Navigation – Plan du site
La fabrique de la ville

Les investissements du sultan al-Mu’ayyad Šayḫ à Damas d’après son acte de waqf (823/1420)

Édition commentée
Sultan al-Mu’ayyad Šayḫ’s Investments in Damascus through his Waqfiyya (823/1420). A Commented Edition
استثمارات السلطان المؤيّد شيخ في دمشق اعتماداً على وثيقة وقفه (٨٢٣هـ /١٤٢٠م) : تحقيق وشرح
Julien Loiseau
p. 163-189

Résumés

On sait combien les documents d’archives font défaut aux historiens pour écrire l’histoire du Bilād al-Šām médiéval, particulièrement pour l’histoire urbaine de Damas. On ignore souvent en revanche l’apport des documents conservés au Caire, qui fut capitale de l’Égypte et de la Syrie au temps des sultans mamelouks. Ainsi l’acte de waqf établi au Caire en 823/1420 par le sultan al-Mu’ayyad Šayḫ comporte-t-il la description de huit biens situés à Damas et dans la Ġūṭa. Ces biens waqf (des boutiques, des palais, des jardins) font l’objet du présent article et de l’édition qui le suit. Ils révèlent le rôle qu’entendit jouer dans la reconstruction de Damas celui qui fut gouverneur de Syrie dans les années qui suivirent la ruine de la ville par Tamerlan en 1401, avant de monter sur le trône du Caire en 1412.

Haut de page

Entrées d'index

Index géographique :

Syrie, Damas

‫فهرس الكلمات المفتاحية :

سوريا, دمشق, المماليك, المؤيّد شيخ, وقف, أطلال, تمويل
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’aide et les conseils de Mathieu Eychenne, ainsi que les connaissances d’Élodie Vigouroux sur l’hi (...)
  • 2 Voir al-Ṣafadī, Aʿyān, I, p. 530-541 ; Kenney 2009.
  • 3 Ibn Ḫaldūn, Taʿrīf, p. 366-374 ; Cheddadi 2002, p. 232-239.

1Depuis que l’armée mamelouke est entrée dans Damas en septembre 1260, au lendemain de sa victoire inespérée sur les Mongols à ʿAyn Ǧālūt, la ville, au même titre que l’ensemble de la Syrie, a vu son destin lié pour près de trois siècles à celui de l’Égypte1. Pour le meilleur, comme sous la longue lieutenance de l’émir Tankiz al-Nāṣirī, qui fut nā’ib al-Šām vingt-huit années durant, de 1312 à 1340, et laissa à Damas le souvenir d’un âge d’or2. Pour le pire, comme sous le règne désastreux du sultan al-Nāṣir Faraǧ, dont les troupes faillirent dans la défense de Damas contre les armées de Tamerlan et abandonnèrent la ville au pillage et à l’incendie au cours de l’hiver 14013.

2De cette communauté de destin, les historiens n’ont pas tiré toutes les conséquences, faute de s’être suffisamment affranchis des frontières modernes des nations dans la définition de leur domaine d’investigation. La Syrie et l’Égypte mameloukes relèvent encore trop souvent d’une historiographie distincte, alors même que les Domaines égyptiens (al-Diyār al-miṣriyya) et les Pays syriens (al-Bilād al-šāmiyya) ont été puissamment intégrés, tant sur les plans politique et institutionnel qu’en matière économique et culturelle, au sein du sultanat mamelouk. À les envisager séparément, on ne manque pas seulement une compréhension globale des processus historiques qui furent à l’œuvre dans l’ensemble de la région, entre les rives de l’Euphrate et celles du Nil ; on se prive également de ressources documentaires, qui se font parfois, ici ou là, plus rares ou plus abondantes.

  • 4 Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, IV, p. 466, note 2.
  • 5 Al-Maqrīzī, Sulūk, IV/1, p. 27-340 (années 809-818) ; Garcin 1978, p. 199-223.

3On sait ainsi que le manuscrit autographe du Tārīḫ d’Ibn Qāḍī Šuhba, le grand chroniqueur damascène mort en 851/1448, s’interrompt dès 808/14054. On sait moins que son contemporain, Taqīy al-Dīn Aḥmad al-Maqrīzī (mort en 845/1442), l’historiographe égyptien le plus prolixe de son temps, vint à Damas en 809/1407 dans la suite du sultan, qu’il s’y installa quelque temps plus tard et y vécut plusieurs années durant, exerçant la charge d’administrateur (nāẓir) dans des institutions damascènes aussi prestigieuses que le Māristān al-Nūrī – ce qui fait de lui l’un des témoins les mieux informés des événements de Syrie à la fin du règne d’al-Nāṣir Faraǧ (1399-1412) et au commencement de celui d’al-Mu’ayyad Šayḫ (1412-1421)5.

4Or ces années furent cruciales tant, pour l’histoire des provinces syriennes, lesquelles, passées aux mains d’émirs mamelouks rebelles, échappaient alors au contrôle du Caire et subissaient les vaines expéditions militaires du sultan, que pour l’histoire de Damas elle-même, à l’heure où la ville se relevait lentement de ses ruines, dans la décennie qui suivit le siège et l’incendie par les armées de Tamerlan.

L’émir Šayḫ à Damas

  • 6 Al-Maqrīzī, Durar, II, n° 515, p. 125-188 ; Ibn Taġrī Birdī, Manhal, VI, n° 1194, p. 263-312 ; Ibn (...)
  • 7 Al-Maqrīzī, Durar, I, n° 384, p. 574-580 ; Ibn Tagrī Birdī, Manhal, IV, n° 850, p. 313-324 ; Gonnel (...)

5Une figure se détache sur la trame embrouillée de ces temps de fitna : celle de l’émir Šayḫ al-Maḥmūdī al-Ẓāhirī, ancien mamlūk d’al-Ẓāhir Barqūq (1382-1399), qui, rétif à l’autorité de son jeune fils et successeur al-Nāṣir Faraǧ, contraignit ce dernier à lui reconnaître « la garde des Royaumes syriens » (kafālat al-Mamālik al-šāmiyya) et entra dans Damas revêtu de la robe d’honneur du nā’ib en ḏū l-ḥiǧǧa 804/juillet 1402. Jusqu’à la fin du règne d’al-Nāṣir Faraǧ, exécuté à Damas sur son ordre en ṣafar 815/mai 1412, l’émir Šayḫ sut faire de la lieutenance de Syrie, à laquelle il ne dut renoncer que quelques mois seulement en dix ans, un refuge inexpugnable contre le sultan et un incomparable marchepied vers le trône, auquel il accéda finalement sous le laqab d’al-Malik al-Mu’ayyad Abū l-Naṣr en šaʿbān 815/novembre 14126. À l’image de l’émir Ǧakam min ʿIwāḍ al-Ẓāhirī qui voulut faire de la lieutenance d’Alep le point de départ de sa conquête du pouvoir et se fit même proclamer sultan, en šawwāl 809/mars 1407, sous le laqab d’al-ʿĀdil Abū l-Fatḥ, dans la dār al-ʿadl de la citadelle d’Alep reconstruite par ses soins7, l’émir Šayḫ al-Maḥmūdī a largement fondé sa prétention au trône et bâti sa stature de souverain en œuvrant à la reconstruction de Damas.

  • 8 Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, IV, p. 265, 272-273, 306 ; al-Maqrīzī, Sulūk, III/3, p. 1100 ; al-Maqrīzī, D (...)
  • 9 Al-Maqrīzī, Sulūk, III/3, p. 1121.

6De sa lieutenance de Syrie, l’un des faits les plus marquants fut sans aucun doute la restauration des monuments publics de la ville qui avaient été incendiés sur l’ordre de Tamerlan en mars 1401, entreprise initiée dès son arrivée à Damas à l’été 1402 : le Māristān al-Nūrī, dont il retira l’administration (naẓar) au grand qāḍī šāfiʿite pour la confier à l’un de ses proches, dans l’une de ses toutes premières décisions ; la Mosquée des Omeyyades, où la prière du vendredi avait déjà repris au milieu des décombres à la fin du mois de šaʿbān 804/mars 1402 ; la Dār al-Saʿāda, résidence du nā’ib, où l’émir Šayḫ s’installa officiellement en raǧab 805/février 1403, après avoir logé six mois durant hors les murs, dans les bâtiments de la Ḫānqāh Yūnus al-Dawādār8. Symbole de ce renouveau, la caravane des pèlerins de Damas fut rétablie pour le Ḥāǧǧ de l’année 806/1404, après trois années d’interruption, et le maḥmal confectionné pour l’occasion fit le tour de l’enceinte de la ville avant de prendre le chemin de Médine9.

  • 10 Wizārat al-awqāf, Daftarḫānāh, document 938 qadīm ; Amīn 1981, n° 352.

7Mais ces chantiers officiels, aussi prestigieux soient-ils, ne représentent que la partie la plus visible d’une entreprise de rénovation urbaine à laquelle l’émir Šayḫ prit doublement part, en tant qu’investisseur privé aussi bien que premier édile de la ville. C’est ce que met en lumière l’acte de waqf établi au Caire près de quinze ans plus tard, le 4 ǧumādā II 823/16 juin 1420, par celui qui était devenu entre-temps le sultan al-Malik al-Mu’ayyad, et dont une copie est conservée aujourd’hui dans les archives du ministère égyptien des Fondations pieuses (Wizārat al-awqāf)10.

Le Bilād al-Šām dans les fonds d’archives du Caire

  • 11 Denoix 1995, p. 29-44; Petry 1998, p. 51-59.
  • 12 Little 1984.
  • 13 Sourdel & Sourdel 1964 et 1965 ; Sourdel & Mouton [à paraître].

8La richesse des fonds d’archives du Caire, qui recèlent près de neuf cents dossiers documentaires d’époque médiévale – pour l’essentiel, des actes légaux liés à des procédures de constitution en waqf (actes de waqf, de vente, d’istibdāl, d’isqāṭ, attestations diverses et procès-verbaux) établies à l’époque mamelouke – est bien connue des historiens de l’Égypte11. Elle n’en rend que plus criante l’absence presque totale de documents légaux conservés dans le Bilād al-Šām pour la même période, exception faite des actes passés à la fin du xive siècle devant les qāḍī-s de Jérusalem et retrouvés dans le musée du Ḥaram al-Šarīf12. Certes, il y a beaucoup à attendre également de l’étude de la collection dite « des papiers de Damas », feuillets de manuscrits et documents en tout genre, parmi lesquels des actes de waqf, autrefois déposés dans un local de la Grande Mosquée et aujourd’hui conservés à Istanbul. Cependant, datant pour l’essentiel des xe-xiiie siècles, ils ne documentent que marginalement l’histoire de la société damascène au cours des premières décennies de la domination mamelouke13. S’il ne faut pas non plus exclure que des documents inédits soient à l’avenir mis au jour en Syrie, il reste que les actes de waqf conservés au Caire n’ont guère été exploités jusqu’à présent pour documenter l’histoire du Bilād al-Šām. Or les possibilités légales offertes par le waqf, associées à la centralité de la capitale égyptienne dans l’histoire du sultanat mamelouk, font que bon nombre de fondations pieuses établies alors au Caire intégraient des biens de rapport aussi bien que des œuvres charitables établis en Syrie.

  • 14 Loiseau 2010, I, p. 246-248.
  • 15 Voir infra, liste des biens constitués en waqf par al-Mu’ayyad Šayḫ.
  • 16 Fahmī 2003.

9Il est vrai qu’un décrochement s’est opéré, à la faveur de la crise du début du xve siècle, entre les Diyār al-miṣriyya et les Bilād al-šāmiyya, et que les grandes fondations sultaniennes ont par la suite privilégié davantage les biens de rapport situés dans les villes et les villages de la vallée du Nil14. Le waqf du sultan al-Mu’ayyad Šayḫ établi en 823/1420 marque une étape importante dans cette évolution, en intégrant dans son patrimoine quatorze circonscriptions fiscales (nāḥiya) situées en Égypte, contre seulement cinq villages (qarya) situés dans le centre et le nord de la Syrie15. Il n’en reste pas moins que la description de ces villages, parmi d’autres documents, constitue une ressource intéressante pour l’histoire du Bilād al-Šām, qu’une définition trop strictement nationale de la recherche contribue à négliger. Ainsi, l’édition de l’acte de waqf d’al-Mu’ayyad Šayḫ publiée en 2003 au Caire par Fahmī ʿAbd al-ʿAlīm laisse-t-elle délibérément de côté la description des biens waqf situés en Syrie, ce qui, non content de priver les historiens d’une documentation inédite, rend nulle et non avenue toute analyse globale du document16. C’est une partie de cette lacune que nous entendons combler par la présente publication.

