Navigation – Plan du site
Articles en langue française

De la mesure en arabe : une description unifiée

Measure in Arabic
الوزن في العربية
Georges Bohas
p. 33-60

Résumés

Dans cette communication est proposée une organisation de la mesure en arabe dans les trois domaines suivants : la poésie arabe classique, la poésie arabe moderne, le Coran. La poésie classique est régie par un système métrique simple et le tableau proposé dans Bohas et Paoli (1997) suffit à rendre compte des parallélismes qu’elle présente. Pour la poésie arabe moderne, quelques aménagements du modèle classique sont nécessaires (synérèse, diérèse, rejet). Le Coran, enfin, comporte un bon nombre de sourates où la perception de parallélismes est immédiate. Nous tentons de décrire ces parallélismes dans la perspective d’une étude plus générale sur la poéticité du Coran.

Haut de page

Dédicace

En mémoire de Nicolas

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 octobre 2011.

  • 1 Le texte porte : de rapports d’équivalence, mais Ruwet (1975, p. 317) propose à la page suivante de (...)

Selon Ruwet (1975) qui reformule le principe de Jakobson (1960), les textes poétiques se caractérisent par l’établissement, codifié ou non, de parallélismes1 entre différents points de la séquence du discours, parallélismes qui sont définis aux niveaux de représentation « superficiels » de la séquence. Nous allons montrer la pertinence de ce principe pour rendre compte de la mesure dans la production littéraire arabe, profane ou sacrée.

I. Poésie classique

1. La Mu‘allaqa d’Imru’ al-Qays

  • 2 L’exposé sera volontairement très allusif en ce qui concerne la poésie arabe classique, toutes les (...)

1La structure métrique est l’un de ces niveaux « superficiels » et, dans la poésie classique, elle est, depuis longtemps, codifiée. J’ai même parlé (Bohas 1974), au sujet du vers arabe, de « double parallélisme ». En effet, si l’on analyse un vers arabe et si l’on dispose ses deux hémistiches l’un sous l’autre, on s’aperçoit que la position de l’élément stable (watid = iambe ou trochée) est la même dans les deux premiers pieds de chaque hémistiche. Ainsi, si le watid est en tête dans le premier pied, il le sera aussi dans les pieds suivants, et ce, dans les deux hémistiches2. Pour expliciter ceci, on peut partir du mètre ṭawīl dont la structure est bien connue :

[ −] x

[ −] x x

[ −] x

[ −] x x

2Sur cette ligne figurent en rouge les watid-s et en noir les unités variables (x), notions qui seront précisées par la suite. Les niveaux d’analyse sont les suivants :

  • 3 Dīwān Imri’ al-Qays, p. 8. Les vers sont analysés automatiquement par le programme Xaliyl créé par (...)

31) Le vers3 :

4qifaa nabki min @ikraY HabiybiN wamanzili // bisiqTi elliwaY bayna eldaxuwli faHawmali

52) Les deux hémistiches :

6qifaa nabki min @ikraY HabiybiN wamanziliy
bisiqTi elliwaY bayna eldaxuwli faHawmaliy

73) Le découpage syllabique :

8qifaa nabki min @ikraY HabiybiN wamanziliy
+qi+faa+nab+ki+min+@ik+raa+Ha+biy+bin+wa+man+zi+liy

CV

CVV

CVC

CV

CVC

CVC

CVV

CV

CVC

CVC

CV

CVC

CV

CVC

[∪

−]

[∪

−]

[∪

−]

[∪

−]

9bisiqTi elliwaY bayna eldaxuwli faHawmaliy
+bi+siq+Til+li+waa+bay+nal+da+xuw+li+fa+Haw+ma+liy

104) L’identification des unités métriques :

11qifaa nabki min @ikraY HabiybiN wamanziliy

12+qi+faa+nab+ki+min+@ik+raa+Ha+biy+bin+wa+man+zi+liy

13bisiqTi elliwaY bayna eldaxuwli faHawmaliy
+bi+siq+Til+li+waa+bay+nal+da+xuw+li+fa+Haw+ma+liy

CV

CVC

CVC

CV

CVV

CVC

CVC

CV

CVC

CV

CV

CVC

CV

CVC

[∪

−]

[∪

−]

[∪

− ]

[∪

−]

14Ne gardons que les unités métriques :

CV

CVV

CVC

CV

CVC

CVC

CVV

CV

CVC

CVC

CV

CVC

CV

CVC

[∪

−]

[∪

−]

[∪

−]

[∪

−]

CV

CVC

CVC

CV

CVV

CVC

CVC

CV

CVC

CV

CV

CVC

CV

CVC

[∪

−]

[∪

−]

[∪

−]

[∪

−]

15Nous pouvons procéder à la même opération avec le deuxième vers du poème :

16fatuwDiHa faelmiqraa#i lam ya&fu rasmuhaa // limaa nasajathaa min januwbiN wa$am’ali

17fatuwDiHa faelmiqraa#i lam ya&fu rasmuhaa
+fa+tuw+Di+Ha+fal+miq+raa+ti+lam+ya&+fu+ras+mu+haa

CV

CVC

CV

CV

CVC

CVC

CVV

CV

CVC

CVC

CV

CVC

CV

CVV

[

]

[

]

[

]

[

]

18limaa nasajathaa min januwbiN wa$am’aliy
+li+maa+na+sa+jat+haa+min+ja+nuw+bin+wa+$am+’a+liy

CV

CVV

CV

CV

CVC

CVV

CVC

CV

CVC

CVC

CV

CVC

CV

CVC

[

]

[

]

[

]

[

]

19Pour les deux vers, ne gardons que les unités métriques :

20I

CV

CVV

CVC

CV

CVC

CVC

CVV

CV

CVC

CVC

CV

CVC

CV

CVC

[∪

−]

[∪

−]

[∪

−]

[∪

−]

CV

CVC

CVC

CV

CVV

CVC

CVC

CV

CVC

CV

CV

CVC

CV

CVC

[∪

−]

[∪

−]

[∪

− ]

[∪

−]

21II

CV

CVC

CV

CV

CVC

CVC

CVV

CV

CVC

CVC

CV

CVC

CV

CVV

[∪

−]

[∪

−]

[∪

− ]

[∪

−]

CV

CVV

CV

CV

CVC

CVV

CVC

CV

CVC

CVC

CV

CVC

CV

CVC

[∪

−]

[∪

−]

[∪

− ]

[∪  

−]

22Les parallélismes apparaissent déjà clairement, mais ils deviennent plus évidents encore lorsqu’on enlève la ligne des CV :

23[]  − []  −  − []  −  []
[]  − []  −  − [][]
[][]  −  − []  −  []
[  −][  −]  −  − [  −]  −  [  −]

24Et plus encore une fois les lignes disposées sous forme de tableau :

[]

[]

− −

[]

[]

[]

[]

− −

[]

[]

[]

[]

− −

[]

[]

[]

[]

− −

[]

[]

25Les parallélismes repérés sont les suivants :

261) En rouge : les watid-s, toujours à la même place.

272) En bleu : la dernière syllabe de l’hémistiche qui est toujours longue en métrique arabe classique.

  • 4 Voir l’article de D. E. Kouloughli ici-même.

283) En violet, l’avant dernière syllabe du ṭawīl qui est le plus souvent brève et les deux unités métriques de la quatrième colonne qui sont le plus souvent longues. En somme, ce qui est en violet peut donner lieu à un calcul de pourcentage4.

294) Ce qui est en noir est complètement variable et peut lui aussi donner lieu à un calcul qui peut être mis en rapport avec une époque, un auteur, un genre, etc.

30On observe donc l’existence de parallélismes, mais il faut ajouter que, dans la tradition poétique arabe, ils sont codifiés et identifiés : cette disposition est celle du ṭawīl, l’un des seize mètres arabes classiques. Si l’on était en présence de la séquence suivante :

[]

− −

[]

[]

− −

[]

[]

− −

[]

[]

− −

[]

[]

− −

[]

[]

− −

[]

[]

− −

[]

[]

− −

[]

31on observerait bien des parallélismes, ce serait peut-être beau, ce serait peut-être bien mesuré, mais ce ne serait pas un vers arabe. Pour parler en termes ẖalīliens : mafā‘īlun fa‘ūlun mafā‘īlun fa‘ūlun manifeste certainement une mesure, mais n’est pas un mètre arabe.

