Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale
Le rôle des odeurs

Des parfums et des fumées : les parfums à brûler en Islam médiéval

Jean-Charles Ducène
p. 159-178

Résumés

Par la rareté des sources, il est difficile d’identifier les usages des fumigations dans le premier siècle de l’Islam, mais à partir de la période abbasside, les substances et les usages deviennent plus clairs. Ainsi, à côté de l’encens apparaissent de nouveaux produits originaires d’Asie, comme le musc, le bois de santal, l’agalloche et le camphre. L’élite sociale brûle ces essences pour parfumer ses vêtements ou durant des réunions festives fort marquées socialement. Quant à la médecine, elle cantonne les fumigations à des fins prophylactiques (purification de l’air) ou thérapeutiques. Dans le domaine des pratiques religieuses, ce sont le soufisme et les pèlerinages secondaires qui en développent réellement l’usage.

Haut de page

Entrées d'index

Index by keyword :

smell, fragrance, healthcare, sociability

‫فهرس الكلمات المفتاحية :

اجتماعية, طب, عطر, رائحة
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Une littérature spécialisée rare
Les mots et les substances 
Les usages
Parfumerie
Confort d’ambiance et cérémonial
Usage médical prophylactique : purifier l’air
Usage thérapeutique (aromathérapie)
Usage religieux
Conclusion

Aperçu du début du texte

Si les parfums sont largement en usage dans le Proche-Orient médiéval, et ceci en continuité avec les pratiques antiques, des changements dans la nature des substances utilisées sont observables . On constate ainsi une certaine prédominance des produits naturels provenant d’Asie au cours de la période concernée, concurremment avec un désintérêt pour d’autres matières locales, comme le nard par exemple. Qu’en est-il cependant des fumigations, ces matières expressément recherchées car leur combustion libère des fumées odorantes ? Le sud de l’Arabie est certes le pays de l’encens, mais l’usage de ces fumeroles comme celles d’autres résines a‑t‑il connu une évolution spécifique ?

Pour l’époque préislamique, les informations sur l’emploi de l’encens à La Mecque sont si rares qu’il est difficile d’en cerner réellement l’usage à l’aube de l’Islam. Un rite d’encensement de la Kaʿba à l’époque préislamique  est vraisemblable car c’est lui qui aurait mis le feu à la Kaʿba durant la jeunesse du...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Charles Ducène, « Des parfums et des fumées : les parfums à brûler en Islam médiéval », Bulletin d’études orientales, LXIV | 2016, 159-178.

Référence électronique

Jean-Charles Ducène, « Des parfums et des fumées : les parfums à brûler en Islam médiéval », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXIV | 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 28 février 2017. URL : http://beo.revues.org/4693 ; DOI : 10.4000/beo.4693

Haut de page

Auteur

Jean-Charles Ducène

Directeur d’étude à l'EPHE (4e section)

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page