Navigation – Plan du site
Ouvrages de littérature

Abū Kabīr al-Huḏalī, Zuhayra ! Quatre poèmes à sa fille sur la vieillesse et la mort, édition bilingue, traduits de l’arabe, présentés et annotés par Pierre Larcher (Actes Sud – Sindbad, 2014)

Katia Zakharia
Référence(s) :

Abū Kabīr al-Huḏalī, Zuhayra ! Quatre poèmes à sa fille sur la vieillesse et la mort, édition bilingue, traduits de l’arabe, présentés et annotés par Pierre Larcher, Arles, Actes Sud – Sindbad, 2014 (Collection La petite bibliothèque de Sindbad), ISBN 978-2-350-02707-0.

Texte intégral

  • 1 On lui doit notamment Les Mu‘allaqât, Les Sept Poèmes préislamiques, Fata Morgana, 2000 ; Le guette (...)

1Poursuivant son engagement scientifique dans la traduction commentée et annotée de poèmes arabes archaïques1, Pierre Larcher propose à l’orée de l’année 2014, un petit recueil bilingue dans lequel il met à la disposition du lecteur, amateur ou spécialiste, une œuvre singulière, aussi rude que remarquable. Si le nom du poète traduit, Abū Kabīr al-Huḏalī, est retentissant dans l’histoire littéraire, ses poèmes sont inconnus ou méconnus, exception faite de quelques vers sporadiques.

2Comme le rappelle le traducteur en introduction, l’œuvre d’Abū Kabīr est constituée, « à quelques fragments près » (p. 7) de quatre poèmes. Du moins, c’est ainsi qu’elle nous est parvenue, filtrée par le temps, les transmetteurs et la consignation écrite. Peu importe qu’il ne soit guère possible d’affirmer qu’une hypothétique œuvre « originale » du poète était de fait aussi succincte ou au contraire plus abondante. Loin des arguties factices d’une certaine critique, il est très intéressant d’observer qu’en tout état de cause, la tradition littéraire a retenu ces quatre poèmes dont l’originalité est très tôt soulignée, dès les premiers ouvrages de critique ou de poétique. « Ainsi, Ibn Qutayba (m. 276/889 ?), dans Kitāb al-šiʿr wa-l-šuʿarā’ (le Livre de la poésie et des poètes), écrit (p. 159) : “Abû Kabîr a quatre poèmes, dont le début de chacun est une seule et même chose et on ne connaît personne, parmi les poètes, qui ait fait cela” » (Zuhayra, p. 7-8).

3Les quatre poèmes sont en effet une adresse d’Abū Kabīr à sa fille Zuhayra. Chacun commence par « une évocation réaliste de ce “naufrage”, pour reprendre un mot célèbre, qu’est la vieillesse » (Zuhayra, p. 9) puis « se prolonge différemment : le premier, par celle […] des exploits de la jeunesse, le deuxième, par celle […] de la mort donnée par le jeune guerrier qu’il fut ; les troisième et quatrième par des scènes qui sont autant de symboles de mort » (ibid.). Constituant chacun une entité autonome, ils sont ensemble un quadriptyque dépeignant « une Arabia infelix et pour tout dire tragique » (ibid.).

  • 2 Pierre Larcher, le premier à avoir relié les vers et le récit en prose à la mythographie, les ayant (...)

4De longueur inégale (successivement 48, 19, 23 et 15 vers) les quatre poèmes sont de même mètre (kāmil) avec différentes rimes (successivement lī, rī, fī, mī). Le premier est un peu plus connu que les autres, particulièrement les vers 14-24 (Zuhayra, p. 22-25). Le récit qu’ils rapportent est chevillé à un autre récit, prosaïque, dont la coloration biographique livre quelques éclats de mythes oubliés2. En effet, ces vers sont supposés rendre compte d’une rencontre qui aurait eu lieu entre Abū Kabīr et le poète brigand Ta’abbaṭa Šarran. Signalons également que le vers 22 (« Quand on regarde les traits de son visage, ils sont/ Les éclairs du nuage, menaçant et splendide » [Zuhayra, p. 23]) a acquis une importance symbolique particulière dans le monde arabo-musulman médiéval : la Tradition veut qu’il ait été récité par ʿĀ’iša à propos du visage du Prophète.

5Ce n’est pas le lieu ici d’aller plus loin dans l’examen de l’intérêt littéraire et culturel de ces poèmes. Il convient plutôt d’apporter quelques lumières sur la traduction proposée.

  • 3 Si l’on m’autorise ce terme militaire.

