Navigation – Plan du site
La ville revisitée

À la découverte de la braie et du fossé autour de l’enceinte de Damas

Discovering the Moat and the Outer Wall around the City Wall of Damascus
الكشف عن خندق وفصيل سور مدينة دمشق
Yamen Dabbour
p. 23-40

Résumés

La question du fossé et de la braie (ou l’avant-mur) de Damas n’avait jamais été abordée par les chercheurs, et ce, en raison, d’une part, de la rareté des informations historiques relatives à ces éléments, et d’autre part, de l’absence de vestiges archéologiques. Pour la première fois entre 2005 et 2006, des portions très importantes de ces éléments défensifs ont été mises au jour sur le côté sud de la muraille de Damas, près de Bāb Kīsān. Cette découverte a permis de mieux comprendre ces deux éléments du système défensif de la ville de Damas à l’époque médiévale et d’apporter les premières réponses aux interrogations les concernant. Cet article présente les résultats de ces deux campagnes de fouilles archéologiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mandeville 1848, p. 190 ; Luard & Hosten 1927, p. 377 ; Porter 1855, I, p. 46 ; Laurent d’Arvieux c (...)

1Entre le xive et le xviie siècle, plusieurs voyageurs occidentaux ont signalé dans leurs récits l’existence à Damas de deux murs d’enceinte. Au xive siècle, l’anglais Sir John Mandeville écrit que « Damas est une grande ville, dotée de nombreux habitants, entourée d’une muraille robuste et double. » Trois siècles plus tard, au xviie siècle, le voyageur portugais Sebastien Manrique mentionne l’existence « d’un rempart double et solide autour la ville de Damas », et, à la même époque, le Chevalier Laurent d’Arvieux précise que « le mur d’enceinte de Damas est entièrement doublé. » Enfin, au xixe siècle, Josias L. Porter, un voyageur britannique, qui visita Damas entre 1850 et 1855, indique dans son livre, Five years in Damascus, que cette ville était autrefois entourée de deux murs d’enceinte, dont certaines portions subsistent, là où le faubourg est en contact avec la ville, mais que le mur extérieur du côté sud de la muraille a disparu et que le fossé a depuis été rempli1.

2En dépit de l’importance de ces mentions, les informations qu’elles fournissent ne permettent pas de se faire une idée précise de la situation archéologique de l’enceinte urbaine de Damas. En revanche, elles posent clairement la question de l’existence de deux enceintes autour de la ville qui, curieusement, n’étaient pas encore documentées historiquement ou archéologiquement.

  • 2 Voir Sack 2005, p. 36. Les recherches ont confirmé l’existence de deux remparts sur le côté nord de (...)
  • 3 Le terme al-bašūra, barbacane en français, désigne une entrée en chicane située devant la porte d’u (...)
  • 4 Šihābī 1996, p. 68.

3Parmi les spécialistes de la fortification travaillant sur Damas, peu nombreux sont ceux qui ont soulevé la problématique d’une enceinte urbaine double. Cette hypothèse fut même contestée en s’appuyant sur le fait que la présence de deux enceintes du côté nord de la ville2 et l’existence de barbacanes3 au niveau des portes, avaient tout simplement conduit les voyageurs à en conclure, à tort, que la ville était entièrement défendue par une double enceinte4.

La découverte du faṣīl

  • 5 Ce rond-point est situé aux abords de la muraille de Damas, à 200 m à l’ouest de Bāb Kīsān. La port (...)
  • 6 Le terme faṣīl, braie en français, désigne une enceinte basse située en avant de l’enceinte princip (...)

4Au mois d’avril 2005, au cours des travaux de creusement d’un tunnel automobile situé vers le rond-point de l’aéroport (duwar al-maṭar)5, a été mis au jour un mur implanté parallèlement à la muraille, à 7 m au sud de celle-ci. L’arrêt momentané des travaux a rendu possible la réalisation d’une série de sondages. Ces sondages ont permis de révéler l’existence d’un même mur, s’étirant parallèlement à la muraille de Damas, depuis Bāb Kīsān jusqu’à l’endroit de sa mise au jour, c’est-à-dire sur une longueur de 230 m (fig. 1). Forte des résultats de ces sondages, une mission fut alors constituée pour y entreprendre des fouilles archéologiques plus poussées. Le mur découvert n’est autre que le faṣīl, la braie6 de la muraille de Damas.

Les caractéristiques générales du faṣīl de Damas7

  • 7 Voir Dabbour 2005.

5Les caractéristiques du faṣīl de l’enceinte que nous allons décrire concernent principalement sa portion découverte près de Bāb Kīsān et ne se retrouvent pas sur tout le tracé de l’enceinte.

6Le faṣīl court parallèlement à la muraille, à une distance de 7 m et ne s’en écarte qu’à l’endroit où il entre en contact avec les grosses tours défensives. C’est le cas par exemple au niveau de la tour de Nūr al-Dīn dont il s’éloigne de 15,5 m au sud de la muraille à un endroit où le tracé de la muraille s’infléchit (fig. 1). Cette enceinte basse mesurait 1,7 m de large et 1,5 m de haut et se composait de deux parements de moyen appareil de mœllons sommairement équarris enserrant un blocage de mœllons noyés dans un mortier dur de couleur grise (fig. 2). Il ne subsiste des parements qu’une à deux assises, excepté près de la tour de Nūr al-Dīn, où l’on a pu observer six assises qui mesurent en moyenne 30 cm de hauteur (fig. 3).

Mise en contexte historique

À quelle période et par qui a été construit le faṣīl de Damas ?

7Depuis l’arrivée des croisés en 491/1099 jusqu’à la crise de succession de Saladin au début du xiiie siècle, les nombreux conflits dans la région de Damas ont rendu nécessaire le renforcement des défenses de la ville régulièrement et dangereusement menacée. Le faṣīl de Damas répondait parfaitement à cette nécessité défensive.

  • 8 Sayf al-Dīn Abū Bakr, fils du sultan al-Afḍal Naǧm al-Dīn Ayyūb, fils de Šāḏī, fils de Marwān. Il e (...)
  • 9 Ibn Wāṣil, Mufarraǧ, III, p. 41 ; al-Maqrīzī, Sulūk, I, p. 193.

