Navigation – Plan du site
Articles en langue française

Métrique des premiers vers persans

Métrique des premiers vers persans
The Metrics of Early Persian Verse
عَروض أوائل الشعر الفارسي
Amr Ahmed et Bruno Paoli
p. 127-140

Résumés

L’inventaire des modèles de vers employés par les premiers poètes persans connus (ixe et xe siècles de l’ère chrétienne) constitue le complément idéal à la contribution de Justine Landau qui le précède. Il permet de constater que le répertoire métrique des poètes persans de cette époque se laisse difficilement analyser dans le cadre ḫalīlien : certaines variantes très usitées du hazağ et du muḍāriʿ, dites aḫrab, ont visiblement été catégorisées comme telles faute de mieux, tant elles ont peu à voir avec le hazağ et le muḍāriʿ arabes, dont l’emploi est au contraire extrêmement restreint. Quant aux mètres des premier et deuxième cercles qui, à l’exception du madīd, sont les plus employés en poésie arabe (ṭawīl, basīṭ, wāfir et kāmil), les poètes persans de cette époque n’en font jamais usage. Ils emploient par contre beaucoup le ramal et le ḫafīf, suivant des variantes qui sont pour partie assez proches des variantes employées par les poètes arabes dès avant l’islam.

Haut de page

Notes de la rédaction

Bruno Paoli, cosignataire de l’article, tient à souligner que c’est Amr Ahmed qui, seul, a procédé à ce fastidieux, mais ô combien précieux, inventaire, lui-même ayant seulement relu le travail achevé et pris part à la rédaction de la dernière partie de l’article.

Texte intégral

A. Présentation

  • 1 G. Lazard (1964). Pour la présentation des poètes, nous renvoyons à l’introduction de Lazard, vol. (...)
  • 2 Nous avons, pour ce qui nous concerne, utilisé l’édition de Ğ. Šoʿār (1382/2003).

1Les premiers poètes persans dont les vers ont été conservés ont vécu aux iiie/ixe et ive/xe siècles. Ce qui subsiste de leur œuvre a été réuni, édité et traduit par Gilbert Lazard 1. L’ensemble représente un total de près de quatre cent poèmes dont il ne subsiste, dans la plupart des cas, que des fragments. A ces poètes, il faut ajouter Rudaki (859-941), le plus célèbre poète persan de l’époque, dont l’œuvre a été éditée séparément à plusieurs reprises et que Lazard n’a donc pas jugé utile de faire figurer dans son ouvrage 2. Elle représente un ensemble de plus de quatre cent poèmes et fragments.

2Les résultats de l’analyse métrique du corpus ainsi constitué sont présentés suivants les principes suivants :

  1. Tout vers isolé, comme tout ensemble de vers issus d’un même poème, est considéré comme une occurrence de l’emploi d’un mètre, et représenté par deux chiffres séparés par une barre oblique (par exemple : 85/54). Le chiffre de gauche (85) renvoie au numéro de page de l’édition de référence, et le chiffre de droite (54) correspond au numéro du vers. S’il s’agit d’un ensemble de vers appartenant à un même poème, il sera identifié, à droite, par deux chiffres séparés par un tiret, identifiant respectivement le premier et le dernier vers du groupe. De la même manière, deux chiffres séparés par un tiret à gauche de la barre oblique indiquent le prolongement du poème sur plusieurs pages. Ainsi, l’exemple (169-174/234-315) doit se lire : « de le page 169 à la page 174, du vers 234 au vers 315 ».

  2. Les données relatives aux vers de Rudaki sont isolées entre < >. Parmi ces vers, certains sont d’attribution douteuse. Pour les distinguer des autres, ces derniers sont précédés d’un ◊ dans les relevés métriques, mais nous avons pris soin de les intégrer dans nos estimations statistiques. Les chiffres entre crochets représentent le nombre d’occurrences correspondant à chaque mètre. Par exemple, dans le cas du hazağ, les chiffres [99 < 68 ◊ 42 >] indiquent que nous avons dénombré 99 occurrences de hazağ chez les « premiers poètes persans », 68 occurrences chez Rudaki et 42 occurrences parmi les vers attribuées à Rudaki. Nous avons établi des décomptes similaires pour toutes les sous-catégories de mètres.

  3. Les mètres attestés sont présentés suivant l’ordre des traités de métrique classique. Chacun est divisé en rubriques, suivant le nombre de pieds contenus dans le vers : murabba‘ (quatre pieds, soit deux par hémistiche), musaddas (six pieds, soit trois par hémistiche) et muamman (huit pieds, soit quatre par hémistiche). Rangés sous chacune de ces rubriques viennent ensuite les dérivés de chaque mètre, généralement classés suivant l’ordre classique. Pour chaque mètre, seul est représenté le modèle de l’hémistiche, le vers entier en étant l’exacte réduplication.

    • 3 Vers métriquement non identifiables des Premiers poètes persans : 33/74, 65/8, 65/11, 72/54, 73/62, (...)

    Certains vers du corpus présentent des anomalies ou d’autres difficultés de lecture, qui en rendent l’identification et le classement métrique impossible 3. Nous n’avons pas pu intégrer ces vers dans notre base statistique.

  4. Certains vers recueillis dans des sources diverses mais qui présentaient le même mètre, et parfois la même rime, ont été regroupés par les éditeurs, sans qu’il soit précisé s’ils appartiennent ou non au même poème. Nous avons considéré ensemble les vers qui présentaient, outre une parfaite ressemblance métrique et rimique, une certaine affinité thématique ; nous avons traité séparément les vers qui ne manifestaient pas cette apparence d’unité.

B. Inventaire

1. Ṭawīl:   [< 1 >]

1.1. muamman   [< 1 >]

31.1.1. maqbūḍ (fa‘ūlun mafā‘ilun fa‘ūlun mafā‘ilun : ∪ − −/∪ − ∪ −/∪ − −/∪ − ∪ −)
< 79/115 > ; [< 1 >]

2. Qarīb:   [7 < 4 >]

2.1. musaddas   [7 < 4 >]

42.1.1. aḫrab makfūf sālim ‘aruḍ & ḍarb (maf‘ūlu mafā‘īlu fā‘ilātun : − − ∪/∪ − − ∪/− ∪ − −)
168/232, < 102/318, 102/319 > ; [1 < 2 >]

52.1.2. aḫrab makfūf maqṣūr (maf‘ūlu mafāʿīlu fāʿilān : − − ∪/∪ − − ∪/− ∪ −•)
28/35, 41/10, 72/53 ; [3]

62.1.3. makfūf maḥḏūf (mafāʿīlu mafāʿīlu fā‘ilun : ∪ − − ∪/∪ − − ∪/− ∪ −)
81/26, < 99/289 > ; [1 < 1 >]

72.1.4. makfūf maqṣūr (mafāʿīlu mafāʿīlu fā‘ilān : ∪ − − ∪/∪ − − ∪/− ∪ −•)
41/7, 79/14, < 25/101-105 > ; [2 < 1 >]

3. Hazağ :   [99 < 68 ◊ 42 >]

3.1. musaddas   [54 < 33 ◊ 2 > ]