Les awqāf de Šayḫ et la waqfiyya de 823/1420

10Le document conservé au Caire dans les archives du ministère des Fondations pieuses est le seul acte légal au nom du sultan al-Mu’ayyad Šayḫ connu à ce jour. Il s’agit d’une copie (nusḫa) effectuée d’après l’acte original (ʿalā kitāb al-waqf al-aṣl), lequel fut établi le 4 ǧumādā II 823/16 juin 1420. Le waqf ainsi constitué devait subvenir aux dépenses de six institutions pieuses, toutes situées dans la capitale égyptienne : une mosquée monumentale édifiée à Bāb Zuwayla ; un māristān, le premier construit au Caire depuis celui d’al-Manṣūr Qalāwūn en 1285 ; un sabīl édifié à Bāb al-Naṣr ; un second sabīl, surmonté d’un maktab, construits à proximité de la citadelle ; une petite ḫānqāh aménagée dans un ancien belvédère situé à Ǧīza ; une madrasa funéraire, enfin, édifiée neuf ans plus tôt près d’al-Azhar par l’un des courtisans du sultan, l’historiographe Badr al-Dīn al-ʿAynī.

  • 17 Al-Nuʿaymī, Dāris, II, p. 284 ; Meinecke 1992, II, p. 321, n° 29/24.
  • 18 Voir infra, édition partielle, l. 360, 366-368.
  • 19 Al-Nuʿaymī, Dāris, II, p. 328, citant le Ḏayl d’al-Asadī. L’auteur du Dāris distingue bien le Masǧi (...)

11Aucune œuvre pieuse établie en Syrie ne bénéficie donc des revenus de ce waqf, alors même que trois ans plus tôt al-Mu’ayyad Šayḫ avait fait construire un masǧid à Damas, dans le quartier « sous la citadelle » (taḥt al-Qalʿa)17. Or, ce masǧid est bel et bien mentionné dans le document de 823/1420, mais seulement comme point de repère dans la délimitation (taḥdīd) d’un ensemble de boutiques situé hors les murs (ẓāhir Dimašq), au sortir de Bāb al-Faraǧ18. Nulle trace, en revanche, du Ǧāmiʿ al-Sulṭān dont al-Mu’ayyad Šayḫ avait souhaité la construction dans ce même quartier, en face du burǧ de Bāb al-Ḥadīd, et dont le chantier avait repris en 818/1415, après avoir été interrompu quelque temps19.

  • 20 Al-Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, éd. B., II, p. 328-329 / éd. FS, IV/1, p. 342-343 ; Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī, Inbā (...)

12L’acte de waqf de 823/1420 n’est donc certainement pas le seul qu’ait jamais fait établir al-Mu’ayyad Šayḫ : un wāqif avait toute liberté pour disjoindre ou regrouper ses différentes fondations pieuses selon ses préoccupations ou ses intérêts du moment. Ainsi, le Ǧāmiʿ al-Mu’ayyadī, édifié au Caire à Bāb Zuwayla, avait-il déjà fait l’objet d’une première procédure de constitution en waqf, le 17 rabīʿ I 819/15 mai 1416, un an après le début des travaux, alors même que la prière du vendredi ne devait s’y tenir pour la première fois, dans un édifice encore inachevé, qu’en ǧumādā I 820/juin 141720.

  • 21 Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, IV, p. 416 ; al-Maqrīzī, Sulūk, III/3, p. 1159 ; al-Maqrīzī, Durar, II, n° 5 (...)

13De la même manière, on sait qu’une décennie plus tôt, en ḏū l-qaʿda 807/mai 1405, alors qu’il s’apprêtait à quitter Damas pour affronter les armées fidèles au sultan, celui qui n’était encore que le nā’ib al-Šām Šayḫ al-Maḥmūdī avait choisi de constituer en waqf « l’ensemble de ses propriétés immobilières » au profit de sa descendance et de quelques œuvres pieuses : l’envoi, chaque année, de deux cents tuniques doublées de dix pièces d’argent au bénéfice des pauvres en Dieu (al-fuqarā’) de La Mecque et de Médine ; l’enseignement du Coran à dix orphelins dans chacun des « deux saints sanctuaires » ; le salaire d’un homme chargé d’accomplir quotidiennement, pour le bénéfice spirituel du wāqif, la tournée rituelle autour de la Kaʿba ; des récitations coraniques, enfin, dans la Mosquée de Damas21. Préoccupé par l’avenir des siens et soucieux de son propre salut au moment d’affronter le verdict des armes, l’émir Šayḫ n’oubliait pas que la légitimité du gouvernement de Damas se jouait chaque vendredi dans la Mosquée des Omeyyades. Il n’est pas possible de savoir si certaines des « propriétés immobilières » (amlāk) que le nā’ib al-Šām avait constituées en waqf en 807/1405 ont intégré ou non, quinze ans plus tard, le patrimoine du waqf établi par le sultan au profit de ses fondations cairotes. En revanche, aucune des œuvres pieuses dont les chroniqueurs créditaient l’émir Šayḫ en 807/1405 ne figure plus dans la liste des bénéficiaires de son waqf de 823/1420 – hormis ses descendants, et les fuqarā’ de La Mecque et de Médine dans l’éventualité où la descendance naturelle du wāqif et celle de l’ensemble de ses affranchis s’éteindraient entièrement.

  • 22 Al-Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, éd. B., I, p. 481 / éd. FS., II, p. 567-568.
  • 23 Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, IV, p. 461-462.
  • 24 Ibn Taġrī Birdī, Manhal, VI, n° 1194, p. 310.

14L’acte de waqf de ǧumādā II 823/juin 1420 ne délivre ainsi qu’une image partielle des investissements, des propriétés et des œuvres pieuses d’al-Mu’ayyad Šayḫ. On n’y trouvera nulle trace, par exemple, de la Manẓarat al-Ḫams Wuǧūh, le magnifique belvédère que le sultan fit édifier en rabīʿ II 823/avril 1420 dans le voisinage des terrains de chasse qu’il affectionnait au nord du Caire22. À Damas, le hammam inachevé que l’émir Šayḫ avait racheté hors les murs, au sortir de Bāb al-Farādīs, avait ouvert ses portes après l’achèvement du chantier en 808/140523 : on cherchera pourtant en vain le Ḥammām al-Nā’ib dans le document de 823/1420, alors même qu’on y trouve des biens waqf situés dans le même quartier. Non seulement Šayḫ a établi, comme le rappelle l’un de ses biographes, de multiples awqāf au cours de sa longue carrière24, mais il a également conservé en pleine propriété (milk) des biens dont la connaissance échappe à toute enquête.

  • 25 Al-Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, éd. B., II, p. 93-94 / éd. FS., III, p. 310-311.
  • 26 Al-Maqrīzī, Durar, II, n° 515, p. 159.

15En outre, l’acte de waqf de 823/1420 ne mentionne pas la date à laquelle les biens constitués en waqf ont été achetés ou construits par le wāqif. On peut cependant parfois en retrouver la trace sous la plume de Maqrīzī, biographe attentif aux dates qui jalonnent l’existence des villes. Ainsi, au Caire, le Funduq Dār al-tuffāḥ fit l’objet d’une procédure d’échange légal (istibdāl) avant d’être racheté par le sultan al-Mu’ayyad Šayḫ en šaʿbān 821/septembre 141825 ; à Damas, la Qaysāriyya al-Qawwāsiyyīn fut édifiée par l’émir Šayḫ en ramaḍān 811/janvier 140926. Ces deux établissements commerciaux furent constitués en waqf en 823/1420. Le document apporte ainsi à sa manière un témoignage sur les deux versants successifs de la carrière du wāqif : quand l’émir Šayḫ était l’homme fort de Damas, puis quand il régna au Caire sous le laqab d’al-Mu’ayyad.

  • 27 Ibn Taġrī Birdī, Manhal, IX, n° 1823, p. 14-18 et XII, n° 2606, p. 34-39.
  • 28 Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī, Inbā’, III, 127 ; al-Nuʿaymī, Dāris, II, p. 284.
  • 29 Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī, Inbā’, III, 127.

16Mais le sultan, confronté après son avènement à la rébellion de deux nā’ib-s al-Šām successifs, Nawrūz al-Ḥāfiḏī puis Qānī Bāy al-Muḥammadī, n’eut guère le loisir de négliger la Syrie. Al-Mu’ayyad Šayḫ se rendit en personne à trois reprises dans les provinces syriennes, à la tête d’une expédition militaire – en 817/1414, 818/1415 et 820/1417 – et séjourna à chaque fois, plus ou moins longuement, à Damas27. Son court séjour en rabīʿ I 820/avril 1417 n’est sans doute pas pour rien dans l’achèvement, deux mois plus tard, du masǧid qu’il avait fondé à l’extérieur de Damas, « sous la citadelle » (taḥt al-Qalʿa)28. Il n’est donc pas à exclure que certains villages ou immeubles de Syrie constitués en waqf en 823/1420, particulièrement à Alep et dans sa province qui échappaient à l’autorité de l’émir Šayḫ lorsqu’il était nā’ib al-Šām, aient été acquis ou construits par le sultan al-Mu’ayyad lors de l’une ou l’autre de ces trois expéditions. Quoi qu’il en soit, la luxueuse maṣṭaba qu’il avait fait bâtir pour son usage non loin de Damas, à Barzeh, et où il célébra le mawlid al-Nabī de 820/1417, ne figure pas parmi les biens du waqf de 823/142029.

  • 30 Une attestation (išhād) en marge de l’acte précise en effet que les šurūṭ relatives aux absences du (...)

17Le document ne délivre guère plus d’indices quant aux raisons qui amenèrent le wāqif à établir à cette date un nouvel acte de waqf, sinon que celui-ci reprend en les modifiant certaines des stipulations (šurūṭ) consignées dans un acte de waqf antérieur, sans doute celui établi en rabīʿ I 819/mai 1416 au profit du Ǧāmiʿ al-Mu’ayyadī30. Un simple taġyīr al-šurūṭ, a fortiori aussi cosmétique, n’aurait guère requis qu’une courte attestation (išhād) copiée à la suite de l’acte original.

  • 31 Al-Maqrīzī, Sulūk, IV/1, p. 528 et 530-531. Al-Maqām al-Ṣārimī Ibrāhīm b. Šayḫ fut confié aux soins (...)
  • 32 Sur la question du lieu de conservation des actes de waqf, voir Loiseau 2009.

18L’explication est peut-être à chercher dans les événements qui affectèrent alors le sultan : en ǧumādā I 823/mai 1420, son fils et héritier présomptif al-Ṣārimī Ibrāhīm tomba gravement malade ; il mourut neuf jours à peine après l’établissement de ce nouveau waqf31. Le wāqif aurait pu vouloir modifier l’ordre des bénéficiaires des revenus excédentaires de la fondation ou l’identité des personnes chargées de son administration (naẓar), mais nulle mention dans le document ne vient corroborer cette hypothèse. La raison la plus plausible tient plutôt à l’avancement des travaux du Māristān al-Mu’ayyadī, l’hôpital fondé par le sultan au pied de la Citadelle du Caire : commencé en ǧumādā II 821/juillet 1418, le chantier fut achevé en raǧab 823/août 1420, moins de deux mois après l’établissement du waqf. C’est peut-être également au māristān qu’était destinée la copie (nusḫa) de l’acte de waqf conservée aujourd’hui, si l’on considère qu’à l’époque les grandes fondations pieuses conservaient un exemplaire de leur waqfiyya et si l’on admet que l’original (al-aṣl) fut établi pour le Ǧāmiʿ al-Mu’ayyadī32. Quoi qu’il en soit, les investissements damascènes du sultan al-Mu’ayyad Šayḫ, tels qu’ils apparaissent à la lumière de l’acte de waqf de 823/1420, ne peuvent pas être dissociés du contexte cairote dans lequel le document a été établi et conservé.