8Une première question se pose quant au nom du commanditaire de sa construction. L’historien Ibn Wāṣil (m. 679/1280), dans son ouvrage Mufarraǧ al-kurūb fī aḫbār Banī Ayyūb, rapporte qu’en 599/1202, le sultan al-ʿĀdil Abū Bakr Muḥammad8 commença la construction d’un faṣīl en pierres et calcaire, de la hauteur d’un homme, autour de la muraille de Damas, au bord du fossé (ḫandaq)9.

9Les caractéristiques décrites par l’auteur correspondent parfaitement à celles que nous avons pu observer sur le faṣīl découvert près de Bāb Kīsān au bord du fossé, à savoir celui d’un mur en appareil de calcaire de la hauteur d’un homme.

Pourquoi le sultan al-ʿĀdil Abū Bakr Muḥammad a t-il construit le faṣīl ?

  • 10 Ibn Ḫaldūn, Tārīḫ, V, p. 337.
  • 11 Ibn Šaddād, Aʿlāq, II, p. 39.

10Après la mort de Saladin en 589/1193, un conflit éclata entre ses fils pour la domination sur les territoires qu’il possédait. Le frère de Saladin, al-Malik al-ʿĀdil joua un rôle essentiel dans ce conflit et parvint à prendre le pouvoir, devenant sultan d’Égypte et du Bilād al-Šām en 596/1199. L’année suivante, les fils de Saladin, al-Afḍal, venu avec l’armée d’Égypte, et al-Ẓāhir Ġāzī avec celle d’Alep, entreprirent le siège de Damas pour reprendre la ville à leur oncle. Al-ʿĀdil resta toutefois maître de la ville10 et, une fois la situation stabilisée, entreprit de mettre en ordre les affaires de son État en prévision d’un affrontement avec les croisés. Il choisit Damas comme siège de son pouvoir et commença à en renforcer les défenses. Ainsi, en 599/1202, il ordonna la construction d’une puissante citadelle autour de l’ancienne forteresse seldjoukide et lança la même année la construction du faṣīl autour la muraille de la ville11.

Quel est le rôle défensif du faṣīl ?

  • 12 La poliorcétique est l’art d’assiéger les villes, et par extension en l’art de la défense des place (...)

11Le faṣīl de Damas a donc été construit un siècle après le commencement de la guerre persistante entre musulmans et croisés. Au cours de cette période, prenant connaissance de nouvelles techniques de guerre, notamment dans le domaine de la poliorcétique12, les musulmans utilisèrent des méthodes plus efficaces pour défendre leurs villes et améliorer leurs fortifications.

  • 13 « Les musulmans sont arrivés près du fossé, et quand ils l’ont eu traversé, ils se sont approchés d (...)

12Au Moyen Âge, la technique principale pour pénétrer dans les villes ou les châteaux était de concentrer les tirs des archers et des machines de siège (manǧānīq) vers une portion de la muraille pour obliger les défenseurs à reculer et permettre ainsi aux mineurs et aux sapeurs (al-naqqabūn) de s’attaquer à la base des murailles. Ces derniers creusaient des galeries sous les murs qu’ils remplissaient de bois, puis y mettaient le feu, espérant faire écrouler des pans entiers de murs et pénétrer dans la place. C’est ainsi que procédèrent les hommes de Saladin lors du siège de Jérusalem en 583/118313. L’une des fonctions principales du faṣīl était de tenir éloignées des murailles les machines de siège ennemies et d’entraver la progression des soldats.

Est-ce que le faṣīl découvert était le premier à Damas ?

  • 14 « Car si com il disoient ès parties de la vile qui sont contre oriant et contre midi, n’avoit ne ja (...)

13Les sources historiques ne donnent pas de réponse claire sur l’existence de braies antérieures à celle de Damas. La description du siège de Damas en 543/1148 faite par Guillaume de Tyr précise que du côté du « midi » et de l’ « orient » de la ville, les défenses étaient moins fortes. Pour cette raison, il fut conseillé au sultan de déplacer son armée de ce côté de la ville car elle ne bénéficiait pas de la protection de jardins arborés clos par de nombreux murets de terre, et qu’il n’y avait ni fossé, ni rivière pour empêcher de s’approcher des murs. Guillaume de Tyr ajoute que le mur était bas de ce côté, qu’il n’était pas défendu par des machines et qu’il ne résisterait pas au premier assaut14. Il ressort de cette description qu’au xiie siècle la ville était défendue à l’est et au sud par un simple rempart. Ce n’est qu’à partir du xiiie siècle que l’enceinte fut doublée par une braie.

La découverte du fossé (ḫandaq) de Damas

  • 15 Le terme arabe al-ḫandaq, qui signifie « fossé » est une tranchée creusée tout autour des remparts (...)

14Jusqu’à une date récente, en raison du manque d’informations archéologiques et historiques le concernant, le fossé (ḫandaq15) de Damas était extrêmement mal connu. Les seuls documents à notre disposition se limitaient à quelques rares photographies de la deuxième moitié du xixe siècle montrant son tracé du côté sud de la muraille de Damas (fig. 4). Au cours de la fouille du faṣīl, il est apparu que le sol naturel s’inclinait fortement vers le sud en direction opposée à la ville. Son dégagement a permis d’identifier qu’il s’agissait de l’escarpe du fossé. La poursuite de la fouille plus au sud a révélé toute son étendue jusqu’à la contrescarpe quelques 14 m plus loin (fig. 5).

  • 16 Voir Dabbour 2005.

15Les caractéristiques générales du fossé16

16Le fossé est donc conservé sur toute sa largeur, de l’escarpe à la contrescarpe (fig. 6).

L’escarpe

17Un sondage de 3 m sur trois au pied du faṣīl nous a permis de constater que l’escarpe avait été taillée dans le sol naturel en trois bandes superposées fortement inclinées, d’environ 1m de haut chacune (fig. 6-7).

La contrescarpe

18Afin d’en déterminer les caractéristiques, nous avons ouvert un sondage de 3 m sur 5 à ses pieds (fig. 6-8) :

19Un autre sondage a été effectué au niveau de la contrescarpe qui s’est avérée être maçonnée. Fondée sur deux assises de gros mœllons, elle se compose de neuf assises de mœllons de calcaire liés par un solide mortier blanchâtre, le tout s’élevant sur un peu plus de 4 m de haut.