83.1.1. sālim (mafāʿīlun mafāʿīlun mafāʿīlun : ∪ − − −/∪ − − −/∪ − − −)
44/28 ; [1]  

93.1.2. maḥḏūf (mafāʿīlun mafāʿīlun fa‘ūlun : ∪ − − −/∪ − − −/∪ − −)
18/1-2, 34/77-78, 39/103-104, 39/105, 44/22, 44/26, 47/1-3, 78/1, 88-89/67-77, 130/9, 141/3,142/9-12, 151-155/77-131,161/178-179, 163/188, 164-165/195-206,166/214-215, 167/226, 167/227, 178-194/1-316, <11/1-8, 11-12/9-14, 47/1-2, 62/113-114, 67/3, 68/13,68/15, 68/16, 69/20,69/23,76/83,91/222,97/274,100/298,102/315> ; [20 < 15 >]

103.1.3. makfūf maḥḏūf (mafāʿīlu mafāʿīlu fa‘ūlun : ∪ − − ∪/∪ − − ∪/∪ − −)
86/60 ; [1]

113.1.4. maqṣūr (mafāʿīlun mafāʿīlun mafāʿīl : ∪ − − −/∪ − − −/∪ − −•)
19/5-6, 32/58, 41/8, 68/27, 84/50, 137/39-40, 145/27-29, 149/59-61, 157/143-144, 159/157-159, 159/160-161, 160/169, < 76/88, 78/105, 83/149, 84/156, 86/176, 92/232 > ; [12 < 6 >]

  • 4 Le tiret suivi d’un point « −• » sert à représenter une syllabe surlongue.

123.1.5. makfūf maqṣūr (mafāʿīlu mafāʿīlu mafāʿīl : ∪ − − ∪/∪ − − ∪/∪ − −•) 4
< 87/182 > ; [< 1 >]

133.1.6. aḫrab makfūf (mafʿūlu mafāʿīlu mafāʿīlun : − − ∪/∪ − − ∪/∪ − − −)
85/54, < 93/239, 95/260, 97/275 > ; [1 < 3 >]

143.1.7. aḫrab makfūf maḥḏūf (maf‘ūlu mafāʿīlu fa‘ūlun : − − ∪/∪ − − ∪/∪ − −)
32/63-64 ; [1]

153.1.8. aḫrab maqbūḍ maḥḏūf (maf‘ūlu mafāʿilun fa‘ūlun : − − ∪/∪ − ∪ −/∪ − −)
21/7, 44/23-24, 50/1, 69/33, 69/34, 73/63, 134/16, 137/41 < 70/33, 83/152, 98/285 > ; [8 < 3 >]

163.1.9. aḫrab maqbūḍ maqṣūr (maf‘ūlu mafā‘ilun mafāʿīl : − − ∪/∪ − ∪ −/∪ − −•)
21/1, 32/62, 133/9-10, < 55/27-28, 72/46, 72/47, 77/92 ◊ 111/61-62 > ; [3 < 4 ◊ 1 >]

173.1.10. aḫrab maqbūḍ musabbaġ (maf‘ūlu mafā‘ilun mafāʿīlān : − − ∪/∪ − ∪ −/∪ − − −•)
14/7-8, 161/172-176 ; [2]

183.1.11. aḫrab maqbūḍ sālim ‘aruḍ & ḍarb : (maf‘ūlu mafā‘ilun mafāʿīlun : − −∪/∪ − ∪ −/∪− − −)
19/1-2, 71/50, 136/38, 162/181, 162/184, < 61/108 ◊ 107/20-22 > ; [5 < 1 ◊ 1 >]

3.2. muamman   [45 < 35 ◊ 40 >]

193.2.1. sālim (mafāʿīlun mafāʿīlun mafāʿīlun mafāʿīlun : ∪ − − −/∪ − − −/∪ − − −/∪ − − −)
26/25, 26/26, 32/61, 75/70, 75/71, 77/1, 85/57-58, 86/59, 143-144/16-18, 151/74-76, 159/153, 175/322-323, 177/336, < 62/115-116, 84/153, 91/219, 95/254, 96/261, 100/302 ◊ 115/92-94, 126/187-191 > ; [13 < 6 ◊ 2 >]

203.2.2. makfūf maḥḏūf (mafāʿīlu mafāʿīlu mafāʿīlu fāʿūlun : ∪ − − ∪/∪ − − ∪/∪ − − ∪/∪ − −)
< 56/37-38, 100/303 > ; [< 2 >]

213.2.3. makfūf maqṣūr (mafāʿīlu mafāʿīlu mafāʿīlu  mafāʿīl : ∪ − − ∪/∪ − − ∪/∪ − − ∪/∪ − −•)
130/11, < 18-19/24-27, 77/97 > ; [1 < 2 >]

223.2.4. musabbaġ (mafāʿīlun mafāʿīlun mafāʿīlun mafāʿīlān:∪− − −/∪− − −/∪− − −/∪− − −•)
< 92/227 > ; [ < 1 >]

233.2.5. aḫrab (maf‘ūlu mafāʿīlun maf‘ūlu mafāʿīlun : − − ∪/∪ − − −/− − ∪/∪ − − −)
83/42, 86/61, < 76/82, 94/245, 96/268 > ; [2 < 3 >]

243.2.6. aḫrab maḥḏūf (maf‘ūlu mafāʿīlun maf‘ūlu fa‘ūlun : − − ∪/∪ − − −/− − ∪/∪ − −)
< 79/112 > ; [< 1 >]

253.2.7. aḫrab makfūf abtar (maf‘ūlu mafāʿīlu mafāʿīlun fa‘ : − − ∪/∪ − − ∪/∪ − − −/−)
45/30 ; [1]

263.2.8. aḫrab makfūf mağbūb (maf‘ūlu mafāʿīlu mafāʿīlu fa‘al : − − ∪/∪ − − ∪/∪ − − ∪/∪ −)
< 55/34, 63/130 ◊ 106/16-17, 107-108/26-27, 109/43, 112/69-70, 112/71-72, 123/165-166, 123/167-168, 124/169-174, 124/175, 125/183-184 > ; [< 2 ◊ 10 >]

273.2.9. aḫrab makfūf maḥḏūf (maf‘ūlu mafāʿīlu mafāʿīlu fa‘ūlun :− −∪/∪− −∪/∪− −∪/∪−−)
25/17, 71/49, 73/60, 74/68-69, 78/3, 78/4-5, 85/53, 129/2, < 89/199, 91/223, 96/266, 100/297 ◊ 113/73-78, 130-131/227-236, 131/237-241 > ; [8 < 4 ◊ 3 >]

283.2.10. aḫrab makfūf maqṣūr (maf‘ūlu mafāʿīlu mafāʿīlu mafāʿīl : − − /− −/− − / − −•)
41/9, 42/14, 66/15, 66/16, 66/17, 71/47, 130/10, 146/31, 160/162, 175/316-321, < 26-  27/9-15, 57/59-60, 71/38, 77/91, 79/113, 84/161, 86/177, 89/203 ◊ 107/18-19, 108/34-35 > ; [10 < 8 ◊ 2 >]