Le mawqūf de Syrie dans le waqf d’al-Mu’ayyad Šayḫ

  • 33 On trouvera la liste détaillée de l’ensemble des biens waqf dans Loiseau 2010, annexe 2, tableau 3, (...)
  • 34 Wizārat al-awqāf, Daftarḫānāh, document 938 qadīm, l. 333-473.
  • 35 Ibid., marge droite, en face des l. 712-716.
  • 36 Ibid., l. 697-699.
  • 37 Seule la description des biens (1) à (8) fait l’objet de la présente édition.

19Le waqf constitué par le sultan al-Mu’ayyad Šayḫ en 823/1420 tire ses revenus d’un patrimoine à la fois dispersé, fractionné et diversifié : au total, quarante-quatre biens de rapport dont vingt-huit sont situés en Égypte et seize en Syrie33. Les biens waqf de Syrie sont décrits à la suite des biens waqf d’Égypte, avant la présentation des šurūṭ de la fondation34. L’intégration de ces biens a d’ailleurs fait l’objet d’une procédure spécifique : par une attestation (išhād) en marge du document, un témoin certifie avoir connaissance du mawqūf situé « dans les régions (ǧihāt) d’Alep, de Ḥamā et de Damas » et atteste, comme le veut la procédure, que ces biens étaient en pleine possession du wāqif lors de l’établissement du waqf35. Les contraintes de gestion, induites par la distance géographique entre ces biens de rapport syriens et les fondations pieuses cairotes qui en bénéficient, en particulier les délais de recouvrement des revenus, sont pris en compte par le wāqif qui prévoit de rémunérer spécifiquement un kātib pour « les awqāf mentionnés dans le Šām »36. Ces biens waqf sont décrits dans l’ordre suivant37 :

  1. la moitié – soit 12 parts (sahm) sur 24 – d’un marché (sūq), situé à l’extérieur (ẓāhir) de Damas, au sortir (ḫāriǧ) de Bāb al-Farādīs, limité au sud par le cours du Baradā [l. 333-356].

  2. 47 boutiques (ḥawānīt), réparties en cinq lots, situées à l’extérieur de Damas, au sortir de Bāb al-Faraǧ, en face du Sūq al-Qisās, en limite du Masǧid al-Mu’ayyad [l. 357-371].

    • 38 La dégradation du bord gauche du rouleau ne permet pas de lire intégralement le nom de ce marché : (...)

    18 boutiques, réparties en deux lots, situées à l’extérieur de Damas, dans le Sūq al-Ḥ[…….]38, sur le Ǧisr al-Zallābiyya [l. 371-380].

  3. un marché, situé à l’extérieur de Damas, au sortir de Bāb al-Naṣr, à proximité de l’Iṣṭabl al-Niyāba dont il est séparé par une esplanade (sāḥa) – marché réaménagé par le wāqif afin d’y vendre des chevaux [l. 380-390].

  4. un tiers – soit 8 parts sur 24 – de la Qaysāriyya al-Qawwāsiyyīn, située à l’intérieur (dāḫil) de Damas, dans la Maḥallat al-Kuftiyyīn, en face de la Madrasa al-Muǧāhidiyya [l. 390-397].

  5. le palais connu sous le nom Dār al-Zumurrud, situé à l’intérieur de Damas, dans la Maḥallat Dār al-Ḏahab, à proximité de la Madrasa al-Tankiziyya [l. 397-405].

  6. 21 parts sur 24 du verger (bustān) connu sous le nom de Dayr al-Bālisī, situé à l’extérieur de Damas, limité au sud par le chemin (ṭarīq) qui conduit au village de Bayt al-Ābār dans la Ġūṭa de Damas, et limité au nord par la route sultanienne (al-darb al-sulṭānī) qui conduit au village d’al-Munayḥa [l. 405-417].

  7. le verger redevable de l’impôt foncier (al-bustān al-ḫarāǧī) connu autrefois sous le nom de Bustān Qašiʿ al-Labān, situé sur les terres du village de Bayt al-Ābār, dans la Ġūṭa de Damas [l. 417-423].

  8. un tiers – soit 8 parts sur 24 – du village de Qaryat Ḥimār, dans le district d’al-Marǧ al-šāmī, dont les terres sont limitées au sud par le cours du Baradā [l. 423-427].

  9. 11 moulins (ṭāḥūn) dans la Ǧazīrat Ibn Ṯawām, établis sur le Nahr al-ʿAwǧā’ [l. 427-430].

  10. le village de Qaryat Arbiḥā dans la province d’Alep [l. 430-435].

  11. la moitié des 42 boutiques construites par le wāqif à Alep [l. 435-450].

  12. le village de Qaryat ʿAlmā’ redevable de l’impôt foncier (al-qarya al-ḫarāǧiyya) dans la province de Ṣafad [l. 450-453].

  13. un lot valant 5/7e et un 1/3 de 1/7e du village de Qaryat Maʿar Naft dans le royaume de Ḥamā [l. 453-461].

  14. le village de Qaryat Sufriya redevable de l’impôt foncier (al-qarya al-ḫarāǧiyya) dans la province de Nawā [l. 461-463].

  15. le palais connu sous le nom de Dār al-Saʿāda à Ḥamā [l. 464-466].

  • 39 Petry 1998, p. 96-117 ; Loiseau 2010, I, p. 249-251.
  • 40 Wizārat al-awqāf, Daftarḫānāh, document 938 qadīm, l. 442-446.
  • 41 Loiseau 2010, II, annexe 2, tableau 4, p. 551-558 (inventaire des biens du waqf d’al-Ašraf Barsbāy) (...)

20La relative dispersion des biens de rapport dans les Bilād al-šāmiyya, entre la province de Ṣafad et celle d’Alep, n’est pas plus accusée que celle des biens situés dans les Diyār al-miṣriyya, entre la province de Qūṣ et celle d’al-Minūfiyya. La concentration de la moitié d’entre eux (8 sur 16) à Damas et dans sa Ġūṭa est comparable à celle (13 sur 28) qui prévaut au Caire. Le fractionnement de certains de ces biens, constitués en waqf selon des proportions variables (ici, entre 1/3 et 7/8e des revenus restés indivis), est une pratique nouvelle dans les grandes fondations sultaniennes, dont le waqf d’al-Mu’ayyad Šayḫ offre l’un des premiers exemples, et qui ira en s’accentuant jusqu’au début du xvie siècle39. On ne peut savoir si les autres fractions du même bien sont conservées en pleine propriété (milk) par le wāqif, s’il les a attribuées à une autre fondation ou si elles sont détenues par un autre propriétaire, sauf mention spécifique dans le document : ainsi, les 42 boutiques édifiées par al-Mu’ayyad Šayḫ à Alep ont-elles été versées, pour la seconde moitié de leurs revenus indivis, au waqf de la Madrasa al-ʿUṣrūniyya sise dans la même ville – autre œuvre pieuse du sultan dont il ne reste pour seule trace que cette attestation indirecte40. Le fractionnement des biens waqf n’est pas seulement une solution à la multiplicité des œuvres établies par les fondateurs les plus munificents. Il est l’indice d’une plus grande intégration du waqf dans les choix patrimoniaux des sultans, qui, à l’exemple d’al-Mu’ayyad Šayḫ, et cela sera plus vrai encore de son successeur al-Ašraf Barsbāy (1422-1438), ont tendance à poursuivre des stratégies plurielles, complexes et changeantes, associant œuvres pieuses et ayants droit privés, biens waqf et biens milk, au point que la distinction légale entre waqf ḫayrī et waqf ahlī n’est plus, au xve siècle, qu’une coquetterie de juriste41.

21Les biens de rapport choisis par al-Mu’ayyad Šayḫ en Syrie sont comparables à ceux qu’il a constitués en waqf en Égypte, à quelques nuances près. Les terres agricoles restent la principale source de revenus mobilisée. Mais elles présentent un statut juridique distinct en Égypte, où elles demeurent la propriété éminente de l’État et où seul le revenu fiscal, dans le cadre d’une nāḥiya, peut être aliéné, alors qu’en Syrie c’est l’ensemble des terres d’une qarya, arables et incultes, ainsi que ses maisons et bâtiments à l’exception du cimetière, qui sont acquis et constitués ensemble en waqf. Des vergers (bustān) plantés d’arbres fruitiers à proximité immédiate du Caire et de Damas, dans ce dernier cas avec leurs droits d’eau minutieusement définis, ont également intéressé le wāqif, ainsi que des équipements pour la transformation des produits agricoles : moulins à eau (ṭāḥūn) construits par ses soins sur le Nahr al-ʿAwǧā’ en Syrie, sans que l’usage précis en soit explicité ; exploitation sucrière (dawlāb) et pressoir à sucre (maʿṣara) en Égypte.

22Les biens immobiliers, sis principalement au Caire et à Damas, mais également à Ḥamā et Alep, sont pour la plupart liés à l’activité commerciale des principales villes du sultanat : grandes infrastructures de commerce au Caire (un funduq et une wakāla) et à Damas (une qaysāriyya), mais aussi simples boutiques indépendantes (ḥānūt), constituées en waqf par dizaines au Caire (41), à Alep (42) et surtout à Damas (65). En revanche, les deux marchés sis à Damas, hors les murs, l’un au sortir de Bāb al-Farādīs, l’autre au sortir de Bāb al-Naṣr, sont, en termes d’emprise foncière, sans équivalent parmi les biens de rapport cairotes. Avec l’ensemble de ces biens waqf, c’est un large pan de l’économie urbaine damascène qui est mobilisée, depuis le commerce le plus ordinaire (boulangeries et boucheries) jusqu’au plus sophistiqué (marchands de lin et parfumeurs), en passant par les débits de boisson, en l’occurrence, de bière (ḥānūt al-fuqqāʿ).

  • 42 Wizārat al-awqāf, Daftarḫānāh, document 938 qadīm, l. 381. Ce marché aurait ainsi été construit sou (...)

23Plus remarquable encore est le fait que l’un des deux marchés constitués en waqf à Damas par le sultan est intégralement dévolu au négoce des chevaux – on y a également aménagé une loggia (maqʿad) associée à un luxueux ḥānūt al-fuqqāʿ, pour l’agrément des chalands. L’usage des chevaux, au même titre que celui des armes, étant en principe réservé en ville à la société militaire mamelouke, leur commerce est étroitement contrôlé par les autorités. La localisation de ce marché, l’ancien Sūq al-Malik al-Saʿīd42 réaménagé par le wāqif, situé hors les murs vis-à-vis de l’Iṣṭabl al-niyāba – l’Écurie de la Lieutenance, qui sert aussi de résidence à des officiers de passage –, est une preuve supplémentaire que le sultan entend bien faire bénéficier sa fondation pieuse des revenus générés par le fonctionnement même de l’État militaire mamelouk. D’autres biens waqf ont été choisis dans la même intention : au Caire, un édifice regroupant une ṭablḫānāh et une zardḫānāh destinées à la vente de tambours et de cottes de maille aux émirs résidant dans la capitale ; à Damas intra muros, la Qaysāriyya al-Qawwāsiyyīn, dévolue au moins en principe aux ateliers des fabricants d’arcs. Ainsi la vente des montures et des armes que les Mamelouks doivent acheter avec leur solde, versée par l’État sultanien, bénéficie-t-elle en dernière analyse au waqf du sultan.

  • 43 Al-Safaḍī, Aʿyān, I, p. 537.

24Au regard du nombre et de l’importance des immeubles de commerce, l’habitat locatif occupe une place certes secondaire, mais non négligeable dans l’économie générale du waqf d’al-Mu’ayyad Šayḫ. Ainsi, au Caire comme à Damas, les boutiques sont fréquemment associées à des logements en étage (ṭabaqa), afin de loger sur place artisans et boutiquiers. Plus remarquables sont les trois palais urbains (dār) versés par le wāqif au patrimoine de sa fondation pieuse. Au Caire : un vaste complexe résidentiel, doté de son écurie et de son propre hammam, dans un quartier prisé par l’aristocratie mamelouke, destiné sans aucun doute à être loué à un émir et à sa nombreuse maisonnée. À Ḥamā : rien moins que la Dār al-Saʿāda, que son nom même désigne comme la résidence officielle du nā’ib, sans que la description du bien, lapidaire, permette de savoir s’il a été affecté à un nouvel usage. À Damas, enfin, un autre bâtiment d’exception : la Dār al-Zumurrud, l’un des trois grands palais construits dans « sa » capitale par le nā’ib al-Šām Tankiz al-Nāṣirī, évaluée après son arrestation en 740/1340 à 270 000 dirhams, bien moins que la Dār al-Ḏahab située dans son voisinage immédiat (600 000 dirhams), mais davantage que la Dār al-Zardkāš (220 000 dirhams)43.