20La maçonnerie qui s’appuie directement sur le sol naturel est surmontée d’un mur de contrescarpe de 1 m de haut et 1,2 m d’épaisseur. La surface de la contrescarpe est légèrement inclinée, on note un écart de 40 cm entre la base et le sommet. Cette inclinaison offre une meilleure stabilité et donc une plus grande solidité à l’ensemble de la maçonnerie.

Les caractéristiques défensives du fossé

  • 17 La zone située au nord de Bāb Tūmā s’appelait le champ de roseaux (Élisséeff 1967, II, p. 485).

21Le tracé de la muraille de Damas adopte une forme presque ovale, dont les côtés nord et sud sont les plus longs (fig. 9). Le nord de la muraille était le mieux protégé du fait de la présence d’une rivière bordée de roseaux qui empêchait toute attaque de ce côté-ci de la ville17. Les récits historiques ne rapportent d’ailleurs aucune attaque sur cette portion du mur d’enceinte alors que les portions méridionale et orientale furent assiégées à de nombreuses reprises. Il faut dire que le côté sud de la muraille, ne bénéficiant pas de défense naturelle, était défensivement le plus faible. Bien au contraire, il favorisait l’attaque, faisant face à de vastes étendues découvertes où les ennemis pouvaient se regrouper en attendant pour préparer l’assaut. C’est donc tout naturellement que ce front de l’enceinte urbaine fut renforcé par une succession d’éléments défensifs, constituant autant d’obstacles pour empêcher la progression ennemie. Le premier d’entre eux était le ḫandaq, ce grand fossé de 14 m de large et de près de 4 m de profondeur, doté d’une contrescarpe maçonnée, surmontée d’un mur de contrescarpe.

Le fossé était-il en eau ?

  • 18 Riḥāwī 2008, p. 121. Le texte cité par Riḥāwī est issu d’une pièce manuscrite du Masālik al-abṣār p (...)

22Franchir un fossé sec n’était déjà pas une tâche facile, mais le franchir alors que le fond était vaseux et humide était encore plus ardu, la boue entravant les mouvements. Le franchir en eau s’avérait une tâche presque impossible. Le fossé de Damas n’était pas en eau en permanence. L’historien al-ʿUmarī rapporte en effet dans son ouvrage Masālik al-abṣar que « la citadelle de Damas est entourée d’un fossé rempli d’eau, et que, en cas de nécessité défensive, tous les fossés autour de la ville sont également remplis d’eau18. »

Comment le fossé était-il rempli en eau ?

  • 19 Cette rivière est une des plus importantes branches du fleuve Baradā, qui fournit Damas en eau depu (...)
  • 20 Le nom de cette rivière est tiré de celui du village de ʿAqrabā. Cette branche du fleuve Baradā se (...)

23Il est fort probable que la portion sud du fossé de la ville était mise en eau grâce à la rivière Qanawāt19, une branche de la rivière Baradā, qui pénètre dans la ville du côté ouest près de Bāb al-Ǧābiya. Toute la portion sud du fossé était donc en eau jusqu’à Bāb Šarqī, située au centre de la muraille orientale, mais on ne sait pas si le fossé se poursuivait vers le nord et surtout s’il entrait en contact avec l’autre branche de la Baradā, appelée al-ʿAqrabānī20, au niveau de l’angle nord-est de la muraille (fig. 9).

Mise en contexte historique

24Les grandes villes du Proche-Orient ont été entourées d’un fossé dès le troisième millénaire avant J.-C., comme ce fut par exemple le cas à Mari sur l’Euphrate. Cette technique défensive se retrouve aux époques romaine et byzantine, durant lesquelles les villes frontalières étaient entourées par des fossés pour les protéger des invasions ennemies. Au début de l’Islam, un événement historique très important est rattaché au creusement d’un fossé. Il s’agit de l’invasion d’al-Ḫandaq, qui tire son nom d’un fossé creusé par les musulmans, sous la direction et avec la participation du prophète Muḥammad, autour de Yaṯrīb afin d’empêcher les troupes de Qurayš et ses alliés de pénétrer dans leur ville en l’an 5/626.

  • 21 À la suite des fouilles archéologiques exécutées sur le côté sud de la muraille, nous avons découve (...)

25Les fouilles archéologiques de 2004 ont montré que la muraille de Damas avait été construite à l’époque romaine, entre le premier et le troisième siècle ap. J.C.21. Pour autant, il n’est pas possible d’affirmer que le fossé de Damas a été creusé à cette époque. En effet, la ville était alors à l’écart des dangers et des conflits frontaliers et l’existence d’une forte muraille était vraisemblablement jugée suffisante pour en assurer la protection contre les attaques d’éventuels voleurs et bandits. Il n’était par conséquent sans doute pas nécessaire de creuser un fossé autour de la ville.

26À la fin de la période byzantine, de nombreuses sources historiques évoquent la conquête de Damas par les musulmans en 14/635. Parmi celle-ci, seul al-Ṭabarī, mort en 310/922, mentionne l’existence d’un fossé, de surcroît en eau, autour de la ville. Il décrit en ces termes l’entrée des troupes musulmanes sous le commandement de Ḫālid Ibn al-Walīd :

  • 22 Al-Tabarī, Tārīḫ, III, p. 439.

« Ḫālid a préparé aussi des outres remplies d’air, ils [les musulmans] les ont mises sur leurs dos et ont franchi le fossé. L’endroit où ils ont pénétré était le mieux fortifié et celui où le fossé était le plus large22. »

  • 23 Al-Balāḏūrī, Futūḥ, p. 127-130 ; al-Waqīdī, Futū, p. 69-81.

27Bien que plus anciens qu’al-Ṭabari, les deux autres historiens qui ont écrit à propos de ce siège, al-Balāḏūrī (m. 279/892) et al-Waqīdī (m. 207/822), n’ont pas mentionné l’existence d’un fossé autour de la muraille23. Il existe donc une contradiction entre ces trois auteurs sur la façon dont les musulmans sont entrés dans la ville au début du viie siècle.

  • 24 Ibn Kaṯīr, Bidāya, X, p. 4.
  • 25 Ibn ʿAsākir, Tārīḫ, II, p. 416.