293.2.11. aḫrab maqbūḍ abtar (maf‘ūlu mafā‘ilun mafāʿīlun fa‘ : − − ∪/∪ − ∪ −/∪ − − −/−)
37/93, 51/1, < 59/83-84, 60/86, 60/87-88 ◊ 108/28-29, 108/30-31, 108/32-33, 111/54-55, 111/59-60, 114/88-89, 114/90-91, 127/195-196, 127/197-198, 127/199-200, 127/201-202, 128/203-204, 128/211-212 > ; [2 < 3 ◊ 13 >]

303.2.12. aḫrab maqbūḍ azall (maf‘ūlu mafā‘ilun mafāʿīlun fā‘ : − − ∪/∪ − ∪ −/∪ − − −/−•)
39/99-100, 39/101-102, < 57/51-52, 60/93-94, 60/95-96 ◊ 109/39-40, 120/137-138, 122/154-155, 122/156-157 > ; [2 < 3 ◊ 4 >]

313.2.13. aḫrab maqbūḍ makfūf ahtamm (maf‘ūlu mafā‘ilun mafāʿīlu fa‘ūl :

32− − ∪/∪ − ∪ −/∪ − − ∪/∪ −•)
45/31, 49/16, 139/1-2, <◊ 109-110/44-45, 117/116-117 > ; [3 <◊ 2 >]

333.2.14. aḫrab maqbūḍ makfūf mağbūb (maf‘ūlu mafā‘ilun mafāʿīlu fa‘al : − − ∪/∪ − ∪ −/∪ − − ∪/∪ −)
37/92, 87/65-66, 167/228-229, <◊ 118/118-119, 119/129-130, 124/176-177 > ; [3 <◊ 3 >]

343.2.15. aḫrab maqṣūr (maf‘ūlu mafāʿīlun maf‘ūlu mafāʿīl : − − ∪/∪ − − −/− − ∪/∪ − −•)
<◊ 106/14 > ; [<◊ 1 >]

4. Ramal :   [54 < 57 ◊ 9 >]

4.1. musaddas   [18 < 37 ◊ 4 >]

354.1.1. maḥḏūf (fā‘ilātun fā‘ilātun fā‘ilun : − ∪ − −/ − ∪ − −/ − ∪ −)
23/7, 64/3, 81/27, 86/62-63, 129/3-7, 129/8, 142/8, 163/190-194, < 43/13-19, 43/20-21, 47/5-6, 61/105-106, 63/127-128, 67/2, 68/10, 68/14, 72/52, 72/53, 73/54, 81/128, 82/142, 90/214, 93/238, 95/258, 97/270, 97/273, 135-144/1-96, ◊ 107/24-25, 120/139-140 > ; [8 < 19 ◊ 2 >]

364.1.2. maḫbūn aṣlam musabbaġ  (fā‘ilātun fa‘ilātun fa‘lān : − ∪ − −/ ∪∪ − −/ − −•)
69/38, 78/6 ; [2]

374.1.3. maḫbūn maḥḏūf (fā‘ilātun fa‘ilātun fa‘ilun : − ∪ − −/∪∪ − −/∪∪ −)
64/5 ; [1]

384.1.4. maḫbūn maqṣūr (fā‘ilātun fa‘ilātun fa‘ilān : − ∪ − −/∪∪ − −/∪∪ −•)
< 73/62 > ; [< 1 >]

394.1.5. maqṣūr (fā‘ilātun fā‘ilātun fā‘ilān : − ∪ − −/− ∪ − −/− ∪ −•)
20/7, 21/4-5, 32/59, 48/1, 89/78-79, 129/1, 168/231, < 48/13-14, 48-49/19-24, 49/25-26, 50/36-37, 50/38-39, 54/21-22, 61/97-98, 74/69, 75/72, 78/101, 83/144, 85/163, 85/168, 86/178, 92/225, 92/228, 101/306 ◊ 112/65-68, 119/128 > ; [7 < 17 ◊ 2 >]

4.2. muamman   [ 36 < 20 ◊ 5 >]

404.2.1. maḥḏūf (fā‘ilātun fā‘ilātun fā‘ilātun fā‘ilun : − ∪ − −/− ∪ − −/− ∪ − −/− ∪ −)
44/25, 86/64, 140/2, 147/45, < 62/111-112, 67/6, 93/241, 99/291 > ; [4 < 4 >]

414.2.2. maḫbūn aṣlam (fā‘ilātun fa‘ilātun fa‘ilātun fa‘lun : − ∪ − −/∪∪ − −/∪∪ − −/− −)
19/3-4, 64/1, 64/4, 64/6, 65-66/12-14, 73/59, 80/19, 141/1, 143/13, 143/14, 146/32, < 76/81, 99/294 > ; [11 < 2 >]

424.2.3. maḫbūn mağḥūf (fa‘ilātun fa‘ilātun fa‘ilātun fa‘ : ∪∪ − −/∪∪ − −/∪∪ − −/−)
132/1, < 92/229 > ; [1 < 1 >]

434.2.4. maḫbūn maḥḏūf (fā‘ilātun fa‘ilātun fa‘ilātun fa‘ilun : − ∪ − −/∪∪ − −/∪∪ − −/∪∪ −)
65/10, 68/29, 70/44, 72/57, 79/15, 165/207-209, 165/211, < 12/18-20, 68/11 ◊  118/120-121, 118/122-123> ; [7 < 2 ◊ 2 >]

444.2.5. maḫbūn maqṣūr (fā‘ilātun fa‘ilātun fa‘ilātun fa‘ilān : − ∪ − −/∪∪ − −/∪∪ − −/∪∪ −•)
13/1-6, 28/37, 43/20, 68/31, 69/36, 81/28, 81/29-30, 128/417, 134/15, 134-135/17-24, < 53/3-4, 57/49-50, 72/50, 82/136, 94/248 ◊ 114/84-85, 116/104-105, 116/108 > ; [10 < 5 ◊ 3 >]

454.2.6. maqṣūr (fā‘ilātun fā‘ilātun fā‘ilātun fā‘ilān : − ∪ − −/− ∪ − −/− ∪ − −/− ∪ −•)
27/29, 30/47, 162/182, < 54/19-20, 70/32, 71/37, 85/165, 89/202, 90/215 > ; [3 < 6 >]

5. Rağaz :   [3 < 2 >]

    5.1. murabba‘   [1 < 1 >]

465.1.1. maḫbūn muraffal (mufā‘ilātun mufā‘ilātun : ∪ − ∪ − −/∪ − ∪ − −)
67/25, < 63/121-122 > ; [1 < 1 >]

5.2. muamman   [2 < 1 >]

475.2.1. muḏāl (mustaf‘ilun mustaf‘ilun mustaf‘ilun mustaf‘ilān : − − −/− − −/− − −/− − −•)
157/142 ; [1]

485.2.2. sālim (mustaf‘ilun mustaf‘ilun mustaf‘ilun mustaf‘ilun : − − −/− − −/− − −/− − ∪ −)
22/9-10, < 97/271 > ; [1 < 1 >]