  • 44 Wizārat al-awqāf, Daftarḫānāh, document 938 qadīm, l. 401. Au Caire, en 1432, la prestigieuse Dār a (...)
  • 45 Wizārat al-awqāf, Daftarḫānāh, document 938 qadīm, l. 401-402. Bertrandon de la Brocquière, Le Voya (...)

25Rien dans le document ne permet de connaître la valeur d’achat, ni la valeur locative de la Dār al-Zumurrud en 823/1420. Le palais a conservé, au moins en partie, ses ornements de résidence aristocratique : un porche (bawāba) en ablaq, avec alternance de pierres jaunes et noires, surmonté de muqarnaṣ ; une grande salle de réception (qāʿa kubrā) à deux īwān-s, disposés autour d’un vestibule (wasaṭ) dallé de marbre et orné d’un bassin ; une seconde qāʿa à un seul īwān ; neuf logements d’étage (ṭabaqa). Mais, signe des temps, près d’un siècle après sa construction, les hôtes de la Dār al-Zumurrud ne sont plus des émirs mamelouks. Quatre entrepôts (maḫzan), dotés chacun de leur propre porte, ont en effet été aménagés au rez-de-chaussée44. En outre, l’acte de 823/1420 prévoit explicitement d’affecter le palais « au logement des Francs » (bi-rasm sakan al-Faranǧ) – entendons ici, des grands négociants européens établis à demeure en Syrie pour leurs affaires, à l’instar des « marchands français, vénitiens, génois, florentins et catalans, parmi [lesquels] se trouvait un Français nommé Jacques Cœur » que devait rencontrer à Damas, une décennie plus tard, l’espion du duc de Bourgogne Bertrandon de la Brocquière45.

  • 46 Apellániz Ruiz de Galaretta 2009, p. 70-74.
  • 47 Acte cité dans Verlinden 1981, p. 19-86, p. 37. Voir également Apellániz Ruiz de Galaretta 2009, p. (...)

26Les grands marchands francs, dont le négoce a constitué une ressource fiscale majeure pour les autorités mameloukes à partir du règne d’al-Mu’ayyad Šayḫ, ont fait l’objet de toute son attention46. Un nouveau ḫān fut même construit par le sultan à Damas pour servir de bazar aux Francs et accueillir leurs transactions, comme l’indique un acte dressé par le notaire vénitien Nicolo Venier le 14 mai 1418 et passé « in chane novo Soldani prope bazarium Franchorum »47. Ce chane novo ne figure pas parmi les biens du waqf de 823/1420, sauf à l’identifier avec la Qaysāriyya al-Qawwāsiyyīn édifiée en 811/1409 par celui qui n’était encore que le nā’ib al-Šām – mais rien ne permet de corroborer cette hypothèse. Quoi qu’il en soit, au même titre que les officiers mamelouks invités à fréquenter le nouveau marché aux chevaux en face de l’Iṣṭabl al-niyāba, les marchands francs, locataires de la Dār al-Zumurrud, sont censés contribuer, de par leur présence même à Damas, à la prospérité de la fondation pieuse personnelle du sultan.

27Le waqf constitué par al-Mu’ayyad Šayḫ en 823/1420 est ainsi révélateur d’un certain nombre d’évolutions globales que l’on peut identifier en comparant son patrimoine à celui des grandes fondations de ses prédécesseurs et successeurs immédiats – comme la complexité croissante des stratégies patrimoniales, l’importance nouvelle de l’économie commerciale, ou le patronage que le sultan entend exercer en attribuant lui-même en location les plus prestigieuses des résidences urbaines. De ce point de vue, le choix du mawqūf de Syrie ne prend tout son sens qu’en regard des biens immobilisés par le wāqif en Égypte. En revanche, la concentration d’un nombre significatif de ces biens à Damas, produit d’acquisitions réalisées dix à quinze ans plus tôt lorsque l’émir Šayḫ en était le nā’ib ou effet d’une connaissance fine de la ville mise à profit par la suite, est une aubaine documentaire pour l’histoire urbaine de la capitale syrienne dans le premier quart du xve siècle.

Damas à la lumière des investissements de Šayḫ

  • 48 Wizārat al-awqāf, Daftarḫānāh, document 938 qadīm, l. 395.
  • 49 Ibid., l. 402-403.

28L’émir Šayḫ entra à Damas en tant que nā’ib al-Šām seize mois après le pillage et l’incendie par les armées de Tamerlan en raǧab 803/mars 1401. Les stigmates de la destruction de la ville intra muros, de la madīna proprement dite, sont encore perceptibles dans le document établi en 823/1420. Dans la Maḥallat al-Kuftiyyīn où le nā’ib fit construire la Qaysāriyya al-Qawwāsiyyīn, des édifices encore en ruine sont signalés dans les environs immédiats du nouvel édifice, en particulier la qaysāriyya anciennement connue sous le nom d’al-Ḫiyamiyyīn48. En ruine, également, cette fois-ci dans la Maḥallat Dār al-Ḏahab, la qaysāriyya anciennement connue sous le nom de l’émir Nāṣir al-Dīn Ibn Malik, ainsi que la Qāʿat Ibn Sunqur al-Manṣūrī. Le document signale dans les mêmes parages « la ruine qui relève de la maison de Tankiz » (al-ḫarāb al-mutaʿalliq bi-bayt Tankiz)49 – où l’on est tenté de voir la trace bientôt disparue de la fameuse Dār al-Ḏahab.

  • 50 Al-Maqrīzī, Durar, II, n° 515, p. 159.

29Si ces édifices sont tous décrits par les témoins instrumentaires comme « aujourd’hui en ruine » (al-ḫarāb yawma’iḏin), l’identification de ce présent légal n’en est pas moins incertaine, et la temporalité de la ruine, problématique. En effet, il est probable que l’acte de waqf ait été dressé en 823/1420 en reprenant des éléments de description du mawqūf établis antérieurement, peut-être plusieurs années auparavant, lors de l’acquisition ou lors d’une première constitution en waqf de ces biens. Ainsi, on sait que la Qaysāriyya al-Qawwāsiyyīn fut édifiée par l’émir Šayḫ en ramaḍān 811/janvier 1409 dans un environnement ruiné, contribution personnelle du nā’ib à l’effort de reconstruction des quartiers de la madīna intra muros, laissés à l’abandon depuis près de huit ans50. Mais il n’est pas possible de déterminer si la description des environs de la qaysāriyya, telle qu’elle est dressée dans son taḥdīd, témoigne de l’époque de sa construction, ou si la ruine des édifices de son voisinage fut encore constatée onze ans plus tard, lors de l’établissement du waqf.

  • 51 Ibid. Voir également al-Maqrīzī, Sulūk, IV/1, p. 81-82.

30Seule certitude : la reconstruction de la madīna de Damas fut une entreprise difficile, longtemps repoussée, bon nombre de propriétaires ou de fondations pieuses n’ayant plus les moyens financiers de reconstruire leurs immeubles. Le nā’ib dut solliciter une lettre (kitāb) du sultan, lue publiquement le 16 šāʿbān 811/4 janvier 1409, qui faisait aux Damascènes un devoir (ilzām) de rebâtir les édifices détruits intra muros ; il lui fallut même contraindre les détenteurs insolvables à mettre leurs biens ou, plus exactement sans doute, leurs parcelles en location51. Au final, si en 823/1420 l’acte de waqf attribue explicitement l’usage de la Dār al-Zumurrud, l’une des plus belles demeures de la madīna de Damas, à la résidence des marchands francs, ce n’est pas seulement pour conforter une pratique établie peut-être de longue date. C’est qu’alors il n’est plus envisageable qu’un émir de haut rang vienne établir ses quartiers dans un environnement aussi dégradé.

  • 52 Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, IV, p. 260 ; Ibn Taġrī Birdī, Manhal, II, n° 482, p. 472-474.
  • 53 Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, IV, p. 274.

31Au regard de la pérennité de la ruine dans la madīna de Damas, la dynamique urbaine à l’œuvre hors les murs, particulièrement au sortir de Bāb al-Farādīs et de Bāb al-Faraǧ, sur les berges du Baradā, fut aussi précoce que spectaculaire. Les autorités s’en inquiétèrent dès ǧumādā I 804/décembre 1401, sous la brève lieutenance de l’émir Āqbuġā al-Haḏabānī, quand un décret (marsūm) du sultan voulut interdire toute nouvelle construction « à l’extérieur » (ẓāhir) de Damas, au point de donner l’ordre de détruire ce qu’on y aurait déjà reconstruit, de façon à ce que l’on rebâtisse prioritairement les immeubles situés « à l’intérieur » (dāḫil) de la ville52. La mesure s’avéra vaine devant l’intérêt des investisseurs pour les quartiers extra muros – intérêt proportionnel à la réticence que suscitaient les parages néfastes des ruines de la madīna, où le revenu des boutiques, plus anciennes et désormais mal situées, diminua fortement, aggravant ainsi les conséquences de la ruine, tout particulièrement pour les fondations pieuses53.

  • 54 Apellániz Ruiz de Galaretta 2009, p. 74 et 79 ; Vallet 2010, p. 647.
  • 55 Wizārat al-awqāf, Daftarḫānāh, document 938 qadīm, l. 379.
  • 56 Ibid., l. 375 et 380.
  • 57 Al-Maqrīzī, Sulūk, IV/1, p. 72 ; Apellániz Ruiz de Galaretta 2009, p. 79-81.
  • 58 Ibn Taġrī Birdī, Manhal, XI, n° 2510, p. 235-236. Wizārat al-awqāf, Daftarḫānāh, document 938 qadīm(...)

32Certains acteurs se signalent par leurs investissements hors les murs, au nord-ouest de l’enceinte. C’est le cas de grands marchands damascènes portant le titre de ḫawāǧā, lequel n’est plus, comme au xive siècle l’apanage, des seuls marchands d’esclaves, mais désormais celui des négociants qui agissent également pour le compte du sultan, particulièrement dans le commerce des épices, et bénéficient de privilèges fiscaux54. Ainsi, des biens détenus en propriété (milk) par le Ḫawāǧā Burhān al-Dīn al-Isʿardī sont-ils signalés dans le taḥdīd des boutiques constituées en waqf par al-Mu’ayyad Šayḫ au Ǧisr al-Zallābiyya55. Dans le même voisinage, les témoins mentionnent comme point de repère la qaysāriyya du Ḫawāǧā Šams al-Dīn Ibn al-Muzalliq56. Or, ce grand négociant avait joué douze ans plus tôt un rôle important auprès de l’émir Šayḫ : en rabīʿ II 811/août 1408, le nā’ib al-Šām obtenait des grands marchands de Damas un prêt de cinq mille dinars pour financer sa guerre contre le sultan, somme qui lui fut remise par leur prévôt (kabīr al-tuǧǧār) Šams al-Dīn Ibn al-Muzalliq57. Il n’est pas étonnant que l’émir Šayḫ ait suivi, dans ses investissements, les conseils avisés d’un grand marchand. Il est probable que les deux hommes avaient des intérêts immobiliers communs, de même que d’autres membres de l’entourage du nā’ib al-Šām. Ainsi, l’eunuque Mirǧān al-Hindī al-Mu’ayyadī, entré au service de Šayḫ quand celui-ci était émir et devenu ḫāzindār après son avènement, avait-il fondé un waqf à Damas, dont l’un des immeubles, au sortir de Bāb al-Faraǧ, est limitrophe d’un groupe de huit boutiques constituées en waqf par le sultan en 823/142058.

  • 59 Al-Nuʿaymī, Dāris, II, p. 284.

33La réurbanisation des berges du Baradā, au nord-ouest de l’enceinte de la ville fut ainsi, au moins en partie, l’affaire du nā’ib et de ses hommes de confiance. Le waqf de 823/1420, qui comprend tout de même quarante-sept boutiques au sortir de Bāb al-Faraǧ et la moitié d’un marché sur le Ǧisr al-Zallābiyya, ne donne cependant pas toute la mesure des investissements de Šayḫ dans ce secteur de Damas où, devenu sultan, il fit édifier le Ǧāmiʿ al-sulṭān et le Masǧid al-Mu’ayyad. On comprend mieux, si l’on prend en compte l’ensemble de ces opérations, qu’un peu moins d’un siècle plus tard l’historien damascène al-Nuʿaymī situe ce masǧid « dans [le quartier de] la Mu’ayyadiyya »59. La mémoire de l’ancien nā’ib al-Šām s’est ainsi pérennisée dans la toponymie damascène.

