Skip to navigation – Site map
Dossier thématique : Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale
Odeurs et sacré

Réflexions sur l’usage des produits odoriférants dans les mosquées au Proche-Orient (ier/viievie/xiie s.)

Julie Bonnéric
p. 293-317

Abstracts

Fragrances have played a major role in Near-East cults that were anterior or contemporary to Islam. However, an analysis of the sources available reveals that Near-Eastern mosques were not the place for a large diffusion of perfume or incense. Although perfumes are exceptionally used to purify a sullied place, they have no liturgical function. Yet, in Islam fragrances assume a symbolic power, which might have favoured their role in ceremonial. The low level of ritualization in mosques does not justify the exclusion of scented products inside the religious building since the mosques are, under some conditions, the place of a sacred staging. The profusion of perfumes in profane contexts in the Early Islam, as well as in other cults, could have limited the use of fragrances in the mosques.

Top of page

Excerpt

Outline

Des fragrances ni abondantes, ni bannies 
Des références textuelles aux parfums rares et éparses
La mosquée du Prophète
La Kaʿba
Le Dôme du rocher
Les mosquées du Caire
Luminaires odoriférants et enduit parfumé
Des bonnes odeurs, du sacré et de l’islam
Des édifices sans rituel et donc sans odeur ?
Les fragrances marquées du sceau du profane
Conclusion

First lines

Les fragrances ont joué un rôle majeur dans les cultes du Proche-Orient, qu’ils soient antérieurs ou contemporains de l’islam . La région a en effet abrité des cultures ayant ritualisé le rôle des odeurs au sein des lieux de culte. Les Égyptiens de l’Antiquité étaient ainsi friands de parfums, qu’ils employaient à la fois pour le culte des dieux et dans les rites funéraires (Le Guérer 2005). Les Romains brûlaient également de l’encens lors des cérémonies religieuses. L’usage de ces produits semble s’être accru au contact des cultes orientaux . Faire l’économie de produits odoriférants et de libations pouvait même alors être interprété comme un signe d’athéisme . Dans les rituels chrétiens, les fragrances ont été intégrées sous deux formes principales (Harvey 2006) : des combustions massives d’encens lors des offices et des huiles liturgiques parfumées. Quoique son emploi ait été proscrit par les premiers chrétiens, l’encens joue un rôle cultuel dès la fin du ive siècle . Les textes ...

Top of page

References

Bibliographical reference

Julie Bonnéric, « Réflexions sur l’usage des produits odoriférants dans les mosquées au Proche-Orient (ier/viievie/xiie s.) », Bulletin d’études orientales, LXIV | 2016, 293-317.

Electronic reference

Julie Bonnéric, « Réflexions sur l’usage des produits odoriférants dans les mosquées au Proche-Orient (ier/viievie/xiie s.) », Bulletin d’études orientales [Online], LXIV | 2016, Online since 01 April 2018, connection on 22 September 2017. URL : http://beo.revues.org/4691 ; DOI : 10.4000/beo.4691

Top of page

About the author

Julie Bonnéric

Chercheur associé à l’Ifpo (Beyrouth) et au Ciham

By this author

Top of page

Copyright

© Institut français du Proche-Orient

Top of page