Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale
Introduction

L’anthropologie des odeurs : un état des lieux

Joël Candau
p. 43-61

Résumés

Je propose ici un état des lieux de l’anthropologie des odeurs, tel qu’il m’apparaît après une vingtaine d’années de recherche dans ce domaine. Dans la première partie de l’article, je procède à une clarification sémantique du nom que l’on donne à ce champ de recherche : faut-il parler d’une anthropologie des odeurs, des odorants ou de l’olfaction ? Je montre ensuite, dans une deuxième partie, que pour s’imposer l’anthropologie des odeurs a dû combattre quatre idées reçues : la nouveauté supposée de ce champ de recherche, l’assimilation d’Homo sapiens à une espèce microsmate, le silence olfactif dans les sociétés contemporaines, la pauvreté du langage naturel des odeurs. La dernière partie présente une sélection, avec sa part d’arbitraire, de trois axes de recherche parmi les plus dynamiques et les mieux reconnus dans le domaine : la description et la catégorisation des odeurs, les savoir‑faire olfactifs et leur patrimonialisation, le lien entre odeurs et assignations identitaires. Dans ma conclusion, qui se veut prospective, j’envisage le développement d’une technologie et d’un art olfactifs. Je défends également le projet d’un programme de recherche capable d’assurer la robustesse scientifique d’une anthropologie des odeurs sans négliger la réalité phénoménologique d’une perception intermodale.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Odorants, odorat, odeurs
Quatre idées reçues
L’anthropologie des odeurs, domaine nouveau ?
Espèce microsmate ?
Silence olfactif ?
Pauvreté du lexique olfactif ?
Trois axes de recherche parmi les plus dynamiques
Description et catégorisation des odeurs
Les savoir-faire olfactifs et leur patrimonialisation
Odeurs et assignations identitaires
Conclusion

Aperçu du début du texte

Dresser un tableau complet des travaux menés dans le champ de l’anthropologie des odeurs excéderait les limites de cette contribution et sans doute aussi mes compétences. Comme l’annonce le titre ci‑dessus, c’est par conséquent un état des lieux qui est proposé, tel qu’il m’apparaît après une vingtaine d’années de recherche dans ce domaine. Dans la première partie de l’article, j’esquisse une clarification sémantique à propos des odeurs, des odorants et de l’olfaction. Je montre ensuite, dans une deuxième partie, que, pour s’imposer, l’anthropologie des odeurs a dû combattre quatre idées reçues. La dernière partie présente une sélection, avec sa part d’arbitraire, de trois axes de recherche parmi les plus dynamiques et les mieux reconnus dans le domaine. Dans ma conclusion, qui se veut prospective, j’envisage le développement d’une technologie et d’un art olfactifs et je défends l’idée d’un programme de recherche qui saurait concilier la légitimité scientifique d’une anthropologie d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joël Candau, « L’anthropologie des odeurs : un état des lieux », Bulletin d’études orientales, LXIV | 2016, 43-61.

Référence électronique

Joël Candau, « L’anthropologie des odeurs : un état des lieux », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXIV | 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 25 mars 2017. URL : http://beo.revues.org/4642 ; DOI : 10.4000/beo.4642

Haut de page

Auteur

Joël Candau

Professeur à l’Université de Nice Sophia Antipolis,
Laboratoire d'Anthropologie et de Psychologie Cognitives et Sociales (LAPCOS, EA 7278)

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page