32En métrique classique, les parallélismes sont donc codifiés. Tous les vers d’un même poème présentent les mêmes parallélismes. Il suffit de continuer l’analyse de la Mu‘allaqa pour le constater :

33taraY ba&ara el’ar’aami fiy &araSaatihaa // waqiy&aanihaa ka’an*ahu Hab*u fulfuli
taraY ba&ara el’ar’aami fiy &araSaatihaa
+ta+raa+ba+&a+ral+’ar+’aa+mi+fiy+&a+ra+Saa+ti+haa

CV

CVV

CV

CV

CVC

CVC

CVV

CV

CVC

CV

CV

CVV

CV

CVV

[∪

−]

[∪

−]

[∪

−]

[∪

−]

34waqiy&aanihaa ka’an*ahu Hab*u fulfuliy

+wa

+qiy

+&aa

+ni

+haa

+ka

+’an

+na

+huw

+Hab

+bu

+ful

+fu

+liy

CV

CVC

CVV

CV

CVV

CV

CVC

CV

CVC

CVC

CV

CVC

CV

CVC

[∪

−]

[∪  

−]

[∪  

−]

[∪

−]

35Nous avions dit précédemment que les deux unités métriques de la quatrième colonne sont le plus souvent longues. Mais nous constatons que l’une d’entre elles est ici brève et que ces positions sont donc, elles aussi, soumises au calcul de pourcentage. Le tableau prend alors la forme suivante :

stable

var

stable

 %

stable

var

stable

 % stable

[  −]

[  −]

− −

[  −]

[  −]

 

[  −]

[  −]

− −

[  −]

[  −]

 

[  −]

[  −]

− −

[  −]

[  −]

 

[  −]

[  −]

− −

[  −]

[  −]

 

[  −]

[  −]

− −

[  −]

[  −]

 

[  −]

[  −]

[  −]

[  −]

 

36Ajoutons encore un vers :

37ka’an*iy gadaa#a elbayni yawma taHam*aluwe // ladaY samuraa#i elHay*i naaqifu HanZali

38ka’an*iy gadaa#a elbayni yawma taHam*aluwe
+ka+’an+niy+ga+daa+tal+bay+ni+yaw+ma+ta+Ham+ma+luw

CV

CVC

CVC

CV

CVV

CVC

CVC

CV

CVC

CV

CV

CVC

CV

CVC

[∪

]

[∪

]

[∪

]

[∪

]

39ladaY samuraa#i elHay*i naaqifu HanZaliy
+la+daa+sa+mu+raa+til+Hay+yi+naa+qi+fu+Han+Za+liy

CV

CVV

CV

CV

CVV

CVC

CVC

CV

CVV

CV

CV

CVC

CV

CVC

[∪

−]

[∪

−]

[∪

−]

[∪

−]

[]

[]

− −

[]

[]

 

[]

[]

− −

[]

[]

 

[]

[]

− −

[]

[]

 

[]

[]

− −

[]

[]

 

[]

[]

− −

[]

[]

 

[]

[]

[]

[]

 

[]

[]

− −

[]

[]

 

[]

[]

− −

[]

[]

 

40Nous pourrions continuer ainsi jusqu’à la fin de la Mu‘allaqa, cela confirmerait simplement ce qui a été dit sur les parallélismes codifiés.

2. Un poème d’al-Walīd b. Yazīd

  • 5 Dīwān al-Walīd b. Yazīd, p. 26, vers 1-4.

41Le second exemple d’analyse concerne un petit poème tiré du dīwān d’al-Walīd b. Yazīd5. Il suffit d’analyser quelques vers de ce poème en écrivant en rouge les éléments stables pour voir le parallélisme se dégager de lui-même :

  • 6 // symbolise ici la frontière entre deux pieds.

’arānī qad taṣābaytu

wa qad kuntu tanāhaytu

analyse métrique

[] − − //6 []

[]− ∪ // []

walaw yatrukuni lḥubbu

laqad ṣumtu waṣallaytu

analyse métrique

[] − ∪ //[]

[∪−] − ∪ //[∪−] −

’iḏā ši’tu taṣabbartu

walā ’aṣbiru ’in ši’tu

analyse métrique

[]− ∪ // []

[]− ∪ // []

walā wallāhi lā yaṣbi-

-ru fi ddaymūmati lḥūtu

analyse métrique

[]− − //[∪−] −

[]− − //[∪−] −

mètre (hazaǧ)

[]x x //[∪−] x x

[]x x // []x x

42En faisant figurer toutes ces analyses dans un tableau, on fera encore mieux apparaître le parallélisme (mètre hazaǧ) :

[ −] x x

[ −] x x

[ −] x x

[ −] x x

[ −] − −

[ −]

[ −] − ∪

[ −]

[ −] − −

[ −]

[ −] − ∪

[ −]

[ −] − ∪

[ −]

[ −] − ∪

[ −]

[ −] − −

[ −]

[ −] − −

[ −]

43Les unités variables sont soumises à une contrainte appelée mu‘āqaba par les métriciens de la tradition ẖalīlienne. Dans Bohas & Paoli (1997), nous lui avons donné la forme suivante :

Condition de sortie : toute séquence de brèves égale ou supérieure à 2 figurant à gauche d’un watid doit appartenir au même pied que lui.

44Donc, dans un hazaǧ, on ne peut pas avoir :

[] ∪ ∪ // [] − −   [] ∪ ∪ // [] − −

45puisque les deux brèves sont à gauche du watid et n’appartiennent pas au même pied que lui, tandis que dans un raǧaz, la séquence :

6 raǧaz

∪ ∪ [ −]

∪ ∪ [ −]

46est parfaitement possible, puisque les deux brèves et le watid figurent dans le même pied.

  • 7 x = unité variable, brève (∪) ou longue (−) ; X = unité variable, deux brèves (∪∪) ou une longue (− (...)

47Les parallélismes codifiés sont reproduits dans la liste ci-dessous 7 :

Watid initial

P1

P2

P3

P4

1 hazaǧ

[ −] x x

[ −] x −

///////////////////

///////////////////

2 wāfir

[ −] X −

[ −] X −

([ −] )

/////////////////

3 muḍāri‘

[ −] x x

[− ] x −

///////////////////

///////////////////

4 ṭawīl

[ −] x

[ −] x x

[ −] x

[ −] x

5 mutaqārib

[ −] x

[ −] x

[ −] x

([ −] )

Watid final

6 raǧaz

x x [ −]

x x [ −]

(x x [ −])

///////////////////

7 sarī‘

x x [ −]

x x [ −]

x − / − −

///////////////////

8 kāmil

X − [ −]

X − [ −]

(X − [ −])

///////////////////

9 munsariḥ

x x [ −]

X x [− ]

x x [ −]

///////////////////

10 muqtaḍab

x x [− ]

x x [ −]

///////////////////

///////////////////

11 basīṭ

x x [ −]

x [∪ −]

x x [ −]

(x [ −])

12 mutadārak

x [ −]

x [ −]

x [ −]

(x [ −])

Watid médian

13 ramal

x [ −] x

x [ −] x

(x [ −] )

///////////////////

14 ẖafīf

x [ −] x

x [− ] x

(x [ −] )

///////////////////

15 muǧtaṯṯ

x [− ] x

x [ −]

//////////////////

//////////////////

16 madīd

x [ −] x

x [ −]

 x [ −]

///////////////////

48Observations :

491) Les watid mafrūq ( = trochées) sont en italiques, pour faciliter le repérage.

  • 8 Selon les métriciens arabes. Dans la réalité de la production poétique, l’existence du pied − [∪ −] (...)

502) Dans 12, les pieds sont réalisés comme − ∪ − 8, ∪∪ − ou − − (par synérèse : ∪∪ > −).

513) Dans 6 et 7, les deux premiers pieds sont strictement identiques et la différence tient au dernier pied. S’il a la structure écrite en 7, alors le vers est un sarī‘.

524) Tout hémistiche comporte au moins deux pieds et possiblement trois ou quatre comme indiqué par les parenthèses. Le vers comporte deux hémistiches. Le nombre de pieds par hémistiche est identique dans tout le poème.

535) Si une séquence peut être analysée à la fois comme 13 et 16, la bonne analyse est 16.