28À l’époque omeyyade (14-132/635-749), malgré leur intérêt pour Damas, les souverains ne semblent pas avoir modifié significativement la forme de la ville romaine. Nous ne pensons pas qu’ils aient creusé un fossé autour de la ville car elle était située au centre d’un vaste empire qui s’étendait de la Chine à l’Espagne et était donc tenue à l’écart des dangers. Pendant l’époque abbasside, les sources historiques mentionnent la destruction de la muraille de Damas par le commandant ʿAbd Allāh b. ʿAlī24. Cette époque correspond à une période de décadence de la ville de Damas alors traversée par des troubles et des conflits. Parmi les combats importants, on peut citer celui qui opposa les Yéménites (partisans des Abbassides) aux Qaysites dont les sources fournissent maints détails sans pour autant jamais évoquer l’existence d’un fossé25. La période allant du milieu du ixe à la première moitié de xe siècle a connu l’avènement à Damas des Ṭūlūnides, puis celui des Iḫšidides, sous l’égide de l’État abbasside, qui cherchaient à créer un pouvoir indépendant. Les textes relatifs à cette époque ne nous donnent aucune information concernant l’existence ou non d’un fossé autour de la ville.

  • 26 Bianquis 1986, p. 240-243.
  • 27 Al-Muqaddasī, Aḥsan, p. 159.
  • 28 Riḥāwī 2008, p. 48.
  • 29 Guillaume de Tyr, Estoire, p. 762.
  • 30 Nūr al-Dīn Maḥmūd Abū l-Qāsim, fils du sultan Zankī, fils de Qāsim al-Dawla Āq Sunqur, fils de ʿAbd (...)
  • 31 Élisséeff 1967, II, p. 486.

29À l’époque fatimide (359-468/969-1076), nous trouvons dans les sources historiques de nombreux renseignements sur les combats livrés autour des murailles entre les Fatimides et les habitants de la ville, sans que là non plus il ne soit question d’un fossé26. Toujours à cette période, le voyageur al-Muqaddasī, en visite à Damas, décrit la ville sans indiquer l’existence d’un fossé27. En 468/1076, les Seldjoukides se sont emparés de Damas. L’arrivée des croisés au Proche-Orient quelques années plus tard représenta une menace importante pour la ville. Aussi, les Seldjoukides décidèrent de la fortifier en construisant notamment une citadelle dans l’angle nord-ouest de la ville. Si la citadelle était entourée d’un fossé28, on ne sait pas en revanche si les Seldjoukides en avaient fait creuser un au pied de l’enceinte urbaine. Dans la description par Guillaume de Tyr du siège de Damas par les croisés en 543/1148, il est précisé que du côté du midi et de l’orient de la ville, les défenses étaient moins fortes, qu’il n’y avait pas de ce côté de fossé, ni de rivière pour empêcher de s’approcher des murs29. Les sources narratives qui relatent le siège et la prise de Damas par le sultan Nūr al-Dīn b. Zankī30 en 549/1154 ne font pas état de l’existence d’un fossé. Les troupes pénétrèrent par le sud de la ville après que les habitants leur eurent ouvert les portes pour accueillir le sultan31.

  • 32 Abū Šāma, Ḏayl, I, p. 43.

30La période zankide à Damas fut une période de renaissance pour la ville et ses fortifications. Dans son ouvrage Ḏayl al-rawḍatayn, Abū Šāma (m. 665/1267) rapporte qu’après son entrée dans Damas, Nūr al-Dīn rassembla les notables de la ville, les cadis, les gens de loi et les marchands pour les rassurer sur ses intentions. Il leur dit notamment que « les priorités consistent tout d’abord à renforcer les frontières dégarnies des territoires des musulmans, à construire l’enceinte entourant Damas et la citadelle, et à creuser le fossé afin de protéger les musulmans, leurs femmes et leurs biens (…) ». Ensuite, il leur demanda « s’il était possible de dépenser l’argent du waqf pour la construction des remparts et pour le creusement du fossé dans l’intérêt des musulmans »32.

  • 33 Ibn ʿAsākir, Tārīḫ, II, p. 186.

31Ce récit témoigne du grand intérêt que manifestait Nūr al-Dīn pour la fortification de Damas mais nous ne savons pas s’il a entrepris de creuser un fossé ou s’il a simplement remis en état un fossé plus ancien. La plupart des sources historiques indiquent que le sultan zankide s’est surtout employé à fortifier l’enceinte, à faire construire de nouvelles portes sur la portion nord de l’enceinte et qu’il a fait condamner Bāb Kīsān. Aucune d’entre-elles ne mentionnent le fossé33 ce qui laisse supposer que Nūr al-Dīn n’a effectué que peu ou pas de travaux au niveau du fossé de Damas.

  • 34 Riḥāwī 2008, p. 97-98.
  • 35 Ibn Wāṣil, Mufarraǧ, III, p. 141.

32La prise de possession de Damas par les Ayyoubides remonte à l’année 569/1173 avec le sultan Saladin. Restée un temps aux mains de ses fils après sa mort, la ville passa au début du xiiie siècle sous l’autorité de son frère al-ʿĀdil Abū Bakr, qui ordonna de nombreux travaux de fortification. En 599/1202, il entreprit la construction d’une puissante citadelle entourée d’un fossé34 et la construction du faṣīl au bord du ḫandaq (le fossé). Ibn Wāṣil précise que le sultan ayyoubide fit « approfondir et remplir d’eau le fossé35. »

  • 36 Šaraf al-Dīn, fils du sultan al-ʿĀdil Sayf al-Dīn Abū Bakr Muḥammad, fils de Ayyūb, mort à Damas en (...)

33Cette description est d’une importance capitale car elle confirme qu’il existait bien un fossé avant les travaux entrepris sous les Ayyoubides et qu’al-ʿĀdil ne fit que l’approfondir. Il semble que les travaux ne furent pas achevés de son temps puisque son fils, al-Muʿaẓẓam ʿĪsā36, prince de Damas, poursuivit la fortification de la ville de Damas et notamment le creusement de son fossé comme le prouve l’inscription découverte en 2000 près de Bāb Šarqī :

  • 37 Cette inscription a été découverte en 2000, pendant la fouille archéologique syrienne de la tour d’ (...)

