Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale
Varia

La question du cursus honorum mamelouk au tournant des xivexve siècles

Clément Onimus
p. 365-390

Résumés

L’existence d’un cursus honorum des émirs dans le sultanat mamelouk n’a jamais été discutée par les historiens modernes. Certains ont pris son inexistence comme acquise, d’autres l’ont au contraire mentionnée sans décrire son fonctionnement. Seuls les manuels de chancellerie établissent un ordre de préséance et expliquent les fonctions de chacun des offices militaires. Dans les sources historiographiques, il apparaît que l’organisation des carrières suit vaguement une progression en fonction de cette hiérarchie. Mais il n’est jamais nécessaire de tenir un office pour accéder à un autre. Si les sources ne montrent donc pas de carrière archétypale, il est en revanche possible de proposer une modélisation schématique. Au total, il existe bien un principe d’avancement dans les carrières des émirs mamelouks qui laisse toutefois la place à une multitude de carrières possibles. Cette configuration du milieu émiral, où un grand nombre d’individus en charge d’offices de rang quasi égal convoitent les mêmes promotions, est un des facteurs de la constance de la compétition entre les émirs mamelouks.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Les offices de sabre
Les gouverneurs
Les offices militaires de l’audience
Les carrières
Les carrières de gouverneur
Les carrières des officiers de l’audience
Entre progression et aboutissement d’une carrière
Le cas des refus de poste et des démissions
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les émirs étaient les officiers militaires du sultanat mamelouk. Ils commandaient des bataillons de Mamelouks qu’ils achetaient et affranchissaient et dont ils devaient assurer la rémunération et l’entretien. Le grade de ces officiers était défini par le nombre de Mamelouks dont ils avaient la charge : les principaux grades étant « émir de dix », « émir de quarante » ou « émir de cent » – les termes « Mamelouk » (mamlūk), « cavalier » (fāris) ou « lance » (ram) étaient parfois mentionnés après le nombre indiqué, mais en général sous‑entendu. Le régime mamelouk peut être défini comme une oligarchie militaire dans le sens où ces officiers dirigeaient collectivement le royaume qui avait à sa tête un sultan – parfois choisi parmi eux et parfois membre d’une dynastie – et se partageaient un certain nombre d’offices appelés « offices de sabre » (waẓā’if al‑sayf) pour les distinguer des « offices de turban » et des « offices de calame » destinés à être occupés respectivement par des homme...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Onimus, « La question du cursus honorum mamelouk au tournant des xivexve siècles », Bulletin d’études orientales, LXIV | 2016, 365-390.

Référence électronique

Clément Onimus, « La question du cursus honorum mamelouk au tournant des xivexve siècles », Bulletin d’études orientales [En ligne], LXIV | 2016, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 27 mai 2017. URL : http://beo.revues.org/4741 ; DOI : 10.4000/beo.4741

Haut de page

Auteur

Clément Onimus

Chercheur associé à l’UMR 8167

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page