54En somme, comme on l’a déjà maintes fois démontré et répété, le ši‘r ‘amūdī est régi par un système métrique simple. Ce qui est compliqué, c’est la théorie élaborée par al-H̱alīl pour en rendre compte.

II. Poésie moderne9

1. Analyse de quelques poèmes : synérèse, diérèse, rejet et syllabes orphelines

55Soit le fragment suivant d’al-Sayyāb (1971, p. 463) :

ǧaw‘ānu fi lqabri bilā ġiḏā’
− − [ − ] // − ∪[ − ]// ∪ −

‘aryānu fi ṯṯalji bilā ridā’
− − [ − ]// − ∪ [ − ]// ∪ −

ṣaraẖtu fi ššitā’
∪ − [ − ]// ∪ −

’aqiḍḍa yā maṭar
∪ − [ − ]// ∪ −

maḍāǧi‘a l‘iẓāmi waṯṯulūǧi walhabā’
∪ − [ − ]// ∪ − [ − ]// ∪ − [ − ]// ∪ −

maḍāǧi‘a lḥaǧar
∪ − [ − ]// ∪ −

56Les parallélismes apparaissent bien, mais sans la codification classique. Les différences essentielles entre poésie classique et poésie moderne sont les suivantes :

57D1 : le vers n’est pas réparti en deux hémistiches

58D2 : le nombre des pieds diffère de vers à vers.

59Cela apparaît encore plus clairement dans le tableau ci-dessous :

− − [ − ]

− ∪ [ − ]

∪ −

− − [ − ]

− ∪ [ − ]

∪ −

∪ − [ − ]

∪ −

∪ − [ − ]

∪ −

∪ − [ − ]

∪ − [ − ]

∪ − [ − ]

∪ −

∪ − [ − ]

∪ −

60Si l’on veut décrire les parallélismes évidents dans ce poème, il n’y a plus à recourir à une liste de mètres. Il suffit de définir le pied comme suit :

P = x x [ ]

61Soit deux variables et un watid, chaque vers comportant une séquence libre de pieds.

62Voici encore un fragment d’al-Sayyāb (1971, p. 328) :

  • 10 En gardant provisoirement  les conventions de la métrique classique pour les syllabes finales, à sa (...)

tammūzu yamūtu ‘ala l’ufuqi10
[−] // ∪[ −]// ∪ [ −]// ∪ [ −]

wa taġūru dimāhu ma‘a ššafaqi
∪ [∪ −] // ∪ [∪ −] // ∪ [∪ −]// ∪ [∪ −]

fi lkahfi lmu‘timi. waẓẓalmā’
[−] // − [−] // ∪ [ −] // − [−]

naqqālatu ’is‘āfin sawdā’
[−] // ∪ [ −] // − [−] // − [−]

waka’anna llayla qaṭī‘u nisā’
∪ [∪ −] // − [−] // ∪ [∪ −] // ∪ [∪ −]

kuḥlun wa‘abā’ātun sūdu
[−] // ∪ [ −] // − [−] // − [−]

’allaylu ẖabā’
− [−] // ∪ [∪ −]

’allaylu nahārun masdūdu
[−] // ∪ [ −] // − [−] // − [−]

63On observe la même répartition des parallélismes que dans le mutadārak :

x [ −] // x [ −]

64avec D1 et D2 et, comme en métrique classique, libre application de la synérèse :

[ −]

[−]

65pour donner les pieds // − [−] // (fa‘lun dans la terminologie ẖalīlienne). Evidemment, dans le tableau, la longue produite par synérèse occupera la place de deux brèves.

[−]

[ −]

[ −]

[ −]

∪ [∪ −]

[ −]

[ −]

[ −]

[−]

[−]

[ −]

[−]

[−]

[ −]

[−]

[−]

[ −]

[−]

[ −]

[ −]

[−]

[ −]

[−]

[−]

[−]

[ −]

[−]

[ −]

[−]

[−]

66La description de ce poème est alors :

67P = x [ −], soit une variable et un watid.

68On peut appliquer la synérèse, ce qui donne − [−].

69Dans les deux poèmes analysés jusqu’ici, le watid était à la fin du pied. Il en va de même s’il est au début, comme dans le poème suivant (Darwīš, Dīwān, p. 270) :

  • 11 Ou mulawwaatan.
  • 12 En poésie classique, le dernier pied du mutaqārib se réduit souvent à [∪ −].

mulawwiḥatan11, yā manādīla ḥubbī… ‘alayki ssalām
[ −] ∪ // [ −] − // [ −] − // [ −] − // [ −] − // [ −]12

taqūlīna ’akṯara mimmā yaqūlu hadīlu lḥamām
[ −] − // [ −] ∪ // [ −] − // [ −] ∪ // [ −] − // [ −]

wa’akṯara min dam‘atin ẖalfa ǧafnin.. yanām
[ −] ∪ // [ −] − // [ −] − // [ −] − // [ −]

‘alā ḥulumin hāribin !
[ −] ∪ // [ −] − // [ −]

70Ce qui donne en tableau :

[ −]

[ −]

[ −]

[ −]

[ −]

[ −]

[ −]

[ −]

[ −]

[ −]

[ −]

[ −]

[ −]

[ −]

[ −]

[ −]

[ −]

[ −]

[ −]

[ −]

71Les parallélismes sont décrits par la simple définition du pied :

72P = [ −] x, soit un watid etune variable qui peut tomber en fin de vers.

73Il a été question de la synérèse. L’opération inverse, la diérèse, existe en classique aussi bien dans le kāmil que dans le wāfir :

[ −]

−  −

[ −]

∪     ∪ −

74Considérons ce fragment d’al-Sayyāb (1971 :394) :

qara’tu smī ‘alā ṣaẖrā’
[ −] − − // [ −] − −

hunā, fī waḥšati ṣṣaḥrā’
[ −] − − // [ −] − −

‘alā ’āǧurratin ḥamrā’
[ −] − − // [ −] − −

‘alā qabrin. fakayfa yuḥissu ’insānun yarā qabrah ?
[ −] − − //[ −] ∪∪ −// [ −] − − // [ −] − −

75Mettons-le en tableau :

[ −] − −

[ −] − −   

[ −] − −

[ −] − −

[ −] − −

[ −] − −

[ −] − −

[ −] ∪∪ −

[ −] − −

[ −] − −

76Le pied se définit comme :

77P = [ −] x x ; contrainte : les deux variables sont toujours réalisées longues. On applique la diérèse où l’on veut. Ici, elle s’applique dans le deuxième pied du vers 4 ([ −] ∪∪ −).

78On retrouve cette relation de diérèse quand le watid est en fin de pied (al-Ḥaydarī 1974 :134) :

hāḏa ssirāǧu qad intahat ’aḥlāmuhū
− − [ −] // ∪∪ − [ −] // − − [ −]

wadana ṣṣabāḥ
∪∪ − [ −]

walfaǧru yūladu marratan ’uẖrā ‘alā nazfi lǧirāḥ
− − [ −] // ∪∪ − [ −] // − − [ −] // − − [ −]

wamaḥat yadu ṣṣafwi lǧamīli duǧa l‘awāṣif

∪∪ − [ −] // − − [ −] // ∪∪ − [ −] // ∪∪  RM
warriyāḥ
[ −]

−−[]

∪∪ − [ −]

 −−[]

∪∪ − [ −]

−−[]

∪∪ − [ −]

 −−[]

 −−[]

∪∪ − [ −]

 −−[]

∪∪ − [ −]

  RM

  −[]

  • 13 Insistons, à l’intention de chercheurs trop pressés de ramener le neuf à l’ancien : le rejet métriq (...)
  • 14 Voir l’étude consacrée à ce sujet dans Bohas et Diab-Duranton (2006).

79Le dernier vers présente un nouveau phénomène que j’ai appelé (Bohas, 1975) le rejet métrique (RM). Il consiste en ce qu’un pied est distribué sur deux vers13 ; en ce cas, la dernière brève du premier vers (ici ligne 4, en bleu), bien que se retrouvant en fin de vers, doit néanmoins être considérée ici comme brève14. RM est très couramment pratiqué par Maḥmūd Darwīš, Adūnīs et bien d’autres poètes modernes.

