Navigation – Plan du site
Dossier : Le pluralisme judiciaire dans l’Islam prémoderne
2 – Les interactions entre juridictions

Califes, émirs et cadis : le droit califal et l’articulation de l’autorité judiciaire à l’époque umayyade

Mathieu Tillier
p. 147-190

Résumés

Résumé : Le présent article s’interroge sur le rôle juridique et judiciaire des califes au premier siècle de l’hégire. Dès l’époque sufyānide, l’idée d’une jurisprudence califienne était admise par certains. Ce n’est néanmoins qu’avec les Marwānides que l’autorité juridique du calife commence à être invoquée de manière fréquente, et dans la première moitié du viiie siècle, un droit umayyade était accepté par beaucoup. L’intervention du calife umayyade dans le domaine de la justice se manifestait surtout par l’émission de rescrits en réponse aux sollicitations d’acteurs provinciaux. La correspondance de ʿUmar b. ʿAbd al‑ʿAzīz (r. 99‑101/717‑720) permet d’appréhender l’articulation administrative de l’autorité califale à la pratique des juges. Surtout adressées à des gouverneurs, ses lettres placent ceux-ci au centre du système judiciaire. Il apparaît enfin que les instructions des califes firent l’objet de débats entre savants et participèrent ainsi à l’effervescence intellectuelle qui précéda l’éclosion des écoles juridiques classiques.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1. Un ancien droit califal : essai de datation
1.1. Les vestiges d’une législation
1.2. Une jurisprudence califale
1.3. Zubayrides et Marwānides : de la théorie à l’action
2. L’intervention du calife dans la justice
2.1. Des rescrits califiens
2.2. La procédure par rescrit : l’exemple de ʿAbd al‑Malik
3. L’œuvre administrative de ʿUmar b. ʿAbd al‑ʿAzīz
3.1. Question d’authenticité
3.2. Les thèmes de la correspondance
3.3. Des rescrits judiciaires
3.4. Des instructions relatives à la procédure
3.5. Le devenir de la parole califale
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’autorité judiciaire à l’époque umayyade procédait d’une délégation de pouvoir à l’échelle locale : les cadis qui officiaient dans les métropoles de l’Islam étaient la plupart du temps investis de leurs fonctions par le gouverneur de leur ville ou de leur province . La prégnance de ce lien de délégation a conduit Joseph Schacht, il y a plus d’un demi-siècle, à présenter le cadi typique de cette époque comme le « secrétaire » judiciaire d’un gouverneur qui, sur le plan de la hiérarchie administrative, apparaissait comme l’autorité supérieure . Mais le gouverneur de province n’était pas le seul à se préoccuper de droit et de justice. Patricia Crone et Martin Hinds ont montré qu’au niveau rhétorique au moins, les califes umayyades revendiquaient une autorité juridique – qui leur fut plus tard déniée par les savants sunnites. Les califes se voyaient en souverains justiciers et législateurs, et furent représentés comme les créateurs d’une sunna ayant force de loi . Le système judiciaire...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Tillier, « Califes, émirs et cadis : le droit califal et l’articulation de l’autorité judiciaire à l’époque umayyade », Bulletin d’études orientales, LXIII | 2015, 147-190.

Référence électronique

Mathieu Tillier, « Califes, émirs et cadis : le droit califal et l’articulation de l’autorité judiciaire à l’époque umayyade », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXIII | 2015, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 24 juin 2017. URL : http://beo.revues.org/3231 ; DOI : 10.4000/beo.3231

Haut de page

Auteur

Mathieu Tillier

Université Paris IV-Sorbonne – Umr 8167 Orient et Méditerranée

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page