Navigation – Plan du site
La ville revisitée

Nouvelles découvertes dans le quartier du Mīdān

Identification de quatre monuments mamelouks
New Discoveries in the District of Mīdān: Identification of Four Mamluk Monuments
اكتشافات جديدة في حي الميدان: التعريف بأربعة مبانٍ أثرية مملوكية
Bassam Dayoub
p. 67-90

Résumés

Le quartier du Mīdān est sans aucun doute le faubourg de Damas le plus représentatif de l’histoire de l’expansion de la ville hors de ses murailles. Toutefois, plusieurs édifices de ce secteur demeurent non identifiés. Ces monuments viennent cependant nous renseigner sur l’histoire de la ville et sur les personnages qui sont à l’origine de l’urbanisation des espaces extra-muros. Le but de cet article est de fournir des données nouvelles contribuant à identifier, à travers quatre monuments, les acteurs du processus ayant conduit au développement de ce quartier à l’époque mamelouke.

Haut de page

Texte intégral

1Le Mīdān, qui tire son nom du Maydān al-Ḥaṣā, l’Hippodrome des Cailloux, est le quartier de Damas qui témoigne le mieux du développement des faubourgs de la ville. Si chaque époque y a laissé des traces, c’est cependant à l’époque mamelouke que l’on peut commencer à parler de faubourg et que l’urbanisation du quartier a véritablement commencé avec la construction de plusieurs monuments le long de la rue principale. Plusieurs d’entre eux n’ont jamais été identifiés et ne sont connus que sous des noms tardifs. Il apparaît indispensable d’en retracer l’histoire pour bien comprendre l’évolution urbaine du quartier au cours des siècles. Il convient, avant de proposer une identification pour quatre édifices connus comme le Maqām al-Ḥarmalī, la Mosquée d’al-Ǧunayd, la Mosquée Abū l-Ṣafā et la Mosquée de Māzī, d’évoquer l’évolution urbaine de ce faubourg.

L’histoire du quartier du Mīdān et son secteur

  • 1 Il s’agit du sujet d’une thèse en cours intitulée L’expansion urbaine de Damas extra muros depuis l (...)
  • 2 Ainsi ceux qui ont été découverts à al-Ziftiyya en 1980, à Bāb al-Muṣallā en 1983 (Ḥamūda 2010, sur (...)

2Dans cette brève présentation du développement de ce faubourg à travers les siècles, une place importante doit être donnée aux débuts historiques. Nous ne possédons sur ce secteur de la ville extra muros que peu d’informations antérieures à la conquête arabe de l’an 15/636. Dans leur étude « Le paysage antique en Syrie : l’exemple de Damas1 », Marianne Dodinet, Jacques Leblanc, Jean-Pierre Vallat et François Villeneuve ont cherché les vestiges des parcellaires gréco-romains dans la campagne de Damas à travers les photos aériennes et ont identifié les traces de la centuriation romaine implantée dans le secteur occupé actuellement par le quartier. Les vestiges archéologiques mis au jour lors de travaux de voirie sont essentiellement des hypogées qui vont de l’époque hellénistique jusqu’à l’époque byzantine2 (voir la carte 1).

  • 3 Ibn ‘Asākir, Tārīḫ Dimašq, ii, p. 274.
  • 4 « Espace ouvert généralement à l’extérieur d’une localité et servant à l’occasion des deux fêtes à (...)
  • 5 Les noms des ces derniers dans le secteur sud sont Ālyah et ʿŪwayliyya, al-Rāhib al-Sifliyyīn, Baǧ (...)

3Les sources arabes fournissent, pour ce secteur, quelques indications sur l’existence de monuments antérieurs à l’arrivée des musulmans, comme par exemple une grande église de l’époque byzantine3. Après la conquête arabe, deux facteurs jouent un grand rôle dans les débuts historiques de ce quartier : tout d’abord, la consécration d’un espace situé au sud de la ville à un muṣallā pour les prières des deux fêtes4 ; d’autre part, la naissance de petites concentrations urbaines (voir la carte 2), surtout dans le secteur méridional5, liées à l’installation, à l’extérieur de la ville, des tribus arabes participant à la conquête de la cité.

  • 6uraysāt 1992, p. 408.
  • 7 Ibn ʿAsākir, Tārīḫ, ii, p. 368.
  • 8 Ibn al-Qalānisī , ayl, p. 4, 6, 15, 16, 52, 57.
  • 9 Voir Munaǧǧid 1949, p. 102-103.

4Ces villages constituent les premiers noyaux urbains extra muros et ont continué de se développer à l’époque abbasside. Selon Ḫuraysāt, l’extension urbaine atteignait le village d’al-Rāhib6 (voir la carte 2), mais elle fut interrompue à l’époque fatimide à la suite de troubles et de conflits militaires entre les habitants et l’armée fatimide. Une nouvelle localité al-Šamāsiyya est alors apparue à l’extrémité sud du secteur7 comme lieu de campement de prédilection de l’armée8. La majorité des villages ont disparu, la plupart du temps absorbés par une extension massive aux époques suivantes, en particulier comme al-Rāhib, al-Sifliyyīn (voir la carte 2), qui se trouvaient près de la voie principale du Maydān ; d’autres, comme al-Qaṭā’iʿ9, ont disparu, mais leurs noms subsistent dans le parcellaire.

  • 10 Cette mosquée devint par la suite la Zāwiya al-Rifāʿiyya ; il ne reste de l’ancien monument qu’un m (...)
  • 11 Nous avons identifié ce lieu car Ibn ‘Asākir est très précis quand il localise la Mosquée de Fulūs (...)
  • 12 Sur les autres maydān-s, voir Dayoub 2010, p. 132.

5Au cours de l’époque seldjoukide, les sources parlent d’un hippodrome qui se trouve au sud de la ville, entre la Mosquée de Fulūs10 et la Mosquée du Muṣallā (voir la carte)11. Ce maydān, appelé Maydān al-Ḥaṣā (l’Hippodrome des Cailloux) est un des cinq maydān-s de la ville12 (voir la carte 1), et utilisé comme lieu d’entraînement et lieu de campement.

  • 13 Sur ces oratoires, voir Ibn ʿAsākir, Tārīḫ, ii, p. 320-321.

6Au cours des époques seldjoukide et ayyoubide, la ville a repris son expansion suivant un axe sud, le long de la voie conduisant vers la Mecque comme l’indique la liste donnée par Ibn ʿAsākir des nombreux oratoires ponctuant cette zone13.

  • 14 Al-Nuʿaymī, Dāris, ii, p. 419 ; Abū Šāmā, Ḏayl, p. 76.
  • 15 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, iii, p. 60.
  • 16 Tuġtakīn est mort en 522/1128 et est enseveli au sud d’al-Muṣallā sous les coupoles qui prirent son (...)

7Plusieurs événements sont considérés comme un signe de l’importance de l’urbanisation de ce secteur, en particulier dans sa partie nord. D’une part, la construction d’une mosquée sur l’emplacement d’al-Muṣallā en 607/1211-615/121814, et l’établissement de la prière du vendredi, et d’autre part, la muraille construite au sud de la Mosquée de Fulūs en 592/1195, afin de protéger la ville lors des conflits entre les émirs ayyoubides, donnent une idée de la densité des habitations qui pousse à son intégration dans le système défensif de la ville15. En outre, plusieurs gouverneurs et émirs, ainsi Tuġtakīn16, manifestèrent leur volonté d’être enterrés au bord de la « voie sacrée ».

  • 17 Petit village au sud de la ville qui se trouve actuellement dans le secteur d’al-Mīdān Fūqānī. Mari (...)
  • 18 C’est une partie du quartier du Maydān al-Ḥaṣā qui est mentionné antérieurement à la construction d (...)

8À l’époque mamelouke, on ne parvient pas, au travers des textes historiques, à bien distinguer le quartier de l’hippodrome. Tandis que la partie nord du quartier (al-Muṣallā, Maydān al-Ḥaṣā) s’est développée au fur et à mesure des périodes précédentes, la partie sud a connu, grâce à deux facteurs, un fort essor d’urbanisation lié à l’émergence de plusieurs petites concentrations urbaines, tel que le village d’al-Qubaybāt (les « Petites Coupoles »)17 et celui de Maḥla Ǧisr al-Fiǧl18 (le « Pont des Radis »).