80Considérons enfin, en classique, les vers où le nombre de variables par pied passe de 2 à 1 : ṭawīl, basīṭ, madīd. Les places où sont distribués les pieds à une variable et les pieds à deux variables sont strictement déterminées : dans les pieds impairs du ṭawīl, une variable ; et dans les pieds pairs du basīṭ, une variable. On n’observe pas de codification stricte dans la poésie moderne où se mélangent librement les pieds à x (impair) et à x x (pair), comme dans ce fragment d’Adūnīs (1971 : 417) :

  • 15 Une longue orpheline en fin de vers est courante en métrique classique (tarfīl), voir ci-dessous.

’aṣruẖu ba‘da ssukūti llaḏī lā yuġāmiru fīhi lkalāmu
− ∪ [ −] // − [ −]//− [ −]//− [ −]// ∪ [ −]// − [ −]// −15

’aṣruẖu : man minkum yarānī
− ∪ [ −] // − − [ −] // −

yā baqāyā bilā qāmatin yā baqāyā tamūt
[ −] // − [ −] // − [ −] // − [ −] // − [ −]

taḥta hāḏa ssukūt
[ −] // − [ −]

81En tableau, c‘est encore plus clair :

− ∪ [ −]

[ −]

[ −]

[ −]

[ −]

[ −]

 − ORPH

− ∪ [ −]

− − [ −]

− ORPH

[ −]

[ −]

[ −]

[ −]

[ −]

[ −]

[ −]

82La description se limite à :

P = x (x) [ −]

83Ce qui donne des pieds avec une ou deux variables distribuées librement. Mais il ne faut pas oublier que la synérèse et la diérèse sont libres, de sorte qu’on peut avoir deux vers comme :

− − [ −]

[ −]

∪ − [ −]

[ −]

∪∪ − [ −] Diérèse

 − [−] Synérèse

[ −]

− − [ −]

84Ce mélange ne se trouve pas en ši‘r ‘amūdī. En revanche, la longue isolée en fin de vers (ORPH, syllabe orpheline) est bien attestée. C’est ce qui s’appelle, dans la terminologie ẖalīlienne, le tarfīl.

85Le problème de la lecture : quand on lit de la poésie classique, on prend en compte toutes les voyelles, šadda et autres, sauf quand on a affaire à une licence poétique. C’est-à-dire, lorsque la structure métrique impose un manquement aux règles de la grammaire. Prenons un exemple célèbre. La grammaire impose de dire : ’a-lam ya’tika, le ğazm après lam étant obligatoire ; pourtant on trouve ce vers :

بمـــا لاقَــتْ لَبُـون بـنـي زِيــاد؟

أَلـمْ يَـأْتِيــكَ، والأَنْبـــاءُ تَـنْـمِــي،

86Son analyse est la suivante :

’a+lam+ya’+tiy+ka+wal+’an+baa+’u+tan+miy
[ −] −  − //[ −]  −  − // [ −]
[ −] −  − //[ −] ∪ ∪ − //[ −]
bi+maa+laa+qat+la+buw+nu+ba+niy+zi+yaa+diy

87Soit :

[ −] − −

[ −] − −

[ −]

[ −] − −

[ −] ∪∪ −

[ −]

88Le vers est un wāfir dont le modèle est :

[ −] X −

[ −] X −

[ −]

89X = − ou ∪∪ − (une longue ou deux brèves et une longue).

90Si on lisait le vers grammaticalement : ’a lam ya’tika, cela donnerait :

[ −]

[ −] − −

[ −]

[ −] − −

[ −] ∪∪ −

[ −]

91Le mètre serait « cassé ». On aurait un mélange de hazaǧ et de wāfir, ce qui est bien évidemment impossible en métrique classique puisque tout poème est monomètre ! Pour éviter cela, on préfère « offenser » la grammaire, même gravement, pourvu que la métrique soit sauve.

92Le commentaire du Lisān al-‘arab à ce sujet est éloquent :

93وأَما قول قَيْس بن زُهَير العَبْسي ّ :

94أَلمْ يَأْتِيكَ، والأَنْباءُ تَنْمِـي بما لاقَتْ لَبُون بني زِياد؟

95فإِنما أَثبت الياء ولم يحذفها للجزم ضرورة، وردَّه إِلى أَصله. قال المازني : ويجوز في الشعر أَن تقول زيد يرْمِيُك، برفع الياء، ويَغْزُوُك، برفع الواو، وهذا قاضيٌ، بالتنوين، فتُجْري الحرْفَ المُعْتَلَّ مُجرى الحرف الصحيح من جميع الوُجوه في الأَسماء والأَفعال جميعاً لأَنه الأَصل.

96Les cas de licences poétiques ont été repérés et classé dans des traités comme celui d’al-Qayrawānī. Pour la poésie moderne, rien de pareil n’a été fait, et pourtant, le problème se pose de la même manière, comme va nous le montrer l’analyse d’un poème de Maḥmūd Darwīš (1972 : 123) :

hal ya’ḏanu lḥurrāsu lī bilinḥinā’
− − [ −] // − − [ −] // ∪ − [ −]

fawqa lqubūri lbīḍi yā ’ifrīqiyā
− − [ −] // − − [ −] // − − [ −]

97Jusqu’ici, on a P = x x [ −]. Interviennent ensuite la diérèse et le rejet métrique :

’alqat binā rīḥu ššamāli ’ilayki

− − [ −] // − − [ −] // ∪∪ − [ RM

−]∪∪[ −]
waẖtaṣaralmasā’

’asmā’ana l’ūlā

− − [ −] // − − RM

[ −]// − − [ −] // ∪∪[ −]
waku nnā ‘ā’idīna min annahār

bika’ābati ttanqībi ‘an tārīẖina l’ātī

∪∪ − [ −]//− − [ −] // − − [−] // − − RM

[ −] // − − [ −]
wa kunnā mut‘abīn

āa lmuġannī walmuāribu waṭṭarīqu ’ilannahār
− − [ −] //− − [ −] // ∪∪ − [ −]// ∪∪ − [ −]

98La description du poème est donc :

99P = x x [ −] ; optionnel : diérèse et rejet métrique.

100Mettons le poème en tableau :

− − [ −]

− − [ −]

∪ − [ −]

− − [ −]

− − [ −]

− − [ −]

− − [ −]

− − [ −]

∪∪ − [ RM

    −]

∪∪ − [ −]

− − [ −]

− − RM

  [ −]

− − [ −]

∪∪ − [ −]

∪∪ − [ −]

− − [ −]

− − [ −]

− − RM

  [ −]

− − [ −]

− − [ −]

− − [ −]

∪∪ − [ −]

∪∪ − [ −]

  • 16 Voir Bohas et Diab-Duranton (2006).

101Le fait que, lors du rejet métrique au troisième vers, la brève du watid se trouve en finale de vers montre bien que la définition de la syllabe finale a évolué16. Mais revenons à :

hal ya’ḏanu lḥurrāsu lī bilinḥinā’
− − [ −] // − − [ −] // ∪ − [ −]

102On peut se dire que le dernier pied pose le même problème que le vers de Qays et se demander s’il ne faudrait pas le lire bil’inḥinā’ en transformant le hamza al-waṣl en hamza al-qaṭ‘ (licence poétique) ce qui est, par ailleurs, une des tendances actuelles dans la prononciation de l’arabe, d’autant plus que, dans l’édition, le texte porte bien une hamza al-qaṭ‘, ce qui donnerait :

hal ya’ḏanu lḥurrāsu lī bil’inḥinā’
− − [ −] // − − [ −] // − − [ −]

103Et donc un kāmil parfait.

III. La mesure dans le Coran

1. La sourate 114

104Bien équipés pour repérer les parallélismes, nous allons aborder un autre type de texte. Dans cette partie, vont être analysées certaines sourates du Coran qui avaient déjà fait l’objet d’une tentative dans un mémoire de DEA (Mouhieddine, 1991). Considérons la dernière sourate :

1  qul ’a‘ūḏu birabbi nnās

2  maliki nnās

3 ’ilāhi nnās

min šarri lwaswāsi lẖannās

5 ’allaḏī yuwaswisu fī ṣudūri nnās

6  mina lğinnati wannās

  • 17 Suivant cette lecture, les syllabes surlongues finales (nās) sont comptées comme de simples longues

105Du fait qu’on observe une rime évidente, le découpage en lignes ne pose pas de problème. Nous suivons la lecture d’Al-Ḥuṣarī dont on trouve des exemplaires facilement17. L’analyse métrique est la suivante :

1  qul ’a‘ūḏu birabbi nnās
− ∪ − ∪ ∪ − − −

maliki nnās
∪ ∪ − −

3 ’ilāhi nnās
∪ − − −

min šarri lwaswāsi lẖannās
− − − − − − − −

5 ’allaḏī yuwaswisu fī ṣudūri nnās
− ∪ − ∪ − ∪ ∪ − ∪ − − −

mina lğinnati wannās
∪ − − ∪ ∪ − −

106Dès la première ligne, la structure métrique saute aux yeux :

[∪ −] // ∪ [∪ −] // − [−]

107Le pied a la forme : P = x [∪ −] avec possibilité de synérèse : ∪ [∪ −] > − [−] ;et de rejet métrique, comme nous le verrons.