  • 60 Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, IV, p. 273.
  • 61 Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, III, p. 136 et 652 ; IV, p. 17, 29-30, 92, 105, 190 et 260.
  • 62 Ibid., p. 260.

34Le rôle actif de l’entourage de l’émir Šayḫ invite à reconsidérer le rôle d’un autre personnage, dont les investissements furent également décisifs pour la requalification des quartiers situés au nord-ouest de l’enceinte : le qāḍī Šams al-Dīn Muḥammad al-Iḫnā’ī qui, dans le courant de l’année 804/1402, fit consolider les fondations du Ǧisr al-Zallābiyya, créer un marché (sūq) sur les deux côtés du ǧisr et édifier dans le même quartier une qaysāriyya60. Ce grand notable damascène avait exercé de multiples fonctions judiciaires dans les Bilād al-šāmiyya depuis 786/1384, avant d’accéder au qaḍā šāfiʿite de Damas, la plus haute charge judiciaire de Syrie, en 800/1398. Il exerçait cette prestigieuse responsabilité, et les fonctions qui lui étaient traditionnellement associées comme la ḫiṭāba de la Mosquée des Omeyyades, pour la quatrième fois quand il fut arrêté sur l’ordre du sultan en ǧumādā I 804/décembre 1401, six mois seulement avant l’achèvement de ses chantiers du Ǧisr al-Zallābiyya61. Al-Iḫnā’ī était non seulement accusé d’avoir détourné l’argent des awqāf placés sous sa responsabilité, mais également, comme par un fait exprès, de s’être indûment emparé à Damas de propriétés immobilières et de biens waqf – accusations dont le chroniqueur Ibn Qāḍī Šuhba conteste le bien-fondé et dont le défendeur semble s’être aisément disculpé62. Il est sûr qu’en cette période de reconstruction, ses entreprises ambitieuses ne pouvaient que susciter soupçons, jalousies et convoitises.

  • 63 Wizārat al-awqāf, Daftarḫānāh, document 938 qadīm, l. 334-335.
  • 64 Loiseau 2010, I, p. 303-311.

35Il est vraisemblable que les dix-huit boutiques (ḥānūt) situées sur le Ǧisr al-Zallābiyya, qu’al-Mu’ayyad Šayḫ constitue en waqf en 823/1420, faisaient partie des investissements réalisés près de deux décennies plus tôt par le qāḍī al-Iḫnā’ī – mais rien dans le document ne permet de corroborer cette hypothèse. En revanche, le marché (sūq) situé au sortir de Bāb al-Farādīs, dont le sultan constitue en waqf la moitié des boutiques, était bel et bien connu, comme le rappelle l’acte de waqf, « sous le nom du défunt grand qāḍī Šams al-Dīn al-Iḫnā’ī, que Dieu lui accorde Sa miséricorde »63. Si le document ne précise pas de quelle manière ce sūq a intégré les « propriétés augustes » (al-amlāk al-šarīfa) du sultan, condition préalable pour que celui-ci puisse légalement le constituer en waqf, le fait n’est sans doute pas étranger aux déboires que le grand qāḍī connut avec celui qui était alors le nā’ib al-Šām. On sait ainsi qu’à partir de 811/1409 et jusqu’à la fin du règne d’al-Nāṣir Faraǧ trois ans plus tard, al-Iḫnā’ī prit fait et cause pour l’émir Nawrūz al-Ḥāfiḏī, le grand rival de l’émir Šayḫ en Syrie, un choix qui lui valut plusieurs arrestations sur l’ordre de ce dernier. Devenu sultan, al-Mu’ayyad Šayḫ aurait-il œuvré pour récupérer une partie des biens immobiliers, voire des biens constitués en waqf par le qāḍī, décédé en raǧab 816/octobre 1413 ? Les manipulations complexes dont le waqf d’un autre défunt, l’ustādār Ǧamāl al-Dīn Yūsuf, fut l’objet au Caire quelques mois auparavant, plaident en ce sens64.

Le waqf d’al-Mu’ayyad Šayḫ et sa part d’ombre

  • 65 Wizārat al-awqāf, Daftarḫānāh, document 938 qadīm, l. 346, 351, 352, 361, 363-364, 371, 374, 380, 3 (...)

36Au-delà du cas particulier de l’ancien Sūq al-Iḫnā’ī, c’est l’origine de l’ensemble des biens damascènes du waqf d’al-Mu’ayyad Šayḫ, immeubles et vergers de la Ġūṭa compris, qui pose problème. En effet, leur description est systématiquement assortie d’une mention particulière : le document rappelle qu’avant d’être constitué en waqf, l’immeuble « relevait en propre des propriétés augustes » (al-muḫtaṣṣ bi-l-amlāk al-šarīfa) ou que le verger « faisait partie des propriétés augustes » (al-ǧārī fī l-amlāk al-šarīfa)65. La précision n’a en elle-même rien de surprenant, puisqu’un bien doit être détenu en pleine propriété (milk) par le wāqif si ce dernier veut le constituer en waqf. Mais comment expliquer dès lors que la Qaysāriyya al-Qawwāsiyyīn, constituée en waqf pour un tiers de ses revenus en 823/1420, fasse l’objet de cette mention dans le document et non, par exemple, les quarante-deux boutiques sises à Alep, alors même que les unes et les autres ont été construites par le wāqif lui-même et relevaient bien, par conséquent, des « propriétés augustes » du sultan ? De fait, sur l’ensemble du mawqūf égyptien et syrien décrit dans l’acte de 823/1420, seuls les biens damascènes font l’objet de cette précision.

  • 66 Al-Maqrīzī, Durar, II, n° 515, p. 178.

37La pertinence d’une telle mention était sans doute d’écarter tout soupçon de prévarication à l’encontre du wāqif, qui fut nā’ib al-Šām avant de devenir sultan. Il ne fallait pas que le waqf d’al-Mu’ayyad Šayḫ puisse être entaché d’un doute quant à la légalité de l’origine de ces biens, dont une grande partie avait été acquise ou construite, vraisemblablement, quand il était encore l’homme fort de Damas. L’émir Šayḫ avait dû en effet se défendre d’avoir accaparé des biens durant sa lieutenance. En rabīʿ II 813/août 1410, réfugié temporairement en Anatolie, Šayḫ avait répondu aux accusations du sultan dans une lettre où il affirmait « n’avoir saisi à Damas que des awqāf en ruine, dont aucun profit ne pouvait plus être tiré, où ne se tenaient plus les cérémonies de l’islam ou que mangeaient ceux qui n’y avaient aucun droit »66. En termes légaux et non plus politiques, et dans une plus grande économie de mots, l’acte de 823/1420 ne dit sans doute pas autre chose.

38Il est bien évidemment inutile de vouloir trancher in fine en faveur de la légalité ou du soupçon. Les rédacteurs de l’acte de waqf dont est tiré l’extrait proposé ci-dessous connaissaient suffisamment bien leur métier pour choisir quelle trace laisser affleurer, entre les lignes, de l’origine du waqf et du passé de son fondateur. Il reste que cette précaution révèle avec le recul une zone d’ombre dans le waqf d’al-Mu’ayyad Šayḫ, la part d’ombre d’un homme qui avait dû forger son destin dans le dérèglement d’un temps de fitna.

Carte 1 - Les investissements du sultan al-Mu’ayyad Šayḫ à Damas

Carte 1 - Les investissements du sultan al-Mu’ayyad Šayḫ à Damas

Carte 2 - Le Waqf d’al-Muʾayyad Šayḫ (823/1420) à l’échelle du sultanat

Carte 2 - Le Waqf d’al-Muʾayyad Šayḫ (823/1420) à l’échelle du sultanat
Haut de page

Bibliographie

Sources
Acte de waqf d’al-Mu’ayyad Šayḫ, copie effectuée d’après l’acte original établi le 4 ǧumādā II 823 H., Le Caire, Wizārat al-awqāf, Daftarḫānāh, document 938 qadīm.

Bertrandon de la Brocquière, Le Voyage d’Orient, texte mis en français moderne par Hélène Basso, Toulouse, Anacharsis, 2010.

Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī, Inbā’ al-ġumr bi-anbā’ al-ʿumr, éd. Ḥasan Ḥabašīm, Le Caire, Laǧnat Iḥyā’ al-turāṯ al-islāmī, 4 vol., 1969-1998.

Ibn Ḫaldūn, Kitāb al-Taʿrīf, éd. Muḥammad b. Tawīt al-Ṭanǧī, Le Caire, 1951, p. 366-374 ; Abdesselam Cheddadi (trad.), Le Livre des Exemples, Autobiographie, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2002.

Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, éd. Adnan Darwish, Damas, Institut français de Damas, 4 vol., 1977-1997.

Ibn Taġrī Birdī, al-Manhal al-ṣāfī wa-l-mustawfī baʿd al-Wāfī, Le Caire, Dār al-kutub al-miṣriyya, 12 vol., 1956-2005.

Ibn Ṭūlūn, Iʿlām al-warā bi-man waliya nā’ibān min al-Atrāk bi-Dimašq al-kubrā, éd. Muḥammad Aḥmad Duhmān, Damas, Dār al-Fikr, 1964 ; Henri Laoust (trad.), Histoire des gouverneurs turcs de Damas, Damas, Institut français de Damas, 1952.

Maqrīzī (al-), Durar al-ʿuqūd al-farīda fī tarāǧim al-aʿyān al-mufīda, éd. Maḥmūd al-Ḫalīlī, Beyrouth, Dār al-Ġarb al-islāmī, 4 vol., 2002.

Maqrīzī (al-), Kitāb al-Sulūk li-maʿrifat duwal al-mulūk, éd. Muḥammad Muṣtafā Ziyāda & Saʿīd ʿAbd al-Fatāḥ ʿAšūr, Le Caire, Dār al-kutub al-miṣriyya, 4 vol., 1939-1973.

Maqrīzī (al-), al-Mawāʿiẓ wa-l-iʿtibār fī ḏikr al-ḫiṭaṭ wa-l-āṯār, édition de Būlāq, 2 vol., 1853 ; éd. Ayman Fu’ad Sayyid, Londres, al-Furqān Islamic Heritage Foundation, 5 vol., 2002-2004.

Nuʿaymī (al-), al-Dāris fī Tārīḫ al-madāris, Beyrouth, Dār al-Kutub al-ʿilmiyya, 2 vol., 1990.

Ṣafadī, (al-), Aʿyān al-ʿaṣr fī aʿwān al-naṣr, éd. Aḥmad al-Bakūr, Beyrouth, Dār al-Fikr, 4 vol., 1998.

Études
ʿAbd al-ʿAlīm, Fahmī, 2003: Al-ʿImāra al-islāmiyya fī ʿaṣr al-mamālīk al-ǧarākisa. ʿAṣr al-sulṭān al-Mu’ayyad Šayḫ, Le Caire, Silsilat al-ṯaqāfa al-aṯariyya wa-l-Tārīḫiyya (Mašrūʿ al-mi’at kitāb 33).

Amīn, Muḥammad Muḥammad, 1981 : Catalogue des documents d’archives du Caire de 239/853 à 922/1516, Le Caire, Ifao (TAEI 16).

Apellániz Ruiz de Galaretta, Francisco Javier, 2009 : Pouvoir et finance en Méditerranée pré-moderne. Le deuxième État Mamelouk et le commerce des épices (1382-1517), Barcelone, Consejo Superior de Investigaciones Científicas.

Denoix, Sylvie, 1995 : « Pour une exploitation d’ensemble d’un corpus : les waqfs mamelouks du Caire », in Randi Deguihem (éd.), Le waqf dans l’espace islamique : outil de pouvoir socio-politique, Damas, Ifead, p. 29-44.

Garcin, Jean-Claude, 1978 : « Al-Maqrîzî, un historien encyclopédique du monde afro-oriental », dans Charles-André Julien et alii (dir.), Les Africains, t. IX, Paris, p. 199-223.