  • 19 Mosquée mamelouke fondée par le cadi Karīm al-Dīn en 718/1318, appelée aujourd’hui « al-Daqqāq », d (...)
  • 20 Mosquée mamelouke fondée en 810/1407-1408. Après plusieurs restaurations, il ne subsiste que quelqu (...)
  • 21 Un canal fut dérivé de Nahr al-Darānī qui se trouve à l’ouest de la ville. Ibn Kaṯīr, Bidāya, xviii(...)

9Ces deux facteurs sont : la construction de nouvelles grandes mosquées telles que celle de Karīm al-Dīn19 dans le village d’al-Qubaybāt ou celle de Manǧak20 à Maḥla Ǧisr al-Fiǧl ; la réalisation de projets hydrauliques ambitieux comme le canal de Karīm al-Dīn, appelé al-Karīmī, qui vit, au cours de la première décade du mois de ša‘bān 720/septembre 132021, l’eau s’écouler jusqu’au bassin situé à l’ouest de la mosquée.

10Différents types des monuments à fonction religieuse (mausolées, mosquées), sociale (des hammams) ou économique (des ḫān-s) sont fondés en bordure de la rue principale (voir la liste en annexe) et dans le quartier, à cette époque, puis à l’époque ottomane où le quartier poursuit son développement urbain jusqu’à ce qu’il constitue, au xixe siècle, l’ensemble urbain que nous connaissons aujourd’hui.

11Après avoir retracé l’histoire du développement urbain du Mīdān des débuts jusqu’à l’époque ottomane, notre but est d’apporter ici divers arguments et preuves qui permettent de rétablir l’identité et la fonction originelles de quatre édifices de l’époque mamelouke.

Maqām al-Ḥarmalī (Mausolée al-Qurāǧiyya)

  • 22 Wulzinger & Watzinger 1924, p. 100, D.11.2; Riḥāwī 1979, p. 176; Meinecke 1992, II, p. 96; Roujon  (...)
  • 23 Mausolée ayyoubide fondé par Ǧamāl al-Dawla Ibn Zūyazān, mort en 628/1230-1231 (B.2.4); al-Nuʿaymī, (...)
  • 24 Mosquée qui se trouve à l’ouest de la rue principale et qui abrite le mausolée de Ṣuhayb, compagnon (...)

12Le mausolée se trouve en retrait à l’est de l’alignement de la rue principale22, au sud de la Mosquée de Fulūs (B.2.5), au sud-ouest de la Turba al-Zūwayzāniyya23 (B.2.4) et à l’est du Maqām Sīdī Ṣuhayb24,

  • 25 Riḥāwī 1979, p. 169.
  • 26 Voir pour cette attribution, Roujon & Vilan 1997, p. 78, n° 11.
  • 27 Gouverneur de Karak, en 787/1385-1386 puis gouverneur de Damas de ṣafar 789/février-mars 1387 jusqu (...)

13Le nom actuel du monument, Maqām al-Ḥarmalī , est lié à celui du šayḫ enseveli à l’intérieur (B.2.2). Ce personnage, connu ordinairement comme Muḥammad Ḥarmala ou Ḥarmalī25, est cependant ignoré des sources. La seule tentative d’identification de cet édifice a été faite par Yves Roujon et Luc Vilan dans leur ouvrage Le Midan, actualité d’un faubourg de Damas26 qui proposent une attribution, toutefois non argumentée, à Alṭunbuġā al-Ǧūbānī27.

  • 28 Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, III, p. 355.
  • 29 Voir Roujon & Vilan 1997, p. 78, n° 11.
  • 30 Dans les années 1930, il ne restait de ce monument que « la façade ornée d’incrustations en pierre (...)

14La chronique d’Ibn Qāḍī Šuhba28 montre cependant que cette attribution ne peut être retenue. Selon l’auteur, le mausolée de l’émir Alṭunbuġā se trouvait à l’ouest d’al-Muṣallā alors que l’édifice appelé Maqām al-Ḥarmalī29 est situé au sud dans le même alignement qu’al-Muṣallā. Nous suggérons un autre emplacement pour cet édifice : le mausolée d’Alṭunbuġā al-Ǧūbānī devait correspondre à la Mosquée Ǧūbān30, disparue au cours de la seconde moitié du xxe siècle mais qu’il est possible, à l’appui de plusieurs éléments, de localiser à l’ouest d’al-Muṣallā (B.1.1). En effet, le nom de la Mosquée Ǧūbān semble être tiré de la nisba d’Alṭunbuġā al-Ǧūbānī, le nom de l’ancien maître de l’émir.

  • 31 Al-Nuʿaymī, Dāris, II, p. 271 ; al-ʿIlmawī, Muḫtaṣar, p. 204 ; al-ʿAynī, ʿIqd, iv, p. 339 ; Ibn Kaṯ (...)
  • 32 Al-Birzālī, Muqtafī, III, p. 234.

15En ce qui concerne le Maqām al-Ḥarmalī, nous proposons de l’identifier au Mausolée al-Qurāǧiyya. Les chroniques s’accordent sur les indications topographiques relatives au mausolée et indiquent qu’il est situé dans le Maydān al-Ḥaṣā près d’une rivière (nahr)31. Al-Birzālī, plus précis, livre l’information suivante : « près du Mausolée de Ṣuhayb »32. Nous possédons donc trois repères topographiques très importants relatifs à sa localisation.

  • 33 Voir al-Subkī, Fatāwāt, I, p. 461.
  • 34 Damas : 1 /10 000, « dressé, dessiné et publié par le service géographique des F.F.L.L. d’après réd (...)

16Cet emplacement correspond très précisément à celui du Maqām al-Ḥarmalī qui était situé à proximité du Mausolée de Ṣuhayb dans le quartier du Maydān al-Ḥaṣā et se trouvait, auparavant, près d’une rivière qui passait de ce côté de la voie. Cette rivière, appelée Nahr al-ʿAnbāṭ ou Nahr Qulayṭ, servait à drainer les eaux usées de la ville33 et son tracé, qui figure encore sur une carte établie en 1942, a pu être restitué34 (voir la carte 3).

  • 35 Ville située au sud de Damas, dans la région du Hauran.
  • 36 Le gouverneur était alors Āqūš al-Afram. Voir Ibn Ṭūlūn, Iʿlām, p. 37.
  • 37 Al-Birzālī, Muqtafī, III, p. 234.

17Le fondateur de cette mosquée fut Zayn al-Dīn Qarāǧā al-ʿAlī al-Ṣāliḥī, tout d’abord gouverneur (wālī) de Izraʿ35, puis ustādār (surintendant) du gouverneur de Damas36, mort le 11 muḥarram 703/1er septembre 130337.

  • 38 Cette chambre était inaccessible lors de nos prospections dans le quartier au cours des étés 2007, (...)

18Il ne reste du monument que les vestiges de la façade et la chambre funéraire du šayḫ al-Ḥarmalī38 (fig. 1, 2, 3). L’entrée de la façade principale se caractérise par un grand arc brisé à l’intrados et extrados godronnés encadrant une porte rectangulaire aux piédroits jouant sur la bichromie des assises alternativement en calcaire rose et en basalte noir. Le linteau monolithe de la porte est surmonté d’un bandeau de lambrequins et d’un oculus aux claveaux noirs et blancs. Chaque côté de la façade est percé de deux fenêtres, celle de la salle funéraire a été transformée en porte.

  • 39 L’utilisation de la bichromie des assises de la façade alternativement en deux couleurs (noir et bl (...)
  • 40 Madrasa ayyoubide construite en 686/1287. Al-Nuʿaymī, Dāris, I, p. 368 ; al-Ilmawī, Muḫtaṣar, p. 58 (...)
  • 41 Meinecke 1992, II, p. 64 ; 98.

19Cet édifice présente toutes les caractéristiques des monuments mamelouks de Damas : utilisation de l’ablaq39 en façade, bandeau de lambrequins et oculus au-dessus de la porte. On peut le rapprocher d’autres monuments de la ville comme la porte à arc godronné de la partie gauche de la Madrasa al-ʿĀdiliyya al-ṣuġrā40 reconstruite sous les Mamelouks baḥrides41 (fig. 4). Ces données architecturales permettent de situer la fondation de ce monument à l’époque mamelouke, et plus précisément à la période baḥride, ce qui conforte notre proposition d’identification de son fondateur qui vivait à ce moment-là.