108Mettons les unités métriques en tableau :

[∪ −]

[∪ −]

[−]

[∪ −]

− RM

 [∪ −]

[−]

 − [−] 

[−] 

[−] 

[−]

109Dans ce quatrième verset, la synérèse s’est appliquée dans tous les pieds. Pour se situer dans la théorie ẖalīlienne, un mutadārak dont tous les pieds sont des fa‘lun est parfaitement possible. Voici un vers sur ce mètre cité par al-Tibrīzī (1970 :139) :

mā min yawmin yamḍī ‘annā

’illā ’awhā minnā ruknā

− − // − − // − − // − −

− − // − − // − − // − −

110L’analyse de ces quatre versets ne pose donc pas de problème. Restent les deux derniers. Il a été montré qu’en poésie moderne, les pieds pairs et impairs (− [∪ −] et − − [∪ −]) pouvaient alterner librement. Ajoutons donc une variable à la forme du pied :

111P = x (x) [∪ −]

112Sans oublier que la diérèse peut s’appliquer, ce qui donne :

− ORPH

∪ − [∪ −]

 ∪∪ − [∪ −] DI

− − RM

   [ −]

− ∪ [∪ −]

− ORPH

113Comme nous l’avons déjà dit, la syllabe orpheline de droite est attestée aussi bien en poésie moderne qu’en poésie classique. Quant à la syllabe orpheline de gauche, elle est également attestée en poésie classique : c’est la ziḥāfa qu’on appelle le ẖazm et qui consiste à ajouter jusqu’à trois syllabes au début du vers. En voici un exemple attribué à Uḥayḥa b. al-Ǧulāḥ :

<’ušdud> ḥayāzīmaka lilmawti

fa’inna lmawta lāqīka

− −  [∪ −] − ∪ //[∪ −] − −

[∪ −] − − // [∪ −] − −

114C’est évidemment un hazağ avec deux syllabes orphelines dans le premier vers. Orphelines, c’est-à-dire qu’elles n’ont pas de statut métrique. Disons que l’on a recours à ces syllabes quand on ne peut plus rien trouver d’autre, ce qui nous amène à un critère d’évaluation : minimiser le recours aux orphelines.

115Fusionnons les deux tableaux :

− [∪ −]

[∪ −]

-  [-]

∪  [∪ −]

− RM

  [∪ −]

[−]

 − [−]

−   [−]

[−]

 −  [−]

− ORPH

∪ − [∪ −]

∪∪ − [∪ −] DI

− − RM

  [∪ −]

− ∪ [∪ −]

− ORPH

116Les parallélismes sont évidents et ils le sont encore plus si l’on ramène les rejets à leur place :

[∪ −]

[∪ −]

[−]

[∪ −]

− RM

 [∪ −]

[−]

[−]

−   [−]

[−]

[−]

− ORPH

∪ − [∪ −]

∪∪ − [∪ −] DI

− − RM

[∪ −]

− ∪ [∪ −]

 − ORPH

117La description de la mesure de cette sourate est donc : P = x (x) [∪ −]. Diérèse et synérèse optionnelles. Orphelines au début et à la fin optionnelles également.

2. La sourate 94

118Cette sourate fournit un autre exemple de l’usage de syllabes orphelines :

1’alam našraḥ laka ṣadrak
wawaḍa‘nā ‘anka wizrak
’allaḏī ’anqaḍa ẓahrak
4warafa‘nā laka ḏikrak
5fa’inna ma‘a l‘usri yusrā
6’inna ma‘a l-‘usri yusrā
7 fa’iḏā faġarta fanṣab
8wa’ilā rabbika farġab

119Procédons à l’analyse métrique :

’alam našraḥ laka ṣadrak
∪ − − − ∪ ∪ − −

wawaḍa‘nā ‘anka wizrak
∪ ∪ − − − ∪ − −

’allaḏī ’anqaḍa ẓahrak
− ∪ − − ∪ ∪ − −

warafa‘nā laka ḏikrak
∪ ∪ − − ∪ ∪ − −

fa’inna ma‘a l‘usri yusrā
∪ − ∪ ∪ − − ∪ − −

’inna ma‘a l-‘usri yusrā
− ∪ ∪ − − ∪ − −

fa’iḏā faġarta fanṣab
∪ ∪ − ∪ − ∪ − −

wa’ilā rabbika farġab
∪ ∪ − − ∪ ∪ − −

120Considérons d’abord les deux dernières lignes :

[∪ −]

[∪ −]

[∪ −]

[∪ −]

121On constate immédiatement la présence d’un pied avec watid médian et deux variables, exactement comme dans le ramal. Avec ce que nous savons de la poésie classique, nous pouvons nous attendre à ce qu’une de ces variables s’efface, comme dans le madīd.

122L’analyse est aussi facile pour les lignes 2-3-4 :

wawaḍa‘nā ‘anka wizrak
[∪ −] − // − [∪ −]

’allaḏī ’anqaḍa ẓahrak
[∪ −] − // ∪ [∪ −]

warafa‘nā laka ḏikrak
[∪ −] − // ∪ [∪ −]

  • 18 Désormais, nous ferons figurer les orphelines entre crochets < >.

123Jusqu’ici, il faut vraiment être obtus pour ne pas s’apercevoir de l’identité de mesure avec le ramal. Pour la ligne 1, on aura recours au ẖarm18 :

’alam našraḥ laka ṣadrak
<∪ − − −> // ∪ [∪ −]

124Pour le verset 5 également, avec effacement d’une variable comme dans le madīd :

// x [∪ −] x // > // x [∪ −] ∅ //

125Soit :

fa ’inna ma‘a l‘usri yusrā
<∪ −>// ∪ [∪ −] ∅ // − [∪ −]

126Et il en va de même pour 6 :

’in na ma‘a l- ‘usri yusrā
<−>// ∪ [∪ −] ∅ // − [∪ −]

127L’analyse de la sourate est donc : P = x [∪ −] (x) avec possibilité de ẖarm, comme cela apparaît dans le tableau récapitulatif :

1 <∪ − − −> ORPH

[∪ −]

2

[∪ −]

[∪ −]

3

[∪ −]

[∪ −]

4

[∪ −]

[∪ −]

5 <∪ −>ORPH

[∪ −]

[∪ −]

6 <−> ORPH

[∪ −]

[∪ −]

7

[∪ −]

[∪ −]

8

[∪ −]

[∪ −] −

3. La sourate 112

1  qul huwallāhu ’aḥad
’allāhu ṣṣamad
lam yalid wa lam yūlad
4 walam yakun lahū kufuwan ’aḥad

128Vu l’existence massive des rimes, le découpage en lignes ne pose aucun problème et l’analyse métrique est la suivante :

qul huwallāhu ’aḥad
− ∪ − − ∪ ∪ −

’allāhu ṣṣamad
− − − ∪ −

lam yalid wa lam yūlad
− ∪ − ∪ − − −

walam yakun lahū kufuwan ’aḥad
∪ − ∪ − ∪ − ∪ ∪ − ∪ −

129Structure du pied : P = x (x) [∪ −]. Possibilité de synérèse, de RM et de syllabe orpheline initiale.