6. Sarī‘ :   [12 < 12 >]

6.1. musaddas   [12 < 12 >]

496.1.1. maṭwī makšūf (mufta‘ilun mufta‘ilun fā‘ilun : − ∪∪ −/− ∪∪ −/− ∪ −)
16/1-5, 29/41, 50/2, 68/32, 131/16, 132/6, < 12/15-17, 63/131-132, 91/220 > ; [6 < 3 >]

506.1.2. maṭwī mawqūf (mufta‘ilun mufta‘ilun fā‘ilān : − ∪∪ −/− ∪∪ −/− ∪ −•)
14/9-12, 14-15/13-23, 17/1-3, 27/31-32, 72/55, 90/86آ-86ب, < 18/12-23, 49/30-31, 54/23-24, 56/47-48, 57/53-54, 61/101-102, 77/98, 90/210, 121/147-148 > ; [6 < 9 >]

7. Munsariḥ :   [15 < 17 ◊ 2 >]

7.1. musaddas   [4]

517.1.1. maḫbūn maṭwī (mafā‘ilun fā‘ilātu mufta‘ilun : ∪ − ∪ −/− ∪ − ∪/− ∪∪ −)
56/2 ; [1]

527.1.2. maṭwī (mufta‘ilun fā‘ilātu mufta‘ilun : − ∪∪ −/− ∪ − ∪/− ∪∪ −)
23/1-6, 80/23 ; [2]

537.1.3. maṭwī maqṭū‘ (mufta‘ilun fā‘ilātu maf‘ūlun : − ∪∪ −/− ∪ − ∪/− − −)
81/24 ; [1]

7.2. muamman   [11 < 17 ◊ 2 >]

547.2.1. maṭwī mağdū‘ (mufta‘ilun fā‘ilātu mufta‘ilun fā‘ : − ∪∪ −/− ∪ − ∪/− ∪∪ −/−•)
68/26, 72/56, 157/145, 161/170-171, 167/230, < 19-20/34-49, 33-34/1-20, 34-40/21-94, 53/9-10, 57/55-56, 69/25, 72/49, 73/61, 81/130, 82/143, 89/206 > ; [ 5 < 11 >]

557.2.2. maṭwī manḥūr (mufta‘ilun fā‘ilātu mufta‘ilun fa‘ : − ∪∪ −/− ∪ − ∪/− ∪∪ −/−)
84/52, 132/2-5, 133/13آ, 160/167, 162/186, < 43-44/22-27, 69/22, 69/25, 80/125, 96/269, 98/287 ◊ 113/79-83, 122-123/160-161 > ; [5 < 6 ◊ 2 >]

567.2.3. maṭwī mawqūf (mufta‘ilun fā‘ilān mufta‘ilun fā‘ilān : − ∪∪ −/− ∪ −• /− ∪∪ −/− ∪ −•)
55/31-32 ; [1]

8. Ḫafīf :   [58 < 79 ◊ 5 >]

    8.1. musaddas   [58 < 78 ◊ 5 >]

578.1.1. maḫbūn aṣlam (fāʿilātun mafā‘ilun fa‘lun : − ∪ − −/∪ − ∪ −/− −)
27/28, 38/94-98, 41/6, 44/27, 44/29, 74/67, 76/75-77, 83/40-41, 133/14, 136/37, 145/24-25, 159/155, 167/215آ-225د, < 19/28-31, 19/23-33, 32/7-9, 55/25-26, 59/79-80, 61/103-104, 64/133-134, 68/1, 68/9, 72/51, 75/79, 76/84, 81/126, 83/146, 84/158, 84/160, 88/193, 95/255, 98/286, ◊ 126/192-193, 131/242-243> ; [13 < 19 ◊ 2 >]

588.1.2. maḫbūn aṣlam musabbaġ  (fāʿilātun mafā‘ilun fa‘lān : − ∪ − −/∪ − ∪ −/− −•)
12/3-4, 20/8, 21/2-3, 24-25/11-15, 25/16, 28/36, 31/56, 40/2, 40/3, 42/11-13, 43/21, 82/37, 131/14, 150/70-71, 159/156آ, < 15/1-6, 15/7-10, 16/11-14, 17/1-7, 26/1-8, 30/5-7, 30/8-9, 31/10, 48/11-12, 53/11-12, 54/13-14, 54/17-18, 56/43-44, 62/117-118, 72/45, 76/89, 83/147, 83/148, 84/155, 85/164, 86/179, 87/180, 89/204, 94/250 ◊ 121/144-145 > ; [15 < 24 ◊ 1 >]

598.1.3. maḫbūn maḥḏūf (fāʿilātun mafā‘ilun fa‘ilun : − ∪ − −/∪ − ∪ −/∪∪ −)
27/30, 29/38, 31/52, 31/53-54, 36/88-89, 67/23-24, 78/2, 80/20-21, 83/43, 137/42-44, < 30/1-4, 58/65-66, 67/8, 75/77, 76/87, 88/189, 88/191, 88/195, 89/198, 91/221, 94/243, 94/244, 96/264, 99/292, 100/305, 102/317 ◊ 128/205-206 > ; [10 < 16 ◊ 1 >]

608.1.4. maḫbūn maqṣūr (fāʿilātun mafā‘ilun fa‘ilān : − ∪ − −/∪ − ∪ −/∪∪ −•)
26/22-23, 29/39-40, 29/43, 30/48-49, 32/60, 33/65-69, 33/70-71, 33/72-73, 45/32, 46/34, 67/18-22, 82/32-34, 82/35, 89-90/80-86, 133/12, 146/30-30ب, 148-149/51-57, 149/58, 160/168, 168/233, < 14/19-23, 21/56-59, 28/27-33, 28/34, 40/95-97, 72/48, 74/65, 78/103, 79/116, 82/141, 83/150, 83/151, 89/200, 89/201, 90/209, 92/226, 94/247, 98/279, 101/311 ◊ 115-116/97-103 > ; [20 < 19 ◊ 1 >]

8.2. muamman   [< 1 >]

618.2.1. maḫbūn muḏāl (fa‘ilātun mafā‘ilun fa‘ilātun mafā‘ilān : − −/−/∪∪− −/ −•) :
< 78/104 > ; [< 1 >]

9. Muḍāri‘ :   [68 < 27 ◊ 6 >]

9.1. musaddas   [15 < 11 >]

629.1.1. aḫrab makfūf sālim ‘arūḍ & ḍarb (maf‘ūlu fā‘ilātu mafāʿīlun : − − ∪/− ∪ − ∪/∪ − − −)
69/35, 71/48, 71/48آ, 73/61, 82/38, 82/39, 85/56, 143/15, 146/34, 151/72, 158/149, 162/183, 166/216, < 42/1-12, 59/81-82, 63/123-124, 69/18, 88/192, 88/197, 96/267, 101/307 > ; [13 < 8 >]

639.1.2. aḫrab makfūf musabbaġ (maf‘ūlu fā‘ilātu mafāʿīlān : − − ∪/− ∪ − ∪/∪ − − −•)
72/52, 16/177, < 60/89-90, 60/91-92 > ; [2 < 2 >]

