Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale
Odeurs et sacré

Réflexions sur l’usage des produits odoriférants dans les mosquées au Proche-Orient (ier/viievie/xiie s.)

Julie Bonnéric
p. 293-317

Résumés

Les fragrances ont joué un rôle majeur dans les cultes du Proche-Orient antérieurs ou contemporains de l’Islam. En revanche, une analyse des sources révèle que les mosquées proche-orientales ne sont pas, au moins jusqu’au xiie s., le lieu d’une diffusion importante de parfums ou d’encens. Bien qu’ils soient très exceptionnellement employés pour purifier une partie souillée de la mosquée, agrémenter l’ambiance ou participer de la mise en scène du pouvoir, ils n’y ont pas de fonction liturgique ou cultuelle. En islam, les fragrances revêtent pourtant une puissance symbolique significative qui aurait pu favoriser, théoriquement, leur usage cultuel. La faible ritualisation du culte dans les mosquées ne justifie pas l’exclusion des produits odoriférants de l’édifice religieux, puisque les mosquées sont, dans des cadres précis, le lieu privilégié d’une mise en scène du sacré. La profusion des parfums dans des contextes profanes aux premiers siècles de l’Islam, ainsi que dans les cultes en opposition desquels s’est en partie construite la nouvelle religion, pourrait être un facteur limitant l’usage des fragrances dans les mosquées.

Haut de page

Entrées d'index

Index by keyword :

Odours, perfume, incense, mosques, Islam, cult, sacred

‫فهرس الكلمات المفتاحية :

روائح, عطور, بخور, مساجد, إسلام, مقدّس, شعائر
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Des fragrances ni abondantes, ni bannies 
Des références textuelles aux parfums rares et éparses
La mosquée du Prophète
La Kaʿba
Le Dôme du rocher
Les mosquées du Caire
Luminaires odoriférants et enduit parfumé
Des bonnes odeurs, du sacré et de l’islam
Des édifices sans rituel et donc sans odeur ?
Les fragrances marquées du sceau du profane
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les fragrances ont joué un rôle majeur dans les cultes du Proche-Orient, qu’ils soient antérieurs ou contemporains de l’islam . La région a en effet abrité des cultures ayant ritualisé le rôle des odeurs au sein des lieux de culte. Les Égyptiens de l’Antiquité étaient ainsi friands de parfums, qu’ils employaient à la fois pour le culte des dieux et dans les rites funéraires (Le Guérer 2005). Les Romains brûlaient également de l’encens lors des cérémonies religieuses. L’usage de ces produits semble s’être accru au contact des cultes orientaux . Faire l’économie de produits odoriférants et de libations pouvait même alors être interprété comme un signe d’athéisme . Dans les rituels chrétiens, les fragrances ont été intégrées sous deux formes principales (Harvey 2006) : des combustions massives d’encens lors des offices et des huiles liturgiques parfumées. Quoique son emploi ait été proscrit par les premiers chrétiens, l’encens joue un rôle cultuel dès la fin du ive siècle . Les textes ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Bonnéric, « Réflexions sur l’usage des produits odoriférants dans les mosquées au Proche-Orient (ier/viievie/xiie s.) », Bulletin d’études orientales, LXIV | 2016, 293-317.

Référence électronique

Julie Bonnéric, « Réflexions sur l’usage des produits odoriférants dans les mosquées au Proche-Orient (ier/viievie/xiie s.) », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXIV | 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 28 mars 2017. URL : http://beo.revues.org/4691 ; DOI : 10.4000/beo.4691

Haut de page

Auteur

Julie Bonnéric

Chercheur associé à l’Ifpo (Beyrouth) et au Ciham

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page