Gonnella, Julia, 2012: « Inside Out: The Mamluk Throne Hall in Aleppo », in Doris Behrens-Abouseif (ed.), The Arts of the Mamluks in Egypt and Syria – Evolution and Impact, Göttingen, Bonn University Press, V&R unipress (Mamluk Studies 1), p. 223-245.

Kenney, Ellen, 2009: Power and Patronage in Medieval Syria. The Architecture and Urban Works of Tankiz al-Nasiri, Chicago Studies on the Middle East, Chicago.

Little, Donald P., 1984: A Catalogue of the Islamic Documents from al-Ḥaram al-Šarīf in Jerusalem, Beyrouth, Beiruter Texte und Studien.

Loiseau, Julien, 2009 : « Le silence des archives. Conservation documentaire et historiographie de l’État dans le sultanat mamelouk (xiiie-xvie s.) », in L’autorité de l’écrit au Moyen Âge, actes du xxxixe congrès de la SHMESP, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 285-298.

Loiseau, Julien, 2010 : Reconstruire la Maison du sultan. Ruine et recomposition de l’ordre urbain au Caire (1350-1450), Le Caire, Ifao (Études urbaines 8), 2 vol. 

Meinecke, Michael, 1992 : Die mamlukische Architektur in Ägypten und Syrien (648/1250 bis 923/1517), Abhandlungen des Deutschen Archaölogischen Instituts Kairo, Islamische Reihe 5, Glückstadt, Verlag J.J. Augustin GMBH, 2 vol. 

Petry, Carl F., 1998: « Fractionalized Estates in a Centralized Regime: The Holdings of al-Ashraf Qāytbāy and Qānṣūh al-Ghawrī according to their Waqf Deeds », Journal of the Economic and Social History of the Orient 41/1, p. 96-117.

Petry, Carl F., 1998: « A Geniza for Mamluk Studies? Charitable Trust (Waqf) Documents as a Source for Economic and Social History », Mamlūk Studies Review 2, p. 51-59.

Sabra, Adam, 2005: « Public Policy or Private Charity? The Ambivalent Character of Islamic Charitable Endowments », in Michael Borgolte (éd.), Stiftungen in Christentum, Judentum und Islam vor der Moderne: Auf der Suche nach ihren Gemeinsamkeiten und Unterschieden in religiösen Grundlagen, praktischen Zwecken und historischen Transformationen, Berlin, Akademie Verlag, p. 95-108.

Sourdel, Janine & Dominique, 1964 : « Nouveaux documents sur l’histoire religieuse et sociale de Damas au Moyen Âge », Revue des études islamiques 32, p. 1-25.

Sourdel, Janine & Dominique, 1965 : « À propos des documents de la Grande Mosquée de Damas conservés à Istanbul. Résultats de la seconde enquête », Revue des études islamiques 33, p. 73-85.

Sourdel, Janine & Dominique (en collaboration avec Jean-Michel Mouton), Documents juridiques relatifs au mariage dans la Syrie médiévale, à paraître.

Vallet, Éric, 2010 : L’Arabie marchande. État et commerce sous les sultans Rasūlides du Yémen (626-858/1229-1454), Paris, Publications de la Sorbonne (Bibliothèque historique des pays d’Islam 1).

Verlinden, Charles, 1981 : « Marchands chrétiens et juifs dans l’État mamelouk au début du xve siècle d’après un notaire vénitien », Bulletin de l’Institut Historique Belge de Rome 51, p. 19-86.

Haut de page

Annexe

Extrait de l’acte de waqf du sultan al-Malik al-Mu’ayyad Šayḫ al-Maḥmūdī établi le 4 ǧumādā II 823/16juin 1420 (Le Caire, Wizārat al-awqāf, doc. 938 qadīm) : description des biens waqf situés à Damas et dans la Ġūṭa (l. 333-425).

(الحصّة الّتي مبلغها النصف من الحوانيت بالسوق خارج باب الفرادس بدمشق)67

٣٣٣. [................................] ومن ذلك جميع الحصّة الّتي

٣٣٤. مبلغها النصف أثنا عشر سهماً من أصل أربعة وعشرون سهماً شائعاً في جميع عمارة السوق الكائن بظاهر دمشق المحروسة خارج باب الفرادس الـ[معروف]

٣٣٥. بالمرحوم قاضي القضاة شمس الدين الإخنائي رحمه الله تعالى وهو صفّان قبلي وشامي يفصّل بينهما الشارع الأعظم الآخذ شرقاً الى باب الفرادس وغرباً الى باب الفرج و

٣٣٦. القبلي منهما يشتمل على سبع حوانيت وفرن ومعصرة برسم إستخراج السرج ومسمط برسم أسقاط الأغنام ويشتمل الفرن المذكور على عدّة معاجن وفيه معقود

٣٣٧. وسخانة وحوض يجري إليه الماء من نهر ثورا من ماء جنينة أمير المؤمنين وعلى قاعة صغرى تشتمل على إيوان قبلي ووسط مبلّط به بركة صغرى وطاقات مطلّة على [......]

٣٣٨. ولهذا الفرن المذكور حانوت مستخرج من جداره الشامي من جملة الحوانيت المذكورة مستجّد لبيع الخبز وتشتمل المعصرة المذكورة على عدّة معاجن وفيه معـ[......]

٣٣٩. وبيت [......] حجرين برسم إستخراج السرج وحوض يجري إليه الماء المذكور ولهذه المعصرة المذكورة حانوت مستخرج من جدارها الشامي من جملة الحوانيت السبع

٣٤٠. برسم بيع السرج ولها بابان أحدهما قبلي يتطرّق منه إلى نهر بردا والثاني شامي إلى السوق المذكور ويشتمل المسمط المذكور على وسط مبلّط وحوضين [يجري إليهما]

٣٤١. الماء من الماء المذكور ونصبة مبلّطة برسم سمط أسقاط الأغنام وله حانوت مستخرج من جداره الشامي برسم بيع الأسقاط وهو من جملة الحوانيت السبعة الـ[مذكورة]

٣٤٢. وبهذا المسمط باب خاصّي للسوق المذكور ويشتمل الحانوت الغربي من الحوانيت السبعة المذكورة المعروف بحانوت الفقّاع على عدّة مرافق وبركة صغرى يجري [إليها]

٣٤٣. الماء من الماء المذكور وعلى حوض داخل الحانوت المذكور يجري إليه الماء من الماء المذكور وعلى عدّة ثواعين فخّار مدفونة في العمارة وله باب لطيف في الدخلـ[......]

٣٤٤. من الحانوت المذكور ويشتمل كلّ من الحوانيت الثلاثة الباقين من الحوانيت السبعة المذكورة علی داخل وفناء وأعلاق وهذه الحوانيت السبعة المذكورة [......]

٣٤٥. أقباء بالحجارة والكلس ومنه جميع الطباق الثمانية الراكبات على الحوانيت المذكورة وحصّة مبلغها النصف من الطبقة الغربيّة الراكبة على حانوت الفـ[قّاع]

٣٤٦. المختصّ هذه الطباق الثمانية والنصف من الطبقة الغربيّة المذكورة بالأملاك الشريفة ويصعد الى ذلك من سلّم حجارة لصفّ المعصرة الـ[مذكورة...]

٣٤٧. من باب خاصّي ويجار من الطباق المذكورة إيوان شامي به طاقات مطلّة على الطريق ومسترقّة قبليّة ومنافع ومرافق خاصّ والنصف الشاميّ من السو[ق المذكور]

٣٤٨. يشتمل على ثمانية عشر حانوتاً متلاصقات من ذلك أحد عشر حانوتاً مبنيّة بالحجارة والكلس من الجانب الشرقيّ من الصفّ المذكور والسبعة الباقيّة من الحوانيت [المذكورة]

٣٤٩. مبنيّة بالأخشاب والطوب يفصّل بينها وبين الحوانيت الأحد عشر الزقاق الآخذ إلى السوق مميلة ويشتمل كلّ من الحوانيت على داخل وفناء وأغلاق ومنه جميع [الطباق]

٣٥٠. العشرة علوّ الحوانيت المذكورة ويصعد إليهنّ من سلّم حجارة وتشتمل كلّ من الطباق على إيوان قبلي به طاقات مطلّة على الشارع ومن التعف مشترك بين الط[باق]

٣٥١. المذكورة وهذه الطباق المذكورة مختصّة بالأملاك الشريفة ومنه جميع الحصّة وهي النصف شائعاً من المخازن الأربعة الملاصقة للحوانيت المذكورة من جـ[......]

٣٥٢. ويغلق على كلّ منها باب خاصّي وهذه النصف المذكور من المخازن المذكورة مختصّ بالأملاك الشريفة ولهذا الصفّ القبليّ المذكور أعلاه حدود أربعة الحدّ القبليّ [ينتهي إلى]

٣٥٣. نهر بردا والحدّ البحريّ ينتهي إلى الطريق العظمى وفيه أبواب الحوانيت المذكورة وباب المطلّع إلى الطباق المذكورة والحدّ الشرقيّ ينتهي إلى ملك يعرف قد[يماً......]

٣٥٤. فضل اللّه ويومئذ بورثة شهاب الدين أحمد بن سعد الدين الحريري وورثة الإخنائي والحدّ الغربيّ ينتهي إلى المدخلة الصغرى الغير نافذة وفيها باب حا[نوت]

٣٥٥. الفقّاع ولهذه الصفّ الشماليّ المذكور حدود أربعة الحدّ القبليّ ينتهي إلى الطريق العظمى والحدّ البحريّ ينتهي إلى الطريق أيضاً وفيه أبواب المخا[زن]

٣٥٦. والطباق والحدّ الشرقيّ ينتهي إلى المدخلة الآخذ إلى زقاق الصعترا والحدّ الغربيّ ينتهي إلى الزقاق الآخذ إلى السوق المعروف بسوق مميلة وغير[......]

٣٥٧. ومنه جميع الحوانيت أرضاً وبناءً الكائنة بظاهر دمشق المحروسة خارج باب الفرج تجاه سوق القساس بالصفّ الشاميّ من الشارع الآخذ منه

٣٥٨. إلى باب الفرج وغيرها الى سوق الجمل تحت قلعة دمشق وعدّتها سبعة وعشرون حانوتاً من ذلك ثلاثة حوانيت متلاصقات من جهة [......]

٣٥٩. الحوانيت حوض كبير وبقيّة الحوانيت متلاصقين يشتمل كلّ منها على داخل وفناء وأغلاق والحوانيت المذكورة مبنيّة بعضائد حجارة يفصّل بينها [......]

٣٦٠. والطوب وظهور ذلك خواصّ به ومنه جميع الحوانيت التسعة أرصاً وبناءً الملاصقات للمسجد إنشاء مولانا المقام الشريف الواقف المشار إليه من جهة الشام و[......]

٣٦١. الشرقيّ المختصّ ذلك بالأملاك الشريفة بالمحلّة المذكورة ومنه جميع الحوانيت الثلاثة الملاصقة للحوانيت المذكورة من جهة الشام المختصّ بالأملاك الشريفة يشتمل كلّ من الحو[انيت]

٣٦٢. على داخل وفناء وأغلاق ومنه جميع الحانوتين المتلاصقين تجاه الحوانيت الثلاثة من جهة الشام يفصّل بينهما الطريق الآخذة شرقاً إلى حمّام المحتسب وغيرها إلى سوق [خان]

٣٦٣. الظاهر ويشتمل كلّ من الحانوتين المذكورة على داخل وفناء وأغلاق وهي مختصّة بالأملاك الشريفة ومنه جميع الحوانيت الستّة أرضاً وبناءً المختصّ ذلك بالأملاك

٣٦٤. الشريفة بمحلّة السوق المعروف بالملك الظاهر قدّس اللّه تعالى روخه والصفّ الشرقيّ من السوق المذكور ويشتمل كلّ منها على داخل وفناء وأغلاق و[لهذه]

٣٦٥. السبعة والعشرين حانوتاً المذكورة حدود أربعة الحدّ القبليّ ينتهي إلى الشارع الأعظم وفيه أغلاق الحوانيت المذكورة والحدّ البحريّ ينتهي إلى الحراحـ[......]

