Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale
Le rôle des odeurs

Hommes, femmes, parfums et puanteurs dans quelques textes littéraires arabes des ive/xe et ve/xisiècles

Monica Balda ‑ Tillier
p. 249-264

Résumés

L’odorat jouit d’un statut privilégié dans la culture arabe médiévale. Dans certains textes littéraires des ive/xe et ve/xisiècles, les parfums et les puanteurs revêtent une valeur morale ou une connotation socioculturelle particulière. Cet article est une étude, non-exhaustive, de l’imaginaire et des significations sociales attribuées aux odeurs à cette période.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Raffinement et art de se parfumer
Parfums pour toute circonstance
Le musc
Autres parfums « licites »
Des parfums interdits
De ceux qui « ne sentent pas la rose »
Abū al‑Qāsim
Les membres du maǧlis d’Ispahan
Le secrétaire de chancellerie
Le soufi glouton
Un homme raffiné
Bagdad versus Ispahan 
L’air et la terre
Les habitants
Les esclaves chanteuses et les éphèbes
Conclusion

Aperçu du début du texte

Souvent méprisé dans les sociétés occidentales, où il fit figure de « résidu archaïque de la bête en l’homme » , en particulier lorsqu’on le compare au bien plus « noble » sens de la vue, l’odorat jouit d’un statut privilégié dans la culture arabe médiévale imprégnée d’islam. Cette religion lui attribue en effet une valeur eschatologique particulière : « the sweet smell of a martyr is a clear indication that this pure soul had bypassed the torments of the grave and gone directly to Paradise. […]. The scent of martyrs, often compared with the fruits of Paradise, intimated the comforting closeness of the Garden.  »

Ce n’est pourtant pas de l’odeur de sainteté dont nous traitons dans cet article, mais de senteurs beaucoup plus terrestres. Partant de l’observation que, dans certains textes littéraires arabes du ive/xe et ve/xisiècles, les parfums et les puanteurs revêtent une valeur morale ou une connotation socioculturelle particulière, ce travail représente une étude, qui ne prétend ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monica Balda ‑ Tillier, « Hommes, femmes, parfums et puanteurs dans quelques textes littéraires arabes des ive/xe et ve/xisiècles », Bulletin d’études orientales, LXIV | 2016, 249-264.

Référence électronique

Monica Balda ‑ Tillier, « Hommes, femmes, parfums et puanteurs dans quelques textes littéraires arabes des ive/xe et ve/xisiècles », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXIV | 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 27 avril 2017. URL : http://beo.revues.org/4669 ; DOI : 10.4000/beo.4669

Haut de page

Auteur

Monica Balda ‑ Tillier

Maître de conférences à l’Université Grenoble Alpes, ILCEA4-CREO

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page