649.1.3. aḫrab muḫannaq (maf‘ūlu fāʿilātun maf‘ūlun : − − ∪/− ∪ − −/− − −)
< 96/262 > ; [< 1 >]

9.2. muamman   [53 < 16 ◊ 6 >]

659.2.1. aḫrab (maf‘ūlu fā‘ilātun maf‘ūlu fā‘ilātun : − − ∪/− ∪ − −/− − ∪/− ∪ − −)
74/64, 74/65-66, 128/416, 130/13, 132/7, 144-145/20-23, < 55/35-36, 87/185 > ; [6 < 2 >]

669.2.2. aḫrab maḥḏūf (maf‘ūlu fā‘ilātun maf‘ūlu fā‘ilun : − − ∪/− ∪ − −/− − ∪/− ∪ −)
136/33-34, < 101/309 > ; [1 < 1 >]

679.2.3. aḫrab makfūf aṣlam (maf‘ūlu fā‘ilātu mafāʿīlu fa‘lun : − − ∪/− ∪ − ∪/∪ − − ∪/− −)
< 96/263 > ; [< 1 >]

689.2.4. aḫrab makfūf maḥḏūf (maf‘ūlu fā‘ilātu mafāʿīlu fā‘ilun : − − ∪/− ∪ − ∪/∪ − − ∪/− ∪ −)
12/1-2, 21/8, 28/33, 28/34, 31/51, 34/79, 41/5, 43/18, 128/415, 128/419, 131/15, 135/26, 136/36, 141/4, 141/5, 142/7, 146/35-36, 147/43, 148/46-47, 148/48-49, 151/73, 160/166, 162/180, 165/212, 166/213, 176/334-335, 177/337-341, < 95/257, 98/283, 99/293, ◊ 106/11-13, 110/46-49, 125/178, 129/214-217, 129-130/220-226 > ; [27 < 3 ◊ 5 >]

699.2.5. aḫrab makfūf maqṣūr (maf‘ūlu fā‘ilātu mafāʿīlu fā‘ilān : − − ∪/− ∪ − ∪/∪ − − ∪/− ∪ −•)
24/8-10, 29/42, 30/46, 40/4, 68/30, 70/42, 71/51, 79/16, 80/17-18, 83/44, 83/45-46, 133/8, 145/26, 157/146, 158/147-148, 176/324-331, 176/332, 176/333, < 13-14/1-18, 27-28/24-26, 58/63-64, 58/69-70, 61/99-100, 70/27, 80/119, ◊ 121/149-152 > ; [18 < 7 ◊ 1 >]

709.2.6. aḫrab musabbaġ (maf‘ūlu fā‘ilātun maf‘ūlu fāʿiliyyān : − −/− − −/− − /− ∪ − −•)
160/163, < 71/41, 80/117 > ; [1 < 2 >]

10. Muğtaṯṯ :   [52 < 48 ◊ 11 >]

10.1. musaddas   [< 1 >]

7110.1.1. maḫbūn muḏāl (mafā‘ilun fa‘ilātun mafā‘ilān : ∪ − ∪ −/∪∪ − −/∪ − ∪ −•) :
< 78/106 > ; [< 1 >]

    10.2. muamman   [52 < 47 ◊ 11 >]

7210.2.1. maḫbūn aṣlam (mafā‘ilun fa‘ilātun mafā‘ilun fa‘lun : ∪ − ∪ −/∪∪ − −/∪ − ∪ −/− −)
21/6, 34/75, 34/76, 35/80-87, 36/91, 40/1, 64/2, 65/7, 133/11, 136/30, 136/32, 141/6, 148/50, 159/154, 159/156, 165/210 ب, < 53/5-6, 69/21, 78/107, 84/154, 87/186, 99/296 ◊ 105/1-5, 105/6-8, 106/9-10, 111/56-58 > ; [16 < 6 ◊ 4 >]

7310.2.2. maḫbūn aṣlam musabbaġ (mafā‘ilun fa‘ilātun mafā‘ilun fa‘lān :
∪−∪−/∪∪− −/∪−∪ −/− −•)
25/18, 26/20-21, 36/90, 52-63/1-89, 70/40, 70/43, 70-71/45-46, 79/7-11, 79/12-13, 81/25, 84/49, 130/12, 147/37-42, 158/150, < 16/15-17, 17/8-11, 21/50-55, 21-22/60-64, 22/65-66, 22-25/67-100, 27/21-23, 28-29/35-37, 29/38, 41/1-3, 41/4, 54/15-16, 56/39-40, 56/41-42, 58/67-68, 68/17, 75/75, 77/94, 89/205, 92/233, 93/235 ◊ 115/95-96, 118/124-125, 118-119/126-127 > ; [14 < 21 ◊ 3 >]

7410.2.3. maḫbūn maḥḏūf (mafāʿilun fa‘ilātun mafā‘ilun fa‘ilun : ∪ − ∪ −/∪∪ − −/∪ − ∪ −/∪∪ −)
42/16-17, 75/72-74, 80/22, 82/31, 136/35, 141/2, 146/33, 147/44, 162/185, < 55/29-30, 78/102, 99/290 ◊ 110/50-51, 112/63-64 > ; [9 < 3 ◊ 2 >]

7510.2.4. maḫbūn maqṣūr (mafā‘ilun fa‘ilātun mafā‘ilun fa‘ilān : ∪−∪ −/∪∪ − −/∪ − ∪ −/∪∪ −•)
26/24, 30/44-45, 30/50, 68/28, 69/39, 82/36, 84/47-48, 128/418, 138/45, 194-150/62-67, 157/141, 160/164-165, 163/189, < 32/1-3, 57/57-58, 58/61-62, 59/73-74, 59/75-76, 59/ 77-78, 62/119-120, 67/4, 69/26, 71/40, 80/120, 82/138, 82/140, 86/174, 87/181, 92/231 ◊ 123/163-164, 128/207-210 > ; [13 < 16 ◊ 2 >]

7610.2.5. maḫbūn musabbaġ (mafā‘ilun fa‘ilātun mafā‘ilun fa‘iliyyān :
∪−∪−/∪∪−−/∪ − ∪ −/∪∪ − −•)
< 71/39> ; [< 1 >]

11. Mutaqārib :   [30 < 52 ◊ 1 >]

11.1. muamman   [30 < 52 ◊ 1 >]

7711.1.1. sālim (fa‘ūlun fa‘ūlun fa‘ūlun fa‘ūlun : ∪ − −/∪ − −/∪ − −/∪ − −)
20/9, 48-49/2-15, 85/55, 140/1, 156/132-134, 166/217-225, 177/342-347, < 56/45-46, 73/55, 81/129, 81/132, 93/240, 99/288, 99/295, 119/131-133 > ; [7 < 8 >]

