Navigation – Plan du site

Propagande dynastique et célébrations princières, mythes et images à la cour timouride

Dynastic Propaganda and Princes’ Celebration
الدعاية للسلالة الحاكمة والاحتفال بأمرائها
Anna Caiozzo
p. 177-201

Résumés

La dynastie timouride, fondée par un chef ambitieux et conquérant, Tīmūr Lang, a innové sur le plan des arts visuels. En effet, soucieuse de s’enraciner dans la vie politique mais aussi dans l’Histoire, séduite par le modèle aristocratique des élites iraniennes et par leur culture, impressionnée par le souvenir des anciens rois de Perse, cette dynastie assura, par son mécénat, la promotion des arts à ses propres fins : la gloire d’un clan et d’un modèle de gouvernement.
Inaugurant l’art du portrait, trente ans après la mort de Tīmūr Lang, les miniaturistes illustrèrent ses exploits dans le Ẓafarnāme de ‘Alī Yazdī. Les petits-fils de Tīmūr, à leur tour, passionnés par la mythologie de l’Iran préislamique et séduits par les valeurs héroïques auxquelles ils s’identifiaient, devinrent les commanditaires de nombreux manuscrits à leur gloire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

I. Images de Tīmūr, entre mythes et légende familiale
1) L’acquisition d’une légitimité : de la promotion des supposés ancêtres fondateurs à la glorification de Tīmūr
2) Le Ẓafarnāme ou la mise en scène d’un héros
II. Le Ẓafarnāme, de la geste de Tīmūr à la promotion d’une lignée
III. Les princes timourides, héros d’épopée ?
1) La fascination familiale pour les héros du passé
2) Bāysunghur Mirza, prince courtois (1397-1434)
3) Les princes timourides et les astres

Aperçu du début du texte

Lorsque Tamerlan (1336-1405), autrement dit Tīmūr Lang (« le boiteux »), fils du chef d’une tribu turco-mongole de Transoxiane, conquiert le monde oriental à la fin du xive siècle, il fonde une dynastie qui devient très rapidement aussi glorieuse que celle des Gengiskhanides, à laquelle elle succède pendant près d’un siècle. Nouveaux venus sur la scène proche-orientale, régnant de l’Irak aux portes de la Chine et de l’Inde, les Timourides rêvent de conquérir ces deux puissances voisines comme ils ont soumis Bāyazīd et les derniers rois mongols, jalayrides de Bagdad et muzaffarides du Fars.

En un demi-siècle, les arts du livre connaissent en Iran et en Asie centrale un essor sans précédent : les princes timourides, avides de pouvoir mais aussi de culture, développent dans toutes les villes qu’ils gouvernent des ateliers princiers où la fine fleur des artisans, des calligraphes et des miniaturistes du monde musulman œuvrent pour eux. À la force brutale de la conquête se substituent des...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Caiozzo, « Propagande dynastique et célébrations princières, mythes et images à la cour timouride », Bulletin d’études orientales, Tome LX | 2012, 177-201.

Référence électronique

Anna Caiozzo, « Propagande dynastique et célébrations princières, mythes et images à la cour timouride », Bulletin d’études orientales [En ligne], Tome LX | mai 2012, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 20 décembre 2014. URL : http://beo.revues.org/490 ; DOI : 10.4000/beo.490

Haut de page

Auteur

Anna Caiozzo

Université Paris 7 - Denis Diderot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page