Navigation – Plan du site

Aḥmad al-Zaʿtar ou le mystère de la totalité

De la quête de la terre à la quête de l’absolu
Aḥmad al-Zaʿtar or the Mystery of Totality: from the Quest for Land to the Quest for Absolute
أحمد الزعتر أو سرّ الكمال : من البحث عن الأرض إلى البحث عن المطلق
Tahrir Salah
p. 271-288

Résumés

Comment surmonter l’angoisse devant l’irrévocable ? Comment échapper à la tentation de l’abîme et des ténèbres ? La réponse de Mahmoud Darwich dans « Aḥmad al-Zaʿtar» est la même que celle que l’imaginaire humain nous livre depuis la nuit des temps : on transcende la mort soit en la convertissant en ascension soit en l’euphémisant par la promesse d’un éternel retour. Ainsi le poète condense-t-il dans cette élégie les symboles et les archétypes de l’ascension (échelles, oiseaux, montagnes…) et les figures de l’éternel retour (le Phoenix, Osiris et Rebis, la pierre de l’immortalité).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

Les figures du chaos et de la mort : Aḥmad al-Zaʿtar guetté par la tentation de l’abîme
La naissance d’Aḥmad : un triomphe sur le chaos
Le triomphe du détail : un retour à l’amorphe
L’eau qui coule : une figure de l’irrévocable
L’archétype animal ou la fuite de l’animal humain devant la mort
L’ascension ou la promesse d’un éternel retour : Aḥmad al-Zaʿtar face à l’irrévocable
L’imaginaire de l’ascension pour convertir l’irrévocable : oiseaux, échelles, montagnes, ciel… pour Aḥmad
L’Imaginaire de l’éternel retour pour euphémiser l’irrévocable : « Osiris, le Phœnix, Rebis » unis en Aḥmad
Aḥmad le phoenix : une résurrection par le feu
Aḥmad Osiris : une résurrection par le végétal
Aḥmad Rebis : une résurrection par la dualité-unité
De la quête de la terre à la quête de l’absolu : Aḥmad al-Zaʿtar ou le mystère de la totalité
L’année : une ère nouvelle
L’objet de la quête est à l’intérieur de soi

Aperçu du début du texte

L’élégie de Mahmoud Darwich intitulée « Aḥmad al-Zaʿtar » est parue en 1977 dans le recueil Aʿrās (Noces). Le personnage éponyme y symbolise les Palestiniens du camp de Tall al-Zaʿtar, au nord-est de Beyrouth, qui, assiégés puis pris d’assaut par les milices chrétiennes, furent près de deux mille à succomber en 1976.

Ce touchant chant de deuil alterne l’épique et le lyrique. L’épique s’y manifeste par l’activation de la fonction référentielle du langage à travers la narration, la description, le didactisme et l’emploi de la troisième personne, et le lyrique par le biais de la fonction émotive du langage, l’usage de la première personne et la théâtralisation du texte à travers l’instauration du dialogue et de ses actes de langage : demander, répondre, interpeller.

Pour contourner la mort qui guette son personnage, le poète condense les symboles et les archétypes de l’ascension ainsi que les figures de l’éternel retour et de l’immortalité. Ces dernières opèrent discrètement par des rés...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tahrir Salah, « Aḥmad al-Zaʿtar ou le mystère de la totalité  », Bulletin d’études orientales, Tome LX | 2012, 271-288.

Référence électronique

Tahrir Salah, « Aḥmad al-Zaʿtar ou le mystère de la totalité  », Bulletin d’études orientales [En ligne], Tome LX | mai 2012, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 28 novembre 2014. URL : http://beo.revues.org/531 ; DOI : 10.4000/beo.531

Haut de page

Auteur

Tahrir Salah

Université Lille 3

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page