Navigation – Plan du site

The Phenomenon of the “Disappearing” Villages of Late Medieval Jordan, as Reflected in Archaeological and Economic Sources

Le phénomène des villages « disparus » de Jordanie durant le Bas Moyen-Âge d’après les sources archéologiques et économiques
ظاهرة القرى «البائدة» في الأردن في أواخر القرون الوسطى من خلال المصادر الأثرية والاقتصادية
Bethany Walker
p. 161-176

Résumés

Le déclin de l’occupation humaine survenu à la fin de la période mamelouke est l’un des phénomènes les plus importants de l’histoire culturelle du Sud du Bilād al-Šām, et plus particulièrement de la Transjordanie, dans la mesure où il est de plus en plus admis que le peuplement et les modèles écologiques qui se sont développés alors sont à l’origine de bien des aspects de la société jordanienne moderne. De plus, c’est une question qui a, pendant les vingt dernières années, dominé les débats sur l’archéologie de la Jordanie du bas Moyen-Âge. Bien que les fluctuations de l’occupation humaine durant cette période aient profondément transformé la Jordanie, cette question n’a que peu fait l’objet d’un examen systématique permettant de déterminer l’ampleur de la baisse démographique depuis le 14e siècle, le nombre de foyers de peuplement ayant « disparu » et les répercussions de ce phénomène sur le long terme.
Cette étude revisite le problème du déclin des lieux de peuplement en relisant les données archéologiques dans le contexte plus large des défis auxquels l’État mamelouk fut confronté après les grandes épidémies de peste. L’étude détaillée des sources documentaires concernant cette période suggère que la restructuration de l’économie de l’Empire et les changements de la propriété foncière locale ont contribué à éloigner les populations des zones où elles s’étaient établies.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

Migration in late medieval Jordan – the archaeological evidence (Fig. 3)
On agriculture and settlement – the textual evidence
Conclusions

Aperçu du début du texte

Migration is a natural component of the cycle of peasant life, as it is one response to labor shortages on large-scale agricultural projects or those that arise during labor-intensive periods.In such cases, peasants move temporarily to other farms and villages or reside seasonally in makeshift housing at the edge of fields until the harvest is done. This leaves no trace in the written record and only the slightest one archaeologically. It is transient, cyclical, and undisruptive. Short-term migration is also one of the few outlets peasants in traditional societies have to escape disaster, man-made and natural. Syrian narrative sources are punctuated by accounts of trauma-induced movements of peoples during the Mamluk period. Peasants availed themselves of this option during times of armed conflict, drought and flood (when roads were passable), but it was almost always a short-term move; migrants usually returned home after the danger had passed and rebuilt their lives.To cite specif...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bethany Walker, « The Phenomenon of the “Disappearing” Villages of Late Medieval Jordan, as Reflected in Archaeological and Economic Sources », Bulletin d’études orientales, Tome LX | 2012, 161-176.

Référence électronique

Bethany Walker, « The Phenomenon of the “Disappearing” Villages of Late Medieval Jordan, as Reflected in Archaeological and Economic Sources », Bulletin d’études orientales [En ligne], Tome LX | mai 2012, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 21 septembre 2014. URL : http://beo.revues.org/438 ; DOI : 10.4000/beo.438

Haut de page

Auteur

Bethany Walker

Missouri State University

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page