Navigation – Plan du site
Ouvrages d’Histoire

Massignon, Louis, Écrits mémorables (Robert Laffont, Bouquins, 2009)

Pierre Lory
Référence(s) :

Massignon, Louis, Écrits mémorables, textes établis, présentés et annotés sous la direction de Christian Jambet, par François Angelier, François L’Yvonnet, Souâd Ayada et Ch. Jambet, Paris, Robert Laffont (collection Bouquins), 2009, LXXX + 926 p. (vol. I) et 1016 p. (vol. II), ISBN: 9 782221 105726 (vol. I) et 9 782221 1065563 (vol. II).

Texte intégral

1Il peut paraître surprenant de faire état de la parution de textes d’un orientaliste décédé il y a bientôt cinquante ans. La mention de ces Écrits mémorables est toutefois justifiée à plus d’un titre. Si une partie des textes concernés avaient été publiés, et repris dans les trois volumes intitulés Opera minora publiés par les soins du Père Youakim (Beyrouth, Dar Al-Maaref, 1963), la qualité de l’édition laissait beaucoup à désirer. Les actuels volumes ont repris ces textes, les ont restitués avec exactitude, et les ont introduits et accompagnés d’un appareil de notes fourni très utile. Par ailleurs, nous trouvons dans les Écrits mémorables un nombre assez important d’articles qui ne figuraient pas dans les Opera Minora. Enfin, l’importance même de la recherche, de la pensée et de l’attitude de vie de Louis Massignon reste considérable ; elle n’est nullement « passée de mode ». Écoutons simplement les appels à la xénophobie anti-musulmane qui se multiplient en France et ailleurs en Europe, et auxquels participent volens nolens une bonne partie du milieu académique arabisant et islamisant, et l’on mesurera l’apport de l’œuvre massignonienne à l’élaboration d’une éthique du respect de l’autre fondé sur la connaissance effective de sa culture. L’ouvrage est divisé en douze parties où sont réparties selon une logique thématique les œuvres de Massignon concernant son attitude face au monde de l’Islam ; les grands témoins que furent pour lui Charles de Foucauld, Huysmans, Fāṭima la fille de Muḥammad et, bien évidemment, al-Ḥallāğ ; ses réactions face aux questions politiques et humanitaires (décolonisation, réfugiés) de 1917 à 1961 ; les rapports islamo-chrétiens dans leur profondeur historique ; la langue arabe ; la mystique et plus généralement les dimensions spirituelles en islam (y compris le chiisme bien sûr). En lisant ou relisant ces pages, le lecteur bénéficiera de la prodigieuse faculté qu’avait Massignon à mettre en rapport des données et des idées apparemment dissociées. On peut certes être en désaccord avec ses conclusions ou sa méthode ; mais à notre époque d’intense cloisonnement de la pensée, la lecture des Écrits mémorables apporte un souffle nouveau, une aération propre qui est à ce jour encore étonnamment féconde.

2Notons par ailleurs, pour rester dans le propos, la publication récente de certains autres textes de Louis Massignon. Le volume Badaliya – Au nom de l’autre (1947-1962), présenté et annoté par Maurice Borrmans et Françoise Jacquin (éditions du Cerf, 2011) offre des documents inappréciables pour comprendre les attitudes les plus intimes de Louis Massignon dans son rapport personnel de chrétien face à l’Islam et aux musulmans, au travers des bulletins et lettres qu’il envoyait aux membres de l’association de la Badaliyya créée par Mary Kahil et lui-même. Par ailleurs, le n° 21 du Bulletin de l’Association des Amis de Louis Massignon (décembre 2008), consacré à Germaine Tillion et Louis Massignon, fournit également des données documentaires utiles. On appréciera également la réflexion des textes publiés sous le titre Louis Massignon, 1908-2008 : Cien anos de la visita del Estranjero (Madrid, Alquitara, Mandala Ediciones, 2008) par José Antonio Anton Pacheco, Carlos A. Segovia, Salvador Pena, et Jesus Moreno Sanz. D’autres ouvrages récents concernent le courant d’orientalisme chrétien dont Massignon fut le représentant le plus éminent et pour une large part l’inspirateur. Georges Anawati (1905-1994) – Un chrétien égyptien devant le mystère de l’islam (éditions du Cerf, 2008) par Jean-Jacques Pérennès est d’un intérêt tout particulier, retraçant avec une grande précision documentaire, une finesse et une lucidité d’esprit la courbe de vie d’un homme de science qui lui aussi joua un rôle de poids dans le rapprochement islamo-chrétien.

3Mentionnons enfin les ouvrages de Maurice Borrmans, Prophètes du dialogue islamo-chrétien – Louis Massignon, Jean-Mohammed Abd-el-Jalil, Louis Gardet, Georges Anawati, Cerf 2009 ; Louis Gardet – Philosophe chrétien des cultures et témoin du dialogue islamo-chrétien (1904-1986) (éditions du Cerf, 2010) ; et de même ceux de Jacques Keryell Louis Massignon de Baghdad au Jardin d’une Parole extasiée, Angers, chez l’auteur, 2008 ; Afif Osseïrane (1919-1988) – Un chemin de vie (Éditions du Cerf, 2009). Il s’agit d’ouvrages de portée générale, non académiques, mais qui apportent des informations sur ce groupe de savants qui ont marqué la science islamologique de leur temps. Car il est toujours utile de rappeler que la recherche des savants, même si elle se doit de rester neutre quand à son objet, ne peut jamais s’abstraire de la recherche de sens présent chez eux comme chez leurs lecteurs

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Lory, « Massignon, Louis, Écrits mémorables (Robert Laffont, Bouquins, 2009) », Bulletin d’études orientales [En ligne], Comptes rendus (depuis 2012), Ouvrages d’Histoire, mis en ligne le 08 mars 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://beo.revues.org/775

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page