٣٦٦. والحدّ الشرقيّ ينتهي إلى الخراب الفاصل بين ذلك وبين القيساريّة الوقف على جامع المقرّ السيفي يلبغا اليحياوي والحدّ الغربيّ ينتهي إلى المسجد المذكور الّتي أنـ[شأه الواقف]

٣٦٧. المشار إليه ولهذه الحوانيت التسعة المذكورة والحوانيت الثلاثة حدود أربعة الحدّ القبليّ من جهة الشام ينتهي إلى المسجد المذكور والحدّ البحريّ ينتهي إلى الطريق الآخـ[ذة]

٣٦٨. شرقاً إلى حمّام المحتسب وفيه أغلاق الحوانيت الثلاثة والحدّ الشرقيّ ينتهي إلى المرسف المختصّ بالمسجد المذكور وتمامه بقيّة الأرض الحاملة [......] والحدّ الغربيّ ينتهي إلى

٣٦٩. الطريق الآخذة إلى سوق خان الظاهر وفيه أغلاق الحوانيت السبعة إنّها بين الحانوتين المتلاصقين المذكورين والحوانيت الستّة المتلاصقة من جهة الغرب حدود أربعة الحدّ

٣٧٠. القبليّ ينتهي إلى الطريق الآخذة إلى حمّام المحتسب وفيه أغلاق الحانوتين والحدّ البحريّ ينتهي إلى وقف المقرّ الزيني مرجان المؤيّّدي والحدّ الشرقيّ ينتهي إلى محاكر البيت أعلا[......]

٣٧١. وملك محمّد الحجيع ومن شركه والحدّ الغربيّ ينتهي إلى الطريق وفيه أغلاق الحوانيت الستّة ومنه جميع الحوانيت السبعة المختصّة بالأملاك الشريفة الكائنة بظاهر دمشق المحروسة بسوق الحـ[......]

٣٧٢. بجسر الزلّابية بالصفّ الشرقيّ منه المتلاصقات من ذلك حانوت به تنّور وعدّة معاجن ودفّ وأغلاق وحانوت مستجدّ للقصابة مشتمل [......] به قنانير حد[يد......]

٣٧٣. وجوائز خشب وحانوت مستجدّ لبيع رؤس الأغنام وله نصبة كاملة وناقل وفناء وأغلاق وتشتمل بقيّة الحوانيت السبعة على داخل وفناء وأغلاق و[......]

٣٧٤. ومنه جميع الأحد عشر حانوتاً المختصّة بالأملاك الشريفة الّتي هيّ بالصفّ الغربي من السوق المذكور منها حانوتان متلاصقان بالجانب الشامي منهما حانوت مستجدّ للشرّاعي يشتمل على

٣٧٥. تنّور ونصبة وأجواز خشب والثاني للعطارة يفصّل بينهما وبين بقيّة الحوانيت المذكورة باب قيساريّة الخواجا شمس الدين إبن المزلّق ومن يشركه وبقيّة الحوانيت المتلاصقات

٣٧٦. تلي باب القيساريّة من جهة القبليّ يشتمل كلّ منها على داخل وفناء وأغلاق منها حانوتان مستجدّان للقصابة يشتمل كلّ منهما على [......] كامل وقنانير حديد وأجواز

٣٧٧. ولهذه الحوانيت السبعة حدود أربعة الحدّ القبليّ ينتهي إلى ملك الخواجا شمس الدين بن مزلّق ومن يشركه والحدّ البحريّ ينتهي إلى ملك الأمير ناصر الدين محمّد ومن يشركه

٣٧٨. والحدّ الشرقيّ ينتهي إلى نهر بردا والحدّ الغربيّ ينتهي إلى أرض الجسر المذكور وفيه أغلاق الحوانيت المذكورة ولهذه الحانوت الأحد عشر حدود أربعة الحدّ القبليّ

٣٧٩. ينتهي إلى ملك الخواجا برهان الدين الإسعردي والحدّ البحريّ ينتهي إلى ملك الخواجا برهان الدين المذكور والحدّ الشرقيّ ينتهي إلى أرض الجسر المذكور والحدّ الغربيّ ينتهي

٣٨٠. إلى القيساريّة المعروفة بالخواجا شمس الدين بن المزلّق وتمامه نهر بردا ومنه جميع السوق المختصّ بالأملاك الشريفة الكائن ظاهر دمشق المحروسة خارج باب النصر بالقرب من

٣٨١. إصطبل النيابة الكريمة ويعرف هذه السوق قديماً بالملك السعيد ويومئذ بالمقام الشريف المستجدّ يومئذ لبيع عدّة الخيول وهو صفّان شرقيّ وغربيّ والغربيّ منه يشتمل

٣٨٢. على خمسة عشر حانوتاً يفصّل بين كلّ خمسة حوانيت منها مجاز مسدود يومئذ بالمجاز الشامي منها جانوتان قبليّ وشاميّ وبالمجاز القبليّ مخزنان قبليّ وشاميّ وبالجانب الشاميّ

٣٨٣. منه مطلّع إلى ظهر الحوانيت المذكورة مسدود يومئذ وهو مقعد لطيف يليه من الجانب الشاميّ حانوت الفقّاع يشتمل حانوت الفقّاع المذكور على مدقتين وبركة

٣٨٤. لطيفة يجري إليها الماء من نهر القنوات وله منافع وأغلاق خاصّ به وإلى جانبه من جهة الشام مقعد لطيف ويشتمل كلّ الحوانيت على داخل وفناء وأغلاق

٣٨٥. والصفّ الشرقي منه يشتمل على أربعة وعشرين حانوتاً من ذلك ثمان حوانيت متلاصقات يفصّل بينها وبين بقيّة الحوانيت بالصفّ

٣٨٦. المذكور مجاز إلى السوق المذكور وسبع حوانيت متلاصقات يفصّل بينها وبين بقيّة الحوانيت من الصفّ المذكور مجاز ثاني إلى السوق المذكور

٣٨٧. وبقيّة الحوانيت بالصفّ المذكور وعدّتها سبع حوانيت والصفّ الغربيّ منه مبنيّ بالحجارة و[......] والصفّ الشرقيّ المذكور مبنيّ بعضائد

٣٨٨. حجارة يفصّل بينها بقواطع مبنيّة بالخشب والطوب ولهذا السوق حدود أربعة الحدّ القبليّ ينتهي إلى الطريق العظمى وتمامه الطريق الآخذة

٣٨٩. إلى زاوية جماعة سيّدي أحمد البدوي وغير ذلك والحدّ البحريّ ينتهي إلى الطريق الآخذة شاماً إلى إصطبل النيابة الكريمة والحدّ الشرقيّ ينتهي إلى الطريق العظمى

٣٩٠. الآخذة قبلة إلى باب الجابية والحدّ الغربيّ ينتهي إلى الساحة الفاصلة بين السوق المذكور وإصطبل النيابة ومنه جميع الحصّة السابعة ومبلغها

٣٩١. ثمانية أسهم من أربعة وعشرين سهماً وهي الثلث المختصّ بالأملاك الشريفة من جميع القيساريّة الكائنة داخل دمشق بمحلّة الكفتييّن تجاه المدرسة المجاهديّة يفصّل

٣٩٢. بينهما الطريق الآخذة قبلة إلى المدرسة النوريّة المعروفة بقيساريّة القوّاسيّين ويغلق عليها بابان خاصّان أحدهما شاميّ والثاني غربيّ وتشتمل على وسط به بركة

٣٩٣. يجري إليها الماء من نهر القنوات وعدّة مصاطب برسم عمل القسيّ ويدائرها ستّة وعشرون حانوتاً بكلّ منها داخل وفناء وأغلاق وبالمجاز من [......] الغربي

٣٩٤. ثلاث مخازن يغلق على كلّ منها باب خاصّ وعلو وسطها جملون وهي مبنيّة عضائد بالحجارة والطوب والأخشاب ولذلك حدود أربعة الحدّ

٣٩٥. القبليّ ينتهي إلى القيساريّة المعروفة قديماً بالخيميّين الخراب يومئذ وتمامه الفرن والحوانيت الخراب يومئذ والحدّ البحريّ ينتهي إلى الحوانيت القبليّة

٣٩٦. من سوق الكبير والحدّ الشرقيّ ينتهي إلى المدرسة الأمينيّة وتمامه سوق السلاح ودكّة الرقيق والحدّ الغربيّ ينتهي إلى الطريق الآخذة إلى المدرسة النوريّة

(الدار المعروفة بدار الزمرّد)

٣٩٧. وفيه الباب ومنه جميع الدار الكائنة داخل دمشق المحروسة بمحلّة دار الذهب بالقرب من المدرسة التنكزيّة وتعرف قديماً بدار الزمرّد المختصّة

٣٩٨. بالأملاك الشريفة ويغلق عليها يومئذ ثلاثة أبواب أحدها شاميّ ببوابة حجر أصفر وأسود معلّق بمقرنص وعليه مداخل يدخل منه إلى دهليز مبلّط

٣٩٩. يسلك منه إلى قاعة كبرى تشتمل على إيوانين قبليّ وشاميّ ووسط مرخّم به بركة مرخّمة يجري إليها الماء من نهر القنوات ولها مطبخ ومرتفق ثمّ يسلك منها

٤٠٠. من الجانب الشرقيّ إلى قاعة بوسط مرخّم وبركة يجري إليها الماء من الماء المذكور وإيوان قبليّ به مرقد ومطبخ ومرتفق خاصّ ويصعد إلى علو ذلك ثلاث سلالم

٤٠١. إلى تسع طباق تشتمل كلّ منها على منافع ومرافق وبقيّة السفل من هذه الدار أربع مخازن لكلّ منها باب خاصّ وهذه الدار جميعها يومئذ برسم سكن

٤٠٢. الفرنج ولها حدود أربعة الحدّ القبليّ ينتهي إلى القاعة المعروفة قديماً بالمرحوم شمس الدين محمّد بن سنقر المنصوري الخراب يومئذ وتمامه القيساريّة

٤٠٣. المعروفة قديماً بالأمير ناصر الدين ابن ملك الخراب يومئذ والحدّ البحريّ ينتهي إلى الخراب المتعلّق ببيت تنكز وتمامه الساحة المعروفة بساحة دار الذهب

٤٠٤. وفيه الباب الكبير وباب الطبقة الكبرى والحدّ الشرقيّ ينتهي إلى الخراب المجهول [......] يومئذ والحدّ الغربيّ ينتهي إلى الطريق الآخذة إلى سوق الحبّاليّين

(الحصّة من بستان البالسي)

٤٠٥. وإلى القنطرة المعروفة بقنطرة السوق الكبير ومن ذلك جميع الحصّة الّتي مبلغها النصف والربع والثمن أحد وعشرون سهماً من أصل أربعة و

٤٠٦. عشرين سهماً شائعاً في جميع البستان الكائن ظاهر دمشق المحروسة المعروف بدير البالسي الجاري منه الحصّة المذكورة في الأملاك الشريفة يغلق عليه باب

٤٠٧. خاصّ ويحيط به قطائر ويشتمل على عدّة أرضين بها أشجار فواكه مختلفة النوع وجوز وحوّر ورمّان وصفصاف وغيطه سقر حلّ

٤٠٨. وبعص ومرد وقطع أرضين سلاح وعلى عمارة تشتمل على قاعة كبرى بوسط مبلّط وإيوان غربيّ به خزانتان وشبّك مطّل إلى

٤٠٩. البستان المذكور وصفّتان متقابلتان وإيوان صغير شرقيّ ولصفّ ذلك من جهة القبلة قاعة صغرى تشتمل على [......] ووسط مبلّط

٤١٠. ولكلّ منهما مرتفق ويصعد إلى العلو من سلّم حجارة إلى أربع طباق لكلّ منها منافع ومرافق وطاقات مطلّة إلى البستان المذكور ومرتفق خاصّ

٤١١. وبقيّة السفل إصطبل صغير برسم البقر وبالجانب الشرقيّ من البستان المذكور عمارة تعرف قديماً بالصتعة تشتمل على حوش يغلق عليه باب

٤١٢. خاصّ وبه خمس بيوت برسم سكني الفلّاحين وبالقرب من الحوش المذكور إيوان صغير برسم جلوس الشادّ بالبستان المذكور وتجاه الإيوان المذكور

٤١٣. مسجد اللّه تعالى وبالجانب الغربيّ من البستان المذكور دمنة حمام خراب وبحقّ هذا البستان بكماله من الماء من نهر المجد ولا لمعروف بنهر عقربا

٤١٤. في كلّ شهر من أوّله إلى الحادي عشر منه خلا يوم الأربعاء وفي رابع عشره نهار كامل وفي خامس عشره ليلاً ونهاراً وفي سادس عشره وسابع عشره

