Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale
Exprimer les odeurs

Le lexique arabe des odeurs

Bruno Paoli
p. 63-97

Résumés

Le lexique arabe des odeurs, tel qu’il apparaît dans les grands dictionnaires classiques, est un lexique abondant. Mais cette richesse est en trompe‑l’œil : en effet, les synonymes sont très nombreux et les nuances de sens sont en nombre limité. La théorie des matrices et des étymons fournit un cadre cohérent pour dresser la typologie des radicaux trilitères olfactifs : le lexique fondamental des odeurs est organisé autour d’un nombre restreint d’étymons et dans le cadre de deux ou trois matrices associant des consonnes continues à des labiales, des coronales ou des nasales. Cette analyse permet de constater que le réseau sémantique de l’olfaction est en partie lexicalisé. Pour le reste, la profusion de synonymes (77 verbes signifiant « sentir mauvais » !) pose la question de savoir comment ont été constitués les dictionnaires arabes classiques. Même si les lexicographes sont avares d’informations, il semblerait qu’ils aient compilé les données propres à de nombreux dialectes arabes anciens, comme en témoignent les quelques exemples analysés dans la seconde partie de l’article.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

L’expression linguistique de l’olfaction
Le vocabulaire arabe des odeurs : inventaire
Une profusion lexicale en trompe‑l’œil
Des racines aux étymons et aux matrices
La matrice {[nasal], [continu]}
La matrice {[labial], [continu]}
Pivots et satellites
ʿAṭira et natuna
Natuna et mauvaises odeurs : dialectes et dictionnaires
ʿAira et les bonnes odeurs
Les augments : le cas du /ḫ/ et des gutturales en question
Pour conclure
Inventaire

Aperçu du début du texte

L’expression linguistique de l’olfaction

Il est généralement reconnu que, dans les langues naturelles, le vocabulaire de l’olfaction, de même que celui de la gustation, est, en comparaison de ceux de la vision et de l’ouïe, peu développé, plus pauvre et limité, moins stable et systématique. Ainsi, « les odeurs n’ont en général pas de dénominations spécifiques comme en ont les couleurs  » ; et il n’existe pas d’adjectifs d’odeur comparables aux adjectifs de couleur. Ceci est particulièrement vrai en arabe, où la plupart de ces adjectifs de couleur (ʾabya « blanc », ʾaswad « noir », ʾazraq « bleu », ʾamar « rouge », etc.) sont construits sur le même schème (ʾafʿal), qui est aussi celui des élatifs (ʾakbar, « plus grand », par exemple) et des adjectifs indiquant un défaut ou une difformité (ʾaʿwaǧ, « tordu » ; ʾaʿmā, « aveugle »). Certes, des adjectifs d’odeur construits sur ce schème sont attestés dans les dictionnaires classiques : ʾašam (« qui exhale une odeur fétide par suite d’u...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Paoli, « Le lexique arabe des odeurs », Bulletin d’études orientales, LXIV | 2016, 63-97.

Référence électronique

Bruno Paoli, « Le lexique arabe des odeurs », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXIV | 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://beo.revues.org/4686 ; DOI : 10.4000/beo.4686

Haut de page

Auteur

Bruno Paoli

Professeur à l’Université Lyon 2, ICAR-3 (UMR 5191)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page