Navigation – Plan du site
Dossier : Le pluralisme judiciaire dans l’Islam prémoderne
1 – Les frontières juridictionnelles

De la justice institutionnelle au tribunal informel : le pouvoir judiciaire dans la bādiya au Maghreb médiéval

Élise Voguet
p. 113-124

Résumés

Résumé : Si les cadis sont la figure emblématique de la justice maghrébine médiévale, ils sont le plus souvent associés au monde de la sédentarité (villes et villages). Pourtant ils sont censés intervenir dans un cadre territorial beaucoup plus large et, de fait, les fatwas mālikites de la fin du Moyen Âge témoignent de leur présence dans les espaces de la bédouinité (bādiya). L’étude des cas d’espèce montre que la définition de leurs domaines de juridiction fait l’objet de débats entre juristes et met en avant l’existence d’autres acteurs locaux (ʿāmil, qā’id, ḥākim, murābiṭ, etc.) qui interviennent dans la gestion des conflits. Cette contribution vise à démêler l’enchevêtrement des pouvoirs judiciaires qui s’exercent dans les espaces ruraux. Elle étudie aussi la position des muftis qui valident parfois des instances en marge de l’institution judiciaire pour intégrer, dans un cadre islamique, des territoires sur lesquels les pouvoirs centraux n’ont, au mieux, qu’une faible autorité.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1. Les cadis de la bādiya (qudāt al‑bawādī)
2. Les autres agents sultaniens intervenant dans le règlement des conflits
3. La gestion des conflits dans la bādiya

Aperçu du début du texte

La justice, où qu’elle s’exerce dans le Maghreb médiéval, est symboliquement organisée autour de la figure emblématique du cadi. Mais lorsque l’on étudie les espaces ruraux, surtout s’ils sont éloignés des centres urbains, on se rend vite compte que le cadi n’est pas le seul à intervenir dans la gestion des conflits. S’il est clairement présent dans les villes et bourgades, dans les espaces de sédentarité, il ne l’est que de manière ponctuelle et parfois informelle dans les lieux plus éloignés des relais des pouvoirs sultaniens, même si théoriquement il est censé intervenir partout, au même titre et de la même manière.

Pour observer la présence de cette figure judiciaire, son rôle mais aussi les réalités locales concurrentes dans les lieux éloignés des villes et surtout dans les espaces de la bédouinité (bādiya), l’apport des fatwas compilées dans les recueils mālikites de la fin du Moyen Âge s’avère tout à fait intéressant. Ces recueils permettent en effet d’étudier comment s’exerça...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élise Voguet, « De la justice institutionnelle au tribunal informel : le pouvoir judiciaire dans la bādiya au Maghreb médiéval », Bulletin d’études orientales, LXIII | 2015, 113-124.

Référence électronique

Élise Voguet, « De la justice institutionnelle au tribunal informel : le pouvoir judiciaire dans la bādiya au Maghreb médiéval », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXIII | 2015, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 28 mai 2017. URL : http://beo.revues.org/3232 ; DOI : 10.4000/beo.3232

Haut de page

Auteur

Élise Voguet

IRHT/CNRS

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page