7811.1.2. maḥḏūf (fa‘ūlun fa‘ūlun fa‘ūlun fa‘al : ∪ − −/∪ − −/∪ − −/∪ −)
27/27, 39/106, 45/33, 70/41, 73/58, 84/51, 128/420, 128/421, 156/135-140, 169-174/234-315, < 53/1-2, 67/7, 68/12, 69/19, 75/76, 75/78, 81/131, 87/188, 88/190, 88/196, 91/216, 95/256, 98/280, 98/281, 98/282, 100/299, 100/300 > ; [10 < 17 >]

7911.1.3. maqṣūr (fa‘ūlun fa‘ūlun fa‘ūlun fa‘āl : ∪ − −/∪ − −/∪ − −/∪ −•)
25/19, 31/55, 31/57, 42/15, 43/19, 76/78, 91-109/87-230, 110-127/231-414, 133/13, 135/25, 135/27-29, 136/31, 158/151-152, < 27/16-20, 49/32-33, 58/71-72, 70/30, 70/34, 70/35, 71/42, 71/44, 73/58, 73/59, 74/63, 74/67, 74/70, 75/73, 75/74, 77/90, 79/108, 80/121, 81/134, 82/139, 85/162, 86/173, 90/207, 90/208, 101/313, 101/314 ◊ 114/86 > ; [13 < 26 ◊ 1 >]

8011.1.4. musabbaġ (fa‘ūlun fa‘ūlun fa‘ūlun fa‘ūlān : ∪ − −/∪ − −/∪ − −/∪ − −•)
< 93/236 > ; [< 1 >]

C. Bilan statistique

Tableau (1) Statistiques des occurrences métriques des « premiers poètes persans » (excepté Rudaki)

Mètre

murabba‘

musaddas

muamman

    Total

%

Hazağ

-

54

45

99

24.8 %

Muḍāri‘

-

15

53

68

17 %

Ḫafīf

-

58

-

58

14.5 %

Ramal

-

18

36

54

13.5 %

Muğtaṯṯ

-

-

52

52

13 %

Mutaqārib

-

-

30

30

7.5 %

Munsariḥ

-

4

11

15

3.7 %

Sarī‘

-

12

-

12

3 %

Qarīb

-

7

-

7

1.7 %

Rağaz

1

-

2

3

0.7 %

Total

1

168

229

398

100%

Tableau (2) Statistiques des occurrences métriques des vers de Rudaki (attestés et attribués)

mètre

murabba‘

musaddas

muamman

    Total

%

Hazağ

-

35

75

110

24.8 %

Ḫafīf

-

83

1

84

18.9 %

Ramal

-

41

25

66

14.8 %

Muğtaṯṯ

-

1

58

59

13.3 %

Mutaqārib

-

-

53

53

11.9 %

Muḍāri‘

-

11

22

33

7.4 %

Munsariḥ

-

-

19

19

4.2 %

Sarī‘

-

12

-

12

2.7 %

Qarīb

-

4

-

4

0.9 %

Rağaz

1

-

1

2

0.4 %

Ṭawīl

-

-

1

1

0.2 %

Total

1

187

255

443

100 %

Tableau (3) Statistiques des occurrences métriques de l’ensemble « premiers poètes persans » + Rudaki

mètre

murabba‘

musaddas

muamman

    total

%

Hazağ

-

89

120

209

24.8 %

Ḫafīf

-

141

1

142

16.8 %

Ramal

-

59

61

120

14.2 %

Muğtaṯṯ

-

1

110

111

13.1 %

Muḍāri‘

-

26

75

101

12 %

Mutaqārib

-

-

83

83

9.8 %

Munsariḥ

-

4

30

34

4 %

Sarī‘

-

24

-

24

2.8 %

Qarīb

-

11

-

11

1.3 %

Rağaz

2

-

3

5

0.5 %

Ṭawīl

-

-

1

1

 0.1 %

Total

2

355

484

841

100 %

D. Commentaires

81Les quelques remarques ci-dessous ne visent pas à l’exhaustivité. Nous nous contente-rons de souligner les caractéristiques principales du répertoire métrique des poètes persans de cette époque en le comparant à celui des poètes arabes anciens et classiques.

82Observons d’abord que les premiers poètes persans ne font pas usage des quatre mètres majeurs de la poésie arabe (ṭawīl, basīṭ, wāfir et kāmil), qui représentent à eux quatre environ 80% de la production poétique arabe. La seule exception concerne un vers isolé attribué à Rudaki.

83Ils font par contre usage d’un mètre appelé qarīb qui n’existe pas en poésie arabe et qui est en quelque sorte un ṭawīl inversé (mafāʿīlun faʿūlun mafāʿīlun faʿūlun). Les métriciens arabes appellent cette possibilité non exploitée (muhmal) mustaṭīl. Quant aux métriciens persans, ils l’analysent différemment, avec deux pieds quadrisyllabiques suivis d’un pied trisyllabique, soit mafāʿīlun mafāʿīlun fāʿilun. Mais deux des quatre modèles de qarīb attestés chez les poètes persans des ixe et xe siècles sont amputées de la syllabe brève initiale du watid du premier pied par un processus appelé ḫarb sur lequel nous reviendrons au moment de présenter les mètres muḍāriʿ et hazağ. Ajoutons que le kaff s’applique systématiquement au premier et au deuxième pieds de ces modèles de qarīb aḫrab, qui ont donc la forme maf‘ūlu mafā‘īlu, soit  : − − ∪/∪ − − ∪/.

84Pour le reste, les premiers poètes persans emploient nombre de modèles de vers qui sont inusités ou rares dans la poésie arabe et qui, lorsqu’ils y sont attestés, le sont sous des formes courtes, à deux pieds par hémistiche, comme c’est le cas pour le hazağ, le muğtaṯṯ et le muḍāriʿ.

85Examinons plus en détail le cas du dernier des trois. Le muḍāriʿ appartient au quatrième cercle de la théorie arabe classique, comme tous les mètres contenant un watid mafrūq ([− ∪]). Son modèle abstrait, dérivé de la formule circulaire, contient deux hémistiches de trois pieds chacun :

muḍāri‘ :

mafā‘īlun

fā‘i / lātun

mafā‘īlun

(x2)

[∪  −] −  −

[− ∪]  −   −

[∪ −]  −  −

86Mais il n’est jamais employé en poésie arabe que tronqué (mağzū’). Autrement dit, le troisième pied de chacun des deux hémistiches du mètre abstrait est toujours effacé, et le modèle de vers en usage ne comporte que deux pieds par hémistiche, comme cela apparaît dans la représentation ci-dessous, où les deux hémistiches sont représentés :

muḍāri‘ :

mafā‘īlun

 fā‘i / lātun 

    mafā‘īlun

fā‘i / lātun

[∪  −] −  −  

[− ∪]   −   −     

    [∪  −] −  −  

[− ∪]  −   −

  • 5 Dīwān Abī Nuwās, p. 227.
  • 6 Al-Rāī, 1968, p. 268.

