Navigation – Plan du site
Dossier : Le pluralisme judiciaire dans l’Islam prémoderne
1 – Les frontières juridictionnelles

The Jurisdictional Limits of Qāḍī Courts during the Umayyad Period

Steven Judd
p. 43-56

Résumés

Résumé : Cet article examine les fonctions et les compétences du cadi à l’époque omeyyade, en s’interrogeant sur les limites de son pouvoir et sur sa relation à d’autres autorités de la société omeyyade. Fondé sur un examen des biographies de plus de soixante-dix cadis, l’article démontre que ceux-ci avaient une compétence incontestée sur les affaires de mariage, de divorce, d’héritage et relevant d’autres domaines du « droit de la famille ». Ni les élites locales, ni les dirigeants politiques n’étaient au-dessus du cadi dans de tels cas. Toutefois, le cadi n’avait pas juridiction sur les cas impliquant les rebelles et les hérétiques. Ils ne pouvaient pas non plus se prononcer sur la division du butin. Ces exemples suggèrent que les limites juridictionnelles des tribunaux de cadis étaient bien établies à l’époque omeyyade.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1. The qāī’s areas of jurisdiction
2. Areas outside the jurisdiction of the qāī
Conclusion

Aperçu du début du texte

The qāḍī is one of the few officials in early Islamic administration consistently mentioned in the sources. Medieval chroniclers, such as Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ (d. 240/854) and al‑Ṭabarī (d. 310/923) typically list those who served as qāḍī‑s in important cities during the Umayyad period, along with those who acted as governors and heads of the police (šurṭa). In the chronicles, the qāḍīship stands as a mark of administrative continuity from the time of the Rāšidūn forward. Despite the longevity of the qāḍīship and its obvious importance both for administrative order and for the articulation of Islamic legal doctrine, little is preserved about the actual functioning of the qāḍīship during the Umayyad period. Archival records have not survived, assuming such records ever existed. Nor are other judicial documents or procedural manuals from the Umayyad period extant. Consequently, analyses of the Umayyad era qāḍīship must rely on later sources, written during or after the ʿAbbāsid period. Th...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Steven Judd, « The Jurisdictional Limits of Qāḍī Courts during the Umayyad Period », Bulletin d’études orientales, LXIII | 2015, 43-56.

Référence électronique

Steven Judd, « The Jurisdictional Limits of Qāḍī Courts during the Umayyad Period », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXIII | 2015, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 29 mars 2017. URL : http://beo.revues.org/3227 ; DOI : 10.4000/beo.3227

Haut de page

Auteur

Steven Judd

Southern Connecticut State University

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page