Au nom de Dieu – il n’y a de Dieu que lui, Muḥammad est l’apôtre de Dieu. A ordonné
De creuser ce fossé et de construire les murs du fossé, notre maître le sultan al-Malik al-Muʿaẓẓam
Le savant, champion de la foi, honneur de la vie et de la religion, le sultan de l’islam et des musulmans.
Le vivificateur de la justice dans les mondes,ʿĪsā, fils du maître, le sultan martyr,
al-Malik al-ʿĀdil Abū Bakr, fils d’Ayyūb, que Dieu rende sa royauté éternelle, pour se rapprocher
De Dieu et obtenir ses faveurs , sous la direction de l’esclave
Qui a besoin de la miséricorde de son Maître, Muḥammad, fils de Qarsaq, al-Muʿaẓẓamī. Cela (a été achevé) en l’année 623 (1226)37.

34Deux autres inscriptions, qui datent de la même année que la précédente, confirment l’implication d’al-Muʿaẓẓam dans les travaux de fortification de la ville. Toutes deux précisent que le prince ayyoubide restaura, « renouvela », l’enceinte et le fossé. La première se trouve sur la face interne de Bāb Šarqī, la seconde sur le linteau de Bāb Ṣaġīr.

  • 38 La plupart des chercheurs qui ont signalé l’existence de cette inscription sur la façade intérieure (...)

35Sur la façade intérieure de Bāb Šarqī, un cartouche porte l’inscription38 :

La victoire ne vient que du Dieu, le cher, le sage, a ordonné de renouveler
Ce rempart bienheureux et le fossé, par notre seigneur le sultan
Le sultan al-Muʿaẓẓam, le juste, le champion de la foi, l’honneur
De la vie et de la religion, sultan de l’islam et des musulmans,
Le vivificateur de la justice dans les mondes ʿĪsā, fils du maître, le sultan
Martyre le roi al-ʿĀdil Abū Bakr Ayyūb, que Dieu éternise
Sa royauté, pour se rapprocher de Dieu et obtenir ses faveurs, sous la direction de l’esclave,
Qui a besoin de la miséricorde de son Maître, Muḥammad, fils de Qarsaq, al-Muʿaẓẓamī. Cela (a été achevé) en l’année 623 (1226).

  • 39 RCEA, X, 1932, p. 239.

36Sur le linteau de Bāb al-Ṣaġīr, nous trouvons l’inscription suivante39 :

Basmala
Dieu a écrit qu’il va convaincre avec ses prophètes, il est très fort, a ordonné
De renouveler cette porte, le rempart et le fossé béni notre maître le sultan
Al-Muʿaẓẓam, le conquérant, le champion de la foi , l’éminence du monde et de la religion,
Le sultan de l’islam et des musulmans, le vivificateur de la justice dans les mondes, ʿĪsā, fils
Du maître le sultan al-Malik al-ʿĀdil Sayf al-dīn Abū Bakr, fils d’Ayyūb
Que Dieu éternise sa royauté par repentir envers Dieu, sous la direction du serviteur qui a besoin de la miséricorde.
De son Maître, Muḥammad, fils de Qarsaq, en l’année 623 (1226).

  • 40 Naǧm al-Dīn Abū l-Futūḥ, fils d’al-Kāmil, petit-fils d’al-ʿĀdil Abū Bakr est le septième sultan ayy (...)

37De la lecture de ces trois inscriptions, il convient de conclure qu’al-Muʿaẓẓam compléta les travaux engagés par son père quelques années plus tôt. Peut-être fit-il creuser une portion de fossé qui n’était pas achevée et approfondir d’autres secteurs. D’ailleurs, il semble bien que le fossé ne fût pas non plus totalement terminé sur tout le pourtour de la ville puisqu’al-Ṣāliḥ Ismāʿīl40, qui succéda à al-Muʿaẓẓam, poursuivit les fortifications, en érigeant une tour sur l’angle nord-est de l’enceinte urbaine, et en engageant des travaux au niveau de Bāb al-Faraǧ et du fossé à ce niveau, comme l’indique l’inscription suivante :

  • 41 Cette inscription est devenue lisible après un projet de restauration en 2005.

A ordonné de renouveler cette porte et le fossé béni notre maître le sultan al-Malik al-Ṣāliḥ, le savant, le juste, le champion de la foi,
affermissant la vie et la religion, sultan de l’islam et des musulmans, le tueur des infidèles et des polythéistes, écrasant les rebelles et les indociles, le vivificateur
xxx Abī Bakr fils d’Ayyūb xxx l’émir des croyants, sous la direction du serviteur, Yaʿqūb Ibrāhīm, fils de Mūsā en ramaḍān 639 (1241)41.

  • 42 Ibn Taġrī Birdī, Nuǧūm, XII, p. 238.

38Pendant l’époque mamelouke, les travaux de défense de la ville de Damas se sont souvent limités à la restauration et à la réparation des fortifications existantes. Il ne semble pas qu’il y eut de changement concernant le fossé de Damas qui est toujours mentionné dans les sources historiques, notamment à l’occasion des invasions mongoles et de celle de Tamerlan en 803/140142. À l’époque ottomane, le fossé perdit de son importance défensive du fait du développement de la technologie militaire ; il devint alors un lieu de rejet des ordures, et, comme le montrent les photographies de la deuxième moitié du xixe siècle, il finit par être entièrement comblé (fig. 4).

Fig. 1 – Plan du système défensif échelonné de l'enceinte urbaine de Damas

Fig. 1 – Plan du système défensif échelonné de l'enceinte urbaine de Damas

Localisation des éléments découverts en 2005

Fig. 2 – Vestiges de la braie (faṣīl)

Fig. 2 – Vestiges de la braie (faṣīl)

Fig. 3 – La braie (faṣīl) acollée contre le flanc droit de la tour de Nūr al-Dīn

Fig. 3 – La braie (faṣīl) acollée contre le flanc droit de la tour de Nūr al-Dīn

Fig. 4 - Enceinte urbaine de Damas vue du sud en 1857

Fig. 4 - Enceinte urbaine de Damas vue du sud en 1857

Fig. 5 – Le système défensif du fossé en cours de dégagement

Fig. 5 – Le système défensif du fossé en cours de dégagement

Fig. 6 – Coupe du système défensif échelonné de l'enceinte urbaine de Damas

Fig. 6 – Coupe du système défensif échelonné de l'enceinte urbaine de Damas

Fig. 7 – Détail de l'escarpe du fossé en cours de dégagement

Fig. 7 – Détail de l'escarpe du fossé en cours de dégagement

Fig. 8 – La contrescarpe maçonnée en cours de dégagement

Fig. 8 – La contrescarpe maçonnée en cours de dégagement

Fig. 9 – Réseau hydrographique de la ville de Damas

Fig. 9 – Réseau hydrographique de la ville de Damas
Haut de page

Bibliographie

Sources
Abū Šāma, Ḏayl kitāb al-rawḍatayn fī aḫbār al-dawlatayn al-Nūriyya wa-l-Ṣalāḥiyya, 2 vol., éd. Muḥammad Ḥilmī & Muḥammad Aḥmad, Le Caire, Maṭbaʿa laǧnat al-ta’līf wa-l-tarǧama wa-l-našr, 1956-1962.

