Navigation – Plan du site

Le soufisme et les soufis selon Ibn Taymiyya

Sufism and Sufis according to Ibn Taymiyya
التصوّف والمتصوّفون عند ابن تيميّة
Qais Assef
p. 91-121

Résumés

Héritée de l’orientalisme du XIXe siècle et accentuée par l’avènement du wahhabisme et du salafisme, la réputation anti-soufie d’Ibn Taymiyya n’a cessé de voiler la réalité de son œuvre à portée mystique. Celui que l’on présente comme l’ennemi juré du soufisme aurait pourtant appartenu à la confrérie soufie Qādiriyya. Les préjugés sur Ibn Taymiyya et son école hanbalite, d’une part, et les difficultés spécifiques à l’approche de la mystique musulmane, d’autre part, ont été des obstacles majeurs à une étude approfondie sur les relations du savant hanbalite au taṣawwuf. L’épître al-Ṣūfiyya wa-l-fuqarāʾ, qui fait l’objet du présent travail, révèle non seulement son approbation explicite du soufisme, mais encore une défense énergique de cette discipline contre ceux qui la condamneraient en tant que telle. En outre, une lecture attentive de cette épître, associée aux faits historiques et à d’autres écrits du šayḫ al-islām, laisse transparaître une doctrine mystique dans la lignée des grands maîtres soufis, tels Ğunayd, Abū Bakr al-Kalābāḏī, Abū Ṭālib al-Makkī, ʿAbd al-Raḥmān al-Sulamī et autres.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

Précisions méthodologiques
L’épître des soufis et le contexte historique
Types spirituels et degrés de réalisation
Soufis et hiérarchie spirituelle
Conclusion

Aperçu du début du texte

Héritée de l’orientalisme du xixe siècle (Makdisi 1983, p. 43-49), et accentuée par l’avènement du wahhabisme et du salafisme, la réputation anti-soufie d’Ibn Taymiyya n’a cessé de voiler la réalité de son œuvre à portée mystique. Ce n’est que tardivement que l’on a vu l’audace de certains chercheurs percer, ici et là, l’épais brouillard couvrant l’immense héritage du šayḫ al-islām. Force est de constater que l’entreprise n’en est qu’à ses balbutiements. Cependant, ces travaux pionniers ont permis de révéler les affinités d’Ibn Taymiyya et de son école hanbalite avec la mystique musulmane. Une chose est certaine, il n’existe aucun écrit du savant hanbalite condamnant le soufisme en tant que tel. Faire du šayḫ al-islām un opposant à la mystique, reviendrait à négliger son acuité d’analyse et sa modération en termes de jugement. Selon Ibn Taymiyya, il ne faut rien rejeter en bloc, et « la seule chose qu’il soit correct de faire, c’est [cependant] de juger véridique le vrai et de trait...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Qais Assef, « Le soufisme et les soufis selon Ibn Taymiyya », Bulletin d’études orientales, Tome LX | 2012, 91-121.

Référence électronique

Qais Assef, « Le soufisme et les soufis selon Ibn Taymiyya », Bulletin d’études orientales [En ligne], Tome LX | mai 2012, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 19 septembre 2014. URL : http://beo.revues.org/330 ; DOI : 10.4000/beo.330

Haut de page

Auteur

Qais Assef

Institut français du Proche-Orient/École pratique des hautes études

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page