130Mise en tableau avec commentaire :

ORPH

1

 − [∪ −]

− ∪ [∪ −]

 x / x x

2

 − [−]

 − [∪ −]

synérèse en P1

3

<−>

∪ − [∪ −]

− −

ORPH + RM

4

  [∪ −]

∪ − [∪ −]

∪ ∪ − [∪ −] DI

131En remettant la ligne avec rejet métrique en place, la structure est encore plus claire :

ORPH

1

 − [∪ −]

− ∪ [∪ −]

 x / x x

2

 −  [−]

 − [∪ −]

synérèse en P1

3

<−>

∪ − [∪ −]

− −

ORPH + RM

4

  [∪ −]

∪ − [∪ −]

∪∪ − [∪ −]

DI

4. La sourate 104

132Nous constatons que, jusqu’à présent, nous avons fait usage d’analyses avec des procédés courants, tant en poésie classique qu’en poésie moderne :

1331) Structure du pied : commune : watid avec une ou deux variables : P = x (x) [∪ −]

1342) Diérèse : commune

1353) Synérèse : commune

1364) Syllabe orpheline : commune (usage minimal).

137L’étude de la sourate 104, un peu plus longue, va nous amener à poser un autre problème concernant la syllabe orpheline. Selon la lecture d’al-Ḥuṣarī, l’existence des rimes ne laisse aucun doute sur la fin des versets :

1 waylun likulli humazatin lumazah
2 ’allaḏī ǧama‘a mālan wa‘addadah
3 yaḥsabu ’anna mālahu ’aẖladah
4 kallā layunbaḏanna fil ḥuṭamah
5 wa mā ’adrāka ma lḥuṭamah
6 nāru llāhi lmūqadah
7 ’allatī taṭṭali‘u ‘ala l’af’idah
8 ’innahā ‘alayhim mu’ṣadah
9 fī ‘amadin mumaddadah

1 waylun likulli humazatin lumazah
− − ∪ − ∪ ∪ ∪ ∪ − ∪ ∪ −

2 ’allaḏī ǧama‘a mālan wa‘addadah
− ∪ − ∪ ∪ ∪ − − ∪ − ∪ −

3 yaḥsabu ’anna mālahū ’aẖladah
− ∪ ∪ − ∪ − ∪ − − ∪ −

4 kallā layunbaḏanna fil ḥuṭamah
− − ∪ − ∪ − ∪ − ∪ ∪ −

5 wa mā ’adrāka ma lḥuṭamah
∪ − − − ∪ − ∪ ∪ −

6 nāru llāhi lmūqadah
− − − − − ∪ −

7 ’allatī taṭṭali‘u ‘ala l’af’idah
− ∪ − − ∪ ∪ ∪ ∪ − − ∪ −

8 ’innahā ‘alayhim mu’ṣadah
− ∪ − ∪ − − − ∪ −

9 fī ‘amadin mumaddadah
− ∪ ∪ − ∪ − ∪ −

138Dans certains versets, la structure métrique est immédiatement accessible : P = x (x) [∪ −]. Autrement dit, une variable ou deux précédent le watid, soit :

yaḥsabu ’anna mālahū ’aẖladah
− ∪ [∪ −] // ∪ − [∪ −] // − [∪ −]

4 kallā layun baḏanna fil ḥuṭamah
− − [∪ −] // ∪ − [∪ −] // ∪ [∪ −]

6 nāru llāhi lmūqadah
[−] // − [−] // − [∪ −] avec synérèse : ∪∪ − > − −

9 fî ‘amadin mumaddadah
− ∪ [∪ −] // ∪ − [∪ −]

139Pour le moment le tableau des parallélismes est parfait :

3  −∪[∪ −]

∪ − [∪ −]

[∪ −]

4  −−[∪ −]

∪ − [∪ −]

[∪ −]

6   −[−]

  − []

[∪ −]

9 − ∪ [∪ −]

∪ − [∪ −]

140On constate l’itération d’un pied x (x) [∪ −] avec synérèse possible. Voyons à présent les problèmes que posent les autres versets :

1 waylun likulli humazatin lumazah
− − ∪ − // ∪ ∪ ∪ ∪ − // ∪ ∪ −

141Dans ce premier verset, on observe une séquence de quatre syllabes brèves (∪ ∪ ∪ ∪ −). Parmi ces brèves se trouve celle du watid : ∪ ∪ ∪ [∪ −]. Et l’obtention des trois autres ne pose pas de problème, à partir du moment où la diérèse est libre, comme elle l’est dans la poésie moderne, et non plus contrainte par la présence d’une longue contiguë comme dans la métrique classique. Deux procédures sont envisageables :

x x [∪ −] > − ∪ [∪ −] et ensuite DI : ∪ ∪ ∪ [∪ −]

ou x x [∪ −] > ∪ − [∪ −] et ensuite DI : ∪ ∪ ∪ [∪ −]

142On peut donc mettre 1 en parallèle avec 3 :

1  − − [∪ −]

∪ ∪∪ [∪ −]

[∪ −]

3  − ∪ [∪ −]

∪ − [∪ −]

[∪ −]

4  − − [∪ −]

∪ − [∪ −]

[∪ −]

6   − [−]

  − [−]

[∪ −]

9  − ∪ [∪ −]

∪ − [∪ −]

143Le verset 8 trouve également sa place si on analyse la première longue comme orpheline :

8 ’in nahā ‘alayhim mu’ṣadah
<−> ∪ − [∪ −] // − − [∪ −]

1

− − [∪ −]

∪ ∪∪ [∪ −]

[∪ −]

3

− ∪ [∪ −]

∪ − [∪ −]

[∪ −]

4

− − [∪ −]

∪ − [∪ −]

[∪ −]

6   

[−]

 − [−]

[∪ −]

8  <−>

∪ − [∪ −]

− − [∪ −]

9

− ∪ [∪ −]

∪ − [∪ −]

144Avec le verset 2 se pose le problème dont nous avons parlé au début de ce paragraphe :

2 ’allaḏī ğama‘a mālan wa‘addadah
[∪ −] // ∪∪ [∪ −] // − // ∪ − [∪ −]

145Il s’agit d’une syllabe orpheline dans le corps de la ligne et non plus en fin de ligne. On observe maintes fois le phénomène en poésie moderne et on en trouve une description dans Bohas (2002). Convenons de la faire figurer entre parenthèses et en violet (−) :

1

− − [∪ −]

∪ ∪∪ [∪ −]

 ∪ [∪ −]

2

  − [∪ −]

∪ ∪ [∪ −] (−)

∪ − [∪ −]

3

− ∪ [∪ −]

∪ − [∪ −]

  − [∪ −]

4

− − [∪ −]

∪ − [∪ −]

 ∪ [∪ −]

6   

  − [−]

  − [−]

  − [∪ −]

8  <−>

∪ − [∪ −]

− − [∪ −]

9

− ∪ [∪ −]

∪ − [∪ −]

146Le verset 5 pose le même problème que le verset 8, avec deux syllabes orphelines initiales :

5 wa mā ’adrāka malḥuṭamah
<∪ −> − − [∪ −] // ∪ [∪ −]

1

− − [∪ −]

∪ ∪∪ [∪ −]

 ∪ [∪ −]

2

  − [∪ −]

∪ ∪ [∪ −] (−)

∪ − [∪ −]

3

− ∪ [∪ −]

∪ − [∪ −]

  − [∪ −]

4

− − [∪ −]

∪ − [∪ −]

 ∪ [∪ −]

5 <∪ −>

− − [∪ −]

  ∪ [∪ −]

6   

  − [−]

  − [−]

  − [∪ −]

8  <−>

∪ − [∪ −]

− − [∪ −]

9

− ∪ [∪ −]

∪ − [∪ −]

147Le verset 7, enfin, présente à la fois la diérèse libre, comme dans 1, et la syllabe orpheline interne, comme dans 2 :

7 ’allatī taṭṭali‘u ‘ala l’af’idah
[∪ −] //(−)// ∪∪∪ [∪ −]// − [∪ −]

1

− − [∪ −]

∪ ∪∪ [∪ −]

 ∪ [∪ −]

2

  − [∪ −]

∪ ∪ [∪ −] (−)

∪ − [∪ −]

3

− ∪ [∪ −]

∪ − [∪ −]

  − [∪ −]

4

− − [∪ −]

∪ − [∪ −]

 ∪ [∪ −]

5 <∪ −>

− − [∪ −]

  ∪ [∪ −]

6   

  − [−]

  − [−]

  − [∪ −]

7

  − [∪ −] (−)

∪ ∪∪ [∪ −]

  − [∪ −]

8  <−>

∪ − [∪ −]

− − [∪ −]

9

− ∪ [∪ −]

∪ − [∪ −]

148La description de la mesure de la sourate est donc :

149Pied = x (x) [∪ −] répété trois fois.

