words of his subjects with his own ears, without any intermediary. It is fitting that some written petitions should also be submitted if they are relatively important, and he should give a ruling on each one. For when word spreads throughout the kingdom that, on two days in the week, The Master of the World summons complainants and petitioners before him and listens to their words, all oppressors will be afraid and curb their activities, and no one will dare to practise injustice or extortion for fear of punishment.”

This quotation from the fifth/eleventh-century Persian mirror for princes by the famous Salǧūq vizier Niẓām al‑Mulk (d. 485/1092) expresses the ideal of an accessible ruler dealing personally with the redress of wrongs. Such a ruler, who sits down and listens to the grievances of his subject...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maaike van Berkel, « Abbasid Maẓālim between Theory and Practice », Bulletin d’études orientales, LXIII | 2015, 229-242.

Référence électronique

Maaike van Berkel, « Abbasid Maẓālim between Theory and Practice », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXIII | 2015, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://beo.revues.org/3224 ; DOI : 10.4000/beo.3224

Haut de page

Auteur

Maaike van Berkel

University of Amsterdam

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page