La Mosquée d’al-Ǧunayd al-ʿAskarī

  • 42 La mosquée actuelle est ottomane, mais son origine est mamelouke comme l’indique l’inscription situ (...)
  • 43 Ṭalas 1975, p. 209, n° 65 ; Meinecke 1992, 2, p. 266 ; Roujon & Vilan 1997, p. 65, n° 14.
  • 44 Voir Ibn Ḫallikān, Wafayāt, I, p. 373-375.

20Cet édifice, situé au sud de la Mosquée al-Rifāʿī (B.3.3)42, dans l’alignement est de la rue principale43 (B.3.4), est attribué au célèbre soufi bagdadien al-Ǧunayd44 (mort en 217/832-833) qui, en réalité, n’est jamais venu à Damas.

21En fait, l’édifice a conservé, au-dessus du miḥrāb, un acte de waqf auquel personne n’avait jusqu’ ici prêté attention, qui livre le nom du fondateur, Haydar Ibn al-‘Askarī. Nous pouvons légitimement penser que la nisba accolée encore aujourd’hui au nom de la Mosquée Ǧunayd al-ʿAskarī vient du nom du fondateur.

  • 45 Cette fonction militaire n’est pas mentionnée par al-Qalqašandī mais on la trouve chez al-Ǧazarī : (...)
  • 46 Ville au nord de l’Irak, près de Mossoul. Voir Yāqūt, Muʿǧam, III, p. 262-263.
  • 47 Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, III, p. 337.
  • 48 Al-Saḫāwī, Ḍaw’, II/3, p. 169 ; Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, IV, p. 45-46 ; Ibn Ḥaǧar al-‘Asqalānī, Inbā’(...)

22Ce personnage, dont le nom complet est Ḥaydar b. Yūnus b.al-‘Imād Ibn al-ʿAskarī, fut amīr ṭablḫānāh et wālī l-barr45 à Damas en 776/1374-1375. Par la suite, gouverneur de Sinǧār46 en 777/1374-1375, il fut emprisonné en 792/1389-139047, avant de mourir à Damas en šawwāl 801/14juin-13juillet 139948.

  • 49 Özkan 2005, p. 186, n° 218.
  • 50 Ibn Tūlūn, Mufākahāt, II, p. 71 ; Ibn Ṭawq, Ta‘līq, II, p. 771.
  • 51 Mausolée mamelouk transformé en zāwiya pour la confrérie soufie des Saʿdiyya en 914/1508-1509. Voir (...)
  • 52 Ibn Ṭawq, Taʿlīq, II, p. 607.

23Il a également laissé un autre acte de waqf, rédigé sur papier, où il est fait mention de deux de ses fondations à Damas49 : une zāwiya, située au nord de la Turba al-Ǧakamiyya50, actuellement la Zāwiya al-Saʿdiyya al-Ǧibāwiyya (D.6.1)51, ainsi qu’une mosquée au Maydān al-Ḥaṣā. Ce second bâtiment semble correspondre à notre édifice. Il est possible que la Mosquée d’Ibn Haydar, mentionnée dans l’acte de waqf figurant dans l’inscription située au-dessus de miḥrāb, ait été transformée dans les années suivantes en mosquée funéraire. En effet, Ibn Ṭawq parle d’une Turba al-Ḥaydariyya52 située dans le même secteur du Mīdān. La tombe conservée dans la mosquée actuelle, mais dissimulée derrière un faux mur depuis les travaux de reconstruction des années 1930, pourrait ainsi être celle du fondateur.

  • 53 Ces deux dates figurent sur deux inscriptions : la première, située au-dessus de la porte, donne la (...)

24Dans la mosquée actuelle, reconstruite entre 1932 et 193553 (fig. 5-6), la tombe et l’inscription qui se trouve au-dessus de miḥrāb sont les seuls vestiges médiévaux. Des quatre inscriptions de la mosquée, seule la plus ancienne, l’acte de waqf, fournit des renseignements permettant une identification.

  • 54 Ṭalas 1975, p. 206.

25Mayer n’ayant publié, en 1933, que les trois premières lignes du texte original, et Ṭalas seulement la première ligne54, est ici proposée la première édition intégrale de cette inscription de sept lignes entre listels, en écriture nasḫī mamelouk avec de grands caractères, des points et des signes diacritiques.

  • 55 Mayer 1999, pl. XIX, fig. 2.
  • 56 Sur ce blason, voir Mayer 1999, p. 22-24, pl. V.

26Une photographie de l’inscription dans son état d’origine, publiée par Mayer55, confirme que l’opération de recomposition se situe après 1933, date de publication de son livre. Cette opération, survenue à une date indéterminée, a replacé les blocs dans un état aléatoire qui rend confuse la lecture des troisième et quatrième lignes. Un blason en fleur de lys56 se trouve placé au milieu de la quatrième ligne sur cette photographie (fig. 8). Notons ici que l’inscription, bûchée sur les quatrième et cinquième lignes, a été regravée à une date inconnue afin d’ajouter de nouveaux biens immobiliers venant compléter le waqf.

  1. بسم الله الرحمن الرحيم بتاريخ العشر الأوسط من ربيع الآخر سنة أربع و ثمانين و سبعمائة

  2. أمر بنقش جهات الوقف على مصالح المسجد المعمور بذكر الله تعالى بانيه و واقفه الفقير إلى الله تعالى

  3. الجناب الشهابي حيدر بن العسكري تقبل الله منه وجهات الوقف المذكور جميع المعصرة الملاصقة للجامع

    • 57 Selon Mayer, ce toponyme se rencontrait dans le voisinage de la mosquée. Voir Mayer 1999, p. 118.

    الرفاعي و نصف و ثمن سهم من أربعة و عشرين سهما {رنك} من عين التينة من جبة عسال [...] في زقاق حوش الزنبيل57

  4. بزقاق العسكري حوش الجنيد خمسة دور و دار انقاف كربر؟؟ وجميع الحانوتين اللتين

  5. قبالة الجامع من الغرب و جميع الحانوت التي هي من المعصرة في الركن القبلي بغرب وجميع الحصة

  6. و مبلغها ثلثة عشر سهم و نصف من الأرض المعروفة بالجلاد من الشاغور المبتاعة من علي بن ذرتن على مصالح هذا المسجد

Traduction

  1. Basmala, à la date de la deuxième décade du mois de rabī‘ II de l’année 784/30 juin-9 juillet 1382,

  2. A ordonné de graver l’acte de waqf en faveur de cet oratoire, élevé à la gloire de Dieu, l’avide de Dieu, Très-Haut

  3. sa grandeur Šihāb al-Dīn Ḥaydar Ibn al-ʿAskarī que Dieu accepte cela, ce waqf est constitué de la totalité du pressoir qui se trouve à côté de la mosquée

    • 58 Sur le mot sahm, voir Sauvaget & Mantran 1951, p. 3, n. 3.
    • 59 Petit village situé dans la région d’al-Qalamūn, au nord de Damas (Dussaud 1927, p. 278).
    • 60 Petit village de la région d’al-Qalamūn, au nord de Damas. Cependant, le même nom a été donné, à l’ (...)
    • 61 Sur cet habitat, voir Pascual 1983, p. 48-49, n. 1 ; Marino 1997, p. 253-254.
    • 62 Selon Mayer, ce toponyme se trouvait dans le voisinage de la mosquée. Voir Mayer 1999, p. 118.

    al-Rifā‘ī, d’une demi-partie58 et un huitième de partie des vingt-quatre parties} {blason en fleur de lys} {de ‘Ayn al-Tīna59 de Ǧubbat ‘Assāl60 (…) dans la Zuqāq Ḥawš61 al-Zanbīl62

    • 63 Il se trouve à l’ouest de la rue principale. Selon Marino, le monument donne son nom à cette ruelle (...)
    • 64 La lecture n’est pas certaine.

    Zuqāq al-‘Askarī63, cinq maisons dans Ḥawš Ǧunayd et une maison Anqāf Kizbar64 de la totalité des deux boutiques

  4. qui se situent devant la mosquée à l’ouest et de la boutique qui se trouve au sud-ouest du pressoir, de la totalité de la parcelle

    • 65 Non identifié.
    • 66 Ce nom désigne le faubourg qui se situe à l’extérieur de la porte sud de la ville, Bāb al-Ṣaġīr. Ce (...)
    • 67 Une autre possibilité de lecture est ذرنز ذرتر.

    dont la valeur est de treize parties et demie de la totalité des vingt-quatre parties de la parcelle de terre dite al-Ǧalād65 dans al-Šāġūr66 qui a été achetée à ‘Alī b. Ḏartin67 en faveur de cette mosquée.