Balāḏūrī (al-), Futūḥ al-buldān, éd. R. M. Ridwān, Le Caire, 1932.

Guillaume de Tyr, L’Estoire de Eracles Empereur et de la conquête de la Terre d’Outremer, Livre VII, chp. V, dans Recueil des historiens des croisades. Historiens occidentaux, I, Paris, 1844.

Ibn ʿAsākir, Tārīḫ madina Dimašq, 2 vol., éd. S. al-Munaǧǧid, Damas, 1954.

Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil fī-l-Tārīḫ, 13 vol., Beyrouth, Dār Ṣādir, 1966.

Ibn Ḫaldūn, Tārīḫ Ibn Ḫaldūn, 7 vol., Le Caire, 1867.

Ibn Kaṯīr, al-Bidāya wa-l-nihāya, 14 vol., Le Caire, Maṭbaʿat al-Saʿāda, 1932-1939.

Ibn Šaddād, Aʿlāq al-ḫaṭīra fī ḏikr umarā’ al-Šām wa-l-Ǧazīra, éd. Sāmī al-Dahhān, Damas, Institut français d’études arabes, 1956.

Ibn Taġrī Birdī, al-Nuǧūm al-zāhira fī Mulūk Miṣr wa-l-Qāhira, Le Caire, Wizārat al-ṯaqāfa al-miṣriyya, 1933-1972.

Ibn Ṭūlūn, al-Qalāʾid al-ǧawharīyya fī tārīḫ al-Ṣāliḥiyya, ed. Muḥammad Aḥmad Duhmān, 2 vol., Damas, Matbūʿāt maǧmaʿ al-luġat al-ʿarabiyya, 1949-1956.

Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurub fī aḫbār banī Ayyūb, 3 vol., éd. Ǧamāl al-Dīn al-Šayyāl, Maṭbaʿa Ǧāmiʿa Fuʾād al-Awwal, Le Caire, 1953-1960.

Maqrīzī (al-), Kitāb al-Sulūk li-maʿrifat duwal al-mulūk, éd. Muḥammad Muṣtafā Ziyāda & Saʿīd ʿAbd al-Fatāḥ ʿAšūr, Le Caire, Dār al-kutub al-miṣriyya, 4 vol., 1939-1973.

Muqaddasī (al-), Aḥsan al-taqāsīm fī ma‛rifat al-aqālīm, éd. Michael Jan De Goeje, Leiden, 1909.

Tabarī (al-), Tārīḫ al-Tabarī, III, éd. M. Abū l-Faḍl Ibrāhīm, Le Caire, 1960-69.

Waqīdī (al-), Futūḥ al-Šām, Dār al-Ǧīl, s.d.

Zubaydī (al-), M., Tāǧ al-ʿarūs min ǧawāhīr al-qāmūs, 8 vol., Beyrouth, Dār al-kutub al-ʿilmiyya, s.d. 

Récits de voyageurs
Luard, Eckford & Hosten, H., Travels of Fray Sebastien Manrique, 2 vol., Oxford, 1927.

Porter, Josias L., Five years in Damascus, 2 vol., Londres, 1855.

Wright, Thomas, Early travels in Palestine, Londres, 1848.

Études
Athanassiou, M. H., 1996: Sūriyā l-ǧanūbiyya, Damas.

Bianquis, Thierry, 1986 : Damas et la Syrie sous la domination fatimide, Damas, Institut français de Damas.

Braune, Michael, 2000: « Archaeological Excavation at the city-wall of Damascus, September /October 1999 », Preliminary report, Hanovre.

Chevedden, Paul E., 1980 : « L’importance des photos anciennes pour comprendre l’histoire de la muraille de Damas », in Dimašq, dirasat aṯāriyya wa-tārīḫiyya, actes du colloque international sur la ville de Damas, DGAMS, p. 169-173.

Combe, Étienne, Sauvaget, Jean, Wiet, Gaston, 1932 : Répertoire chronologique d’épigraphie arabe 9-10, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale.

Dabbour, Yamen, 2004 : Rapport préliminaire sur la fouille archéologique de la muraille de Damas près de Bāb Kysan en 2004, Damas, DGAMS.

Dabbour, Yamen, 2005a : Rapport préliminaire sur la fouille archéologique syrienne à la tour découverte près de Bāb Kysan à Damas en 2005, Damas, DGAMS.

Dabbour, Yamen, 2005b : Rapport préliminaire sur La fouille archéologique syrienne du fossé de Damas en 2005, Damas, DGAMS.

Dabbour, Yamen, 2005c : Rapport préliminaire sur La fouille archéologique syrienne près de Bāb Kysan en 2005, Damas, DGAMS.

El-Hage, Badr, 2000 : Des photographes à Damas 1840-1918, Paris, Marval.

Élisséeff, Nikita, 1954-1955 : « À propos d’une inscription d’al-Malik al-Muʿaẓẓam ʿĪsā : contribution à l’étude de son règne », Annales archéologiques arabes syriennes 4-5.

Élisséeff, Nikita, 1967 : Nūr ad-Dīn, un grand prince musulman de Syrie au temps des Croisades, 3 vol., Damas, Institut français de Damas.

Guérin Alexandrine, 2000 : « Les territoires de la ville de Damas à la période abbasside », Bulletin d’études orientales 52, p. 221-241.

Ḫayr, Ṣaffūḥ, 1982 : Madīnat Dimašq : Dirāsa fī ǧuġrāfīyyat al-mudun, Damascus, Wizārat al-ṯaqāfa.