150Réalisation des deux variables : lignes 8 et 9.

151Alternance pair/ impair : une variable/deux variables : versets 1, 2, 3, 4, 5 et 7.

152Synérèse : verset 6.

153Diérèse libre : versets 1 et 7.

154ORPH initiale : versets 5 et 8.

155ORPH interne : versets 2 et 7.

156Le recours à la syllabe orpheline interne est la solution du derniers recours et doit être minimisée au maximum.

5. La sourate 113

1 qul ’a‘ūḏu birabbi lfalaq
2 min šarri mā ẖalaq
3 wa min šarri ġāsiqin ’iḏā waqab
4 wamin šarri nnaffāṯāti fil‘uqad
5 wamin šarri ḥāsidin iḏā ḥasad

157Son analyse est la suivante :

1 qul ’a‘ūḏu birabbi lfalaq
− ∪ − ∪ ∪ − − ∪ −

2 min šarri mā ẖalaq
− − ∪ − ∪ −

3 wa min šarri ġāsiqin ’iḏā waqab
∪ − − ∪ − ∪ − ∪ − ∪ −

4 wamin šarri nnaffāṯāti fil‘uqad
∪ − − − − − − ∪ − ∪ −

wamin šarri ḥāsidin iḏā ḥasad
∪ − − ∪ − ∪ − ∪ − ∪ −

158Il s’agit clairement de pieds : P = x (x) [∪ −], c’est-à-dire avec alternance entre une et deux variables, et avec possibilité de synérèse et de rejet métrique.

  − [∪ −]

  ∪ [∪ −]

  − [∪ −]

  − − [∪ −]

∪ − RM

   [∪ −]

  − [∪ −]

 ∪ − [∪ −]

∪ −  RM

   [∪ −]

  − [−] SYN

  − [−] SYN

  − [∪ −]

∪ − RM

   [∪ −]

  − [∪ −]

∪ − [∪ −]

  [∪ −] ?

159Il reste un problème : celui du dernier pied de la dernière ligne, qui est à comparer avec le dernier pied dans certains vers du poème d’al-Sayyāb dont nous étions partis :

‘aryānu fi ṯṯalji bilā ridā’
− − [∪ −] // − ∪ [∪ −] // ∪ −

160Il faudrait plus de données pour montrer que le pied P = x (x) [∪ −] peut se réduire à ∪ −, ce qui n’est pas possible en métrique classique.

161Pour terminer, nous allons montrer que la syllabe orpheline interne est un phénomène banal en métrique moderne. Considérons le poème d’Al-Janābī (1995 :40), intitulé Layta lḥiṣāna kāna waḥīdan.

’alqaḍiyyatu yanizzu min šafatayha ddamu

mutamaddidatan ‘alā ramli nnisyāni

yadluku ẓahrahā šu‘ā‘un min alḥanīni

yūqiẓuhā ’adnā ḏikrāyāti

’alqaḍiyyatu šallālun min al’awrāqi

’ātin bilā maǧī’i

fī lamḥi lbaṣari

yatalāšā

bayna ’arǧuli šši‘ārāti

waḥaǧari ṣṣawwāni

162Analysons la première strophe en laissant provisoirement de côté le premier vers :

mutamaddidatan ‘alā ramli nnisyāni
[∪ −] // ∪ [∪ −] // − − [−] // − [−] // − [−]

yadluku ẓahrahā šu‘ā‘un min alḥanīni
−∪ [∪ −] // ∪ −[∪ −] // −[∪ −] // ∪−[−]

yūqiẓuhā ’adnā ḏikrāyāti
− ∪ [∪ −] // − [−] // − [−] // − [−]

163La deuxième strophe, elle, se décrit facilement avec alternance pair/impair, synérèse et RM :

’alqaḍiyyatu šallālun min al’awrāqi
[∪ −] // ∪ [∪ −] // − − [∪ −] // − − [−]

’ātin bilā maǧī’i
− − [∪ −] // ∪ − [−]

fī lamḥi lbaṣari
[−] // − ∪ [∪ −]

yatalāšā
[∪ −] // −  RM

bayna ’arǧuli šši‘ārāti
[∪ −] // ∪ − [∪ −] // − [−]

waḥaǧari ṣṣawwāni
∪ ∪ [∪ −] // − − [−]

164Description : P = x (x) [∪ −]

165Synérèse libre (rappelons que nous entendons qu’elle n’affecte pas seulement ∪ [∪ −] pour donner − [−], mais aussi − ∪ [∪ −] pour donner − − [−] et ∪ ∪ [∪ −] pour donner ∪ − [−]).

166RM

167Si l’on passe maintenant au premier vers :

’alqaḍiyyatu yanizzu min šafatayha ddamu
[∪ −] // ∪ ∪ [∪ −] // // − ∪ [∪ −] // − [∪ −]

168On retrouve bien le mélange connu entre des pieds x x [∪ −] et x [∪ −], mais on trouve une brève qu’on ne peut rattacher à rien, à l’intérieur du vers : il n’y a pas d’autre solution que de la considérer comme une syllabe orpheline, une syllabe qui ne peut être rattachée à aucune unité de la structure métrique.

169Si l’on ne retient que les structures métriques de la première strophe, on obtient :

−  [∪ −]

∪ ∪ [∪ −]

− ∪ [∪ −]

[∪ −]

∪ [∪ −]

∪  [∪ −]

− −  [−]

−   [−]

−  [−]

−∪ [∪ −]

∪ −[∪ −]

[∪ −]

∪−[]

− ∪ [∪ −]

−   [−]

[−]

−   [−]

170On voit bien émerger les parallélismes habituels, mais décalés par la syllabe orpheline. Si, dans la première ligne de la première strophe, on néglige cette syllabe, le parallélisme métrique est parfaitement rétabli :

  − [∪ −]

 ∪ ∪ [∪ −]

 − ∪ [∪ −]

 − [∪ −]

  ∪ [∪ −]

  ∪ [∪ −]

 − − [−]

 − [−]

[−]

 −∪ [∪ −]

 ∪ −[∪ −]

  −[∪ −]

∪−[]

 − ∪ [∪ −]

  −[−]

  − [−]

  −[−]

  −[]

  ∪[]

 −−[]

−−[]

−−[]

 ∪−[]

  −[]

 −∪[]

 ∪[]

 −  RM

 − [∪ −]

∪ − [∪ −]

  − [−]

∪ ∪ [∪ −]

 − − [−]

171Cette syllabe est donc comme un parasite qui distord la structure sans pour autant la détruire. Néanmoins, il faut remarquer que la multiplication des syllabes orphelines, disloquant les parallélismes, les rend imperceptibles : s’il n’y a que quelques syllabes orphelines, on arrive néanmoins à discerner les parallélismes, mais si elles prolifèrent, on ne peut plus identifier de structure métrique et l’on aboutit à un texte en prose.

Conclusion

  • 19 Voir Bohas (1995).
  • 20 Voir Bohas & Paoli (1997), le chapitre VII.

172Cette étude d’ensemble de la mesure en arabe devrait permettre de clarifier quelques concepts que l’on a trop tendance à confondre. La théorie d’al-H̱alīl n’est pas la métrique arabe classique ; elle n’est que l’une des descriptions possibles de la métrique de la poésie arabe classique. En d’autres termes, c’est une théorie de la métrique arabe. Cette théorie a de nombreux défauts : surgénération, complication (toute la théorie des ziḥāfā-s est sans objet, à partir du moment où l’on écrit le mètre en recourant aux unités variables x)19. En tant que production des temps anciens, elle mérite d’être décrite et évaluée20, mais il faudrait la considérer comme n’ayant plus qu’un intérêt historique. Il est évident qu’elle est strictement inadaptée pour décrire les autres manifestations de la mesure en arabe, qu’il s’agisse de la poésie arabe moderne ou du Coran. Que la poésie arabe moderne et le Coran ne puissent pas être décrits par la théorie ẖalīlienne n’implique pas que la mesure en soit absente ; nous avons mis en évidence dans cet article les structures formelles de la mesure dans ces deux domaines.

  • 21 Benvéniste (1966/1 : 334).