27Selon nous, l’intérêt premier de ce texte est de mentionner le pressoir, ce qui vient nous éclairer sur des activités développées dans ce secteur autres que les activités commerciales, parce qu’en dehors des terres d’al-Ǧalād et de ʿAyn al-Tīna, tous les biens affectés au waqf sont situés au Mīdān. Par cette fondation Ḥaydar Ibn al-ʿAskarī s’implante territorialement.

La Mosquée Abū al-Ṣafā

  • 68 Roujon & Vilan 1997, p. 65, n° 16.

28Elle se trouve à l’est de la rue principale68, au nord du périphérique sud (al-muḥallaq al-ǧanūbī) de la ville (C.4.2).

  • 69 Al-Saḫāwī, Ḍaw’, I, p. 77.
  • 70 Comme la Mosquée Riġāl al-zawāyā au Mīdān qui était à l’origine une zāwiya fondée par un membre de (...)

29Son fondateur n’avait pas été identifié jusqu’ici. Il est toutefois possible de faire un rapprochement avec la zāwiya fondée par le šayḫ Abū l-Ṣafā au Maydān al-Ḥaṣā, mentionnée par le chroniqueur al-Saḫāwī69, près de la Mosquée de Manǧak (C.4.1). Cet emplacement est en effet tout à fait compatible avec celui de la Mosquée actuelle dAbū l-Ṣafā. À une époque indéterminée, et selon un processus assez courant à Damas70, la zāwiya serait ainsi devenue une mosquée.

  • 71 C’est-à-dire un descendant de la famille du prophète Muḥammad, de la branche d’al-Ḥusayn b. ʿAlī b. (...)
  • 72 Al-Saḫāwī, Ḍaw’, I, p. 77.

30Le šayḫ Abū l-Ṣafā Ibrāhīm b. ʿAlī b. Ibrāhīm b. Yūsuf b.ʿAbd al-Raḥīm b. ʿAlī al-Ḥusaynī71 al-ʿIrāqī al-Maqdisī, né en Irak en 810/1407-1408, habita durant les dernières années de sa vie dans le Maydān al-Ḥaṣā et mourut dans sa zāwiya. Il y fut enterré le 6 ǧumādā I 887/1er juillet 148272.

  • 73 Communication de M. Ġazūla.

31Dans sa forme et son aspect actuels, la mosquée date du début du xxe siècle (fig. 9-10) et a été restaurée en 1991 et en 2006. Cependant, selon les habitants du quartier, il y avait jadis à l’intérieur deux tombes73, et il est probable que l’une d’entre elles était celle du fondateur.

La Mosquée de Māzī

  • 74 Wulzinger & Watzinger 1924, p. 102, D. 18. 1 ; Ṭalas 1975, p. 250, n° 261 ; ʿUlābī 1989, p. 362 ; A (...)

32Elle est située au sud de la Mosquée d’al-Karīmī (D.7.3), dans le même alignement74, à l’extrémité sud du quartier (E.8.1).

  • 75 Özkan 2005, p. 108-109, n° 14. L’éditeur a lu Ġāzī à la place de Māzī.

33L’identification de ce monument est rendue possible grâce à un acte de waqf75 daté de l’année 858/1454-1455, conservé à Istanbul, mentionnant un amīr Māzī qui constitua un waqf en faveur de son mausolée situé « au quartier de la Mosquée de Karīm al-Dīn au début d’al-Qubaybāt».

  • 76 Ce qui signifie que son maître est le sultan al-Ẓāhir Barqūq (784-791/1382-1389-792-801/1389-1399). (...)
  • 77 Ibn Taġrī Birdī, Manhal, III, p. 327, n° 4.
  • 78 On ne connaît pas la fonction qu’il occupa.
  • 79 Al-Maqrīzī, Sulūk, IV, p. 1173, 1201.
  • 80 Ibn Taġrī Birdī, Nuǧūm, XV, p. 44.
  • 81 Ibn Iyās, Badā’iʿ, II, p. 363.

34Deux éléments principaux viennent étayer notre identification. Ce monument est situé précisément dans la zone où l’acte de waqf place le mausolée et il convient d’ajouter que c’est aujourd’hui le seul édifice ancien encore bien conservé dans ce secteur. Quant au fondateur mentionné dans l’acte de waqf sous le nom d’amīr Māzī b. ʿAbd Allāh al-Ibrāhīmī, le seul personnage pouvant répondre à cette identification est celui qui apparaît dans les chroniques, avec quelques variantes dans les nisba-s : al-amīr Māzī al-Ẓāhirī Barqūq76. Il est vraisemblable que cet émir du sultan Barqūq soit entré, à la mort de celui-ci, dans la clientèle de son fils Ibrāhīm (mort en 808/1413-1414)77 dont il aurait pris et conservé la nisba jusqu’à la construction de cette mosquée. Le fondateur fut émir à Damas78 avant d’occuper la fonction de gouverneur de Karak en 843/1439-144079. Il revint habiter Damas après avoir quitté toutes ses fonctions en 856/1452-145380. Cet émir vivait à Damas au moment où l’acte de waqf a été dressé. Il mourut en ḏū l-ḥiǧǧa 864/septembre-octobre 146081. La date approximative de la construction de la mosquée se situe donc dans les années 1450.

  • 82 Selon Sarab Atassi, dans les années 1930, mais la date figurant sur une inscription au-dessus du mi (...)
  • 83 Ṭalas nous parle d’un minaret construit en basalte noir. Voir Ṭalas 1975, p. 250.

35Le plan rectangulaire actuel de l’édifice ne permet pas de retrouver les traces du mausolée (fig. 13). En effet, aucun vestige ne remonte au-delà de l’époque ottomane. La mosquée a été restaurée dans les premières décennies du xxe siècle82 et le minaret de pierres blanches a été érigé dans la seconde moitié du xxe siècle83 (fig. 11).

Conclusion

  • 84 Al-Ǧazarī, Ḥawādiṯ, II, p. 389.

36Ces identifications permettent de tirer quelques renseignements sur les constructions monumentales et le processus d’urbanisation du Mīdān à l’époque mamelouke. Il apparaît clairement que les militaires, ce que furent trois de nos quatre fondateurs, jouèrent un rôle majeur dans le développement du quartier et le structurèrent autour de monuments, en contribuant aussi à l’islamisation du paysage le long de la « voie sacrée » qu’était la route du pèlerinage. Ces hommes apparaissent alors comme de véritables évergètes qui, non seulement contribuent à l’édification de nouveaux monuments, mais aussi à la restauration d’édifices plus anciens en plaidant, par exemple en 730/1329 auprès du sultan, en faveur de la restauration du muṣallā des deux fêtes84. Au-delà de ces constructions, ils assurent le développement du quartier en s’y installant et en le peuplant de tout un monde d’hommes de religion, d’intendants et de serviteurs dont les salaires et l’entretien sont assurés par la constitution d’actes de waqf attachés à ces nouvelles constructions.