٤١٥. كذلك خلا يوم الأربعاء وفي ثالث عشرينه إلى سابع عشرينه ليلاً ونهاراً وفي يوم الثلاثين منه نهاراً كلّ ذلك خلا يوم الأربعاء ويحيط لذلك

٤١٦. حدود أربعة الحدّ القبليّ ينتهي إلى الطريق الآخذة شرقاً إلى قرية بيت الآبار وغيرها من غوطة دمشق المحروسة وغرباً إلى المدينة وفيه

٤١٧. باب البستان المذكور وتمامه ملك أولاد الأمين والحدّ البحريّ ينتهي إلى الدرب السلطاني الآخذ شرقاً إلى قرية المنيحة وغيرها من غوطة

٤١٨. دمشق وغرباً إلى المدينة والحدّ الشرقيّ ينتهي إلى البستان المعروف بالباسطي والحدّ الغربيّ ينتهي إلى طاحون [......] وتمامه محاكرة أولاد الإسعردي

(البستان المعروف بقشع)

٤١٩. مفصّل بينهما نهر العرا وتمامه الطريق المذكور في الحدّ القبليّ ومن ذلك جميع البستان الخراجي الّذي هو من جملة أراضي قرية بيت الآبار من غوطة دمشق المحروسة

٤٢٠. المعروف قديماً ببستان قشع اللبّان الجاري في الأملاك الشريفة منه الغراس والعمائر القائمات به ويغلق عليه باب خاصّ ويحيط به من جهة القبلة

٤٢١. قطائر وبقيّة الجهات سياخ ويشتمل الغراس القائم به على أشجار فواكه مختلفة الأنواع وجوز وحوّر ورمّان وقليل صفصاف وعلى

٤٢٢. عمارة تشتمل على بيتين سفلتين ومخزنين يغلق على كلّ منهما باب خاصّ ويصعد من سلّم حجارة إلى طبقة راكبة على ساباط داخل الباب المذكور وعليه وبحقّ

٤٢٣. هذا البستان من الماء من نهر عقربا حقّ معلوم يشهد به كتب الأصول ويحيط بذلك حدود أربعة الحدّ القبليّ ينتهي إلى الطريق الآخذة إلى طاحون المنيحة والحدّ

٤٢٤. البحريّ ينتهي إلى حقل يعرف بالعبري وحقل يعرف بالعجول والحدّ الشرقيّ ينتهي إلى النهر المعروف بالمنيحة وتمامه قطعة تعرف بالعوجزة وقطعة

٤٢٥. تعرف بشهاب الدين بن النور والحدّ الغربيّ ينتهي إلى حقل يعرف ببيت الناعي وتمامه الطريق العظمى وفيه الباب

Haut de page

Notes

1 L’aide et les conseils de Mathieu Eychenne, ainsi que les connaissances d’Élodie Vigouroux sur l’histoire et la topographie de Damas à l’époque mamelouke m’ont été précieux pour mener à bien cette étude. Qu’ils trouvent là l’expression de ma gratitude.

2 Voir al-Ṣafadī, Aʿyān, I, p. 530-541 ; Kenney 2009.

3 Ibn Ḫaldūn, Taʿrīf, p. 366-374 ; Cheddadi 2002, p. 232-239.

4 Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, IV, p. 466, note 2.

5 Al-Maqrīzī, Sulūk, IV/1, p. 27-340 (années 809-818) ; Garcin 1978, p. 199-223.

6 Al-Maqrīzī, Durar, II, n° 515, p. 125-188 ; Ibn Taġrī Birdī, Manhal, VI, n° 1194, p. 263-312 ; Ibn Ṭūlūn, Iʿlām, p. 57-59 ; Laoust 1952, p. 17.

7 Al-Maqrīzī, Durar, I, n° 384, p. 574-580 ; Ibn Tagrī Birdī, Manhal, IV, n° 850, p. 313-324 ; Gonnella 2012.

8 Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, IV, p. 265, 272-273, 306 ; al-Maqrīzī, Sulūk, III/3, p. 1100 ; al-Maqrīzī, Durar, II, n° 515, p. 130-132 ; Meinecke 1992, II, p. 300, n° 26A/26 et 26A/27.

9 Al-Maqrīzī, Sulūk, III/3, p. 1121.

10 Wizārat al-awqāf, Daftarḫānāh, document 938 qadīm ; Amīn 1981, n° 352.

11 Denoix 1995, p. 29-44; Petry 1998, p. 51-59.

12 Little 1984.

13 Sourdel & Sourdel 1964 et 1965 ; Sourdel & Mouton [à paraître].

14 Loiseau 2010, I, p. 246-248.

15 Voir infra, liste des biens constitués en waqf par al-Mu’ayyad Šayḫ.

16 Fahmī 2003.

17 Al-Nuʿaymī, Dāris, II, p. 284 ; Meinecke 1992, II, p. 321, n° 29/24.

18 Voir infra, édition partielle, l. 360, 366-368.

19 Al-Nuʿaymī, Dāris, II, p. 328, citant le Ḏayl d’al-Asadī. L’auteur du Dāris distingue bien le Masǧid al-Mu’ayyad de ce Ǧāmiʿ al-Sulṭān, qu’il situe derrière (ḫalf) le premier.

20 Al-Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, éd. B., II, p. 328-329 / éd. FS, IV/1, p. 342-343 ; Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī, Inbā’, III, p. 90.

21 Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, IV, p. 416 ; al-Maqrīzī, Sulūk, III/3, p. 1159 ; al-Maqrīzī, Durar, II, n° 515, p. 143.

22 Al-Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, éd. B., I, p. 481 / éd. FS., II, p. 567-568.

23 Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, IV, p. 461-462.

24 Ibn Taġrī Birdī, Manhal, VI, n° 1194, p. 310.

25 Al-Maqrīzī, Ḫiṭaṭ, éd. B., II, p. 93-94 / éd. FS., III, p. 310-311.

26 Al-Maqrīzī, Durar, II, n° 515, p. 159.

27 Ibn Taġrī Birdī, Manhal, IX, n° 1823, p. 14-18 et XII, n° 2606, p. 34-39.

28 Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī, Inbā’, III, 127 ; al-Nuʿaymī, Dāris, II, p. 284.

29 Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī, Inbā’, III, 127.

30 Une attestation (išhād) en marge de l’acte précise en effet que les šurūṭ relatives aux absences du personnel des fondations pieuses, pour cause de pèlerinage, ont été modifiées : Wizārat al-awqāf, Daftarḫānāh, document 938 qadīm, marge droite, en face des l. 752-762. Sur le waqf de 819/1416, voir supra, note 19.

31 Al-Maqrīzī, Sulūk, IV/1, p. 528 et 530-531. Al-Maqām al-Ṣārimī Ibrāhīm b. Šayḫ fut confié aux soins des médecins à l’écart de la ville, au milieu des jardins de Ǧīza, dans la Manẓara al-Ḫarrūbiyya que son père avait transformée en ḫānqāh et s’apprêtait à constituer en waqf.

32 Sur la question du lieu de conservation des actes de waqf, voir Loiseau 2009.

33 On trouvera la liste détaillée de l’ensemble des biens waqf dans Loiseau 2010, annexe 2, tableau 3, p. 548-550.

34 Wizārat al-awqāf, Daftarḫānāh, document 938 qadīm, l. 333-473.

35 Ibid., marge droite, en face des l. 712-716.

36 Ibid., l. 697-699.

37 Seule la description des biens (1) à (8) fait l’objet de la présente édition.

38 La dégradation du bord gauche du rouleau ne permet pas de lire intégralement le nom de ce marché : ibid., l. 371.

39 Petry 1998, p. 96-117 ; Loiseau 2010, I, p. 249-251.

40 Wizārat al-awqāf, Daftarḫānāh, document 938 qadīm, l. 442-446.

41 Loiseau 2010, II, annexe 2, tableau 4, p. 551-558 (inventaire des biens du waqf d’al-Ašraf Barsbāy) ; Sabra 2005.

42 Wizārat al-awqāf, Daftarḫānāh, document 938 qadīm, l. 381. Ce marché aurait ainsi été construit sous le court règne d’al-Saʿīd Berke Ḫān (676-678/1277-1279), le fils d’al-Ẓāhir Baybars, qui fit bâtir à Damas le mausolée de son père. Sur ce dernier chantier, voir Meinecke 1992, II, p. 52, n° 5/3.

43 Al-Safaḍī, Aʿyān, I, p. 537.

44 Wizārat al-awqāf, Daftarḫānāh, document 938 qadīm, l. 401. Au Caire, en 1432, la prestigieuse Dār al-Baysarī, édifiée en 1261 en plein centre de la ville intra muros, dans le Ḫuṭṭ Bayn al-Qaṣrayn, subissait un sort analogue : 45 maḫzan-s y étaient aménagés, ainsi qu’un ḫān dans l’écurie désaffectée, avant que la dār, ou ce qu’il en restait, ne soit constituée en waqf au profit de la fondation du sultan al-Ašraf Barsbāy. Loiseau 2010, I, p. 253.

45 Wizārat al-awqāf, Daftarḫānāh, document 938 qadīm, l. 401-402. Bertrandon de la Brocquière, Le Voyage d’Orient, p. 57.

46 Apellániz Ruiz de Galaretta 2009, p. 70-74.

47 Acte cité dans Verlinden 1981, p. 19-86, p. 37. Voir également Apellániz Ruiz de Galaretta 2009, p. 80.

48 Wizārat al-awqāf, Daftarḫānāh, document 938 qadīm, l. 395.

49 Ibid., l. 402-403.

50 Al-Maqrīzī, Durar, II, n° 515, p. 159.

51 Ibid. Voir également al-Maqrīzī, Sulūk, IV/1, p. 81-82.

52 Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, IV, p. 260 ; Ibn Taġrī Birdī, Manhal, II, n° 482, p. 472-474.

53 Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, IV, p. 274.

54 Apellániz Ruiz de Galaretta 2009, p. 74 et 79 ; Vallet 2010, p. 647.

55 Wizārat al-awqāf, Daftarḫānāh, document 938 qadīm, l. 379.

56 Ibid., l. 375 et 380.

57 Al-Maqrīzī, Sulūk, IV/1, p. 72 ; Apellániz Ruiz de Galaretta 2009, p. 79-81.

58 Ibn Taġrī Birdī, Manhal, XI, n° 2510, p. 235-236. Wizārat al-awqāf, Daftarḫānāh, document 938 qadīm, l. 370.

59 Al-Nuʿaymī, Dāris, II, p. 284.

60 Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, IV, p. 273.

61 Ibn Qāḍī Šuhba, Tārīḫ, III, p. 136 et 652 ; IV, p. 17, 29-30, 92, 105, 190 et 260.

62 Ibid., p. 260.

63 Wizārat al-awqāf, Daftarḫānāh, document 938 qadīm, l. 334-335.

64 Loiseau 2010, I, p. 303-311.

65 Wizārat al-awqāf, Daftarḫānāh, document 938 qadīm, l. 346, 351, 352, 361, 363-364, 371, 374, 380, 391, 397-398, 406 et 420.

66 Al-Maqrīzī, Durar, II, n° 515, p. 178.

67 Les intertitres entre parenthèses apparaissent dans la marge droite du document original.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 - Les investissements du sultan al-Mu’ayyad Šayḫ à Damas
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/896/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Carte 2 - Le Waqf d’al-Muʾayyad Šayḫ (823/1420) à l’échelle du sultanat
URL http://beo.revues.org/docannexe/image/896/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Loiseau, « Les investissements du sultan al-Mu’ayyad Šayḫ à Damas d’après son acte de waqf (823/1420) », Bulletin d’études orientales, Tome LXI | 2012, 163-189.

Référence électronique

Julien Loiseau, « Les investissements du sultan al-Mu’ayyad Šayḫ à Damas d’après son acte de waqf (823/1420) », Bulletin d’études orientales [En ligne], Tome LXI | décembre 2012, mis en ligne le 20 mars 2013, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://beo.revues.org/896 ; DOI : 10.4000/beo.896

Haut de page

Auteur

Julien Loiseau

Membre junior de l’Institut universitaire de France, Maître de conférence à l’Université Paul Valéry – Montpellier III

Haut de page

Droits d'auteur

© Institut français du Proche-Orient

Haut de page