Navigation – Plan du site
Dossier : Le pluralisme judiciaire dans l’Islam prémoderne
1 – Les frontières juridictionnelles

Le pluralisme judiciaire en Occident musulman médiéval et la place du cadi dans l’organisation judiciaire

Nejmeddine Hentati
p. 57-78

Résumés

Résumé : En commentant la relation entre le cadi et le prince, M. Gaudefroy-Demombynes estime que « l’indépendance du cadi est une vue théorique qui ne résiste pas aux réalités ». L’objet de cet article est de réexaminer cette thèse en considérant la question du pluralisme judiciaire en Occident musulman médiéval. Dans une première partie, nous passons en revue les aspects de ce pluralisme d’après les sources juridiques mālikites et quelques recherches récentes. Le dénombrement des juridictions, ainsi que l’énonciation de leurs différentes attributions, varient d’une source à l’autre. Dans une seconde partie, nous analysons la place du cadi dans cet ensemble complexe de juridictions, la nature de sa relation avec les différentes institutions qui peuvent menacer son autorité, l’évolution de cette dernière, et les mesures prises par les juristes mālikites en vue de la renforcer. Sans tomber dans l’exagération de M. Gaudefroy-Demombynes, qui voit dans le cadi un subordonné inconditionnel du souverain, il apparaît que les cadis de l’Occident musulman médiéval parvinrent à frayer leur chemin, non sans difficultés, et à s’affirmer. Ce phénomène eut lieu tout particulièrement en Ifrīqiya à l’époque aġlabide, au Maroc et en al‑Andalus sous les Almoravides. Sous les Ḥafṣides, en revanche, le cadi d’Ifrīqiya s’affaiblit, avec l’apparition de cadis aux compétences limitées et l’affirmation progressive du rôle du mufti.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1. Pluralisme judiciaire
1.1. Le pluralisme d’après les sources mālikites et les recherches récentes
1.2. Chevauchements de compétences entre juridictions
2. La place du cadi dans l’organisation judiciaire
2.1. Un cadicat fragmenté et affaibli
2.2. Mesures pour renforcer l’autorité du cadicat
Mesures théoriques
Mesures pratiques
Conclusion

Aperçu du début du texte

En commentant la relation entre le cadi et le prince, Maurice Gaudefroy-Demombynes estime que « l’indépendance du cadi est une vue théorique qui ne résiste pas aux réalités  ». Le prince, détenteur suprême de l’autorité temporelle et spirituelle, délègue certaines de ses compétences judiciaires au cadi et à d’autres instances judiciaires : c’est ce qui a permis à certains chercheurs comme Émile Tyan et Baber Johansen de parler de pluralisme judiciaire dans l’histoire musulmane. L’objet de cet article est de réexaminer la thèse de M. Gaudefroy-Demombynes en considérant la question du pluralisme judiciaire en Occident musulman médiéval.

Dans une première partie, nous tenterons de passer en revue les aspects de ce pluralisme d’après les sources juridiques mālikites et quelques recherches récentes. Le dénombrement des juridictions, ainsi que l’énonciation de leurs différentes attributions, varient d’une source à l’autre . Notre attention sera particulièrement centrée sur deux magistrats,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nejmeddine Hentati, « Le pluralisme judiciaire en Occident musulman médiéval et la place du cadi dans l’organisation judiciaire », Bulletin d’études orientales, LXIII | 2015, 57-78.

Référence électronique

Nejmeddine Hentati, « Le pluralisme judiciaire en Occident musulman médiéval et la place du cadi dans l’organisation judiciaire », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXIII | 2015, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://beo.revues.org/3226 ; DOI : 10.4000/beo.3226

Haut de page

Auteur

Nejmeddine Hentati

Université de la Zitouna, Tunis

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page