Carte 1 - Les villages au sud de Damas

Carte 1 - Les villages au sud de Damas

Dayoub d’après Munaǧǧid 1951

Carte 2 - Damas : les maydān-s et localisation d’Hypogées au sud

Carte 2 - Damas : les maydān-s et localisation d’Hypogées au sud

Dayoub d’après Ory & Moaz 1977

Carte 3 - Carte du Mīdān

Carte 3 - Carte du Mīdān

D’après Roujon & Vilan 1997

Fig. 1 - Maqām al-Ḥarmalī (le Mausolée al-Qurāǧiyya)

Fig. 1 - Maqām al-Ḥarmalī (le Mausolée al-Qurāǧiyya)

La façade. Partie gauche

cl. Dayoub, 2009

Fig. 2 - Maqām al-Ḥarmalī (le Mausolée al-Qurāǧiyya)

Fig. 2 - Maqām al-Ḥarmalī (le Mausolée al-Qurāǧiyya)

Partie droite de la façade

cl. Dayoub, 2009

Fig. 3 - Maqām al-Ḥarmalī (le Mausolée al-Qurāǧiyya)

Fig. 3 - Maqām al-Ḥarmalī (le Mausolée al-Qurāǧiyya)

Portail

cl. Dayoub, 2009

Fig. 4 - Madrasa al-ʿĀdiliyya al-ṣuġrā

Fig. 4 - Madrasa al-ʿĀdiliyya al-ṣuġrā

Portail

cl. Dayoub, 2009

Fig. 5 - Mosquée d’al-Ğunayd al-‘Askarī

Fig. 5 - Mosquée d’al-Ğunayd al-‘Askarī

Façade

cl. Dayoub, 2009

Fig. 6 - Mosquée d’al-Ğunayd al-‘Askarī

Fig. 6 - Mosquée d’al-Ğunayd al-‘Askarī

Miḥrāb

cl. Dayoub, 2009

Fig. 7 - Mosquée d’al-Ğunayd al-‘Askarī

Fig. 7 - Mosquée d’al-Ğunayd al-‘Askarī

Inscription au-dessus du miḥrāb

cl. Dayoub, 2009

Fig. 8 - Mosquée d’al-Ğunayd al-‘Askarī

Fig. 8 - Mosquée d’al-Ğunayd al-‘Askarī

Inscription au-dessus du miḥrāb avant les modifications

D’après Mayer 1999, pl. XIX.2

Fig. 9  - Mosquée Abū l-Ṣafā

Fig. 9  - Mosquée Abū l-Ṣafā

Façade sur rue

cl. Dayoub, 2009

Fig. 10 - Mosquée Abū l-Ṣafā

Fig. 10 - Mosquée Abū l-Ṣafā

Façade intérieure et cour

cl. Dayoub, 2009

Fig. 11 - Mosquée de Māzī

Fig. 11 - Mosquée de Māzī

Minaret

cl. Dayoub, 2009

Fig. 12 - Mosquée de Māzī

Fig. 12 - Mosquée de Māzī

Miḥrāb

cl. Dayoub, 2009

Fig. 13 - Mosquée de Māẓī, Intérieur de la salle de prière (cl. Dayoub, 2009

Fig. 13 - Mosquée de Māẓī, Intérieur de la salle de prière (cl. Dayoub, 2009
Haut de page

Bibliographie

Sources
Abū Šāma, Ḏayl ʿalā al-Rawḍatayn, éd. M. al-Kawṯarī, M. al-Ḥusaynī, Damas, Maktab našr al-ṯaqāfat al-dīniyya, 1947.

ʿAynī (al-), ʿIqd al-ǧumān fī Tārīḫ ahl al-zamān, éd. Muḥammad Muḥammad Amīn, Le Caire, Dār al-kutub, 5 vol., 1987-2009.

Birzālī (al-), al-Muqtafī ʿalā Kitāb al-Rawḍatayn al-maʿrūf bi-Tārīḫ al-Birzālī, éd. ʿUmar ʿAbd al-Salām al-Tadmurī, al-maktabat al-ʿaṣriyya, Ṣaydā-Beyrouth, 4 vol., 2006.

Ǧazarī (al-), Ḥawādiṯ al-zamān wa anbā’ih, éd. ʿU. al-Tadmurī, Beyrouth, al-Maktaba al-‘aṣrīyya, 1998.

Ibn ʿAbd al-Ḥādī, Ṯimār al-maqāṣid, éd. M. Ṭalas, Beyrouth, Maktaba Lubnān, 1975 (suivi de Ḏayl contenant un inventaire des mosquées de Damas en l’année 1942 par Ṭalas lui-même).

Ibn ʿAsākir, Tārīḫ Dimašq, éd. ʿUmar al-ʿAmrāwī, Damas, Dār al-Fikr, 1995-2001.

Ibn ʿAsākir, Tārīḫ Dimašq, éd. Ṣ. al-Munaǧǧid, Damas, 1951 (pour la carte accompagnant cette édition).

Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī, Inbā’ al-ġumr bi abnā’ al-ʿumar, Ḥaydarabād, Maṭbaʿa dā’ira al-maʿārif al-ʿuṯmāniyya, 1970.

Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, éd. I. ʿAbbās, Beyrouth, Dār al-ṯaqāfa, s.d.

Ibn Iyās, Badā’iʿ al-zuhūr, éd. M. Muṣṭafā, Le Caire, al-Hay’a al-miṣriyya al-ʿāmma li-l-kitāb, 1961-1986.

Ibn Kaṯīr, al-Bidāya wa al-nihāya, éd. ʿAbd Allah al-Turk, Le Caire, Dār Hagar, 1998.

Ibn Qāḍī Šuhba, rīḫ Ibn Qāḍī Šuhba, éd. ʿA. Darwīš, Damas, Institut français d’études arabes, 1974-1997.

Ibn al-Qalānisī, Ḏayl Tārīḫ Dimašq, éd. H. F. Amedroz, Beyrouth, Maṭbaʿa al-abāʿ al-yasūʿīyyn, 1908.

Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, éd. S. al-Dahhān, Damas, Institut français d’études arabes, 1956.

Ibn Ṣaṣrā, al-Durrat al-muḍī’a fī al-Dawlat al-ẓāhiriyya, éd. W. M. Brinner, Los Angeles, Berkeley, University of California Press, 1963.

Ibn Taġrī Birdī, al-Manhal al-ṣāfī, éd. M. Amīn, Le Caire, al-Hay’at al-miṣriyyat al-ʿāmma li-l-kitāb, 1984-1994.

Ibn Taġrī Birdī, al-Nuǧūm al-zāhira, Le Caire, Wizārat al-ṯaqāfa al-miṣriyya, 1933-1972.

Ibn Ṭawq, al-Taʿlīq, éd. Ǧ. al-Muhāǧir, Damas, Institut français d’études arabes, 2000-2006.

Ibn Ṭūlūn, Mufākahāt al-ḫillān, éd. M. Muṣtafā, Le Caire, Dār iḥyā’ al-turāṯ al-ʿarabī, 1962.

Ibn Ṭūlūn, Iʿlām al-warā, éd. ‘A. Dahmān, Damas, Dār al-fikr, 1984.

Ibn Ṭūlūn, al-Qalā’id al-ǧawhariyya fī tārīḫ al-Ṣāliḥiyya, éd. ʿA. Dahmān, Damas, Maǧmaʿ al-luġa al-ʿarabiyya, 1980.

Ibn Wāṣil, Mufarriǧ al-kurūb fī aḫbār banī Ayyūb, éd. J. D. al-Šayyāl, Le Caire, Dār al-Qalam, 1953-1977.

ʿIlmawī (al-), Muḫtaṣar tanbih al-ṭālib wa iršād al-dāris, éd. Ṣ. D. al-Munaǧǧid, Damas, Mudīriyya al-aṯār al-‘āmma al-qadīma, 1947.

Maqrīzī (al-), Kitāb al-Sulūk li-maʿrifa duwal al-muluk, éd. M. Ziyāda & S. ‘Āšūr, Le Caire, 1970-1973.

Nuʿaymī (al-), al-Dāris fī Tārīḫ al-madāris, éd. Ǧ. al-Ḥasanī, Damas, Maktabat al-ṯaqāfa al-dīniyya, 1973.

Qalqašandī (al-), Ṣubḥ al-aʿšā fī ṣinā‘at al-inšā’, le Caire, Wizāra al-ṯaqāfa al-miṣriyya, 1913-1919.

Saḫāwī (al-), al-Ḍaw’ al-lāmiʿ, Beyrouth, Dār maktabat al-Ḥayāt, s. d.

Subkī (al-), Fatāwā al-Subkī, Beyrouth, Dār al-Ma‘rifa. s. d.

Yāqūt al-Ḥamawī, Muʿǧam al-buldān, Beyrouth, Dār Ṣādir, 1984.

Études
Anonyme, « Iktišāf madfan rūmānī ’aṯarī fī waǧibat mašfā al-Muǧahid bi-Dimašq ». URL : http://www.discover-syria.com/news/4637. Consulté le 10 juin 2011.

Atassi, Sarab, Langhade, Jacques, 1994 : Damas extra-muros, Midan al-Sultanî, présentation et analyse des édifices répertoriés, circonscription 36 section 1-3, Damas, Institut français d’études arabes.

Bāšā, Ḥasan (al-), 1987 : Al-alqāb al-islāmiyya, Beyrouth, Dār al-nahḍa al-ʿarabiyya.

