Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale
Les substances odorantes

Une archéologie des odeurs : identifier les encens et leurs usages au Proche et Moyen‑Orient (viiiexiie siècles)

Sterenn Le Maguer
p. 135-158

Résumés

L’usage des encens, comme l’oliban (lubān), la myrrhe (murr) ou encore le bois d’aloès (ʿūd), est bien renseigné dans les sources écrites, qu’elles soient des œuvres lexicographiques, des traités de médecine, des récits de géographes ou des œuvres poétiques et littéraires. Ces sources informent sur les différents emplois de ces substances aromatiques de valeur dans les milieux aisés et de prestige. Les données archéologiques viennent compléter notre connaissance à ce sujet en livrant des informations importantes sur la façon dont ces aromates étaient employés au sein de populations plus modestes pour lesquelles nous ne disposons pas de sources écrites. Différents sites ayant livré des résines ou des brûle-parfums en contexte archéologique sont présentés afin de montrer en quoi leur étude nous renseigne sur les contextes d’utilisation des résines et bois aromatiques : religieux ou profane, riche ou modeste. Enfin, dans le cadre d’une étude anthropologique complète, la vente et l’usage de l’encens seront abordés du point de vue des pratiques actuelles en Oman, région productrice et consommatrice d’oliban.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

L’encens dans les sources textuelles : une variété de produits odorants et d’usages
Les résines en contexte archéologique : des indices de leur circulation
Les brûle-parfums : usages et contextes
L’encens aujourd’hui
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’encens oliban, en arabe lubān ou kundur, est une résine oléo‑gomme issue de l’arbre Boswellia sacra Flück (fig. 1‑2) . Commercialisée depuis l’Antiquité, elle représentait encore au Moyen Âge un produit de luxe recherché. Cependant, d’autres produits odoriférants – bois ou gommes‑résines – étaient brûlés comme encens afin de dégager une bonne odeur. L’étude conjointe des sources écrites et archéologiques révèle la diversité de ces produits. Malheureusement, ces substances sont très rarement présentes en contexte archéologique. À défaut, les brûle-parfums témoignent de l’usage de l’encens dans les divers contextes où ils sont retrouvés. L’analyse de ces données permet finalement de comprendre où ces encens étaient brûlés car, si les contextes sociaux les plus aisés sont bien documentés grâce aux sources textuelles, les plus modestes ne sont généralement révélés que par l’étude archéologique.

Figure 1. Arbre Boswellia sacra Flück, réserve naturelle de Wādī Dawkah, province du Dhofar,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sterenn Le Maguer, « Une archéologie des odeurs : identifier les encens et leurs usages au Proche et Moyen‑Orient (viiiexiie siècles) », Bulletin d’études orientales, LXIV | 2016, 135-158.

Référence électronique

Sterenn Le Maguer, « Une archéologie des odeurs : identifier les encens et leurs usages au Proche et Moyen‑Orient (viiiexiie siècles) », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXIV | 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://beo.revues.org/4698 ; DOI : 10.4000/beo.4698

Haut de page

Auteur

Sterenn Le Maguer

Chercheur associé au CEFAS et au Laboratoire "Islam médiéval" (UMR 8167)

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page