6« Les principes de cette traduction sont, globalement, les mêmes que ceux adoptés dans [les] précédents recueils » de Larcher (Zuhayra, p. 10). Il s’agit le plus souvent de rendre les deux hémistiches du mètre arabe par un distique d’alexandrins « libérés ». Ce travail sur le rythme et la scansion est allié à un important travail phonétique, sémantique et rhétorique. On appréciera par exemple, particulièrement, p. 23 : les frémissements des f parcourant la page, rendent compte à la fois du déplacement furtif du « jeune guerrier » décrit par le narrateur (lui-même un autre guerrier et une projection textuelle du poète) : « fort, fin, très farouche » et de la furtivité3 du combattant qui avait « par une nuit d’effroi », assailli, violé et fécondé la mère du premier. Certes, les allitérations ne peuvent que rarement passer d’une langue à l’autre en conservant à l’identique les mêmes phonèmes. Le succès dans la traduction de ce passage tient à la transposition d’une langue à l’autre, d’un texte à l’autre, non pas des sonorités mais de l’effet qu’elles produisent sur le récepteur et de leur musicalité certaine. Relevons également (une pépite parmi d’autres) la traduction élaborée à la fois phonétiquement et sémantiquement de samūm par « vent vénéneux » (Zuhayra, p. 26-27) d’ailleurs commentée par Larcher en notes, p. 33.

7La violence des différentes scènes de combat est saisissante, tant dans le texte arabe que dans la traduction. Le lecteur, s’il se laisse porter par les images, ne manquera pas de frissonner en découvrant « la tête d’un cavalier qu’emporte/ une [bête], cuisse grasse, ronde où elle est sanglée » (Zuhayra, p. 67) ou les amis gisant « comme jonc odorant » autour de « l’homme fier » dont les « flèches sont/Les abeilles, butineuses, d’un essaim excité » qui « cautérise[nt] le fond des âmes », provoquant parfois une « plaie jaillissante,/béante, sanglante, telle d’un voile la fente » (Zuhayra, p. 43). Il se sentira oppressé comme les braves sur lesquels « le chamelon du ciel blatère et/ Qu’étranglées sont les âmes mêmes, d’une corde qui se resserre » (Zuhayra, p. 55).

8L’ensemble de la traduction est cohérent, sous-tendu par la maîtrise des rouages linguistiques des langues source et cible, par l’étendue et la précision du lexique et par un sens aigu de l’image littéraire. Mais la cohérence s’explique également par la manière dont Larcher considère les textes traduits. Considère sera compris ici dans la double acception de « regarde avec une grande attention » et « estime ». Le travail de Larcher confirme, si besoin était, que le regard porté par le chercheur sur l’objet de sa recherche a des incidences directes sur celle-ci. Dans cette perspective, c’est parce que ces textes sont, pour notre traducteur, « évidemment oui » de la poésie (Zuhayra, p. 12), qu’il réussit à les traduire comme tels, faisant passer dans la version française les richesses de la version arabe. Ce qui pourrait à première vue n’être qu’une lapalissade ou un postulat éculé, à savoir que les poèmes archaïques sont pleinement littéraires, soulève une importante question épistémologique car ils sont bien trop souvent vus autrement. Ainsi, lorsque, malgré tout son talent, l’orientaliste français Régis Blachère les considère comme « un exercice d’école », il les aborde comme tels, les examine comme tels et les réduit ainsi à ce statut. Chez Larcher, la connaissance attentive des faits de langue alliée à une appréciation exacte des caractéristiques littéraires des poèmes confère à la version française du texte une justesse que les remarques de détail sporadiques qui pourraient être faites ici ou là sont dès lors secondaires.

Haut de page

Notes

1 On lui doit notamment Les Mu‘allaqât, Les Sept Poèmes préislamiques, Fata Morgana, 2000 ; Le guetteur de mirages, cinq poèmes préislamiques, Sindbad, 2004 ; Le brigand et l’amant, deux poèmes préislamiques, Sindbad, 2012.

2 Pierre Larcher, le premier à avoir relié les vers et le récit en prose à la mythographie, les ayant signalés à mon attention, je leur ai consacré une étude sous le titre « “Chose passée ne s’est, dirait-on, jamais faite…” ; “biographies” d’Abū Kabīr Al-Huḏalī, Mythe, fiction et réalités », à paraître dans un recueil collectif.

3 Si l’on m’autorise ce terme militaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Katia Zakharia, « Abū Kabīr al-Huḏalī, Zuhayra ! Quatre poèmes à sa fille sur la vieillesse et la mort, édition bilingue, traduits de l’arabe, présentés et annotés par Pierre Larcher (Actes Sud – Sindbad, 2014) », Bulletin d’études orientales [En ligne], Comptes rendus (depuis 2012), Ouvrages de littérature, mis en ligne le 12 mars 2014, consulté le 18 août 2017. URL : http://beo.revues.org/1234

Haut de page

Auteur

Katia Zakharia

Université Lyon 2 et UMR 5291 GREMMO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page