Cartes Damas : 1/10000, « dressé, dessiné et publié par le service géographique des FFLL, d’après réduction des plans cadastraux, mai 1942 ».

Dayoub, Bassam, 2010: « Mayādīn Dimašq », Apollodore 13, p. 132.

Degeorge, Gérard, 1997 : Damas, des origines aux Mamluks, Paris, Harmattan.

Dodinet, Marianne, Leblanc, Jacques, Vallat, Jean-Pierre, Villeneuve, François, 1990 : « Le paysage antique en Syrie : l’exemple de Damas », Syria 67/2, p. 339-367.

Dussaud, René, 1927 : Topographie historique de la Syrie antique et médiévale, Paris, Librairie Orientaliste Paul Geuthner.

Ḥamūda, Muḥammad, 2010 : « Nasīb Ṣalībī, ʿĀlim al-aṯār al-laḏī iftaqdnāh ». URL : http://www.dgam.gov.sy/?d=227&id=833. Consulté 10 juin 2011.

Ḫuraysāt, Muḥammad, 1992 : « al-Tawasuʿ al-ʿumrāni li-madinat Dimašq fi al-ʿahd al-fāṭimī », in Muḥammad Baḫīt (dir) : Mū’tamar Bilād al-Šām fī al-ʿaṣr al-ʿabbāsī , Mū’tamar al-ḫāmis, ʿAmmān, p. 390-428.

Mayer, Leo Ary, 1933: Saracenic Heraldry, New York, Oxford University Press.

Marino, Brigitte, 1997 : Le faubourg du Midan à l’époque ottomane : espace urbain, société et habitat, 1742-1830, Damas, Institut français d’études arabes.

Meinecke, Michael, 1992: Die Mamlukische Architektur in Ägypten und Syrien (648/1250 bis 923/1517), Glückstadt, Verlag J. Augustin GMPH.

Munaǧǧid, Ṣalāḥ al-Dīn (al-), 1949 : Ḫiṭaṭ Dimašq al-qadīma, Beyrouth, al-Maṭbaʿa al-kāṯūlikiyya.

Ory, Solange & Moaz, Khaled, 1977 : Inscriptions arabes de Damas : Les stèles funéraires, I. cimetière d’al Bab al-Saghir, Damas, Institut français de Damas.

Özkan, Aydin, 2005 : Mısır Vakıfları : Osmanlı Devri Ve öncesi, Istanbul : İslam Tarih, Sanat ve Kültürünü Araştırma Vakfı.

Pascual, Jean-Paul, 1983 : Damas à la fin du xvie siècle d’après trois actes de waqf ottomans, Damas, Institut français de Damas.

Rīḥāwī, ʿAbd al-Qādir (al-), 1979 : al-ʿAmāra al-ʿarabiyya al-islamiyya fī Sūriyya, Damas, Wizārat al-ṯaqāfa.

Roujon, Yves, Vilan, Luc, 1997 : Le Midan, actualité d’un faubourg de Damas, Damas, Institut français d’études arabes.

Saliby, Nessib, 1982 : « Un hypogée découvert dans un faubourg de Damas », in Archéologie au Levant : recueil à la mémoire de Roger Saidah, Lyon (Collection de la Maison de l’Orient méditerranéen 12, série archéologique 9), p. 305-309.

Sauvaget, Jean, 1932 : Les monuments historiques de Damas, Beyrouth, Imprimerie catholique.

Sauvaget, Jean, Mantran, Robert, 1951 : Règlements fiscaux ottomans : les provinces syriennes, Beyrouth, Imprimerie catholique.

Šihābī, Qutayba (al-), 1999 : Muʿǧam Dimašq al-tārīḫī, Damas, Wizārat al-ṯaqāfa.

Sublet, Jacqueline, 1991 : Le voile du nom. Essai sur le nom propre arabe, Paris, Presses universitaires de France.

Watzinger, Carl & Wulzinger Karl, 1924: Damaskus die Islamische Stadt, Berlin and Leipzig, Walter de Gruyter & co.

Haut de page

Annexe

Liste des monuments bordant la rue principale du Mīdān

Nom

Localisation

Époque

Remarques

Mosquée Ğūbān

(Mausolée de l’émir Alṭunbuġā)

B.1.1

Mamelouke

Disparue

Mausolée de l’émir ‘Arāq al-Silaḥdār

B.2.1

Mamelouke

Fermé

Maqām Sīdī Ṣuhayb

B.2.2

Ayyoubide

Restauré en 606/1209-1210

Maqām al-Ḥarmalī

(Mausolée al-Qurāǧiyya)

B.2.3

Mamelouke

Actuellement un restaurant

Mausolée al-Zūwayzāniyya

B.2.4

Ayyoubide

Actuellement le mausolée de la famille Ḥabb al-Rummān

Mosquée Fūlūs

B.2.5

Fatimide

Actuellement la Zāwiya al-Rifā‘iyya

Mosquée al-Mūṣallī

B.2.6

Ottomane

Mausolée al-Qurašī

B.3.1

Ottomane

Mausolée Abū l-Nūr

B.3.2

Ottomane

Mosquée al-Rifā‘ī

B.3.3

Mamelouke

Reconstruite complètement à l’époque ottomane

Mosquée al-Ğunayd

B.3.4

Mamelouke

Reconstruite dans les années trente du xxe siècle.

Mosquée al-Qurašī

B.3.5

Ottomane

Mosquée Manğak

C.4.1

Mamelouke

Il ne reste de l’ancien monument que le minaret et quelques assises de la façade ouest

Mosquée Abū l-Ṣafā

C.4.2

Mamelouke

Pas de vestiges mamelouks

Mosquée al-Ḥallāğ

C.4.3

Mamelouke

Disparue

Mausolée de Sulaymān al-Ğāmūs

C.5.1

Mamelouke

Mausolée al-Taynabiyya

C.5.2

Mamelouke

Mosquée al-Ḫānqiyya

C.5.3

Mamelouke

Zāwiya al-Sa‘diyya

(Mausolée al-Ğakamiyya)

D.6.1

Mamelouke

Reconstruite complètement à l’époque ottomane

Mosquée d’al-Qunšliyya

D.7.1

Mamelouke

Zāwiya al-Rašīdiyya

D.7.2

Mamelouke

Mosquée al-Karīmī (al-Daqāq)

D.7.3

Mamelouke

Mosquée Māzī

E.8.1

Mamelouke

Reconstruite à l’époque ottomane

Haut de page

Notes

1 Il s’agit du sujet d’une thèse en cours intitulée L’expansion urbaine de Damas extra muros depuis l’époque seldjukide jusqu’à la fin de l’époque mamelouke : l’exemple du quartier du Mīdān que je mène sous la direction du Professeur Alastair Northedge à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne. Je tiens à remercier le Professeur Northedge pour ses conseils et son soutien et M. Jean-Michel Mouton et Mme Maryse Bideault qui m’ont aidé à modifier le texte de nombreuses fois. Dodinet et al. 1990, p. 345. Voir fig. 3, 8 et 9.

2 Ainsi ceux qui ont été découverts à al-Ziftiyya en 1980, à Bāb al-Muṣallā en 1983 (Ḥamūda 2010, sur le site de la DGAMS, voir http://www.dgam.gov.sy/?d=227&id=833, consulté le 10 juin 2011), à al-Muǧtahid en 1982 (Saliby 1982, p. 305-309) et en 2009 (voir http://www.discover-syria.com/news/4637, consulté le 10 juin 2010).

3 Ibn ‘Asākir, Tārīḫ Dimašq, ii, p. 274.

4 « Espace ouvert généralement à l’extérieur d’une localité et servant à l’occasion des deux fêtes à toute la communauté ». Voir E.I.2, vii, p. 659.

5 Les noms des ces derniers dans le secteur sud sont Ālyah et ʿŪwayliyya, al-Rāhib al-Sifliyyīn, Baǧ Ḥawrān, al-Qaṭī’a et al-Qaṭā’iʿ (voir la carte 2), voir Ibn ‘Asākir, Tārīḫ, ii, p. 368.

6uraysāt 1992, p. 408.