Le Tourneau, Roger, 1952 : Damas de 1075 à 1154, traduction annotée d’un fragment de l’histoire de Damas d’Ibn al-Qalanisi, Damas, Institut français de Damas.

Mouton, Jean-Michel, 2010 : « Damas. Portes et murailles millénaires », Archéologia 473, p. 38-50.

Munaǧǧid, Ṣalāḥ al-Dīn (al-), 1945 : Dimašq al-qadīma. Aṯāruhā, abrāǧuhā, abwābuhā, Damas.

Riḍā A., 1958 : Mawsuʿa luġawiyya ḥadīṯā, 2 vol., Beyrouth.

Riḥāwī, ʿAbd al-Qādir (al-), 2008 : Qalʿa Dimašq, Damas.

Sack, Dorothée, 2005: Damaskus: Entwicklung und Struktur einer orientalisch- islamischen Stadt, trad. Q. Tueir, Damas, Presses de l’Ifpo.

Šāfiʿī (al-), 1970 : al-ʿImāra al-ʿarabiyya, Le Caire.

Ṣalibī N., 1982 : « Asbār al-burǧ al-ǧanūbī l-Sharqī min ṣūr Madīnat Dimašq », Annales archéologiques arabes syriennes 32, p. 23-34.

Sauvaget, Jean, 1949 : « Le plan antique de Damas », Syria 26, p. 314-358.

Sauvaget, Jean, 1932 : Les monuments historiques de Damas, Beyrouth, Imprimerie catholique.

Sauvaire, Henri, 1896 : « Description de Damas », Journal Asiatique, ixe série, VII, 1896, p. 185-285 et 369-459.

Šihābī, Qutayba (al-), 1995 : Muʿǧam alqāb arbāb al-sulṭān fī-l-duwal al-islāmiyya, Damas.

Šihābī, Qutayba (al-), 1996 : Abwāb Dimašq w-aḥdāṯuhā al-tārīḫiyya, Damas.

Šihābī, Qutayba (al-), 1998 : Sumūd Dimašq amām al-ḥamlat al-Ṣalibiyya, Damas.

Watzinger Carl & Wulzinger, Karl, 1921: Damaskus die antike stadt, Berlin/Leipzig, Walter de Gruyter.

Watzinger Carl & Wulzinger, Karl, 1924: Damaskus die islamische stadt, Berlin-Leipzig.

Haut de page

Notes

1 Mandeville 1848, p. 190 ; Luard & Hosten 1927, p. 377 ; Porter 1855, I, p. 46 ; Laurent d’Arvieux cité par Šihābī 1996, p. 65-66.

2 Voir Sack 2005, p. 36. Les recherches ont confirmé l’existence de deux remparts sur le côté nord de la ville, ce qui a donné au secteur entre Bāb al-Faraǧ et Bāb al-Farādīs le toponyme « Bayn al-Sūrayn » qui signifie littéralement « entre les deux remparts » ou « entre les deux murs ». Les chercheurs supposent que le rempart intérieur remonte à l’époque romaine et que celui de l’extérieur date du xiie siècle (de l’époque du sultan Nūr al-Dīn) contemporain de la construction des deux portes, Bāb al-Faraǧ et Bāb al-Salāma sur le côté nord de la muraille.

3 Le terme al-bašūra, barbacane en français, désigne une entrée en chicane située devant la porte d’une ville ou d’une forteresse (al-Šafīʿī 1970, I, p. 191).

4 Šihābī 1996, p. 68.

5 Ce rond-point est situé aux abords de la muraille de Damas, à 200 m à l’ouest de Bāb Kīsān. La porte dite Bāb Kīsān se trouve dans le segment méridional du rempart de la ville de Damas et compte parmi les portes les plus anciennes de la ville. Pour Ibn ʿAsākir, son nom renverrait à Kīsān, l’affranchi du calife Muʿāwiyya (Sauvaire 1896, p. 373), tandis que Šihābī, pour sa part, suppose que cette appellation provient du nom Kyson, qui signifie « l’extrême » en syriaque (Šihābī 1996, p. 194).

6 Le terme faṣīl, braie en français, désigne une enceinte basse située en avant de l’enceinte principale d’une ville ou d’une forteresse. Voir al-Zubaydī, VIII, p. 59.

7 Voir Dabbour 2005.

8 Sayf al-Dīn Abū Bakr, fils du sultan al-Afḍal Naǧm al-Dīn Ayyūb, fils de Šāḏī, fils de Marwān. Il est le quatrième sultan ayyoubide en Égypte et le deuxième à Damas. Il est né en 540/1145 et décédé en 615/1218. Il est enterré à la Madrasa al-ʿĀdiliyya al-kubrā à Damas (Šihābī 1995, p. 139).

9 Ibn Wāṣil, Mufarraǧ, III, p. 41 ; al-Maqrīzī, Sulūk, I, p. 193.

10 Ibn Ḫaldūn, Tārīḫ, V, p. 337.

11 Ibn Šaddād, Aʿlāq, II, p. 39.

12 La poliorcétique est l’art d’assiéger les villes, et par extension en l’art de la défense des places.

13 « Les musulmans sont arrivés près du fossé, et quand ils l’ont eu traversé, ils se sont approchés de la muraille pour la percer. Les sapeurs ont avancé sous la protection des catapultes qui tiraient pour obliger les francs à quitter les remparts, ce qui permit aux musulmans de percer la muraille, et ensuite de remplir le trou par ce qu’ils ont l’habitude de mettre (Ibn al-Aṯīr, Kāmil, XI, p. 548). »

14 « Car si com il disoient ès parties de la vile qui sont contre oriant et contre midi, n’avoit ne jardins ne arbres qui les poïssent destorber à venir là, li fluns n’i coroit mie mie qui fust griès à gaengnier, li murs estoit là bas et foibles, si qu’il n’i estrouvoit jà engins à drecier, eiçois porroient bien estre pris de venue. », « (…) nec pomeria ess, quæ urbi sint pro robore ; nec ad murum expugnandum, vallo vel flumine impediri accessum. Murum quoque asserunt humilem, et ex crudis compactum lateribus, primo vix posse impetus sustinere. Ibi nec machinis, nec multo opus esse conamine dicunt, sed statim primis congressionibus manibus murum dejici, et in civitatem irrumpere non esse difficile » (Guillaume de Tyr, Estoire, p. 762).