87Le muḍāri‘ n’est toutefois attesté ni dans la poésie  arabe préislamique, ni dans celle du premier siècle de l’islam. C’est à la fin du VIIIe siècle ou au début du IXe, avec Abū Nuwās semble-t-il, qu’il apparaît pour la première fois, dans une courte pièce figurant dans le dīwān du poète5 . On le trouve également, à la même époque, chez les poètes Abū al-Ğahm et Abū al-Muḫaffaf, dans des fragments de trois et de deux vers respectivement, puis, plus tard, chez des poètes d’époque fatimide, al-Abayūrdī, al-Šarīf al-‘Uqaylī et al-Šarīf al-Murtaḍā, et andalous, Ibn ‘Abd Rabbih et al-Liṯṯ al-Išbīlī. Dans son commentaire, Al-Rāḍī cite aussi quatre vers de Sa‘īd b. Wahb 6. Or Abū Nuwās, Sa‘īd b. Wahb, Abū al-Ğahm et Abū al-Muḫaffaf sont sensiblement de la même génération qu’al-Ḫalīl, voire de la génération suivante. Autrement dit, l’emploi du mètre muḍāri‘ dans la poésie arabe paraît être, au mieux, contemporain de la théorie d’al-Ḫalīl, voire postérieur à celle-ci.

  • 7 Al-Tibrīzī, Al-kāfī fī al-ʿarū wa-l-qawāfī, p. 117.

88Tous les auteurs classiques s’accordent d’ailleurs à dire que le muḍāri‘ n’est pas employé par les poètes. Al-Tibrīzī dit par exemple que « le muḍāri‘ ne s’entend pas chez les Arabes. On ne trouve pas de poésie connue [composée suivant ce mètre] 7 ». 

  • 8 Cité par W. Stoetzer, 1989, p. 35.

89L’examen des vers-témoins cités par les métriciens comme exemples de vers de ce mètre est aussi très instructif. En effet, ceux-ci ne sont jamais attribués à un poète mais toujours anonymes. D’une manière générale, ce sont d’ailleurs les mêmes vers qui sont cités dans les différents traités classiques. Précisons toutefois que les métriciens eux-mêmes ne nous informent qu’exceptionnellement de l’origine des vers qu’ils citent, encore plus s’il s’agit de vers supposés connus du lecteur. Leur éventuelle attribution à des poètes connus et leur identification dans les recueils de poésie est donc due au zèle des éditeurs des traités de métrique qui nous sont parvenus. Et il est alors fort possible que certains de ces vers n’aient pu être identifiés pour la simple raison qu’ils sont l’œuvre de poètes dont le dīwān n’a pas été consulté, où qu’ils appartiennent à des poèmes qui ont été perdus ou oubliés, mais auxquels certains auteurs classiques pourraient avoir eu accès ; tout comme il est possible qu’il s’agisse de forgeries ou de plagiats dus aux métriciens eux-mêmes. Certains reconnaissent d’ailleurs que bon nombre de ces vers ne sont probablement pas authentiques. Al-Zağğāğī, qui pense qu’al-Ḫalīl aurait inventé le mètre muḍāri‘ par analogie, ajoute : « Je ne sais si [les vers de muḍāri‘] rapportés dans les ouvrages des métriciens ont été forgés ou entendus chez les Arabes 8 ». Al-Ḫalīl a d’ailleurs lui-même composé des vers selon les mètres muğtaṯṯ et mutadārak, mètres dont nous n’avons pas trouvé trace chez les poètes anciens. Suspecter les métriciens classiques d’avoir eux-mêmes composé des vers pour illustrer certains modèles de la théorie n’a donc rien d’illégitime.

90Pour leur part, les métriciens persans inventorient pas moins de vingt-huit ( !) variétés de muḍāri‘, dont certaines comportent quatre pieds par hémistiche, suivant les deux formules suivantes, le premier étant un muḍāri‘ à huit pieds complet (muḍāri‘ muṯamman tāmm) et le second, un muḍāri‘ à huit pieds « retranché », c’est-à-dire dont le dernier pied est amputé d’une syllabe et devient fa‘ūlun (muḍāri‘ muṯamman maḥḏūf) :

(1)

mafā‘īlun

fā‘i / lātun

mafā‘īlun

 fā‘i / lātun   

(x2)

[∪  −] −  −

[− ∪]  −   −

[∪ −]  −  −   

[− ∪]  −   −

(2)

mafā‘īlun

fā‘i / lātun

mafā‘īlun

 fā‘i / lun      

(x2)

[∪  −] −  −

[− ∪]  −   −

[∪ −]  −  −  

 [− ∪]  −  

  • 9 G. Lazard, 1964,  I, p. 53 (traduction) et II, p. 12 (texte persan).

91Soit huit pieds pour le vers entier, formule qui ne rentre pas dans le cercle ḫalīlien, lequel ne comporte que six pieds. Viennent ensuite deux modèles à six pieds (trois par hémistiches), puis un modèle à quatre pieds, comme celui qui est en usage en poésie arabe, et deux modèles simples, constitués d’un seul hémistiche de trois pieds. Les métriciens ont ensuite inventorié pas moins de dix-sept modèles tronqués, avec effacement de la syllabe brève du watid initial. L’un de ces modèles, très fréquent dans la poésie persane classique, est employé par l’un des plus anciens poètes connus, Ḥanẓala Bādġīsī, dans un fragment de deux vers qui auraient été composés durant la seconde moitié du IXe siècle et dont le modèle est le suivant (muḍāri‘ muṯamman aḫrab makfūf maḥḏūf) 9 :

 [−] −  ∪  / [− ∪]  −   ∪   /  [∪ −]  −  ∪  / [− ∪]  −  

  • 10 B. Paoli, 2008, p. 201-203.

92Ce modèle de vers n’a pas d’équivalent dans la poésie arabe. Le résultat de l’inventaire des formes de muḍāriʿ employées par les premiers poètes persans est d’ailleurs extrêmement suggestif : au nombre de neuf, elles sont toutes, sans exception, aḫrab, c’est-à-dire amputées de la syllabe brève initiale du watid du premier pied. A tel point qu’on est en droit de s’interroger sur le bien-fondé de leur identification comme muḍāriʿ. Qu’est-ce qu’un muḍāriʿ, en effet, sinon un mètre « à watid initial » ? Le muḍāri‘ arabe et le muḍāri‘ persan semblent n’entretenir qu’un très lointain rapport, et le fait que les métriciens persans aient appelé muḍāri‘ les modèles longs dont nous venons de parler tient probablement seulement au fait qu’il était ce qui s’en rapprochait le plus quant à la séquence des syllabes brèves et des syllabes longues. Cette dénomination, liée à l’adoption de la théorie des cercles par les métriciens persans, est donc, d’une certaine manière, accidentelle, ou de circonstance (un pis-aller). Bien entendu, il faudra examiner l’usage du muḍāriʿ chez les poètes persans des générations suivantes pour savoir quand et comment y ont été introduites des formes de muḍāriʿ qui ne sont pas affectées par le ḫarb. Dans tous les cas, leur emploi est plus tardif que celui du muḍāriʿ à quatre pieds par les poètes arabes du début du ixe siècle, ce qui ne milite pas en faveur de l’hypothèse, formulée ailleurs, d’une origine iranienne du muḍāriʿ arabe 10.