173Dès qu’il est question de métrique, beaucoup se mettent à parler de musique, de musicalité du vers, etc. ; et cela est bien apparu dans certaines des communications faites lors de ce colloque. La confusion provient sans doute du fait que la musique et la poésie sont toutes les deux mesurées, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut confondre l’une avec l’autre. De même, on ne saurait confondre la mesure avec le rythme ; la mesure en tant qu’alternance de brèves et de longues est une composante du rythme qui est le mouvement d’ensemble, « le procès entier de l’arrangement harmonieux 21 » du poème. Et si ce mouvement suppose un mètre, il ne saurait s’y réduire.

Haut de page

Bibliographie

1. En langue arabe

Adūnīs, ‘Alī Aḥmad Sa‘īd, 1971 : Al-’āṯār al-kāmila, vol. I, Beyrouth, Dār al-‘awda.

Darwīš, Maḥmūd, s. d. : Dīwān, Beyrouth, Dār al-‘awda.

Darwīš, Maḥmūd, 1972 : Uḥibbuki aw lā uḥibbuki, Beyrouth, Dār al-ādāb.

Diwān Imriʾ al-Qays, éd. M. A. Ibrāhīm, Le Caire, Dār al-maʿārif, 1958.

Ḥaydarī, Baland al-, 1974 : H̱afaqat aṭ-ṭīn, Beyrouth, Dār al-‘awda.

Janābī, ‘Abd al-Qādir al-, 1995 : Ḥayāt mā ba‘d al-yâ’, Paris, Manšūrāt Farādīs.

Lisān = Ibn Manẓūr, Jamāl al-Dīn Abū l-Faḍl Muḥammad b. Mukarram, Lisān al-‘Arab, 1979-1986, éd. ‘A.‘A. al-Kabīr, M.A. Ḥasaballāh & H.M. al-Šāḏilī, Le Caire, Dār al-Ma‘ārif.

Qāsim, Samīḥ al-, 1973: Dīwān, Beyrouth, Dār al-‘awda.

Qayrawānī, Abū ‘Abdallāh Muḥammad b. Ja‘far al-Tamīmī al-, Ḍarā’ir al-ši‘r. Kitāb mā yajūzu li-l-šā‘ir fī al-ḍarūra, éd. M. Zaġlūl Salām & M.M. Haddāra, Alexandrie, Manša’at al-ma‘ārif.

Sayyāb, Badr Šākir al-, 1971 : Dīwān, Beyrouth, Dār al-‘awda.

Tibrīzī, Abū Zakariyyā Yaḥyā b. ‘Alī al-Šaybānī al- (al-H̱aṭīb), 1970, Kitāb al-kāfī fī al-‘arūḍ wa-l-qawāfī, éd. Ḥ. ‘A. al-Ḥassānī, Le Caire, Dār al-kitāb al-‘arabī li-l-ṭibā‘a wa-l-našr.

Walīd b. Yazīd (al-), 1967 (3ème éd.), Dīwān, éd. Gabrieli, Beyrouth, Dār al-kitāb al-jadīd.

2. En d’autres langues

Benveniste, Emile, 1966 : Problèmes de linguistique générale, vol. 1, Paris, Gallimard.

Bohas, Georges, 1974 : « La métrique arabe classique », Linguistics 140, p. 59-68.

Bohas, Georges, 1975 : Métrique arabe classique et moderne, Thèse de doctorat de 3e cycle, Vincennes, Université Paris 8.

Bohas, Georges, 1995 : « Naẓariyyat al-H̱alīl : maḥāsinuhā wa-masāwi’uhā », Al-Abhāth 43, p. 31-46.

Bohas, Georges, 2002 : « La métrique et la poésie arabe moderne », dans Depaule, Jean-Charles, 2002 (dir.) : Cent titres 3 : poésie de langue arabe, Marseille, Centre international de la poésie, p. 115-126.

Bohas, Georges & Diab-Duranton, Salam, 2006 : « Le statut de la syllabe finale en poésie arabe moderne », Bulletin d’Études Orientales 56, p. 96-105.

Bohas, Georges & Paoli, Bruno, 1997 : Aspects formels de la poésie arabe, Toulouse, Amam.

Bohas, Georges & Kouloughli, Djamel Eddine, 2001: « Towards a systematic corpus analysis of Arabic poetry », Belgian Journal of Linguistics 15, p. 103-112.

Jakobson, Roman, 1960 : « Linguistics and Poetics », dans Sebeok, Thomas A. (dir.) : Style and Language, New York, John Wiley & Sons, p. 350-377 ; traduit par Nicolas Ruwet dans Jakobson, Roman, 1963 : Essais de linguistique générale, Paris, Minuit, p. 209-248.

Mouhieddine, Maria, 1991 : Essai d’étude métrique des sourates coraniques, mémoire de DEA, Saint-Denis, Université Paris 8.

Ruwet, Nicolas, 1975 : « Parallélismes et déviations en poésie », dans Kristeva, Julia, Milner, Jean-Claude & Ruwet, Nicolas (dir.), Langue, discours, société, Pour Emile Benveniste, Paris, Seuil, p. 307-353.

Haut de page

Notes

1 Le texte porte : de rapports d’équivalence, mais Ruwet (1975, p. 317) propose à la page suivante de remplacer ce terme par parallélismes. Nous modifions donc en conséquence.

2 L’exposé sera volontairement très allusif en ce qui concerne la poésie arabe classique, toutes les notions utilisées ayant été développées très en détail dans Bohas & Paoli (1997) où l’on trouve la bibliographie pertinente

3 Dīwān Imri’ al-Qays, p. 8. Les vers sont analysés automatiquement par le programme Xaliyl créé par D.E. Kouloughli (voir Bohas & Kouloughli, 2003). La transcription est une translittération stricte, c’est-à-dire qu’à chaque signe de l’écriture arabe correspond un signe dans la transcription. De plus, cette transcription n’utilise que des signes standard que tout ordinateur peut lire. Voir à ce sujet l’article de D. E. Kouloughli ici-même.

4 Voir l’article de D. E. Kouloughli ici-même.

5 Dīwān al-Walīd b. Yazīd, p. 26, vers 1-4.

6 // symbolise ici la frontière entre deux pieds.

7 x = unité variable, brève (∪) ou longue (−) ; X = unité variable, deux brèves (∪∪) ou une longue (−) ; les pieds entre parenthèses sont facultativement réalisés ; les hachures (//////) indiquent l’absence de pied.

8 Selon les métriciens arabes. Dans la réalité de la production poétique, l’existence du pied − [∪ −] semble peu ou pas attestée (voir Paoli 2008, p. 224-233).

9 Quelques paragraphes de l’exposé concernant la poésie moderne sont parus dans Bohas 2002.

10 En gardant provisoirement  les conventions de la métrique classique pour les syllabes finales, à savoir que toute syllabe est longue en fin de vers.

11 Ou mulawwaatan.

12 En poésie classique, le dernier pied du mutaqārib se réduit souvent à [∪ −].

13 Insistons, à l’intention de chercheurs trop pressés de ramener le neuf à l’ancien : le rejet métrique, qui consiste en la distribution d’un pied sur deux vers, n’est pas le tadwīr classique qui consiste en la distribution d’un seul mot sur deux hémistiches.

14 Voir l’étude consacrée à ce sujet dans Bohas et Diab-Duranton (2006).

15 Une longue orpheline en fin de vers est courante en métrique classique (tarfīl), voir ci-dessous.

16 Voir Bohas et Diab-Duranton (2006).

17 Suivant cette lecture, les syllabes surlongues finales (nās) sont comptées comme de simples longues.

18 Désormais, nous ferons figurer les orphelines entre crochets < >.

19 Voir Bohas (1995).

20 Voir Bohas & Paoli (1997), le chapitre VII.

21 Benvéniste (1966/1 : 334).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://beo.revues.org/docannexe/image/184/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/184/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Bohas, « De la mesure en arabe : une description unifiée », Bulletin des études orientales, Tome LIX, 2010,p. 33-60. ISSN 0253-1623. ISBN 978-2-35159-170-3

Référence électronique

Georges Bohas, « De la mesure en arabe : une description unifiée », Bulletin d’études orientales [En ligne], Tome LIX | octobre 2010, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://beo.revues.org/184 ; DOI : 10.4000/beo.184

Haut de page

Auteur

Georges Bohas

École Normale Supérieure de Lyon

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page