Skip to navigation – Site map
Dossier thématique : Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale
Exprimer les odeurs

Le lexique arabe des odeurs

Bruno Paoli
p. 63-97

Abstracts

The Arab lexicon of smells, as it appears in classic dictionaries, is an abundant lexicon. But this abundance is misleading: indeed, synonyms are numerous and meanings are limited. The theory of matrices and etymons provides a coherent framework to establish the typology of olfactory triliteral radicals: the basic vocabulary of odors is organized around a limited number of etymons and within two or three matrices combining continuous consonants to labial, coronal or nasal. This analysis shows that the semantic network of olfaction is partially lexicalized. As for the profusion of synonyms (77 verbs meaning “smell bad”!), it raises the question of how the classical Arabic dictionaries were composed. Although lexicographers don’t provide but a few informations, it seems that they have compiled data specific of many ancient Arabic dialects, as evidenced by the examples analyzed in the second part of the article.

Top of page

Excerpt

Outline

L’expression linguistique de l’olfaction
Le vocabulaire arabe des odeurs : inventaire
Une profusion lexicale en trompe‑l’œil
Des racines aux étymons et aux matrices
La matrice {[nasal], [continu]}
La matrice {[labial], [continu]}
Pivots et satellites
ʿAṭira et natuna
Natuna et mauvaises odeurs : dialectes et dictionnaires
ʿAira et les bonnes odeurs
Les augments : le cas du /ḫ/ et des gutturales en question
Pour conclure
Inventaire

First lines

L’expression linguistique de l’olfaction

Il est généralement reconnu que, dans les langues naturelles, le vocabulaire de l’olfaction, de même que celui de la gustation, est, en comparaison de ceux de la vision et de l’ouïe, peu développé, plus pauvre et limité, moins stable et systématique. Ainsi, « les odeurs n’ont en général pas de dénominations spécifiques comme en ont les couleurs  » ; et il n’existe pas d’adjectifs d’odeur comparables aux adjectifs de couleur. Ceci est particulièrement vrai en arabe, où la plupart de ces adjectifs de couleur (ʾabya « blanc », ʾaswad « noir », ʾazraq « bleu », ʾamar « rouge », etc.) sont construits sur le même schème (ʾafʿal), qui est aussi celui des élatifs (ʾakbar, « plus grand », par exemple) et des adjectifs indiquant un défaut ou une difformité (ʾaʿwaǧ, « tordu » ; ʾaʿmā, « aveugle »). Certes, des adjectifs d’odeur construits sur ce schème sont attestés dans les dictionnaires classiques : ʾašam (« qui exhale une odeur fétide par suite d’u...

Top of page

References

Bibliographical reference

Bruno Paoli, « Le lexique arabe des odeurs », Bulletin d’études orientales, LXIV | 2016, 63-97.

Electronic reference

Bruno Paoli, « Le lexique arabe des odeurs », Bulletin d’études orientales [Online], LXIV | 2016, Online since 01 April 2018, connection on 21 November 2017. URL : http://beo.revues.org/4686 ; DOI : 10.4000/beo.4686

Top of page

About the author

Bruno Paoli

Professeur à l’Université Lyon 2, ICAR-3 (UMR 5191)

By this author

Top of page

Copyright

© Institut français du Proche-Orient

Top of page