  • 11 Dīwān arafa b. al-‘Abd, poème n° XXXIX, vers 1, p. 154. Traduction : « Al-Sahb, al-Amlā et al-Ġam (...)

93Le cas du hazağ est assez semblable à celui du muḍāriʿ. Rare en poésie arabe, il y est employé sous une forme brève comportant quatre pieds répartis en deux hémistiches, de manière plutôt artificielle si l’on en juge par le nombre de vers ou frontière de mot et frontière d’hémistiche ne concordent, comme dans cet exemple, d’ailleurs cité comme exemple de hazağ dans la majorité des traités de métrique arabe 11 :

‘afā min ’āli Laylā s-sah-

       [∪ ­] ­ ­ / [∪ ­] ­ ­

-bu fa-l-’Amlāḥu fa-l-Ġamru

 [∪ ­] ­ ­  /  [∪ ­] ­ ­

94 Chez les premiers poètes persans, le hazağ est le mètre le plus populaire : vingt-six modèles différents et près du quart des vers de cette époque qui ont été préservés. Mais les formes les plus brèves qui y sont attestées comptent deux pieds de plus, soit trois par hémistiche. La plus employée est la suivante, qui ressemble en tous points à un wāfir sans possibilité de diérèse :

Hazağ musaddas maḥḏūf

[∪ ­] ­ ­ / [∪ ­] ­ ­ /[∪ ­] ­ // [∪ ­] ­ ­ / [∪ ­] ­ ­/ [∪ ­] ­

Wāfir

[∪ ­] X ­ / [∪ ­] X ­ /[∪ ­] ­ // [∪ ­] X ­ / [∪ ­] X ­/ [∪ ­]

95 Pour le reste, le nombre de modèles en usage qui sont analysés comme des formes aḫrab du hazağ est ici, comme dans le cas du muḍāriʿ, considérable : six à six pieds et onze à huit pieds. La remarque faite au sujet du muḍāriʿ vaut ici aussi : leur identification au hazağ paraît totalement artificielle et sans fondements empiriques.

96 Les mètres ramal et ḫafīf, qui sont les plus employés par les premiers poètes persans tout de suite après le hazağ (31% à eux deux) et qui, à la même époque, sont à la mode chez leurs homologues arabes, offrent une situation très différente de celle du muḍāriʿ et du hazağ. Car les modèles employés par les uns et par les autres sont cette fois très semblables, comptant trois pieds par hémistiche et des fins de vers comparables. Faut-il faire l’hypothèse d’un emprunt ? Et si oui, dans quel sens ? D’une part, ramal et ḫafīf sont déjà employés dans la poésie arabe préislamique. Aussi un emprunt persan d’époque musulmane, probablement dans le courant du viiie siècle, paraît plus plausible… Si tant est qu’il y ait eu emprunt. D’autre part, B. Paoli, dans sa contribution personnelle au présent volume, a souligné la prédilection des poètes d’al-Ḥīra, sous influence iranienne indéniable, pour ces deux mètres, dont l’emploi pourrait tout aussi bien leur avoir été inspiré par des modèles de vers décasyllabique ou hendécasyllable moyen-perses. Les mêmes remarques valent pour le mutaqārib, le sarīʿ et le munsariḥ.

97 Souhaitons pour finir que les quelques observations ci-dessus, aussi rapides et partielles soient-elles, incitent les spécialistes de métrique arabe et de métrique persane à unir leurs efforts. Car les nombreuses interactions entre les deux traditions, avant l’islam comme après, nous poussent à croire qu’une analyse croisée permettrait d’expliquer ou d’éclairer bien des aspects de l’histoire des deux systèmes.

Haut de page

Bibliographie

Divān-e Rudaki, 1382/2003 : éd. Ǧ. ŠO‘ĀR, Téhéran, Našr-e Qatre.

Dīwān Abī Nuwās, 1953: éd. A.‘A. al-Ġazzālī, Le Caire, Maṭba‘at Miṣr.

Dīwān Ṭarafa b. al-‘Abd, 1975: éd. D. al-Ḫaṭīb & L. Saqqāl, Damas, Dār al-kitāb.

Lazard, Gilbert, 1964 : Les Premiers poètes persans (IXe–Xe siècles). Fragments rassemblés, édités et traduits, Paris-Téhéran, Maisonneuve et le Département d’Iranologie de l’Institut Franco-Iranien, 2 vol.

Paoli, Bruno, 2008 : De la théorie à l’usage. Essai de reconstitution du système de la métrique arabe ancienne, Damas, Institut français du Proche-Orient.

Rāḍī, ʿAbd al-Ḥamīd al-, 1968 : Šarḥ tuḥfat al-Ḫalīl fī al-‘arūḍ wa-l-qawāfī, Bagdad, Maṭbaʿat al-ʿĀnī.

Stoetzer, Wilhem, 1989 : Theory and Practice in Arabic Metrics according to the Mufaḍḍaliyyāt, Leyde, Het Oosters Instituut.

Tibrīzī, al-Ḫaṭīb al- : Al-kāfī fī al-ʿarūḍ wa-l-qawāfī, éd. H. ʿAbd Allāh, le Caire, Maktabat al-Ḫānğī, 1966.

Haut de page

Notes

1 G. Lazard (1964). Pour la présentation des poètes, nous renvoyons à l’introduction de Lazard, vol. 1, p. 11-40.

2 Nous avons, pour ce qui nous concerne, utilisé l’édition de Ğ. Šoʿār (1382/2003).

3 Vers métriquement non identifiables des Premiers poètes persans : 33/74, 65/8, 65/11, 72/54, 73/62, 162/179آ, 163/187, 165/210 ; vers métriquement non identifiables de Rudaki : 32/4-6, 62/109-110, 63/125-126, 69/24, 73/55, 80/118, 86/175, 92/230, 100/301, 101/310, 101/312.

4 Le tiret suivi d’un point « −• » sert à représenter une syllabe surlongue.

5 Dīwān Abī Nuwās, p. 227.

6 Al-Rāī, 1968, p. 268.

7 Al-Tibrīzī, Al-kāfī fī al-ʿarū wa-l-qawāfī, p. 117.

8 Cité par W. Stoetzer, 1989, p. 35.

9 G. Lazard, 1964,  I, p. 53 (traduction) et II, p. 12 (texte persan).

10 B. Paoli, 2008, p. 201-203.

11 Dīwān arafa b. al-‘Abd, poème n° XXXIX, vers 1, p. 154. Traduction : « Al-Sahb, al-Amlā et al-Ġamr ont été désertés par la famille de Laylā. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amr Ahmed et Bruno Paoli, « Métrique des premiers vers persans », Bulletin d’études orientales, Tome LIX | 2010, 127-140.

Référence électronique

Amr Ahmed et Bruno Paoli, « Métrique des premiers vers persans », Bulletin d’études orientales [En ligne], Tome LIX | octobre 2010, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 24 juin 2017. URL : http://beo.revues.org/198 ; DOI : 10.4000/beo.198

Haut de page

Auteurs

Amr Ahmed

(Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3)

Bruno Paoli

(Université de Bordeaux 3, ICAR/UMR 5191)*

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page