7 Ibn ʿAsākir, Tārīḫ, ii, p. 368.

8 Ibn al-Qalānisī , ayl, p. 4, 6, 15, 16, 52, 57.

9 Voir Munaǧǧid 1949, p. 102-103.

10 Cette mosquée devint par la suite la Zāwiya al-Rifāʿiyya ; il ne reste de l’ancien monument qu’un miḥrāb en stuc. Ibn ‘Asākir, Tārīḫ, ii, p. 321 ; Ibn Šaddād, Aʿlāq, p. 155 ; al-Nuʿaymī, Dāris, ii, p. 361 ; Sauvaget 1932, p. 60, n° 31. Il convient de signaler ici que nous utilisons le supplément à l’inventaire des mosquées de Damas datant de 1942 ajouté par Ṭalas lui-même à l’édition de l’ouvrage d’Ibn ‘Abd al-Hādī, le Ṯimār al-maqāṣid. Ṭalas 1975, p. 207, n° 207 ; Rīḥāwī 1979, p. 98 ; Roujon & Vilan 1997, p. 64, n° 9 ; Degeorge 1997, p. 224-234 ; Šihābī 1999, II, p. 240.

11 Nous avons identifié ce lieu car Ibn ‘Asākir est très précis quand il localise la Mosquée de Fulūs au sud de ce maydān. Ibn ʿAsākir, Tārīḫ, ii, p. 321. Pour les autres propositions d’emplacement, voir Marino 1997, p. 64-69.

12 Sur les autres maydān-s, voir Dayoub 2010, p. 132.

13 Sur ces oratoires, voir Ibn ʿAsākir, Tārīḫ, ii, p. 320-321.

14 Al-Nuʿaymī, Dāris, ii, p. 419 ; Abū Šāmā, Ḏayl, p. 76.

15 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, iii, p. 60.

16 Tuġtakīn est mort en 522/1128 et est enseveli au sud d’al-Muṣallā sous les coupoles qui prirent son nom. Voir Ibn ʿAsākir, Tārīḫ, xxv, p. 3.

17 Petit village au sud de la ville qui se trouve actuellement dans le secteur d’al-Mīdān Fūqānī. Marino 1997, p. 117-118 ; Šihābī 1999, ii, p. 116.

18 C’est une partie du quartier du Maydān al-Ḥaṣā qui est mentionné antérieurement à la construction de la Mosquée de Manǧak en 791/1389-1390. Ibn Ṣaṣrā, Durra, ii, p. 33-34-35 ; al-Nuʿaymī, Dāris, ii, p. 444 ; Özkan 2005, p. 115, n° 29, p. 118, n° 33.

19 Mosquée mamelouke fondée par le cadi Karīm al-Dīn en 718/1318, appelée aujourd’hui « al-Daqqāq », du nom d’une famille du quartier, voir al-Nuʿaymī, Dāris, II p. 416 ; al-ʿIlmawī, Muḫtaṣar, p. 225 ; Wulzinger & Watzinger 1924, p. 102, D.17.2 ; Ṭalas 1975, p. 217, n° 106 ; ʿUlabī 1989, p. 326-327 ; Meinecke 1992, II, p. 122-123 ; Atassi & Langhade, p. 61 ; Roujon & Vilan, 1997, p. 67, 70, n° 20 ; Marino 1997, p. 72 ; Šihābī 1999, I, p. 121.

20 Mosquée mamelouke fondée en 810/1407-1408. Après plusieurs restaurations, il ne subsiste que quelques assises de la façade ouest portant les deux décrets mamelouks, et le minaret. al-Nuʿaymī, Dāris, II, p. 444 ; al-ʿIlmawī, Muḫtaṣar, p. 235 ; Wulzinger & Watzinger 1924, p. 100, D.13.4 ; Sauvaget, 1932, p. 71-72, n° 50 ; Ṭalas 1975, p. 255, n° 281 ; ʿUlabī 1989, p. 365-357.

21 Un canal fut dérivé de Nahr al-Darānī qui se trouve à l’ouest de la ville. Ibn Kaṯīr, Bidāya, xviii, p. 203 ; al-Birzālī, Muqtafī, IV, p. 453-454.

22 Wulzinger & Watzinger 1924, p. 100, D.11.2; Riḥāwī 1979, p. 176; Meinecke 1992, II, p. 96; Roujon & Vilan 1997, p. 78, n° 11.

23 Mausolée ayyoubide fondé par Ǧamāl al-Dawla Ibn Zūyazān, mort en 628/1230-1231 (B.2.4); al-Nuʿaymī, Dāris, II, p. 247-248; Ibn Ṭūlūn, Qalā’id, I, p. 175; Roujon & Vilan 1997, p. 78, n° 10.

24 Mosquée qui se trouve à l’ouest de la rue principale et qui abrite le mausolée de Ṣuhayb, compagnon du prophète Muḥammad, ensemble restauré à l’époque ayyoubide en 606/1209-1210. Ṭalas 1975, p. 230, n° 158 ; Riḥāwī 1979, p. 169 ; Roujon & Vilan 1997, p. 64, n° 10.

25 Riḥāwī 1979, p. 169.

26 Voir pour cette attribution, Roujon & Vilan 1997, p. 78, n° 11.

27 Gouverneur de Karak, en 787/1385-1386 puis gouverneur de Damas de ṣafar 789/février-mars 1387 jusqu’à šawwāl 790/octobre-novembre 1388. Après sa sortie de prison, il redevint gouverneur de Damas pour quelques mois, de rabī‘ I à raǧab 792/février 1389 à juillet 1390. Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, III, p. 354-355 ; Ibn Tūlūn, Iʿlām, p. 55.

28 Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, III, p. 355.

29 Voir Roujon & Vilan 1997, p. 78, n° 11.

30 Dans les années 1930, il ne restait de ce monument que « la façade ornée d’incrustations en pierre noire et d’un blason ». Voir Sauvaget 1932, p. 72, n° 52 ; Wulzinger & Watzinger 1924, p. 100, D.10.2 ; Ṭalas 1975, p. 207, n° 67 ; Šihābī 1999,II, p. 240.

31 Al-Nuʿaymī, Dāris, II, p. 271 ; al-ʿIlmawī, Muḫtaṣar, p. 204 ; al-ʿAynī, ʿIqd, iv, p. 339 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, xviii, p. 37. Sur ce nahr, voir la note n° 3.

32 Al-Birzālī, Muqtafī, III, p. 234.

33 Voir al-Subkī, Fatāwāt, I, p. 461.

34 Damas : 1 /10 000, « dressé, dessiné et publié par le service géographique des F.F.L.L. d’après réduction des plans cadastraux, mai 1942 ». Cette carte nous a été fournie par l’Atelier du Vieux Damas. Nous remercions ici Mme Sarab Atassi et M. Issam Ḥaǧǧār.

35 Ville située au sud de Damas, dans la région du Hauran.

36 Le gouverneur était alors Āqūš al-Afram. Voir Ibn Ṭūlūn, Iʿlām, p. 37.

37 Al-Birzālī, Muqtafī, III, p. 234.

38 Cette chambre était inaccessible lors de nos prospections dans le quartier au cours des étés 2007, 2008 et 2009.

39 L’utilisation de la bichromie des assises de la façade alternativement en deux couleurs (noir et blanc par exemple).

40 Madrasa ayyoubide construite en 686/1287. Al-Nuʿaymī, Dāris, I, p. 368 ; al-Ilmawī, Muḫtaṣar, p. 58 ; Riḥāwī 1979, p. 128 ; ʿUlābī 1989, p. 139 ; Šihābī 1999, II, p. 195 ; Meinecke 1992, II, p. 64, 98.

41 Meinecke 1992, II, p. 64 ; 98.

42 La mosquée actuelle est ottomane, mais son origine est mamelouke comme l’indique l’inscription située au-dessus du miḥrāb de la Mosquée dal-Ǧunayd ; elle fut restaurée en 1928-1931. Ṭalas 1975, p. 218, n° 113 ; Roujon & Vilan 1997, p. 67, n° 13.

43 Ṭalas 1975, p. 209, n° 65 ; Meinecke 1992, 2, p. 266 ; Roujon & Vilan 1997, p. 65, n° 14.

44 Voir Ibn Ḫallikān, Wafayāt, I, p. 373-375.

45 Cette fonction militaire n’est pas mentionnée par al-Qalqašandī mais on la trouve chez al-Ǧazarī : il s’agit du chef de la police dans les régions aux alentours de la ville. Al-Qalqašandī, Ṣubḥ, IV, p. 187 ; al-Ǧazarī, Ḥawādiṯ. Cet auteur débute chaque année en donnant la liste des autorités de chaque province (ḥukām al-Bilād).

