Navigation – Plan du site
Ouvrages de Sciences religieuses

Agamben, Giorgio et Coccia, Emanuele (éds.), Angeli. Ebraismo, Cristianesimo, Islam (Neri Pozza Editore, 2009)

Pierre Lory
Référence(s) :

Agamben, Giorgio et Coccia, Emanuele (éds.), Angeli. Ebraismo, Cristianesimo, Islam, Vicenza, Neri Pozza Editore, 2009, 2012 p., ISBN : 978-8854500648.

Texte intégral

1Nous avons affaire ici à un volume proprement encyclopédique (plus de 2000 pages !) portant sur la réflexion des philosophes et théologiens sur les anges – l’angélologie – dans les trois grandes religions monothéistes, depuis leurs origines et durant l’époque médiévale. Disons d’emblée qu’il ne s’agit pas dans ce livre d’étaler des débats sophistiques portant sur « le sexe des anges », mais de comprendre combien la question de l’angélologie enserre de près la cosmologie, la vision de la place de l’homme dans l’univers, l’éthique sociale et même la pensée politique. Que l’un des deux coordinateurs soit Giorgio Agamben situe d’ailleurs l’ampleur de l’horizon philosophique. C’est lui qui a rédigé l’introduction générale de l’ouvrage, y présentant des réflexions nourrissant par ailleurs son Le Règne et la Gloire : l’angélologie correspond à l’élaboration de l’une des premières manifestations de philosophie politique. Dieu crée deux catégories d’anges : certains exécutant ses volontés dans la création, certains autres étant dévolus au service de sa propre glorification. Ainsi tout pouvoir prend-il soin d’entretenir, outre un corps de fonctionnaires, des agents destinés à le magnifier.

2Le volume se divise en trois parties principales : judaïsme (p. 23-432), christianisme (p. 433-1451), islam (p. 1453-2012). C’est cette troisième partie qui nous retiendra ici. Elle a été rédigée par Olga Lizzini et Samuela Pagani, et ses 558 pages constituent la somme la plus complète et précise sur le sujet jamais composée. Cette partie « islamique » comprend deux chapitres de synthèse, et un important choix de textes traduits en italien. La présentation générale de l’angélologie musulmane par O. Lizzini se fonde sur une analyse des versets coraniques et sur les hadiths mentionnant les anges et leur rôle. Elle souligne avec finesse le caractère imprécis, flou de cette angélologie, construite en fonction des données exégétiques et non à partir d’une doctrine d’ensemble ; elle parcourt les données linguistiques et historiques (origines iraniennes de l’angélologie) ; décrit les principales figures angéliques mentionnées dans les textes sacrés et la Tradition et leur rôle supposé ; dessine enfin les contours des débats doctrinaux impliqués par les données scripturaires.

3Le second chapitre est un exposé de synthèse sur le débat essentiel autour de la supériorité de l’ange sur l’homme ou de l’homme sur l’ange, esquissé dans le chapitre précédent et développé ici par S. Pagani. Le noyau exégétique est celui des versets coraniques II, 30-34 et la question de l’ordre divin adressé aux anges de se prosterner devant Adam. S. Pagani relève la logique interne de la prise de position de certains courants en faveur de la supériorité des anges – à savoir la vision d’un monde cohérent, ordonné et hiérarchisé, défendu notamment par les mu‘tazilites et les falāsifa. Parallèlement sont expliquées les positions en faveur de la prééminence des hommes sur les anges, dont les argumentations se fondent sur la défense de l’immédiate transcendance divine contre toute forme de médiation fût-elle angélique - ou bien sur l’idée chiite et soufie de la préexistence de la forme humaine par rapport au reste de la création (voir les doctrines autour de l’Homme Parfait, al-insān al-kāmil). La distribution des choix doctrinaux est cependant complexe et subtile : le « littéraliste » Ibn Ḥazm défend par exemple la suprématie des anges. Le principal enjeu est en fait celui de la prééminence des prophètes, et singulièrement de Muḥammad, sur les anges. La synthèse sunnite la plus fréquente consistera à affirmer la prééminence de Muḥammad sur tous les anges, la prééminence des anges supérieurs sur l’humanité ordinaire, laquelle humanité a le pas sur les anges inférieurs. D’autres thèmes latéraux sont abordés dans le chapitre : la peccabilité des anges et la question des anges déchus, la nature d’Iblīs – djinn ou ange… Les positions de plusieurs grands penseurs sont l’objet d’une attention particulière : Ṭabarī (s’agissant de l’histoire autour d’Adam, des anges déchus), Šahrastānī, Faḫr al-dīn al-Rāzī, Ibn Taymiyya.

4La fort importante série de textes sur les anges traduits de l’arabe en italien qui suit vient en exact complément et illustration de ces deux chapitres de synthèse. Nous y trouvons des textes de hadiths, d’histoires universelles, de qiṣaṣ al-anbiyā’, de commentaires du Coran – Faḫr al-dīn Rāzī en l’occurrence (S. Pagani) ; d’autres écrits par des falāsifa, soit Kindī, Fārābī, Avicenne et les Iḫwān al-Ṣafā’ (O. Lizzini). Ces séries de textes traduits sont à chaque fois introduits, annotés et accompagnés de copieuses références bibliographiques. La bibliographie de l’ensemble de ces chapitres est impressionnante, probablement proche de l’exhaustivité. Il serait hautement souhaitable que cette riche présentation se trouve accessible aux chercheurs islamisants – par ex. par une édition électronique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Lory, « Agamben, Giorgio et Coccia, Emanuele (éds.), Angeli. Ebraismo, Cristianesimo, Islam (Neri Pozza Editore, 2009) », Bulletin d’études orientales [En ligne], Comptes rendus (depuis 2012), Ouvrages de Sciences religieuses, mis en ligne le 05 décembre 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://beo.revues.org/674

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page