15 Le terme arabe al-ḫandaq, qui signifie « fossé » est une tranchée creusée tout autour des remparts en vue d’empêcher l’ennemi de s’approcher et de pénétrer dans la ville ou dans la forteresse (Riḍā 1958, II, p. 341).

16 Voir Dabbour 2005.

17 La zone située au nord de Bāb Tūmā s’appelait le champ de roseaux (Élisséeff 1967, II, p. 485).

18 Riḥāwī 2008, p. 121. Le texte cité par Riḥāwī est issu d’une pièce manuscrite du Masālik al-abṣār publiée par al-Munaǧǧid dans le Journal de l’Institut des manuscrits (mars 1957), p. 118.

19 Cette rivière est une des plus importantes branches du fleuve Baradā, qui fournit Damas en eau depuis le côté ouest de la vieille ville. Il semblerait que la hauteur du niveau de l’eau ait poussé les Romains à construire des aqueducs pour faire venir l’eau de cette rivière à partir du quartier d’al-Qanawāt jusqu’à la rue al-Taʿdīl, mais ces aqueducs ont été tous détruits par Tamerlan lors de sa conquête de Damas en 1401, à l’exception d’une portion. Voir Ḫayr 1982, p. 104.

20 Le nom de cette rivière est tiré de celui du village de ʿAqrabā. Cette branche du fleuve Baradā se forme au niveau de la place d’al-Marǧa, elle chemine ensuite parallèlement au Baradā vers l’est, passe au nord de la Citadelle dont elle constitue le fossé jusqu’à Bāb al-Faraǧ, avant d’atteindre Bāb Tūmā et l’angle nord-est de la muraille de la ville (Ibid., p. 107-108).

21 À la suite des fouilles archéologiques exécutées sur le côté sud de la muraille, nous avons découvert la fondation de la muraille romaine (Dabbour 2005, p. 6).

22 Al-Tabarī, Tārīḫ, III, p. 439.

23 Al-Balāḏūrī, Futūḥ, p. 127-130 ; al-Waqīdī, Futū, p. 69-81.

24 Ibn Kaṯīr, Bidāya, X, p. 4.

25 Ibn ʿAsākir, Tārīḫ, II, p. 416.

26 Bianquis 1986, p. 240-243.

27 Al-Muqaddasī, Aḥsan, p. 159.

28 Riḥāwī 2008, p. 48.

29 Guillaume de Tyr, Estoire, p. 762.

30 Nūr al-Dīn Maḥmūd Abū l-Qāsim, fils du sultan Zankī, fils de Qāsim al-Dawla Āq Sunqur, fils de ʿAbd Allāh, fondateur de l’État zankide au Bilād al-Šām et en Égypte. Son état s’étendait de Damas à Mossoul, Diyār Bakīr, à al-Ǧazīra et sur une partie du Yémen. Il est né en 511/1117. Il a gouverné Alep en 541/1146, puis Damas en 549/1154. Il est décédé en 569/1173 et enterré à la Citadelle de Damas puis dans son mausolée dans la Madrasa al-Nūriyya (voir Šihābī 1995, p. 140).

31 Élisséeff 1967, II, p. 486.

32 Abū Šāma, Ḏayl, I, p. 43.

33 Ibn ʿAsākir, Tārīḫ, II, p. 186.

34 Riḥāwī 2008, p. 97-98.

35 Ibn Wāṣil, Mufarraǧ, III, p. 141.

36 Šaraf al-Dīn, fils du sultan al-ʿĀdil Sayf al-Dīn Abū Bakr Muḥammad, fils de Ayyūb, mort à Damas en 624/1227. Il est enterré dans la Madrasa al-Muʿaẓẓamiyya. Voir Šihābī 1995, p. 156.

37 Cette inscription a été découverte en 2000, pendant la fouille archéologique syrienne de la tour d’angle sud-est de la muraille, elle est actuellement déposée dans le Musée national de Damas.

38 La plupart des chercheurs qui ont signalé l’existence de cette inscription sur la façade intérieure de Bāb Šarqī l’ont attribuée au sultan Nūr al-Dīn, alors qu’elle se réfère au sultan al-Muʿaẓẓam ʿĪsā (N. Élisséeff a proposé de l’attribuer à al-Muʿaẓẓam ʿĪsā). Voir Élisséeff 1954-1955, p. 4.

39 RCEA, X, 1932, p. 239.

40 Naǧm al-Dīn Abū l-Futūḥ, fils d’al-Kāmil, petit-fils d’al-ʿĀdil Abū Bakr est le septième sultan ayyoubide d’Égypte et le neuvième de Damas. Il est né en 603/1206 et décédé en 647/1249.

41 Cette inscription est devenue lisible après un projet de restauration en 2005.

42 Ibn Taġrī Birdī, Nuǧūm, XII, p. 238.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan du système défensif échelonné de l'enceinte urbaine de Damas
Légende Localisation des éléments découverts en 2005
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/796/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 2 – Vestiges de la braie (faṣīl)
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/796/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 3 – La braie (faṣīl) acollée contre le flanc droit de la tour de Nūr al-Dīn
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/796/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 4 - Enceinte urbaine de Damas vue du sud en 1857
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/796/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 5 – Le système défensif du fossé en cours de dégagement
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/796/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 6 – Coupe du système défensif échelonné de l'enceinte urbaine de Damas
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/796/img-6.png
Fichier image/png, 123k
Titre Fig. 7 – Détail de l'escarpe du fossé en cours de dégagement
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/796/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 8 – La contrescarpe maçonnée en cours de dégagement
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/796/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 9 – Réseau hydrographique de la ville de Damas
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/796/img-9.png
Fichier image/png, 116k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yamen Dabbour, « À la découverte de la braie et du fossé autour de l’enceinte de Damas », Bulletin d’études orientales, Tome LXI | 2012, 23-40.

Référence électronique

Yamen Dabbour, « À la découverte de la braie et du fossé autour de l’enceinte de Damas », Bulletin d’études orientales [En ligne], Tome LXI | décembre 2012, mis en ligne le 20 mars 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://beo.revues.org/796 ; DOI : 10.4000/beo.796

Haut de page

Auteur

Yamen Dabbour

Archéologue à la Direction générale des Antiquités et Musées de Syrie

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page