46 Ville au nord de l’Irak, près de Mossoul. Voir Yāqūt, Muʿǧam, III, p. 262-263.

47 Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, III, p. 337.

48 Al-Saḫāwī, Ḍaw’, II/3, p. 169 ; Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, IV, p. 45-46 ; Ibn Ḥaǧar al-‘Asqalānī, Inbā’, IV, p. 56.

49 Özkan 2005, p. 186, n° 218.

50 Ibn Tūlūn, Mufākahāt, II, p. 71 ; Ibn Ṭawq, Ta‘līq, II, p. 771.

51 Mausolée mamelouk transformé en zāwiya pour la confrérie soufie des Saʿdiyya en 914/1508-1509. Voir al-Nuʿaymī, Dāris, II, p. 221-222 ; Wulzinger et Watzinger 1924, p. 101, C.16.3 ; Sauvaget 1932, p. 81, n° 72 ; Ṭalas, 1975, p. 253, n° 27 ; ʿUlabī 1989, p. 410-420 ; Atassi & Langhade 1994, p. 50, n° 59 ; Roujon & Vilan 1997, p. 78, n° 16 ; Šihābī 1999, 1, p. 336 ; Marino 1997, p. 78-79.

52 Ibn Ṭawq, Taʿlīq, II, p. 607.

53 Ces deux dates figurent sur deux inscriptions : la première, située au-dessus de la porte, donne la date de rabīʿ I de l’année 1352/juin-juillet 1933 ; la seconde, placée au-dessus du miḥrāb, livre l’année 1354/1935.

54 Ṭalas 1975, p. 206.

55 Mayer 1999, pl. XIX, fig. 2.

56 Sur ce blason, voir Mayer 1999, p. 22-24, pl. V.

57 Selon Mayer, ce toponyme se rencontrait dans le voisinage de la mosquée. Voir Mayer 1999, p. 118.

58 Sur le mot sahm, voir Sauvaget & Mantran 1951, p. 3, n. 3.

59 Petit village situé dans la région d’al-Qalamūn, au nord de Damas (Dussaud 1927, p. 278).

60 Petit village de la région d’al-Qalamūn, au nord de Damas. Cependant, le même nom a été donné, à l’époque mamelouke, à une région située entre Damas et Baalbek. Voir Yāqūt, Muʿǧam, II, p. 108 ; Dussaud 1927, p. 279.

61 Sur cet habitat, voir Pascual 1983, p. 48-49, n. 1 ; Marino 1997, p. 253-254.

62 Selon Mayer, ce toponyme se trouvait dans le voisinage de la mosquée. Voir Mayer 1999, p. 118.

63 Il se trouve à l’ouest de la rue principale. Selon Marino, le monument donne son nom à cette ruelle. Voir Marino 1997, p. 111, 358, carte 16.5.a.

64 La lecture n’est pas certaine.

65 Non identifié.

66 Ce nom désigne le faubourg qui se situe à l’extérieur de la porte sud de la ville, Bāb al-Ṣaġīr. Cependant, à partir de l’époque ottomane, on trouve deux quartiers portant ce nom, à l’intérieur et à l’extérieur de cette porte. Voir Šihābī 1999, I, p. 219.

67 Une autre possibilité de lecture est ذرنز ذرتر.

68 Roujon & Vilan 1997, p. 65, n° 16.

69 Al-Saḫāwī, Ḍaw’, I, p. 77.

70 Comme la Mosquée Riġāl al-zawāyā au Mīdān qui était à l’origine une zāwiya fondée par un membre de la famille al-Mawṣilī. Voir Ṭalas 1975, p. 220-221 ; Marino 1997, p. 77-78.

71 C’est-à-dire un descendant de la famille du prophète Muḥammad, de la branche d’al-Ḥusayn b. ʿAlī b. Abī Ṭālib.

72 Al-Saḫāwī, Ḍaw’, I, p. 77.

73 Communication de M. Ġazūla.

74 Wulzinger & Watzinger 1924, p. 102, D. 18. 1 ; Ṭalas 1975, p. 250, n° 261 ; ʿUlābī 1989, p. 362 ; Atassī & Langhade 1994, p. 76, n° 780 ; Roujon & Vilan, 1997, p. 65, n° 21 ; Šihābī 1999, I, p. 131.

75 Özkan 2005, p. 108-109, n° 14. L’éditeur a lu Ġāzī à la place de Māzī.

76 Ce qui signifie que son maître est le sultan al-Ẓāhir Barqūq (784-791/1382-1389-792-801/1389-1399). Sublet 1991, p. 30 ; Bāšā 1987, p. 105-106.

77 Ibn Taġrī Birdī, Manhal, III, p. 327, n° 4.

78 On ne connaît pas la fonction qu’il occupa.

79 Al-Maqrīzī, Sulūk, IV, p. 1173, 1201.

80 Ibn Taġrī Birdī, Nuǧūm, XV, p. 44.

81 Ibn Iyās, Badā’iʿ, II, p. 363.

82 Selon Sarab Atassi, dans les années 1930, mais la date figurant sur une inscription au-dessus du miḥrāb est 1339/1920-1921. Voir Atassi & Langhade 1994, p. 76, n° 780.

83 Ṭalas nous parle d’un minaret construit en basalte noir. Voir Ṭalas 1975, p. 250.

84 Al-Ǧazarī, Ḥawādiṯ, II, p. 389.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 - Les villages au sud de Damas
Crédits Dayoub d’après Munaǧǧid 1951
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/836/img-1.png
Fichier image/png, 192k
Titre Carte 2 - Damas : les maydān-s et localisation d’Hypogées au sud
Crédits Dayoub d’après Ory & Moaz 1977
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/836/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Carte 3 - Carte du Mīdān
Crédits D’après Roujon & Vilan 1997
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/836/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 1 - Maqām al-Ḥarmalī (le Mausolée al-Qurāǧiyya)
Légende La façade. Partie gauche
Crédits cl. Dayoub, 2009
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/836/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 2 - Maqām al-Ḥarmalī (le Mausolée al-Qurāǧiyya)
Légende Partie droite de la façade
Crédits cl. Dayoub, 2009
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/836/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 3 - Maqām al-Ḥarmalī (le Mausolée al-Qurāǧiyya)
Légende Portail
Crédits cl. Dayoub, 2009
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/836/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 4 - Madrasa al-ʿĀdiliyya al-ṣuġrā
Légende Portail
Crédits cl. Dayoub, 2009
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/836/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 5 - Mosquée d’al-Ğunayd al-‘Askarī
Légende Façade
Crédits cl. Dayoub, 2009
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/836/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 6 - Mosquée d’al-Ğunayd al-‘Askarī
Légende Miḥrāb
Crédits cl. Dayoub, 2009
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/836/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 7 - Mosquée d’al-Ğunayd al-‘Askarī
Légende Inscription au-dessus du miḥrāb
Crédits cl. Dayoub, 2009
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/836/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 8 - Mosquée d’al-Ğunayd al-‘Askarī
Légende Inscription au-dessus du miḥrāb avant les modifications
Crédits D’après Mayer 1999, pl. XIX.2
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/836/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 9  - Mosquée Abū l-Ṣafā
Légende Façade sur rue
Crédits cl. Dayoub, 2009
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/836/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 10 - Mosquée Abū l-Ṣafā
Légende Façade intérieure et cour
Crédits cl. Dayoub, 2009
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/836/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 11 - Mosquée de Māzī
Légende Minaret
Crédits cl. Dayoub, 2009
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/836/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 12 - Mosquée de Māzī
Légende Miḥrāb
Crédits cl. Dayoub, 2009
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/836/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 13 - Mosquée de Māẓī, Intérieur de la salle de prière (cl. Dayoub, 2009
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/836/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bassam Dayoub, « Nouvelles découvertes dans le quartier du Mīdān », Bulletin d’études orientales, Tome LXI | 2012, 67-90.

Référence électronique

Bassam Dayoub, « Nouvelles découvertes dans le quartier du Mīdān », Bulletin d’études orientales [En ligne], Tome LXI | décembre 2012, mis en ligne le 20 mars 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://beo.revues.org/836 ; DOI : 10.4000/beo.836

Haut de page

Auteur

Bassam Dayoub

Doctorant à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page