Skip to navigation – Site map
Dossier thématique : Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale
Les substances odorantes

Une archéologie des odeurs : identifier les encens et leurs usages au Proche et Moyen‑Orient (viiiexiie siècles)

Sterenn Le Maguer
p. 135-158

Abstracts

The use of incenses like frankincense (lubān), myrrh (murr) or aloes wood (ʿūd) is well known from written sources (lexicographical works, Materiae Medicae, chronicles, geographs’ accounts, poetry or literature). These sources inform us on the different uses of these costly aromatics in wealthy and prestigious contexts. Archaeological data complete our knowledge on this topic, giving us important information on how these aromatics were used within lower classes for which no textual data are available. Several sites that have yielded resins are then presented to enable us to identify the contexts where incenses were used: religious or not, wealthy or humble. Finally, in the frame of an anthropological approach, the selling and the use of frankincense today will be evocated.

Top of page

Excerpt

Outline

L’encens dans les sources textuelles : une variété de produits odorants et d’usages
Les résines en contexte archéologique : des indices de leur circulation
Les brûle-parfums : usages et contextes
L’encens aujourd’hui
Conclusion

First lines

L’encens oliban, en arabe lubān ou kundur, est une résine oléo‑gomme issue de l’arbre Boswellia sacra Flück (fig. 1‑2) . Commercialisée depuis l’Antiquité, elle représentait encore au Moyen Âge un produit de luxe recherché. Cependant, d’autres produits odoriférants – bois ou gommes‑résines – étaient brûlés comme encens afin de dégager une bonne odeur. L’étude conjointe des sources écrites et archéologiques révèle la diversité de ces produits. Malheureusement, ces substances sont très rarement présentes en contexte archéologique. À défaut, les brûle-parfums témoignent de l’usage de l’encens dans les divers contextes où ils sont retrouvés. L’analyse de ces données permet finalement de comprendre où ces encens étaient brûlés car, si les contextes sociaux les plus aisés sont bien documentés grâce aux sources textuelles, les plus modestes ne sont généralement révélés que par l’étude archéologique.

Figure 1. Arbre Boswellia sacra Flück, réserve naturelle de Wādī Dawkah, province du Dhofar,...

Top of page

References

Bibliographical reference

Sterenn Le Maguer, « Une archéologie des odeurs : identifier les encens et leurs usages au Proche et Moyen‑Orient (viiiexiie siècles) », Bulletin d’études orientales, LXIV | 2016, 135-158.

Electronic reference

Sterenn Le Maguer, « Une archéologie des odeurs : identifier les encens et leurs usages au Proche et Moyen‑Orient (viiiexiie siècles) », Bulletin d’études orientales [Online], LXIV | 2016, Online since 01 April 2018, connection on 24 May 2017. URL : http://beo.revues.org/4698 ; DOI : 10.4000/beo.4698

Top of page

About the author

Sterenn Le Maguer

Chercheur associé au CEFAS et au Laboratoire "Islam médiéval" (UMR 8167)

Top of page

Copyright

© Institut français du Proche-Orient

Top of page